Navigation – Plan du site

Alex Mucchielli, Savoir interpréter. Comment les choses acquièrent leurs significations

Valérie Guillemot
Savoir interpréter
Alex Mucchielli, Savoir interpréter. Comment les choses acquièrent leurs significations, Paris, Armand Colin, 2012, 232 p., ISBN : 978-2-200-27470-2.
Haut de page

Texte intégral

1Alex Mucchielli présente dans Savoir interpréter Comment les choses acquièrent leurs significations ce qu’il appelle une théorie expliquant la genèse des situations : la sémiotique situationnelle. Partant du constat qu’une situation donne lieu à des interprétations différentes, il rappelle que le sens n’est pas inné, mais s’élabore dans un contexte : c’est par une opération de contextualisation qu’un signe s’enrichit d’une signification. « La sémiotique situationnelle réaffirme que le sens est toujours « sens en situation » qu’il ne saurait y avoir de sens sans mise en relation » (p. 239). L’analyse de publicités montre comment le message dépasse l’explicite et fait appel à des codes culturels afin de persuader le consommateur potentiel de passer à l’acte d’achat : « toute perception est déterminée par l’assimilation des normes sociales du groupe d’appartenance» (p. 13). Pourtant, par l’exemple du tableau de Claude Monet « Les coquelicots » (1886), l’auteur montre comment l’émotion artistique est aussi éminemment subjective, et s’inscrit aussi dans le contexte biographique d’une personne. Les conflits d’interprétation révèlent la diversité et parfois la contradiction des référentiels à partir desquels les sujets donnent sens aux faits : « Les interprétations divergentes d’un même phénomène sont à attribuer à des perceptions différentes de la situation, élaborées  à l’aune deréférentiels – ensemble d’enjeux et de valeurs – divergents. Si les composantes de ces référentiels diffèrent, la situation sera interprétée différemment » (p. 33).

2Issu d’un processus d’évaluation, le sens a donc à voir avec la valeur. Au-delà des diverses théories de la valeur – objectivistes, utilitaristes, mimétiques, psychologiques- Mucchielli se concentre « sur une théorie « sociologique » de la valeur : les choses prennent de la valeur par rapport un référentiel culturel caché, synthétisant les idéologies dominantes. La sémiotique situationnelle nous autorise à postuler que la valeur, dans notre société, est attribuée par rapport à un référentiel culturel implicite. Cette corrélation « valeur-référentiel » stipule que si le référentiel change, la valeur de l’action ou de la chose jugée changera aussi » (p. 79). À partir de l’exemple du film de Jean-Paul Lilienfeld « La journée de la jupe », l’auteur analyse à l’aide d’un tableau à double entrée les contextes de la situation pour différents acteurs : le groupe des garçons, le professeur, le principal du collège, la ministre de l’intérieur. Pour chacun d’eux les enjeux, normes et valeurs, relations avec les autres acteurs, éléments les plus importants de la situation, diffèrent de ces mêmes éléments de contexte pour les autres acteurs. Cet exemple illustre comment la sémiotique situationnelle « postule que les éléments du monde prennent un sens « en situation » et que cette situation de référence, nécessaire pour l’émergence du sens, est construite par chaque acteur. Le sémioticien de situation perçoit une succession d’opérations entrelacées là où les autres chercheurs en sciences humaines (historiens, sociologues et géographes) ne distinguent qu’un tout» (p. 132). Ceci vaut également pour les signaux de l’identité sociale, lorsqu’il s’agit de comprendre comment nous attribuons un statut et un rôle à autrui, comment nous donnons une identité sociale à nos semblables. Ainsi à partir des trois pôles puissance, activité et valeurs des figures de la femme, Mucchielli propose (p.147) un « arrière-plan culturel d’évaluation pour la stigmatisation d’une femme ». Ce schéma, tout comme le tableau panoramique de représentation d’une situation, définissant une situation pour un ensemble d’acteurs (p. 218), sont des outils simples et puissants à la fois ; le tableau est d’ailleurs utilisé tout au long du livre comme support d’analyse d’exemples proposés.

3La lecture de l’ouvrage est attrayante par la diversité des champs couverts, les nombreux exemples proposés, parfois à la fois amusants et stupéfiants, comme lorsqu’on découvre le truculent extrait d’une confidence de Georges Frêche sur son personnage politique, et l’analyse de l’auteur sur ces propos : « il est très difficile de changer les « cons », donc la stratégie reste la même : construire un personnage qui leur ressemble… » (p. 170). Lu en pleine campagne pour l’élection présidentielle 2012, cela donne matière à « interpréter »… 

4Plusieurs regrets toutefois. Sur la forme, la reproduction noir et blanc et en petit format des tableaux et dessins et photos (4,5 cm sur 3 cm en noir et blanc pour interpréter les coquelicots de Monet) incite à passer vite sur ces premiers chapitres du fait de l’inconfort du support. La foison d’exemples dans les multiples champs explorés est un choix qui présente l’avantage d’une présentation de la sémiotique situationnelle appliquée à de nombreux domaines, mais aussi l’inconvénient de rester nécessairement en surface dans chacun de ces domaines, et de ne pas approfondir les éléments qui permettent de présenter la sémiotique organisationnelle comme une théorie.

5Ce compte rendu, toutefois, illustre la sémiotique situationnelle : c’est bien à partir de mes propres enjeux, de ce à quoi j’accorde de la valeur aujourd’hui, de mon positionnement, que j’ai choisi ce livre-là plutôt que d’autres dans les publications proposées par le site Lectures; c’est bien à partir de mes « bagages épistémologique et culturel» (p. 215) que j’ai choisi sciemment ou sélectionné à mon insu tel exemple plutôt que tel autre, retenu telle idée plutôt qu’une autre, et apprécié positivement ou défavorablement tel aspect du livre ou propos de l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Guillemot, « Alex Mucchielli, Savoir interpréter. Comment les choses acquièrent leurs significations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 16 mai 2012, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8401

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page