Navigation – Plan du site

Howard Saul Becker, Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales

Samuel Coavoux
Comment parler de la société
Howard S. Becker, Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, La Découverte, 2009, 316 p., EAN : 9782707156778.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Becker, Howard Saul, Écrire les sciences sociales (Économica, 2004); Becker, Howard Saul, Les ficel (...)

1Connu et apprécié pour la limpidité de son style et sa grande pédagogie comme pour la profondeur de ses analyses, Howard Becker poursuit, dans Comment parler de la société, un effort de longue date de réflexion pragmatique sur la pratique des sciences sociales. Les ficelles du métier et Écrire les sciences sociales 1, ses deux précédents ouvrages sur ce sujet, présentaient de manière concrète et claire un ensemble d'« astuces » de réflexion et de présentation du travail sociologique. C'est ici, la question de l'élaboration et de la diffusion des représentations sociales qui est au cœur de son analyse, qu'elles soient produites dans le monde académique, artistique, ou ailleurs. Il s'agit, en somme, d'une sociologie comparée de l'art et des sciences sociales.

2Becker affirme que les différentes représentations sociales (définies comme des manières de parler de la société) qui coexistent dans notre monde ne se distinguent pas par leur degré de précision ou de justesse, mais par les buts qu'elles servent. Chacune constitue une réponse à une ou plusieurs questions, et ne porte que les informations que ses fabricants ont jugées pertinentes. Les représentations sociales savantes, celles que produisent les chercheurs en sciences sociales, ne peuvent donc être qu'un élément de l'espèce des représentations au sens large, qui se singularise par une série de critères organisationnels (dans la division du travail entre fabricants et usagers) et formels (dans la présentation des données et des interprétations). Aussi, la revendication par les savants du monopole de la représentation sociale procède d'un « abus de pouvoir professionnel » (p. 21) plutôt que d'une prérogative scientifique.

3Cette thèse prend toute sa force dans la comparaison entre différents modes de représentation sociale. Elle permet en effet à la fois de mesurer les unes aux autres les manières artistiques, scientifiques et pratiques de parler de la société, et de les enrichir mutuellement. Les fabricants de représentations font tous face aux mêmes problèmes : « Les romanciers ont les mêmes dilemmes moraux que les sociologues et les anthropologues, les cinéastes ont des soucis budgétaires, comme les chercheurs en sciences sociales. » (p. 32). Du point de vue de l'organisation sociale, donc, ces représentations ont de nombreux points communs. Il s'agit alors de comprendre la manière dont elles sont produites.

  • 2 Perec, Georges, Tentative d'épuisement d'un lieu parisien (Paris: C. Bourgois, 1982)

4La fabrication d'une représentation sociale consiste principalement en la mise en ordre d'informations. Celles-ci doivent être sélectionnées, transcrites, présentées, et interprétées. La sélection des informations pertinentes est une étape essentielle. Aucune représentation ne saurait refléter la réalité dans son intégralité; quand bien même elle le pourrait, elle n'apporterait alors rien de plus à ce qui existe. Becker consacre ainsi un chapitre au travail de George Perec, et qualifie sa Tentative d'épuisement d'un lieu parisien 2 de « leçon de l'infaisabilité de [l'] entreprise de description gratuite » (p. 273).

  • 3 Tukey, John, Exploratory data analysis, Addison-Wesley series in behavioral science (Reading: Addis (...)

5Les différentes tâches constituant le travail de représentation peuvent être opérées par des acteurs différents. Si, dans le cas d'un film ou d'un article scientifique, les fabricants font tout le travail, cela n'est pas le cas de la photographie artistique, qui laisse souvent l'interprétation au spectateur (par exemple en fournissant des légendes minimales ou en offrant des clichés riches en détails). Et pourtant, ces communautés sont diversement structurées : aux deux extrêmes, il y a, pour les modèles mathématiques, confusion des populations de fabricants et d'usagers (les compétences requises pour comprendre le modèle étant sensiblement similaires à celles nécessaires pour le produire), quand, dans le cas du cinéma hollywoodien, des producteurs maitrisant consciemment les codes de leurs représentations les proposent à des usagers ne maitrisant qu'inconsciemment ces matrices. Les compétences de fabrication et d'interprétation sont donc très inégalement réparties. Il en ressort que l'on ne peut saisir le sens d'une représentation sans s'interroger sur les rapports qu'entretiennent, dans la communauté interprétative en question, usagers et fabricants. Cependant, c'est la forme prise par la représentation qui est au centre de l'analyse de Becker. Il constate d'abord que les communautés d'interprétation au sein desquelles se fabriquent les représentations sociales disposent souvent d'idées précises et fortes quant à ce que doit être une représentation. Il y a, de ce fait, une standardisation de ces images : procédés de mise en forme et modes de lectures se routinisent. Les échanges en sont certes simplifiés, mais la force de l'habitude fait aussi obstacle à l'émergence de formes innovantes de représentation, formes qui peuvent s'avérer plus adaptées à certains objectifs. L'auteur évoque alors les boites à moustache proposés par John Tukey 3 très rarement utilisées en sciences sociales. Elles sont pourtant capables de représenter très synthétiquement différentes dimensions d'une variable : moyenne, médiane, dispersion et valeurs extrêmes, autant d'éléments qui sont habituellement présentés dans des tableaux différents.

  • 4 Antin, David, Talking at the boundaries (New York: New Directions, 1976)
  • 5 Calvino, Italo, Les villes invisibles (Paris: Seuil, 1974)

6Certaines formes s'avèrent encore plus audacieuses, du moins dans certaines sphères. Becker fait ainsi un parallèle inattendu entre trois modes de représentation dont, selon lui, nous n'attendons pas qu'elles soient vraies : les paraboles, les idéaux-types et les modèles mathématiques. Il consacre de longues pages, dans deux chapitres, à la parabole, en présentant les travaux des écrivains David Antin et d'Italo Calvino. Le premier décrit l'organisation d'une société dans laquelle l'air serait raréfié au point de devenir une denrée luxueuse, et montre comment des institutions sociales comme le langage, le travail ou la famille s'organiseraient autour du marché de l'air pur 4. Le second met en scène Marco Polo et Kublaï Khan discutant des villes qu'a visité le marchand ; ces cités présentent chacune un trait caractéristique saillant, autour duquel s'organise la description 5. Pour Becker, l'œuvre de Calvino pose des questions cruciales en sociologie urbaine, en particulier du point de vue de la méthodologie et de l'interprétation (le sociologue décrit ainsi « les règles de la méthode analytique » contenues dans l'ouvrage, p. 285). Son roman est une interrogation sur les modes d'appréhension d'une ville, et propose des pistes d'analyse au sociologue de l'urbain en forçant le trait sur des cités fantaisistes. La conclusion, fort logique, de Parler de la société constitue donc un plaidoyer en faveur de l'audace dans les modes de représentation, en art comme en sciences sociales.

  • 6 Dubois, Jacques, Les romanciers du réel : de Balzac à Simenon (Paris: Seuil, 2000).

7Deux chapitres, enfin, sont consacrés aux questions d'éthique et d'esthétique de la représentation. Il s'agit, en réalité, de deux aspects d'un même problème, l'adéquation de la représentation et de la réalité. On attend d'une représentation sociale qu'elle soit vraie, ou, plus pragmatiquement, une image «bien assez bonne» de la réalité. C'est que les représentations subissent des tests de crédibilité, fondés sur ce que l'usager sait de la réalité dépeinte. Ce qui ne signifie pas que les représentations préalables de l'usager ne puissent être modifiées, voire bouleversées, par la nouvelle représentation, mais simplement que celle-ci doit être crédible aux yeux des usagers. La question esthétique est alors celle de la mise en forme de la représentation de manière à ce que l'on y croie. L'importance donnée à la forme peut conduire à oublier la réalité représentée (comme ces commentateurs de Au cœur des ténèbres qui oublient que le livre de Joseph Conrad dépeint également une situation coloniale dans toute sa violence), et, inversement, c'est parfois la réalité représentée elle-même qui participe grandement à l'esthétique du roman (Becker cite ici Dickens, mais l'on pense aux romanciers réalistes en général. 6

  • 7 Hacking, Ian, Entre science et réalité : la construction sociale de quoi? (Paris: La Découverte, (...)
  • 8 Goffman, Erving, Asiles : études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Le (...)

8L'adéquation de la représentation à la réalité est par ailleurs une question éthique. Aucune représentation n'est absolument neutre ; certaines, cependant, le clament. C'est le cas, en particulier, des travaux scientifiques. Ainsi des chercheurs qui souhaitent dénoncer les phénomènes qu'ils étudient en étudiant leurs causes 7. Un long chapitre est consacré au travail d'Erving Goffman 8 et plus particulièrement à ses efforts pour construire un vocabulaire conceptuel effectivement neutre. Parmi les outils du sociologue, la méthode analogique se révèle efficace pour désamorcer les pièges de l'éthique. C'est ainsi que la construction de la catégorie d'«institution totale» repose sur la comparaison entre des univers connotés négativement (prison, hôpital psychiatrique...) et positivement (monastères, caserne...). L'inventivité linguistique du sociologue permet par ailleurs de se défaire, dans une certaine mesure, des connotations morales qui pèsent sur les mots du langage courant : Goffman emploie, par exemple, « échelon » là ou d'autres utiliseraient « domination ».

9La grande clarté de l'argumentation de Becker, illustrée d'exemples nombreux et longuement présentés, fait de cet ouvrage un complément précieux à ses réflexions déjà publiées. Fabricants et usagers de représentations sociales, en particulier de celles produites par les sciences sociales, gagneront sans doute beaucoup à sa lecture, et la comparaison sur un pied d'égalité des représentations produites dans des mondes sociaux différents est une entreprise bienvenue. Cependant, certains passages se révèlent plus faibles que d'autres, lorsque l'auteur s'étend sur des idées relativement consensuelles, sinon banales : la nécessité d'un choix des données à représenter, l'impossible neutralité des représentations, ou encore la littérature comme terrain et source de l'analyse sociologique et historique. A coup sûr, l'ouvrage aurait gagné à approfondir ses réflexions les plus originales, sur la photographie ou la parabole (qui mériterait probablement un livre à elle seule), en laissant de côté les terrains plus balisés, en particulier la littérature.

Haut de page

Notes

1 Becker, Howard Saul, Écrire les sciences sociales (Économica, 2004); Becker, Howard Saul, Les ficelles du métier (La Découverte, 2002).

2 Perec, Georges, Tentative d'épuisement d'un lieu parisien (Paris: C. Bourgois, 1982)

3 Tukey, John, Exploratory data analysis, Addison-Wesley series in behavioral science (Reading: Addison-Wesley Pub. Co., 1977)

4 Antin, David, Talking at the boundaries (New York: New Directions, 1976)

5 Calvino, Italo, Les villes invisibles (Paris: Seuil, 1974)

6 Dubois, Jacques, Les romanciers du réel : de Balzac à Simenon (Paris: Seuil, 2000).

7 Hacking, Ian, Entre science et réalité : la construction sociale de quoi? (Paris: La Découverte, 2001)

8 Goffman, Erving, Asiles : études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Le sens commun (Paris: Minuit, 1968).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Howard Saul Becker, Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 11 décembre 2009, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/855

Haut de page

Rédacteur

Samuel Coavoux

Doctorant en sociologie, École normale supérieure de Lyon, Centre Max Weber. Membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page