Navigation – Plan du site

Deborah Gutermann-Jacquet, Les équivoques du genre. Devenir homme et femme à l’âge romantique

Laurent Robert
Les équivoques du genre
Deborah Gutermann-Jacquet, Les équivoques du genre. Devenir homme et femme à l'âge romantique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2012, 372 p., ISBN : 978-2-7535-1737-0.
Haut de page

Texte intégral

1Tiré d’une thèse d’histoire soutenue à l’université Paris 7 en juillet 2010, Les équivoques du genre. Devenir homme et femme à l’âge romantique emprunte méthodes et matériaux à l’histoire des idées, à l’histoire des mœurs et à l’histoire de la littérature. C’est d’ailleurs sa principale originalité : l’auteure s’y applique à déconstruire « la fabrique des hommes et des femmes à l’époque romantique » par le biais d’« aller[s] et retour[s] entre les sources normatives, les sources intimes et les sources littéraires ». Décortiquant minutieusement les textes, elle met en évidence les « prescriptions édictées par la littérature grise » et les « contre-modèle[s] » fournis par la littérature romanesque, ainsi que la manière dont « l’écrit intime fait la synthèse de ces normes concurrentes »  (p.14) – ou plutôt en estompe ou en brouille la binarité.

  • 1  Le souci de précision et d’élégance caractérise l’ensemble de l’ouvrage. Rappelons cependant que l (...)

2Le corpus analysé s’avère particulièrement riche. Il offre un matériau diversifié à partir duquel l’auteure opère des lectures croisées, articulées en six grandes thématiques. Le premier chapitre se propose d’étudier les manières dont « […] l’éducation fait les garçons et les filles » et cela, depuis les désirs de paternité et de maternité jusqu’à la réussite scolaire – prélude, dans la société bourgeoise, à un établissement social, matériel et à une possible réussite professionnelle. De manière générale, l’Église, la famille et l’école assument leur mission éducative en transmettant des normes sexuées, quel que soit l’aspect de l’éducation envisagé. Il en va ainsi de la différenciation sexuelle par le jeu, mais aussi par la conduite de l’économie domestique, par le soin et la tenue du corps – dans les exercices physiques – et par le savoir même. L’auteure fait toutefois œuvre de précision1, soulignant combien l’analyse de l’éducation scolaire des filles laisse entrevoir « la subtilité des pratiques, les nuances et les exigences de cet enseignement » (p.67).

3Le deuxième chapitre (« L’ordre (masculin) du monde ») aborde la question de la construction de la virilité. L’auteure rappelle que la « virilité » telle qu’elle se conçoit à l’époque romantique procède d’une construction de la masculinité qui commence à se faire jour à la fin du dix-huitième siècle, notamment dans la pensée de Rousseau. À l’« âme virile » caractérisée par la fermeté et l’extériorité s’opposent « l’intériorité féminine et le caprice des folles émotions » (p.83). Cette conception de la masculinité génère des figures exemplaires, appelées à l’incarner, comme le patriote et le soldat – avec, entre tous, Napoléon 1er,« héros par excellence » (p.91) pour ses anciens compagnons d’arme. Que ce soit dans l’action sociale ou patriotique, la femme reste confinée dans un rôle d’inspiratrice, de muse, de lointain soutien moral, que sa faiblesse préserve des actions périlleuses.

4Comme l’indiquent leurs intitulés ostensiblement complémentaires, les chapitres III et IV forment un diptyque : « Masculin/féminin : de l’héritage du passé… » « … au désarroi du présent ». L’héritage du passé est complexe à appréhender : à titre d’exemple, l’Antiquité offre un réservoir de figures héroïques, mythologiques ou historiquement consacrées, mais elle procure aussi des modèles d’amitiés – amoureuses – masculines susceptibles de mettre à mal « l’évidence hétérosexuelle du xixe siècle » (p.142). La diversité même de l’héritage du passé et la pluralité des interprétations qu’il autorise favorisent des constructions de soi sur le mode de la rupture, dont les véhicules récurrents, à l’époque romantique, sont le journal intime et le roman du « mal du siècle ».

5Deux questions majeures, celle de la carrière et celle du couple, animent le cinquième chapitre intitulé « Faire face aux attentes de la société ». Dans la société bourgeoise de la première moitié du XIXe siècle, le devenir homme se jauge à la capacité à faire carrière – ou à prendre un état – et à faire couple – se bien marier –, afin de pouvoir « endosser le rôle d’un pater familias » (p.222) économiquement indépendant. A contrario, le devenir femme relève le plus souvent de la dépendance – et la femme qui travaille, dans la petite et moyenne bourgeoisie, le fait généralement par nécessité et avec répugnance. La place encore centrale du mariage dans le fonctionnement de la société – y compris d’un point de vue matériel – suppose une économie des échanges amoureux où les jeux initiatiques codifiés se mêlent aux calculs, les stratégies à la rhétorique des sentiments.

6Le dernier chapitre, « La grammaire des sexes incendiée », aborde quelques tentatives – théoriques ou concrètes – visant à remettre en cause la différenciation sexuelle. L’auteure se livre tout d’abord à une plongée dans les théories du socialisme utopique, exhumant par exemple un texte saint-simonien où se ferait jour « une conception commune de la séduction qui transcenderait les différences de sexes » (p.274), ou mettant en évidence le caractère foncièrement transgressif de la conception fouriériste de l’amour – laquelle envisage en toute liberté et égalité l’orientation sexuelle, quelle qu’elle soit, ou considère que la maternité doit relever d’un désir et d’un choix, non d’une obligation prétendument indissociable de la nature féminine. Par la suite, l’examen de quelques figures littéraires du « troisième sexe » illustre un brouillage de la différenciation sexuelle – notamment par le biais de l’androgynie – et la possibilité, au moins théorique et fictionnelle, d’une construction sociale de la sexuation. De tels exemples sont toutefois moins transgressifs qu’ils ne le paraissent de prime abord, en raison justement de leur appartenance à une œuvre littéraire – soit, dès lors, justement à une production de cette figure d’exception que constitue l’artiste au dix-neuvième siècle. L’analyse de trajectoires hors normes de personnalités « ordinaires » montre, au contraire, que les choix réputés déviants – ne fussent-ils que ceux de l’amour et de la sexualité libres – se paient souvent au prix fort.

7Loin de tenir un propos militant ou caricatural, Deborah Gutermann-Jacquet procède, dans Les équivoques du genre, par petites touches et par fines analyses, en brassant habilement un vaste corpus de documents contrastés. Aussi son ouvrage apportera-t-il une mine d’informations aux lecteurs et aux chercheurs qu’intéressent les questions de genre, a fortiori lorsqu’elles sont abordées dans une démarche interdisciplinaire.

Haut de page

Notes

1  Le souci de précision et d’élégance caractérise l’ensemble de l’ouvrage. Rappelons cependant que le prénom de la poétesse Desbordes-Valmore (p.107) est Marceline, non Marguerite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Robert, « Deborah Gutermann-Jacquet, Les équivoques du genre. Devenir homme et femme à l’âge romantique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 16 mai 2012, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8410

Haut de page

Rédacteur

Laurent Robert

Docteur en langues et lettres. Maître-assistant à la Haute Ecole en Hainaut

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page