Navigation – Plan du site

Florent Champy, La sociologie des professions

Maxime Drouet
La sociologie des professions
Florent Champy, La sociologie des professions, PUF, coll. « Quadrige Manuels », 2009, 230 p., EAN : 9782130577546.
Haut de page

Texte intégral

1Jusqu'ici, le principal manuel français de sociologie des professions était celui signé par Claude Dubar et Pierre Tripier en 1998 chez Armand Colin et devenu depuis un classique pour les étudiants. Le premier intérêt de l'ouvrage de Florent Champy est donc d'actualiser la synthèse d'un domaine de recherche dynamique, comme le montre le récent ouvrage collectif publié sous la direction de Didier Demazière et Charles Gadéa, Sociologie des groupes professionnels . D'autre part, l'organisation de ce manuel est également un bon indice de la maturité du champ de recherche. Très pédagogique, le manuel de Claude Dubar et Pierre Tripier avait néanmoins comme défaut de cloisonner son développement en trois grandes parties (modèles, théories, recherches). Florent Champy propose un manuel, peut-être plus ardu, mais mieux problématisé et articulé. Construit autour des principales problématiques du champ, le manuel présente un double avantage : il ne sépare jamais les développements théoriques de leurs terrains empiriques et il confronte en permanence les deux matrices qui structurent la connaissance du champ, le fonctionnalisme et l'interactionnisme, dans leurs dimensions aussi bien méthodologiques, empiriques que théoriques.

2Outre la qualité pédagogique de l'ouvrage, Florent Champy présente au lecteur sa propre voie de recherche entre fonctionnalisme et interactionnisme. Tout part d'un constat simple. Selon lui, la sociologie des professions est traversée par un malentendu analytique. Le travail des professionnels est généralement analysé avec pour étalon l'activité scientifique. Mais la comparaison entre travail professionnel et travail scientifique biaise et conduit les chercheurs dans l'impasse d'un débat stérile : « c'est à cause de ce malentendu que le fonctionnalisme et l'interactionnisme ont enfermé le débat sur la qualité du travail professionnel dans une fausse question sur le degré de rigueur dans l'application d'un savoir dont les auteurs de ces deux courants pensaient à tort qu'il ne pouvait être que scientifique. » (p.88)

3Dont acte. Mais comment sortir de cet horizon positiviste ? Florent Champy développe une nouvelle piste, un « troisième regard ». Le sociologue convoque d'un côté Ginzburg avec son « paradigme indiciaire » et de l'autre Aristote (relu par Pierre Aubenque) pour sa « pratique prudentielle » . Aidé de ces deux références, il propose le programme de recherche suivant : sachant qu'il existe d'autres modes de connaissance que la connaissance scientifique, l'une des tâches du sociologue est d'enquêter sur les caractéristiques sociales et cognitives propres aux savoirs professionnels. Cette attention que porte Florent Champy à la spécificité des savoirs et des pratiques professionnelles l'amène à isoler deux caractéristiques : la conjecture et la délibération. À l'aide de plusieurs exemples, Florent Champy argumente : dans de nombreuses activités, le « travail ne consiste pas - ou pas principalement à appliquer mécaniquement des savoirs scientifiques. Face à des problèmes singuliers ou complexes, les professionnels prennent des décisions qui comportent une dimension de délibération et même de pari : le travail professionnel est conjoncturel, parce qu'il porte sur une réalité qui échappe inévitablement à toute maîtrise systématique. » (p.84)

4Penser les professions à pratique prudentielle n'aide pas seulement au renouvellement analytique de la sociologie des professions. Elle permet aussi de mieux saisir les profondes modifications en cours dans le monde du travail et des organisations. Pour Florent Champy, la colonisation du management dans toutes les sphères d'activités économiques de la société s'inscrit dans l'histoire longue du refoulement des formes de connaissances distinctes de la science. Le succès des indicateurs quantitatifs réside ainsi en grande partie dans la méconnaissance de la logique prudentielle de bien des activités. « Moins une profession est capable de faire comprendre à l'extérieur la logique de ses manières de faire, plus l'imposition de critères objectifs dans le travail peut aller jusqu'à l'absurde (...). Les tendances hégémoniques de la quantification sont ainsi renforcées par l'absence de conscience claire de la nature des pratiques alternatives qui existent dans de nombreux domaines. » (p.208)

5Pour Florent Champy, la critique des logiques managériales n'est pas suffisante pour résister aux menaces qu'elles font peser sur le travail. Il est nécessaire de rendre visible la consistance des activités, de les expliquer et de les justifier « dans des termes autres que ceux de la gestion. » Et l'auteur de mettre en garde : « si le seul langage largement accessible pour évaluer l'efficacité des activités professionnelles reste celui du management, il sera de plus en plus utilisé quelles que soient la virulence et la pertinence des critiques à son égard. » (p.209)

6Dans ce contexte, espérons que Florent Champy dépasse le cadre du manuel pour présenter son « troisième regard » pour que sa démarche analytique concernant les professions à activité prudentielle fasse l'objet de développements empiriques et analytiques plus poussés que les quelques pages qui lui sont consacrées aujourd'hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Drouet, « Florent Champy, La sociologie des professions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 17 novembre 2009, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/852

Haut de page

Rédacteur

Maxime Drouet

Doctorant en sociologie au GSPM.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page