Navigation – Plan du site
L'argent du quotidien

L'argent du quotidien

Gilles Lazuech, L'argent du quotidien, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Sociétés », 2012, 240 p., ISBN : 978-2-7535-1865-0.
Notice publiée le 15 mai 2012

Présentation de l'éditeur

 

Cet ouvrage vise à développer un regard sociologique sur l’argent à la  différence des économistes qui le constituent comme objet autonome. En centrant l’analyse sur l’argent du quotidien et ses usages, ce sont les individus, les ménages ou les familles qui constituent le champ de nos observations. Cinq chapitres constituent l’ossature de l’ouvrage, ils explorent plusieurs dimensions dans lesquelles les usages de l’argent peuvent être observés en privilégiant toutefois trois points : 

Le premier est de montrer que les usages de l’argent constituent l’une des composantes importantes de la vie quotidienne des familles. Ceci en partant de ses manifestations les plus courantes, comme la question des achats hebdomadaires, celle de l’usage de l’argent de poche, celui du contrôle des dépenses, de l’établissement d’un budget, etc., ou à l’occasion de situations plus exceptionnelles, comme le règlement d’une succession, un prêt entre proches ou les arrangements i nanciers entre des parents séparés. 

Le deuxième est construit autour du constat que les usages de l’argent ne sont  que rarement libres. Ils sont socialement encadrés par diverses institutions dont certaines sont très proches des individus (la famille, les amis, le groupe professionnel) et d’autres plus éloignées (les politiques monétaires des États, les institutions de crédits). La non neutralité de la monnaie ne concerne pas uniquement les différentes formes domestiques d’affectation du budget, comme l’a montrée  Viviana Zelizer, mais touche également à des dimensions plus morales, voire éthique qui tendent à distinguer le « bon » argent du « mauvais ».

En troisième point, nous montrerons que les pratiques et les représentations de l’argent prennent un sens particulier lorsqu’elles sont interrogées à partir du temps – passé, présent et avenir – tel que les individus le ressentent et le vivent. La prise en compte du temps permet d’introduire les effets d’âges et de générations. Il permet aussi d’envisager la question de la transmission d’habitudes et de pratiques d’argent entre les générations.

Haut de page