Navigation – Plan du site

Volker Schlöndorff, La mer à l'aube

Michèle Sola-Granier
La mer à l'aube
Volker Schlöndorff, La mer à l'aube, Arte éditions, 2012.
Haut de page

Texte intégral

121 octobre 1941 : à Nantes, en plein centre-ville, trois activistes des « Bataillons de jeunesse » du parti communiste tirent sur deux officiers allemands. L’un d’eux, le lieutenant-colonel Hotz, Feldkommandant de Loire inférieure, est tué. 22 octobre 1941 : un jeune homme de 17 ans, Guy Môquet, est fusillé en représailles avec vingt-six autres otages. 48 heures à peine séparent ces deux événements dont Volker Sclöndorffer a tiré un film bien décevant.

2Le titre déjà surprend : « La mer à l’aube ». Réminiscence d’un vers du poète Robert Desnos : « Jamais d’autre que toi ne saluera la mer à l’aube » et sans doute aussi du film de Jean-Pierre Melville, Le Silence de la mer dont Schlöndorff fut l’assistant, ce titre interpelle. On cherche une explication soit narrative - Guy Môquet aurait-il été fusillé face à l’océan ? - soit symbolique. Las, il faut attendre l’épilogue et le message en voix off d’Odette, la jeune femme dont il était amoureux et à qui il a adressé son dernier message, pour apprendre qu’il s’agit en fait d’une métaphore évoquant la passivité de la France pendant les premières années d’Occupation. Or, dans ce long-métrage, si la mer est géographiquement proche, elle s’entrevoit à peine. Quant à l’état d’esprit des Français en 1941, il est peu mis en évidence puisque la quasi-totalité du film se passe à l’intérieur du camp ou dans les locaux de la Kommandantur à Paris.

3Le parti pris du réalisateur est de relater ce drame historique à la façon d’un procès-verbal. Les premières images nous montrent le jeune Guy vainqueur d’une course organisée à l’intérieur du camp de rétention de Choisel. Quelques heures seulement avant le coup de feu fatal sur l’officier allemand, c’est cette image d’insouciance et de bonne entente entre prisonniers et gendarmes qui nous est présentée. Ce qu’on ne nous dit pas, c’est que la machine est déjà en marche depuis un an : en septembre 1940, le jeune homme a été arrêté par les gendarmes sur dénonciation pour avoir distribué des tracts dans un cinéma. D’abord détenu à Fresne, il est acquitté par décision du tribunal et doit être libéré. Or, au lieu de cela, il est déféré à la prison de la Santé et de là à celle de Clairvaux pour aboutir finalement au camp de Choisel, près de Châteaubriant, en Loire atlantique. Terrible enchaînement de décisions arbitraires qui le conduit inéluctablement à la mort.

4La caméra de Volker Schlöndorff filme avec détachement de courtes scènes par ailleurs assez anodines : Guy parlant à une jeune prisonnière à travers une palissade de bois et essayant d’obtenir un baiser, un médecin lui-même interné, prodiguant des soins dentaires sommaires à l’adolescent, une cantatrice mondaine (Arielle Dombasle) s’entretenant avec un Allemand soi-disant opposé aux crimes nazis, un combat de boxe amical entre deux détenus. Autant de scènes juxtaposées qui donnent une vision fragmentée et non signifiante de la situation.

5Certes, le réalisateur, par souci d’objectivité, prend soin de souligner les divisions au sein de l’état-major allemand à Paris, certains hauts officiers faisant tout pour amender l’ordre d’Hitler et réduire à 48 le nombre de 150 otages exigé. On y voit également un officier allemand, chargé par son supérieur de faire la chronique des événements liés à cette affaire. Cet homme est l’archétype d’une intelligentsia allemande idéaliste, aimant la France, sa culture et son art de vivre. Il a réellement existé : c’est le philosophe et écrivain Ernst Jünger dont le journal a inspiré Schlönforff. Le réalisateur fait intervenir aussi, chez les Français, quelques silhouettes emblématiques : un ex-communiste devenu, on ne sait à la suite de quelle vexation, leur ennemi acharné et ajoutant lui-même à la liste des condamnés, le nom de deux anciens amis du parti, un sous-préfet représentatif d’une certaine administration française partagée entre devoir d’obéissance et valeurs personnelles, craignant de se compromettre en prenant ses responsabilités. Le petit trio de communistes qui ont exécuté l’officier allemand dans une rue de Nantes ne s’en sort pas plus glorieusement. Ils n’ont pas le courage de se dénoncer et leur équipée se termine en pugilat sur la route de leur fuite.

6Cette diversité de comportements a le mérite de donner une image objective des protagonistes mais le spectateur français n’y découvre rien de neuf. Et c’est ce qui nous sépare du public allemand : l’histoire de Guy Môquet, une icône de la Résistance rendue célèbre par Louis Aragon dans son poème « La Rose et le réséda » et plus récemment par Nicolas Sarkozy décidant que, chaque 22 octobre, la lettre du jeune homme à ses parents, écrite deux heures avant sa mort, serait lue dans tous les lycées français, est bien connue sur notre territoire. Il n’en est pas de même en Allemagne. Volker Schlöndorff lui-même avoue ne l’avoir découverte que tardivement et avoir fait ce film précisément pour le peuple allemand, très peu informé sur l’Occupation en France.

7Selon son propre aveu, en composant une mosaïque de personnages illustrant divers comportements et en faisant reculer celui de Guy Môquet qui ne fut, dit-il, qu’une victime parmi d’autres, le réalisateur a voulu dépasser les partis pris et « faire œuvre d’Européen ». Pour autant n’aurait-il pas fallu aborder le sujet de façon plus personnelle, plus humaniste ? C’est par cette dimension que le personnage du prêtre (Jean-Pierre Darroussin), venu apporter son soutien et son amitié aux otages, donne au film sa plus belle séquence. Il est dommage que le réalisateur soit tombé ensuite dans une certaine facilité en introduisant un bon soldat allemand, sans doute guère plus âgé que Guy, instruit et sensible, redoutant de devoir utiliser son arme. Il fait naturellement partie du peloton chargé d’exécuter les otages ce qui nous vaut une scène des plus convenues où les regards des deux garçons se croisent au moment ultime et où l’Allemand, pris de tremblements incontrôlables, ne parvenant pas à tirer, s’écroule symboliquement par terre en même temps que les victimes. Le personnage figure certes dans le récit d’Heinrich Böll dont Schlöndorffer s’est également inspiré mais était-il nécessaire de le retenir pour montrer de façon appuyée qu’il y eut, dans les deux camps, des hommes de cœur ?

8En ce qui concerne la prise de vues, elle est délibérément réaliste : beaucoup de plans américains ou moyens, peu de gros plans, une absence de profondeur d’angle de vue. La bande-son elle-même n’offre que la plainte, en sourdine, des violons.

9Cette objectivité affichée, à travers plans, cadrages, sons et dialogues, contribue à faire du film une reconstitution honnête mais sans souffle et sans âme. On a peine à reconnaître l’impressionnant réalisateur du Tambour (Palme d’or à Cannes en 1979) dans l’auteur de ce film de document fiction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Sola-Granier, « Volker Schlöndorff, La mer à l'aube », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8439

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page