Skip to navigation – Site map

Yves Bonny, Lise Demailly (dir.), L'institution plurielle

Igor Martinache
L'institution plurielle
Yves Bonny, Lise Demailly (dir.), L'institution plurielle, Presses universitaires du Septentrion, series: « Le regard sociologique », 2012, 177 p., ISBN : 978-2-7574-0374-7.
Top of page

Full text

  • 1 Voir entre autres Jacques Lagroye, Michel Offerlé (dir.), Sociologie de l'institution, Paris, Beli (...)
  • 2 Voir Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 1895 [2007], p.XX : http://lectures.revues (...)
  • 3 Voir François Dubet, Le déclin des institutions, Paris, Seuil, 2002
  • 4 Voir Luc Boltanski, De la critique, Paris, Gallimard, 2009 : http://sociologie.revues.org/117

1La sociologie des institutions semble en plein renouveau aujourd'hui, comme l'indiquent les nombreuses parutions récentes consacrées à ces dernières1. Rien d'étonnant en réalité si l'on se rappelle que la sociologie française s'est précisément institutionnalisée – si l'on ose dire- autour de cette notion, Emile Durkheim la définissant comme « la science des institutions, de leur genèse et de leur fonctionnement »2. Pour autant, il est nécessaire de ne pas céder ici encore à l' « illusion nominaliste » qui ferait croire à l'existence d'une substance derrière le mot car, au-delà du label, force est de constater que ces différentes publications empruntent des perspectives très différentes, pour ne pas dire difficilement conciliables. Certains pointent ainsi le « déclin » de ces dernières3 pour en réalité analyser les métamorphoses des professions du « travail sur autrui », quand d'autres soulignent au contraire leur rôle toujours central dans la reproduction des rapports de domination4. Autant dire que, devant cette pluralité d'approches, il n'est pas inutile d'essayer de clarifier ce que les institutions veulent dire, pour paraphraser un titre bien connu. C'est ce à quoi s'attelle notamment le réseau thématique (RT) 40 de l'Association française de sociologie (AFS), dont les membres n'entendent pas pour autant « s'enfermer dans une définition trop précise qui interdirait de rester en permanence attentifs aux transformations sociétales » (p.11).

2L'ouvrage dont il est ici question est ainsi issu d'un séminaire que celui-ci a organisé en essayant de tenir ensemble ce défi de rendre compte de la pluralité et des tensions qui travaillent les institutions sans céder pour autant aux sirènes des discours « postmodernes » qui font florès dans une certaine partie du monde académique… Après une introduction assez remarquable d'Yves Bonny, où celui-ci propose un certain nombre de clarifications terminologiques entre des notions souvent confondues – institutions, organisations, administrations, organisations et établissements – et met en évidence la part respective des déplacements des regards sociologiques et des transformations sociales dans le redoublement de l'attention dont le thème de la pluralité – et corrélativement l'affaiblissement du thème de l'unité- fait l'objet aujourd'hui, ces contradictions internes des institutions sont ensuite analysées et illustrées dans chacun des huit chapitres suivants, sur autant de cas différents, et parfois surprenants.

3Lise Demailly s'appuie ainsi sur ses nombreux travaux dans ce champ pour mettre en évidence les multiples tensions cognitives, éthiques, organisationnelles et de régulation qui traversent aujourd'hui la profession psychiatrique jusqu'au sein de chacun de ses praticiens, tout en s'efforçant de faire la part, parmi ces tensions, entre celles qui sont pratiquement consubstantielles à la discipline, celles qui sont récurrentes et celles qui sont plus conjoncturelles, ou réellement nouvelles. Une autre chercheuse, dont la carrière se confond pratiquement avec l'institution dont elle a fait son objet, Corinne Rostaing, montre pour sa part comment l'institution carcérale est aujourd'hui traversée à la fois par une tension récurrente entre ses missions de sécurité et de réinsertion, par de multiples tensions matérielles au quotidien, et enfin par une nouvelle tension entre le poids de la contrainte et l'injonction nouvelle à la « responsabilisation » des détenus – à l'instar du reste de celle qui anime plus largement l'activation des politiques sociales5. En étudiant les pratiques des professionnels de l'Aide sociale à l'enfance (ASE) met en évidence la coexistence de représentations diverses du « bon parent » parmi ces derniers, et plus profondément encore l'ambiguïté qui les conduit à simultanément valoriser et déprécier les « parents accompagnés ». Jean-Paul Payet s'intéresse également à l'éducation des enfants, mais du point de vue des enseignants scolaires. Il développe ainsi dans sa contribution une modélisation théorique fondée sur ses propres et également abondants travaux, dans laquelle il met en évidence trois cadres de référence distincts qui animent selon lui ses professionnels au cœur desquels se situe respectivement la recherche d'égalité formelle, d'équité ou de reconnaissance, et dont découlent une certaine posture professionnelle, ainsi qu'une définition particulière des élèves et de leurs parents, ainsi que des tensions internes particulières.

  • 6 Voir entre autres Florian Charvolin,L’invention de l’environnement en France. Chronique anthropolo (...)

4Dans son article, Denis Laforgue s'intéresse pour sa part à une institution moins « classique » parce que relativement nouvelle : le « développement durable ». Ce concept mou, largement dénoncé par ailleurs pour ses usages très plastiques, a en effet été accompagné par l'essor d'un certain nombre d'établissements publics comme l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME) ou les espaces Info-Energies, en fait le redéploiement de structures déjà existantes, pour accompagner ce « problème public » récemment construit6. Or, les professionnels qui oeuvrent dans ces derniers sont eux-mêmes se retrouvent non seulement confrontés à des injonctions politiques contradictoires, mais aussi à des publics-cibles souvent désintéressés et aux comportements imprévisibles ; ce qui alimente chez eux la tentation de passer outre ces derniers en en revenant à une logique technocratique contradictoire avec leur mandat mais permettant de conjurer leur sentiment d'impuissance. La contribution de Bruno Milly vient compléter cette dernière en revenant plus précisément sur cette métamorphose du « projet institutionnel » de l'aménagement du territoire au sein de laquelle la promotion du « développement durable » s'est progressivement substituée à la mission d'équipement. Une mue récente qui ne s'est pas opérée sans tensions, qui elles-mêmes se diffractent dans les relations inter-individuelles entre les fonctionnaires appartenant à ce corps technique particulier, entre les « anciens » qui déplorent cette évolution, également synonyme d'un certain déclassement collectif, et les plus jeunes qui, au contraire, la promeuvent.

  • 7 Voir notamment Philippe Bezes, Réinventer l'Etat. Les réformes de l'administration française (1962 (...)

5Au-delà de la diversité des cas étudiés, les différentes contributions rassemblées ici présentent ainsi une certaine unité dans leur manière d'analyser la pluralité qui travaille aujourd'hui les « institutions ». Les méthodologies employées par leurs auteurs présentent en effet un certain nombre de principes communs, comme celui de prêter une attention particulière à la subjectivité des « acteurs » sociaux concernés, tant les professionnels que leurs publics, à leurs interactions et situations concrètes et aux représentations et idéologies qui les meuvent, sans pour autant laisser de côté les structurations plus globales dans lesquelles ils évoluent. Cela leur permet de mettre en évidence un certain nombre de résultats communs que reprend Lise Demailly en conclusion de l'ouvrage, comme la prise de parole plus active des « usagers », la transformation des modes de négociations autour des normes, mais aussi des modes de régulation de l'action publique, elle-même synonyme d'une reconfiguration du « gouvernement des conduites » comme disait Michel Foucault. Une manière d'analyser en somme de la nouvelle « gouvernementalité » qui accompagne l'essor du New Public Management, etqui vient compléter celles qu'ont pu faire certains politistes7, et qui ne demande qu'à être reproduite sur d'autres terrains pour être affinée et amendée.

Top of page

Notes

1 Voir entre autres Jacques Lagroye, Michel Offerlé (dir.), Sociologie de l'institution, Paris, Belin, 2011 ; Virginue Tournay, Sociologie des institutions, Paris, PUF, 2011 : http://lectures.revues.org/5660  et de la même auteure : Vie et mort des arrangements sociaux, Paris, PUF, 2009 : http://lectures.revues.org/1081 ; Pierre François (dir.), Vie et mort des institutions marchandes, Paris, Presses de Sciences-po, 2011

2 Voir Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 1895 [2007], p.XX : http://lectures.revues.org/558

3 Voir François Dubet, Le déclin des institutions, Paris, Seuil, 2002

4 Voir Luc Boltanski, De la critique, Paris, Gallimard, 2009 : http://sociologie.revues.org/117

5 Voir Nicolas Duvoux, L'autonomie des assistés, Paris, PUF, 2009 : http://lectures.revues.org/1381

6 Voir entre autres Florian Charvolin,L’invention de l’environnement en France. Chronique anthropologique d’une institutionnalisation, Paris, La Découverte, 2003

7 Voir notamment Philippe Bezes, Réinventer l'Etat. Les réformes de l'administration française (1962-2008), PUF, 2009 : http://lectures.revues.org/765 ; Nicolas Fisher, Alexis Spire (dir.), « Etat et illégalismes », Politix, n° 87, 2009 : http://lectures.revues.org/876

Top of page

References

Electronic reference

Igor Martinache, « Yves Bonny, Lise Demailly (dir.), L'institution plurielle », Lectures [Online], Reviews, 2012, Online since 01 June 2012, connection on 23 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8552

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page