Navigation – Plan du site

Charles Jeanne, A cinq heures, nous serons tous morts ! Sur la barricade Saint-Merry, 5-6 juin 1832

Matthieu de Oliveira
A cinq heures, nous serons tous morts !
Charles Jeanne, A cinq heures, nous serons tous morts ! Sur la barricade Saint-Merry, 5-6 juin 1832, Vendémiaire, coll. « Généalogies », 2011, 224 p., ISBN : 9782363580184.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Également étudiée par Emmanuel Fureix dans La France des larmes. Deuils politiques à l’âge romantiq (...)
  • 2 Il en avait tiré un ouvrage paru sous le titre Le Roi et les barricades. Une histoire des 5 et 6 ju (...)

1L’historien doit parfois saisir la chance lorsqu’elle se présente. En débutant une recherche, il part en quête de documents qu’il espère inédits et se réjouit à l’occasion de sa bonne fortune. Dans sa thèse soutenue en 1997, Thomas Bouchet avait étudié dans les moindres détails un épisode pour partie oublié de la monarchie de Juillet : l’émeute consécutive aux obsèques du général Lamarque1. Il avait alors mobilisé nombre de documents inédits qui permettaient d’éclairer l’événement et ses suites, documents retrouvés à la BHVP [« Notice sur des inculpés ayant participé à l’émeute parisienne des 5 et 6 juin 1832 » ; lettres de Vidocq (alors informateur de police) ou de Rossignol (qui participe à l’émeute)] ou aux Archives de la Guerre [Rapport du préfet de police Gisquet du 19 juin suivant]. Il montrait en particulier comment l’épisode s’inscrivait dans la tradition des barricades depuis celles de la Ligue (1588) et de la Fronde (1648) sous l’Ancien Régime, avant de connaître une résurgence lors des « Trois Glorieuses » de juillet 1830 puis lors de la révolte des canuts lyonnais de 1831. Il s’intéressait également – surtout – à l’écho de la barricade, à la marque qu’elle avait imprimé de la France du XIXsiècle et son imaginaire révolutionnaire2.

2Quinze ans plus tard, il se voit offrir l’occasion d’apporter à son travail un exceptionnel addendum sous la forme d’un document totalement inédit. Il s’agit d’une lettre de Charles Jeanne, le chef de la barricade Saint-Merry, datée de décembre 1833 et rédigée depuis sa cellule du Mont-Saint-Michel. Le manuscrit composé de près de 60 feuillets, apparemment complet, est acquis par Michel Cordillot (professeur à Paris 8) auprès d’un collectionneur qui le tenait de son grand-père qui l’avait lui-même trouvé dans un marché aux puces (sans en percevoir toute l’originalité ni le caractère inédit). C’est ce texte, sorte de pièce manquante du puzzle, qui se trouve au cœur de l’ouvrage (p. 33 à 89) que Th. Bouchet publie aujourd’hui ; il se trouve précédé d’une copieuse introduction (« L’Homme-barricade », p. 7-31) et prolongé par deux « essais » respectivement consacrés à « La barricade à hauteur d’insurgé » (p. 91-127) et à « Écrire la barricade, de Charles Jeanne aux Misérables » (p. 129-162).

3Officiellement destinée à sa sœur, la « lettre » s’adresse en fait à un auditoire beaucoup plus large, alors même que l’oubli (au dehors) fait son œuvre et que la concurrence entre les prisonniers (au-dedans) fait des ravages. Jeanne est en effet la cible de graves accusations : détournement d’argent et de secours destinés aux détenus, trahison politique et accès de prétention, arrogance, vanité, vantardise. Il entend donc reprendre sa place de porte-parole des insurgés et rendre publique sa part de vérité. C’est d’ailleurs là le principal intérêt du document que de (re)donner la parole au chef de la barricade, autoproclamé et reconnu comme tel, héroïsé par la littérature révolutionnaire sous les traits de « Jeanne aux Thermopyles » (p. 91-94). Rares sont en effet les textes qui racontent une insurrection de l’intérieur. En l’espèce, « Charles Jeanne expérimente la complexité d’une mise en mots des barricades » (p. 162) mais parvient par sa précision, son sens du récit, à entretenir le suspense alors même que l’on connaît « la fin de l’histoire ». Non sans auto-glorification d’ailleurs.

  • 3 Voir également Alain Corbin et Jean-Marie Mayeur (dir.), La barricade, Paris, Publications de la So (...)

4On découvre avec Jeanne le mode d’emploi de la barricade3 : loin d’être un amas anarchique de pavés et de tonneaux renforcé par une charrette renversée, elle est rigoureusement construite et fait l’objet d’améliorations progressives, voire de réparations lorsque l’occasion s’y prête. « Parfois érigée au même endroit et défendue par les mêmes hommes » que lors des Trois Glorieuses, elle devient en quelques heures un lieu stratégique, un point de fixation de cette guerre de rue qui ensanglante la capitale. Ouverte au grand air, la barricade se révèle également un monde clos sans pourtant être totalement isolée de l’extérieur, comme en témoignent les passages et autre labyrinthe qui permettent un temps son approvisionnement, ingrédient indispensable de la guérilla urbaine. Espace contraint, elle se trouve « coincée » entre un arrière nécessairement limité, des murs qui la bordent et la protègent tout en rétrécissant son horizon, et une ligne de front qui tend progressivement à se rapprocher, jusqu’à l’assaut final. C’est là que vont vivre – et pour beaucoup mourir – 120 personnes environ : ce sont avant tout des artisans et commerçants de ce quartier de Paris qui pratiquent l’inter-connaissance pour fréquenter les mêmes lieux, parfois militer au sein des mêmes sociétés plus ou moins secrètes et que vient épauler la jeunesse des écoles (Droit, Polytechnique), quelques grognards de l’Empire, un Polonais et une nuée de très jeunes gens. La barricade répond également à une hiérarchie interne dont Jeanne occupe sans conteste le sommet : il définit la stratégie, commande le feu, se prépare à encaisser les assauts, économise ses troupes et les galvanise au besoin. Car c’est bien le combat qui sature l’espace et les esprits, un affrontement asymétrique opposant le fusil au canon, les poitrails nus aux uniformes de la garde nationale honnie.

5Aux tirs répondent comme en écho les harangues, les cris et les chants, bientôt les râles à mesure que se succèdent les seize assauts, transformant la résistance inutile en bataille sacrificielle. Face à la défaite, il ne reste plus que les mots pour stigmatiser les « cannibales, barbares, cosaques » du roi-citoyen, la sauvagerie de l’assaut final et le morbide « pile-face » des insurgés défenestrés.

  • 4 On renvoie en particulier à l’annexe « Présence de Jeanne et de Saint-Méry dans les Misérables ».

6L’ouvrage étudie pour finir la rémanence du discours de Jeanne dans la littérature du XIXsiècle. Th. Bouchet avait déjà relevé les échos de la barricade Saint-Merry dans les œuvres de trois romanciers contemporains des faits : le Lucien Leuwen de Stendhal, l’Horace de G. Sand et à divers endroits de la Comédie humaine (Illusions perdues, Les secrets de la princesse de Cadignan, Les Employés) de Balzac. Il poursuit ici son analyse en scrutant la généalogie du texte de V. Hugo, de 1832 à sa parution en 1862, en faisant siennes les méthodes de la génétique littéraire. Il montre en particulier la façon dont « Hugo n’invente pas l’insurrection des Misérables. Pendant les diverses phases d’écriture […], il se nourrit d’une foule d’informations glanées à de très nombreuses sources […] puis il les mobilise pour sa propre écriture en leur donnant la forme qui correspond à son génie d’écrivain. » (p. 152 et 154)4.

  • 5 On s’étonne de ne voir pas cité l’ouvrage de Louis Hincker, Citoyens-combattants à Paris : 1848-185 (...)

7De belles et utiles annexes complètent l’analyse, parmi lesquelles un fac-similé de la première et de la dernière page du manuscrit, deux portraits de Jeanne, un plan des lieux, une chronologie allant des Trois Glorieuses à la parution des 4e et 5e parties des Misérables en passant par l’insurrection, ses suites judiciaires et la mort de Jeanne (11 juillet 1837), enfin une bibliographie5.

8Un bel ouvrage qui rend justice à cet art difficile de l’édition de texte.

Haut de page

Notes

1 Également étudiée par Emmanuel Fureix dans La France des larmes. Deuils politiques à l’âge romantique (1814-1840), Seyssel, Champ Vallon, coll. « Epoques », 2009.

2 Il en avait tiré un ouvrage paru sous le titre Le Roi et les barricades. Une histoire des 5 et 6 juin 1832, Paris, Seli Arslan, 2000. Il a depuis publié Un jeudi à l’Assemblée. Politiques du discours et droit au travail en 1848 [Québec, Éditions Nota Bene, 2007] et Noms d'oiseaux : l'insulte en politique de la Restauration à nos jours [Paris, Stock, 2010].

3 Voir également Alain Corbin et Jean-Marie Mayeur (dir.), La barricade, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997.

4 On renvoie en particulier à l’annexe « Présence de Jeanne et de Saint-Méry dans les Misérables ».

5 On s’étonne de ne voir pas cité l’ouvrage de Louis Hincker, Citoyens-combattants à Paris : 1848-1851 [Villeneuve d’Ascq, PU du Septentrion, 2007], qui aborde des problématiques proches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu de Oliveira, « Charles Jeanne, A cinq heures, nous serons tous morts ! Sur la barricade Saint-Merry, 5-6 juin 1832 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8417

Haut de page

Rédacteur

Matthieu de Oliveira

Maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille 3 et Institut de Recherches Historiques du Septentrion

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page