Navigation – Plan du site
La biopolitique outre-atlantique après Foucault

La biopolitique outre-atlantique après Foucault

Audrey Kiéfer, David Risse (dir.), La biopolitique outre-atlantique après Foucault, Paris, L'Harmattan, coll. « Esthétiques », 2012, 167 p., ISBN : 978-2-296-96166-1.
Notice publiée le 16 mai 2012

Présentation de l'éditeur

Principe de précaution. Bioéthique. Multiplication et diversification des dispositifs de contrôle des corps. Sexualité. Placement sous surveillance électronique. Village d'insertion pour les communautés Roms.

Ces dispositifs de pouvoir se présentent-ils comme rassurants, novateurs, libéralisateurs ? Ou bien, au contraire, se posent-ils comme des systèmes insidieux, indéchiffrables, effrayants ou simplement normalisants ? Que penser de ces nouveaux modes de contrôle qui émergent ou dominent nos sociétés ?

Foucault ne parlait pas, stricto sensu, de sociétés de contrôle mais, pour satisfaire le "pacte de sécurité", des contrôles toujours plus fins se mettent en place et se structurent. Pour conceptualiser cette gestion du pluriel, cette régulation des flux, ce contrôle des corps, Foucault parlait, non plus de"discipline" comme il le faisait à propos de la majoration des forces individuelles, mais plutôt, de biopolitique. Devons-nous alors comprendre cette mutation et division du contrôle comme une biopolitisation de la société ?

Ce livre, issu d'un colloque international organisé à Ottawa en 2009, espère apporter quelques éléments de réponse à ces questions : d'abord par des analyses théorico- critiques de la pensée foucaldienne ; ensuite, par une attention portée à l'actualité et aux usages contemporains de la biopolitique.

Enraciné dans la réalité d'Outre-Atlantique, cet ouvrage offre au lecteur une vision élargie et plurielle de la biopolitique. En prenant acte de la diversité des approches françaises et nord-américaines, le lecteur pourra apprécier les convergences et les différences de points de vue.

Haut de page