Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2012De l’artification : une réponse à...

De l’artification : une réponse à Gérard Creux

Nathalie Heinich et Roberta Shapiro
De l’artification
Nathalie Heinich, Roberta Shapiro (dir.), De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art, Paris, EHESS, coll. « Cas de figure », 2012, 336 p., ISBN : 9782713223365.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Le compte rendu de notre livre par Gérard Creux dans Lectures nous a laissées un peu dubitatives, et nous a donné l'envie d'en débattre.

2L'essentiel de ses réserves porte sur le concept même d'artification, qui selon lui ne serait rien d'autre qu'une autre manière de parler de « légitimation »: façon donc de nous renvoyer à la sociologie de Pierre Bourdieu. Il s'appuie pour cela sur une partie de l'avant-propos, sans faire référence au reste de la section, aux paragraphes que nous consacrons dans la post-face à cette question centrale, ni enfin aux multiples manières de démontrer le contraire proposées par les quatorze contributeurs. S'il avait lu tout cela plus attentivement, sans doute aurait-il mieux compris que, contrairement à son objection, la différence entre « légitimation » et « artification » est profonde. D'une part, elle ne repose pas sur l'action de catégoriser (commune aux deux processus), mais sur le fait que dans le premier cas, la catégorisation porte sur des positions plus ou moins élevées à l'intérieur du monde de l'art, tandis que dans le second, elle porte sur des entités appartenant à des mondes hétérogènes, avec le passage de frontière entre, par exemple, l'artisanat et l'art, ou la vie quotidienne et l'art, ou l'industrie et l'art, ou le délit et l'art, ou le loisir et l'art, ou le sport et l'art, etc. Bref, la légitimation engage une question hiérarchique, avec déplacements sur un axe continu entre le bas et le haut, tandis qu'avec l'artification il s'agit d'une question ontologique, avec saut de frontière discontinu entre ce qui n'est pas, et ce qui est collectivement identifié comme de l'art. D'autre part, alors que la légitimation est une attribution de valeur, l'artification consiste en une construction concrète : un processus progressif de transformations matérielles, organisationnelles, formelles, etc. Au contraire d'un paradigme de l'évaluation, qui se place dans un monde de l'art qui est déjà donné, celui de l'artification veut comprendre l'éclosion et la construction de ce monde. Il est dommage que l'auteur du compte rendu, trop pressé sans doute de régler son compte avec une forme de sociologie qu'il ne reconnaît pas, n'ait pas perçu ces différences, pourtant fondamentales - d'autant plus qu'elles impliquent des modalités d'enquête spécifiques, comme nous le montrons également.

3Cette petite distraction épistémologique est d'autant plus dommageable qu'en rabattant notre concept d'artification sur celui de légitimation, l'auteur ramène notre travail à la problématique archi battue et rebattue du déplacement entre « arts mineurs » et « arts majeurs », bien connue depuis Un art moyen ainsi que les travaux classiques sur low art/high art en sociologie de la culture anglo-américaine : une problématique que nous avons précisément cherché à éviter, pour nous concentrer sur quelque chose de plus innovant et aussi, du moins à nos yeux, de plus fondamental pour la compréhension des mécanismes de catégorisation. Enfin, sa méprise entraîne l'auteur à faire totalement l'impasse sur l'aspect dynamique de notre approche, et à omettre de mentionner les mouvements contraires au processus qui sont décrits dans l'ouvrage : les obstacles que les acteurs mettent à l'accomplissement de l'artification, les possibilités de contournement et de résistance qu'ils inventent, les allers-retours, et les possibilités faibles, mais réelles, de désartification qu'ils mettent en œuvre.

4De même, en prétendant réduire toute sociologie digne de ce nom à la question du rapport entre pratiques et positions sociales des acteurs, l'auteur du compte rendu méconnaît les courants les plus novateurs de la sociologie française dans la dernière génération. Camarade sociologue, encore un effort pour être vraiment au courant de ce qui se passe dans notre discipline !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Heinich et Roberta Shapiro, « De l’artification : une réponse à Gérard Creux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 mai 2012, consulté le 03 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8395 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.8395

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search