Navigation – Plan du site

Monica Aceti, Christophe Jaccoud, Sportives dans leur genre ? Permanences et variations des constructions genrées dans les engagements corporels et sportifs

Igor Martinache
Sportives dans leur genre ?
Monica Aceti, Christophe Jaccoud (dir.), Sportives dans leur genre ? Permanences et variations des constructions genrées dans les engagements corporels et sportifs, Peter Lang, coll. « Savoirs sportifs - Sports knowledge », 2012, 174 p., ISBN : 978-3-0343-1183-0 br.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. Pierre Bourdieu, « Comment peut-on être sportif » in Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1 (...)
  • 2  Cf. notamment Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.
  • 3  Ce qu'au passage même le chauvinisme souvent caricatural en matière sportive ne parvient pas à con (...)
  • 4  Cf. Christian Pociello, Les cultures sportives, Paris, PUF, 1999.

1Les pratiques sportives constituent l'un des derniers bastions de la ségrégation entre les sexes, dans les sociétés laïcisées du moins : il y apparaît en effet « naturel » à la plupart d'entre nous de séparer filles et garçons dès le plus jeune âge et jusqu'aux compétitions les plus prestigieuses, et ce dans la plupart des disciplines, au nom d'une inégalité aux fondements supposément biologiques. Dans la mesure où il met en jeu directement en jeu la question du corps, le sport représente de cette manière un observatoire particulièrement pertinent pour analyser les rapports de genre et leur évolution, et ainsi les multiples contradictions qui ne cessent de les traverser. Tel est le point de cet ouvrage collectif, qui rassemble dix chercheurs travaillant respectivement en Suisse et en France, ce que ses coordinateurs n'hésitent pas à qualifier d'« aventure éditoriale rarement entreprise jusqu'ici » (p. 4). Si, à l'instar du croisement des perspectives nationales, celui de la sociologie du sport et celle du genre n'est à proprement parler pas une nouveauté – on peut renvoyer entre autres aux travaux de Catherine Louveau ou Annick Davisse sur la question-, il n'en reste pas moins d'une pertinence certaine pour mettre en évidence des normes qui en sont justement trop souvent empreintes, d'évidence. En l'occurrence, alors qu'elle est souvent présentée par ses tenants comme le lieu d'une « communion magique »1 effaçant les différences, notamment de classe, d'âge ou de genre, l'institution sportive vient en réalité les reproduire sous des formes simplement elles-mêmes quelque peu différentes. La domination masculine2 y est en particulier entretenue, pour ne pas dire exacerbée, sous la conjonction de plusieurs facteurs : la prééminence des hommes dans les instances d'encadrement du « mouvement sportif » ; la mainmise des hommes sur le spectacle marchand, à la fois comme organisateurs, consommateurs et acteurs – si l'on excepte la parenthèse des jeux olympiques, les compétitions masculines ont pratiquement le monopole de la retransmission télévisuelle3, ce qui se traduit par un étalonnage des « cultures sportives »4, et en particulier des techniques corporelles sur les normes masculines.

  • 5  Cf. notamment les travaux de Daniel Welzer-Lang sur cette question, par exemple dans l'ouvrage qu' (...)

2C'est ce que s'efforce de montrer la première des trois parties de l'ouvrage en se concentrant sur la place des femmes dans des sports de combat, où l' « injonction à la virilité »5 est particulièrement forte. À travers le cas du gouren, une lutte traditionnelle bretonne, Aurélie Epron montre ainsi la relégation persistante dont font l'objet les pratiquantes féminines de cette dernière. En dépit de leur acceptation relativement récente, celle-ci se repère en effet par de multiples indices que l'auteure met en évidence, et qu'elle interprète comme la manifestation d'une crainte de voir se perdre une identité ressentie comme fondée sur une virilité affirmée. Monica Aceti pour sa part s'intéresse aux rôles dévolus aux pratiquantes féminines de la capoeira, art martial inventé par des esclaves brésiliens qui avaient alors dû masquer sa dimension pugilistique sous les apparences d'une danse. En comparant l'importation de cette pratique essentiellement masculine au Brésil dans différentes villes européennes, l'auteure met en évidence les trois rôles idéaux-typiques et exclusifs auxquels les femmes sont finalement cantonnées et qu'elle qualifie respectivement de « consommatrices », « guerrières » et « petites mains ». L'auteure montre toutefois en fin de compte à travers la trajectoire de certaines de ses enquêtés -qu'elle qualifie de « diplomates »- qu'il existe néanmoins des marges de jeu leur permettant finalement de « jongler » avec les normes de la domination patriarcale. Un point qu'elle suggère cependant sans le développer réellement ici.

  • 6  Les Suisses semblent en effet se passer de la préposition pour traduire « Gender Studies »...
  • 7  Voir entre bien d'autres articles consacrés par la presse à cette dernière celui-ci où l'on peut « (...)

3Loin ainsi de n'incarner simplement qu'un lieu de reproduction, voire de renforcement, de la domination masculine, les pratiques sportives peuvent en effet enclencher un processus d'émancipation – les auteurs emploient ici le concept anglo-saxon, notamment largement usité dans les études (de) genre6 et postcoloniales, d' « empowerment »- pour les filles ou femmes concernées, y compris donc les disciplines à première vue les plus soumises à la domination patriarcale. C'est ce que montrent par exemple Dominique Golay, Dominique Malatesta, Céline Perrin et Christophe Jaccoud à travers le cas du twirling bâton, en s'appuyant pour ce faire sur la théorie philosophique de l'objectification qu'ils présentent au passage et qui insiste notamment sur l'intériorisation des normes par les dominés. Nicolas Penin rappelle pour sa part à partir du parachutisme que l'injonction à la virilité n'est pas simplement associée l'usage de la force physique, mais également à la prise de risque. Une liaison plus « intellectualisée » que « physique » explique-t-il, qui euphémise de ce fait le « machisme » dans des activités finalement davantage investies par les catégories sociales plus aisées. Et lorsqu'une pratiquante se conforme finalement à ces normes, comme cette jeune étudiante dont il développe le cas, elle ne contribue pas à remettre en cause cette association, mais voit au contraire sa féminité remise en cause par ses homologues masculins, sur le ton de la plaisanterie bien entendu... Anne Tatu-Colasseau et Gilles Vieille-Marchiset montrent pour leur part comment la pratique sportive de loisir peut incarner un lieu de redéfinition de son identité personnelle pour des femmes de milieux populaires en analysant trois cas idéaux-typiques différents (jeunes filles engagées dans des sports « masculins », sœur aînée dans une fratrie « maghrébine » et mère migrante « passeuse » de loisirs pour ses enfants). La perspective est intéressante, mais là encore la brièveté de l'article pourra laisser le lecteur sur sa faim, eu égard notamment au nombre de variables invoquées. Toute autre est la perspective présentée par Anaïs Bohuon qui présente, en même temps qu'elle en analyse l'évolution, les contrôles de féminité instaurés en 1966 par la fédération internationale d'athlétisme et remis récemment en évidence par « l'affaire » de la coureuse de 800 mètres sud-africaine, Caster Semenya7. Des tests qui révèlent tout autant une volonté latente des tenants de l' « institution sportive » de préserver les frontières entre les catégories de genre que surtout leur caractère finalement éminemment arbitraire.

4La troisième et dernière partie de l'ouvrage revient justement sur la construction des modèles corporels au sein des institutions sportives : Véronique Czàka compare ainsi les trajectoires d'enseignantes de gymnastique à celles de leurs homologues masculins en Suisse au tournant des 19e et 20e siècle pour montrer qu'elles sont en pratique cantonnées à certains publics (les écolières et les écoliers de moins de 10 ans) contrairement à ces derniers. Natalie Narker-Ruchti, Julia Weber et Peter Engel dans une contribution en anglais proposent pour leur part d'analyser l'évolution des rôles attribués aux sportives à partir de la manière dont elles sont mises en scène sur les photographies. Ils comparent en l'occurrence les photos de deux championnes de gymnastique de « l'Est », Vera Caslavska et Nadia Comaneci, aux Jeux olympiques de 1968 et 1976 respectivement pour avancer qu'on peut y lire l'émergence d'une « corporalité hybride » des femmes entre les deux dates, coïncidant avec les mouvements de « libération culturelle post-68 » mais aussi la commercialisation et l'esthétisation du corps féminin. C'est dans la littérature sportive entre 1920 et 1955 que Julie Gaucher s'intéresse pour sa part à la mise en scène des corps féminins et montre qu'y coexiste alors une permanence des assignations de genre avec une promotion de la figure de la sportive et le développement d'une esthétique du muscle qui bousculent les traditions en la matière. Là aussi cependant, le lecteur sociologue pourra se montrer frustré d'une analyse de contenu sans étude des conditions de production ou de réception.

5L'ouvrage se clôt enfin par un texte d'Eliane Perrin, peut-être le plus stimulant de tous, surtout pour celles et ceux qui sont peu familiarisés de ces sous-champs que constituent la sociologie du sport, celle du corps et celle du genre. Cette sociologue helvète désormais à la retraite revient en effet sur l'évolution de ces derniers à partir de sa propre trajectoire de recherche qui s'est précisément située à leur jonction. Le tout à partir de grandes assertions dont d'aucuns pourront discuter ça et là le caractère généralisant, mais qui fournissent un cadre de réflexion bien utile. On peut ainsi s'étonner de le retrouver à la fin plutôt qu'au début de l'ouvrage. Quoi qu’il en soit, si l'on peut donc regretter la brièveté des contributions, qui laissent donc le plus souvent le lecteur sur sa faim, notamment en ce qui concerne la méthodologie de recherche employée et le mode d'administration de la preuve, celui-ci (ré) ouvre néanmoins un certain nombre de perspectives stimulantes pour analyser tant le sport, le genre et leurs croisements. Une œuvre utile s'il en est, comme ne manquera pas de le rappeler la mise en scène des Jeux olympiques qui vont prochainement s'ouvrir à Londres...

Haut de page

Notes

1  Cf. Pierre Bourdieu, « Comment peut-on être sportif » in Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1980, p. 137-196

2  Cf. notamment Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

3  Ce qu'au passage même le chauvinisme souvent caricatural en matière sportive ne parvient pas à contrecarrer, comme l'a illustré encore récemment la sous-médiatisation du parcours de l'équipe de France féminine de handball en coupe du Monde, ou celle des deux victoires successives de l'Olympique lyonnais en Ligue des champions de football.

4  Cf. Christian Pociello, Les cultures sportives, Paris, PUF, 1999.

5  Cf. notamment les travaux de Daniel Welzer-Lang sur cette question, par exemple dans l'ouvrage qu'il a dirigé : Nouvelles approches des hommes et du masculin, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2000.

6  Les Suisses semblent en effet se passer de la préposition pour traduire « Gender Studies »...

7  Voir entre bien d'autres articles consacrés par la presse à cette dernière celui-ci où l'on peut « s'amuser » à repérer les marques de l'injonction à la virilité : Nicolas Bamba, « Caster Semenya, la revanche d'une femme de fer », Slate.fr, 26 août 2011 : http://www.slateafrique.com/31177/sport-athle-daegu-caster-semenya-championne

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Monica Aceti, Christophe Jaccoud, Sportives dans leur genre ? Permanences et variations des constructions genrées dans les engagements corporels et sportifs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8438

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page