Navigation – Plan du site

« Jeunesse et sexualité : expériences, espaces, représentations », Agora - Débats / Jeunesses, n° 60, 2012

Philippe Liotard
Jeunesse et sexualité : expériences, espaces, représentations
« Jeunesse et sexualité : expériences, espaces, représentations », Agora - Débats / Jeunesses, n° 60, 2012, 162 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3288-0.
Haut de page

Texte intégral

1La revue Agora, livre avec son soixantième numéro un dossier particulièrement bienvenu. Fidèle à sa ligne éditoriale, la revue de l’Institut National de la Jeunesse et de l’Education Populaire (INJEP) aborde une question d’actualité touchant à la jeunesse. Le thème retenu pourrait paraître fourre-tout : « Jeunesse et sexualité : expériences, espaces, représentations ». Pourtant le dossier constitué de six articles introduits par Yaëlle Amsalem-Mainguy et Wilfried Rault est ici particulièrement bien traité. Ce dossier thématique fait écho à un numéro antérieur (n°23, 2001) consacré au couple (« Faire couple »). À presque dix ans d’écart, Agora fournit donc une seconde clé de lecture sur la manière dont la rencontre (amoureuse et/ou sexuelle) participe à la construction de soi à l’adolescence.

2Le dossier proposé livre en effet des clés à la compréhension de la construction des normes de genre. Il expose comment féminité et masculinité s’élaborent en interaction et comment les valeurs du féminin et du masculin organisent les stratégies de séduction comme les modalités de l’entrée dans une sexualité non solitaire. Le dossier s’appuie sur des enquêtes de terrain pour aborder des questions aussi complexes que la construction identitaire, la séduction, l’impact des réseaux sociaux, ou tout simplement l’apprentissage de la sexualité... et du devenir adulte.

3L’intérêt du numéro est résumé par le dernier article du dossier, que l’on doit à Michel Bozon. En intitulant la synthèse qu’il nous livre « Autonomie sexuelle des jeunes et panique morale des adultes. Le garçon sans frein et la fille responsable », Bozon expose les enjeux actuels du regard porté par les adultes et les institutions sur la sexualité des jeunes. Ce regard est chargé d’une inquiétude à l’égard des expériences que vivent les jeunes mais aussi des effets angoissants de l’Internet ou de la pornographie dans la construction des relations entre filles et garçons. Bozon explique cette « panique morale » par la perte de contrôle des adultes sur l’entrée des jeunes dans la sexualité mais aussi sur de nouveaux usages des médias grâce auxquels ils peuvent accéder à un savoir sur le sexe (en tant que pratique) que les adultes peuvent juger dangereux sinon moralement condamnable. L’interprétation de Bozon est d’autant plus utile qu’elle casse l’alarmisme ambiant véhiculé par les médias grand public et certains cliniciens projetant leur expérience auprès de jeunes en souffrance à l’ensemble de « la jeunesse ».

4Or – et c’est un autre intérêt du dossier – la jeunesse est plurielle. Les articles de Colin Giraud, Isabelle Clair et Christelle Hamel en attestent. Dans « le pédé, la pute et l’ordre hétérosexuel », Isabelle Clair montre pourtant qu’auprès de populations diverses et dans des espaces différents se construisent des figures similaires de la masculinité et de la féminité, à partir de stéréotypes sur les différences de sexe comme sur les sexualités. « À la cité comme au village », le « pédé » est une figure identitaire repoussoir alors que la « pute » soumet chaque fille à la gestion de sa réputation auprès des pairs. De cette réputation, Christelle Hamel montre comment des jeunes femmes lesbiennes d’origine maghrébine peuvent jouer afin de sortir et de rencontrer d’autres jeunes femmes, manipulant d’une part la norme de la virginité et échappant par ailleurs à l’injonction à l’hétérosexualité venue des pairs comme de la famille. De même, Colin Giraud décrit comment les espaces gays génèrent des socialisations différenciées selon l’âge et l’origine socio-culturelle de ceux qui les fréquentent. Ces trois articles illustrent que les parcours individuels permettent ou bien de s’affranchir ou bien de se conformer aux représentations et aux expériences collectives les plus communes.

5Un autre intérêt de ce numéro d’Agora (il y en aurait bien d’autres mais la lecture de l’ensemble s’impose pour y accéder) réside dans le fait qu’il permet de lézarder la vision alarmiste qui fait des jeunes, notamment des jeunes filles, une population vulnérable en matière de sexualité (exposée au risque de violence, de contamination, de grossesse, etc.). Les articles de Florence Maillochon (« Premières relations sexuelles et prise de risque ») ou de Marie Bergström (« Nouveaux scénarios et pratiques sexuelles chez les jeunes utilisateurs de sites de rencontres ») attestent du fait – tout comme Michel Bozon – que cette inquiétude n’est pas fondée. Florence Maillochon nuance fortement (statistiques à l’appui) l’idée d’une jeunesse « preneuse de risque », alors que Marie Bergström montre qu’une auto-régulation s’établit par les jeunes eux-mêmes dans l’usage des réseaux de rencontre en ligne.

6Finalement, non seulement Agora nous éclaire sur des réalités sociales surinvesties par les angoisses collectives mais encore ce numéro apporte-t-il sa contribution à la connaissance des sexualités jeunes… Au-delà, il montre comment la compréhension de la sexualité contribue à comprendre le monde et les relations qui s’y jouent.

7Les articles hors dossier méritent également d’être signalés, qu’il s’agisse de celui de Francesca Poglia Mileti et Patrick Ischer sur le « parler jeune », celui de Laurent Besse, Mathias Gardet et Jean-Claude Richez qui rendent hommage à Françoise Tétard, historienne de la jeunesse ou encore celui de Joël Zaffran sur l’orientation professionnelle des étudiants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Liotard, « « Jeunesse et sexualité : expériences, espaces, représentations », Agora - Débats / Jeunesses, n° 60, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 11 mai 2012, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8376

Haut de page

Rédacteur

Philippe Liotard

Sociologue, Maître de conférencesmembre du CRIS, EA 647, Université Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page