Navigation – Plan du site
La construction des inégalités scolaires

La construction des inégalités scolaires

Au coeur des pratiques et des dispositifs d'enseignement
Jean-Yves Rochex, Jacques Crinon (dir.), La construction des inégalités scolaires. Au coeur des pratiques et des dispositifs d'enseignement, Presses universitaires de Rennes, coll. « Paideia », 2011, 214 p., ISBN : 978-2-7535-1718-9.
Notice publiée le 24 septembre 2012

Présentation de l'éditeur

Cet ouvrage est issu des travaux du réseau RESEIDA, qui vise à mieux décrire et analyser les processus de production des inégalités scolaires en matière d'apprentissage et d'accès au savoir et à la culture écrite. Croisant les regards et les questionnements didactiques et sociologiques, pénétrant au coeur des pratiques et des dispositifs d'enseignement, ses auteurs montrent en quoi la production des inégalités s'alimente à plusieurs sources : les situations et processus dans lesquels sont présupposés chez tous les élèves des dispositions et modes de faire que seuls les élèves familiers de l'univers scolaire sont à même de mettre en oeuvre ; mais aussi des modes d'aide et d'adaptation aux caractéristiques (réelles ou supposées) des élèves qui, loin de contribuer à réduire les difficultés et inégalités scolaires, peuvent au contraire les entériner et les renforcer.

Les modalités de "cadrage" s'avèrent particulièrement pénalisantes pour les élèves de milieux populaires. Les processus de production des inégalités scolaires apparaissent dès lors tissés de logiques hétérogènes tenant aux enjeux de savoir, aux usages du langage, à l'élaboration et au choix des tâches et supports de travail et aux conceptions que les enseignants se font de ce qu'il est possible et souhaitable d'enseigner à leurs élèves. La récurrence des observations et la convergence des analyses opérées dans des classes et des contextes socio-géographiques différents conduisent à aller au-delà de l'analyse de pratiques enseignantes, pour interroger tes évolutions actuelles de ta forme scolaire. Ces évolutions semblent épouser, voire renforcer, le caractère implicite et socialement inégalitaire du fonctionnement de l'institution scolaire.

Haut de page