Navigation – Plan du site

Marc Hecker, Intifada française ? De l’importation du conflit israélo-palestinien

Vincent Tournier
Intifada Française ?
Marc Hecker, Intifada Française ? De l'importation du conflit isréalo-palestinien, Paris, Ellipses, 2012, 648 p., ISBN : 978-2-7298-7259-5.
Haut de page

Texte intégral

1Voici un livre qui était très attendu par tous ceux qui s’intéressent aux répercussions en France du conflit israélo-palestinien, conflit désormais si présent dans les têtes qu’il est possible d’y voir une « affaire française », comme l’indique justement l’auteur (p.8).

2L’originalité de Marc Hecker est d’aborder ce sujet par le prisme des nombreuses associations qui vivent intensément ce conflit. Son travail est d’autant plus précieux qu’il s’agit d’une véritable recherche de terrain, basée sur une masse considérable de données patiemment collectées par l’auteur, souvent au prix d’un investissement personnel : études de documents, entretiens, observations au cours de manifestations, analyses de courriers électroniques, bref autant de coups de projecteurs qui permettent au lecteur de se plonger directement dans la vie des divers mouvements examinés.

3Tout au plus peut-on regretter qu’un regard plus critique ne soit pas porté sur le corpus étudié. Les mouvements modérés ne sont-ils pas plus accessibles que les mouvements extrémistes, et dans ce cas, le regard de l’observateur ne risque-t-il pas d’être biaisé ? On regrette aussi une tendance à engager des développements théoriques qui ralentissent la lecture – lecture au demeurant fort aisée –, même si ces digressions académiques ont le mérite de faire d’utiles rappels pour le lecteur néophyte en science politique.

4Il reste que, visiblement, l’auteur s’est saisi de son objet avec une passion et une rigueur peu communes (près d’une centaine de pages de notes !), tout en parvenant à garder ses distances : Marc Hecker ne cherche pas à faire la morale ou à distribuer des bons points, ce qui est toujours tentant avec ce type de sujet ; il entend simplement décrire une situation dans toute sa complexité et dans toutes ses ramifications.

5Le livre est divisé en sept chapitres. Le premier, de nature historique, retrace la manière dont la vie diplomatique et politique française a été affectée par le conflit israélo-palestinien. Cette partie n’est pas seulement illustrative car elle permet de revenir sur un moment décisif dans la cristallisation des représentations. L’auteur insiste particulièrement sur la rupture gaullienne de 1967 au moment de la guerre des Six Jours. Le gouvernement français s’écarte de la diplomatie suivie sous la IVème République, laquelle avait été très favorable à Israël (« l’âge d’or » des relations franco-israéliennes). La rupture de 1967 est la conséquence de la fin de la guerre d’Algérie (1962) ; elle intervient à un moment où la France entreprend de se repositionner sur la scène internationale (prise de distance avec l’OTAN et les Etats-Unis, rapprochement avec les pays non-alignés). Cette situation pousse la France à changer de stratégie vis-à-vis des Etats arabes, stratégie qui sera confortée par Valéry Giscard d’Estaing au moment des chocs pétroliers de 1974 et 1979 pour d’évidentes raisons d’intérêt national. L’image d’Israël change, notamment à gauche : cessant d’être perçu comme un îlot démocratique dans un océan de dictatures, il se voit désormais appliquer une grille de lecture postcoloniale et impérialiste. Les mouvements pro-palestiniens sont d’ailleurs souvent animés par d’anciens militants de la cause algérienne ou vietnamienne. En somme, Israël cesse d’être « l’ennemi de mon ennemi » pour devenir « l’ennemi de mon ami » : il n’est plus (ou plus seulement) la victime emblématique du nazisme mais devient le nouvel oppresseur des peuples dominés.

6Mais ce sont surtout les six chapitres suivants qui constituent l’apport le plus original du livre. Les chapitres 2 et 3 dressent un tableau détaillé des principales associations pro-israéliennes et pro-palestiniennes, structurées pour les unes autour du CRIF, pour les autres autour de la Plateforme des ONG pour la Palestine, cette dernière étant soutenue et financée par le ministère des Affaires étrangères – ce qui en dit long sur le rôle complexe de l’Etat français. L’hétérogénéité des deux camps est soulignée, mais le camp pro-israélien apparaît tout de même plus diversifié sur le plan politique (il existe ainsi des associations juives favorables aux Palestiniens). La question de l’implantation locale n’est pas vraiment abordée, ce qui est dommage car l’auteur laisse entendre que, dans la mouvance pro-palestinienne, il existe une kyrielle d’associations probablement moins contrôlées par les structures nationales. Ces deux chapitres se terminent par des tableaux récapitulatifs très appréciables, incluant les dates de création, le nombre d’adhérents, etc. D’autres critères auraient sans doute pu être proposés, comme le budget et le mode de financement, ou encore la place de la religion et le rapport à la violence.

7Le chapitre 4 s’interroge sur les objectifs et les motivations des militants, notamment en reprenant la notion de « nationalisme de diaspora » proposée par Ernest Gellner, ce qui permet de mieux comprendre cette étonnante sensibilité envers un conflit qui se déroule à des milliers de kilomètres. Ce chapitre apparaît toutefois moins abouti, probablement parce qu’il ne donne pas d’indications sur les parcours et les biographies des militants.

8Les chapitres 5 et 6 sont nettement plus fournis. Ils font entrer de plain-pied dans les jeux de relation et d’influence qui s’exercent entre les militants et les pouvoirs publics. Le chapitre 5 se centre sur les actions de lobbying en opérant une distinction entre le lobbying direct (sur le président, le gouvernement, les parlementaires) et le lobbying indirect (journalistes, opinion publique). L’exercice se heurte à une limite bien connue : la difficulté d’aller au-delà d’une présentation factuelle des contacts et des échanges pour en tirer des conclusions sur les explications. Le chapitre 6 échappe à cette limite en pointant la manière dont les pouvoirs publics, notamment les collectivités locales, s’impliquent concrètement dans le conflit. L’auteur montre bien comment les communes, auxquelles la décentralisation a donné de nouvelles compétences en matière de coopération internationale (surtout depuis la réforme de 2004), prennent volontiers partie pour un camp ou pour un autre par le biais de jumelages, de partenariats divers, voire par cette mesure symbolique consistant à accorder le statut de citoyen d’honneur à certaines personnalités. On lira ainsi avec profit les pages consacrées à l’affaire Barghouti, du nom de ce militant palestinien emprisonné pour terrorisme en Israël, ardemment soutenu en France par certaines villes, en dépit des pressions de l’Etat.

9Finalement, le chapitre 7 revient sur la question sensible de la violence, que l’auteur aborde avec beaucoup de précautions. Ce souci de la neutralité, respectable en soi, conduit toutefois à un choix étonnant : celui de commencer par les violences commises par des juifs, ce qui revient à établir une sorte d’antériorité chronologique, voire de symétrie dans les violences, accréditant l’idée selon laquelle on assisterait à des affrontements communautaires. Une telle interprétation est fort discutable puisque la vague de violence qui s’est déclarée en France depuis l’automne 2000, en lien avec la « seconde Intifada », est essentiellement tournée contre les juifs (la « nouvelle judéophobie » dont parle Pierre-André Taguieff).

10Dans ses conclusions, l’auteur entend surtout relativiser l’idée d’une « radicalisation » dans la façon dont le conflit est vécu en France. Il souligne au contraire que les violences ont toujours été présentes, et ce dès la fin des années soixante, avec par exemple les affrontements entre juifs et musulmans dans le quartier de Belleville en juin 1968, ou encore l’incendie de la banque Rothschild en septembre 1969. Or, à l’époque, rappelle-t-il, ces violences étaient bien plus intenses qu’aujourd’hui, provoquant des blessés graves et des morts. Ce rappel est précieux, mais on restera cependant sceptique sur cette lecture optimiste car les populations en cause ne sont pas les mêmes, et toute la question est justement de savoir pourquoi des jeunes nés et éduqués en France se sentent autant concernés par une cause lointaine, dont ils connaissent finalement peu de choses, tout en étant prêts à passer à l’acte. Sur ce point, il n’est pas sûr que l’ouvrage soit parvenu à élucider complètement ce qui était son but initial, à savoir comprendre les « conditions d’émergence de la violence » (p.10), peut-être parce que l’auteur n’a pas cherché à creuser la question du lien entre les mouvements associatifs et les auteurs de violence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Tournier, « Marc Hecker, Intifada française ? De l’importation du conflit israélo-palestinien », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 28 mai 2012, consulté le 19 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8486

Haut de page

Rédacteur

Vincent Tournier

Maître de conférence de science politique, IEP de Grenoble, chercheur à PACTE (CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page