Navigation – Plan du site

Réjane Sénac, L’Invention de la diversité

Jérémy Guedj
L'invention de la diversité
Réjane Sénac, L'invention de la diversité, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2012, 336 p., ISBN : 9782130592198.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jacques Julliard, « Sur un fascisme imaginaire », Annales ESC, vol. 39, n° 4, juillet-août 1984, p (...)

1Certains termes font l’objet d’un usage à ce point abusif et galvaudé, que, dépourvus de toute leur consistance, ils finissent par perdre toute la force de leur charge sémantique. Le vocable de « diversité » est précisément de ceux-là. C’est dire le grand mérite de la politologue Réjane Sénac qui, dans un ouvrage conséquent et donnant à réfléchir, retrace les origines de ce terme, en explorant les chemins complexes, sinueux et parfois contradictoires de son « invention ». Ce faisant, l’auteure ne choisit pas, même si c’est un des apports de l’ouvrage, de s’ancrer dans la seule histoire des idées, démarche somme toute peu satisfaisante, ou du moins incomplète, qui revient à adopter une vision purement et presque uniquement intellectuelle d’un phénomène, en l’isolant de son épaisseur sociale, pourrait-on dire. Sur un tout autre sujet, mais porteur d’enjeux décisifs, l’historien Jacques Julliard avait cette formule marquante : « il serait temps de rappeler […] que les idées ne se promènent pas toutes nues dans la rue »1. Ce travers pourtant fort tentant, Réjane Sénac n’y succombe jamais. Bien au contraire, elle choisit de donner la parole aux acteurs de cette invention, théoriciens parfois, mais surtout hommes d’action se rattachant à une variété d’organes et de couleurs politiques (hommes politiques, militants d’association, membres de groupes de réflexion, de commission, d’entreprises…). Saluons d’emblée l’ampleur des entretiens menés (avec 160 interlocuteurs) et de la documentation réunie, qui, grâce à un croisement permanent des informations et à une méthodologie strictement appliquée – et présentée avec précision en fin d’ouvrage – contribuent assurément à la richesse de l’étude.

  • 2  Cf. Sylvie Aprile, Stéphane Dufoix, Les Mots de l’immigration, Paris, Belin, 2009.

2Dès les premières pages, le lecteur saisit l’extraordinaire complexité à l’œuvre dans la définition et l’emploi du terme de diversité. Celui-ci se rattache à des univers, des conceptions, des situations qui ne sont parfois pas comparables et l’affublent chaque fois d’une acception mouvante. Or la plasticité du terme peut engendrer plus d’une confusion. Bien plus, l’auteure montre très bien, s’attachant aux acteurs politiques et sociaux, que parler de diversité en tant que tel revient parfois à constituer en soi un acte fort, engagé ; en sorte que se dégage alors de ce terme une réelle valeur performative, même si bien souvent son emploi inaugure ou accompagne une véritable action. C’est tout l’enjeu de la « publicisation » de ce terme, en particulier à la fin des années 2000, que cherche à examiner l’auteure. Non qu’il s’agisse d’une nouveauté : dans le sillage de l’égalité des chances prônée vers les années 1980, le terme s’est progressivement affirmé au point que l’on en est venu, de date assez récente, à parler d’individus « issus de la diversité », expression clairement entendue au sens d’origine « ethnique » ou religieuse, comme de couleur de peau2 ; en 2004 fut ainsi lancée une Charte de la diversité, véritable outil de management pour le monde de l’entreprise.

3Pareille évolution traduit le glissement progressif et non dépourvu d’ambiguïté qui s’est opéré entre la lutte contre les discriminations et la promotion de la diversité, la « crise des banlieues » de 2005 constituant un tournant majeur de ce processus. Mais le soubassement de cette idée-programme déroule des fils complexes et entremêlés aboutissant à un nœud difficile à dépasser : comment concilier en effet la vision d’un corps politique et social caractérisé par son unité et la reconnaissance d’une pluralité, principalement ethno-culturelle ? Question qui pose, ainsi que le note avec force Réjane Sénac, le problème des « interactions entre [une] crainte républicaine du délitement du lien de citoyenneté, la définition de l’identité politique et nationale et le principe de justice au cœur du contrat social » (p. 256).

4Au cours de sa démonstration, l’auteure ne se montre jamais dogmatique mais cherche à appréhender la complexité, explorant à nouveaux frais et avec intérêt des notions elles aussi mal utilisées telles que, entre autres exemples, le modèle républicain, la méritocratie, l’identification, la citoyenneté, l’intégration, le multiculturalisme, ou encore l’identité. Sans doute le lecteur aurait apprécié une définition plus poussée de ce qu’est une « identité culturelle » ; certains pourront également ne pas souscrire à l’explication de la différence entre intégration et assimilation (p. 95) ; l’argumentation n’en demeure pas moins solide.

5D’excellents passages servent le raisonnement, comme – outre les stimulantes mises au point théoriques déjà évoquées et nourries par une fine connaissance de la bibliographie – les pages sur le roman national, l’invention des origines, le passage des « différences dans l’égalité à l’égalité dans la différence ». Le rythme de cet ouvrage dense, au découpage très équilibré, est vif ; d’utiles introductions et conclusions de parties consolident le déroulement des arguments. Par endroits, la multiplication des citations d’individus interrogés ou extraites de la littérature scientifique, même si elles sont bien choisies, peut obscurcir la compréhension. Une interrogation point quant aux entretiens menés : en quoi représentent-ils – ou non – une véritable tendance à l’œuvre parmi les défenseurs ou critiques de la diversité ? Certes, il n’entre pas dans le propos de l’ouvrage de porter l’analyse sur cet événement. Rappelons en effet la méthodologie de l’auteure sur ce point : « il s’agit non pas d’analyser des actions au sens classique de mesures concrètes, mais de se situer sur le registre du symbole en éclairant les enjeux de la publicisation d’un terme » (p. 278). Et cette méthode est respectée tout au long de l’ouvrage. Il n’en demeure pas moins que l’on souhaiterait parfois connaître l’audience réelle, dans la publicisation même, de certains acteurs interrogés. Cela ne vaut cependant que pour une frange réduite du corpus.

6In fine, Réjane Sénac met en un certain sens à mal l’idée de diversité, qui présente le risque d’une forme de discrimination à travers la reconnaissance – et la mise en relief – de la différence, laquelle contredit l’impératif d’égalité. Enserrée entre certaines attitudes post-coloniales et une tentation essentialiste, la diversité, dont on mesure à la lecture que cette notion est tout sauf consensuelle et fait l’objet de certaines instrumentalisations, pose la question de la nature actuelle du contrat républicain. Cet ouvrage constitue ainsi un jalon présentant tous les enjeux à l’œuvre et comble une importante lacune. On peut ajouter que la mise en œuvre d’une politique de la diversité a toutefois pu engendrer des effets positifs et des avancées certaines. Les résultats enregistrés doivent donc être considérés comme une étape provisoire vers un processus plus réfléchi et abouti, que servira l’évolution de la société, sans quoi le vers risque de demeurer dans le fruit.

Haut de page

Notes

1  Jacques Julliard, « Sur un fascisme imaginaire », Annales ESC, vol. 39, n° 4, juillet-août 1984, p. 855.

2  Cf. Sylvie Aprile, Stéphane Dufoix, Les Mots de l’immigration, Paris, Belin, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Guedj, « Réjane Sénac, L’Invention de la diversité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 11 mai 2012, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8381

Haut de page

Rédacteur

Jérémy Guedj

ATER en histoire contemporaine à l’Université de Nice Sophia Antipolis, membre du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page