Navigation – Plan du site

Christophe Coello, Squat. La ville est à nous

Lionel Francou
Squat
Christophe Coello, Squat. La ville est à nous, C-P productions, 2011.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour une étude nuancée du processus de gentrification en œuvre dans le district de la Ciutat Vella(...)
  • 2  Parmi les films produits par C-P Productions, on trouve notamment La sociologie est un sport de co (...)

1Squat. La ville est à nous est d’abord et avant tout un documentaire sur l’engagement militant qui a pris comme toile de fond deux quartiers anciens de Barcelone en voie de gentrification1 : El Raval et, surtout, La Barceloneta. Est mise en scène la trentaine de membres du collectif « Miles de Viviendas » qui luttent contre la spéculation foncière et les expulsions, en se réappropriant des immeubles vides qu’ils transforment en squats. Christophe Coello, le réalisateur, a une longue expérience du documentaire social, aux côtés de militants, puisqu’il a abordé par le passé des thèmes aussi divers que des mouvements sociaux en Amérique latine, la scolarisation des enfants gitans, la vie en HLM et le sens du travail dans notre société (Attention danger travail, 2003 et Volem Rien Foutre al Païs, 2007). La production a été assurée par C-P Productions dont les documentaires abordent des sujets qui sont souvent susceptibles d’intéresser les sociologues2.

2Ce documentaire, filmé à Barcelone, entre 2003 et 2011, nous raconte en 1h34 l’histoire de huit années de lutte. Le réalisateur a choisi de sélectionner certains passages relatant des évènements marquants et étapes décisives dans la vie de ce collectif de militants d’extrême-gauche âgés de 19 à 45 ans, mais également la banalité d’un quotidien qui oscille entre l’exécution des tâches ménagères et les expulsions.

3Dès les premières images, nous sommes plongés dans le feu de l’action ; nous assistons à une « ouverture » de squat et nous découvrons ces futurs squatteurs harnachés qui pénètrent, par une fenêtre, dans un logement abandonné. On assiste à la découverte de leur nouveau logement et à leur installation qui passe par la prise de contact avec les voisins, afin de les rassurer et de brièvement leur expliquer la démarche du groupe. Le nettoyage et la réhabilitation des lieux sont également entrepris. La vie en squat c’est, avant toute chose, la vie de groupe ; celle-ci nécessite une organisation et une logistique bien rodées afin que tout fonctionne convenablement et que l’expérience puisse s’inscrire dans la durée. Notre groupe de squatteurs aux trajectoires de vie multiples et variées s’auto-organise, notamment en ce qui concerne la répartition des tâches « ménagères », les achats alimentaires, les actions politiques, etc. Chacun amène ses compétences et apprend des autres. C’est ensemble, lors d’assemblées générales, qu’ils fixent leurs objectifs et déterminent la suite des évènements. Des réunions, ils en font aussi pour aplanir les tensions et gérer la vie quotidienne du groupe et ses difficultés. L’entraide et le collectif occupent une place importante ; chacun participe à la vie du groupe à la hauteur de ses moyens financiers et de ses compétences (récupération des invendus chez les grossistes, caisse commune anonyme, prix libres, etc.).

  • 3  Pierre Cordonianu-Thibault, « Florence Bouillon, Le squat : problème social ou lieu d'émancipation (...)

4Ce squat politique, qu’il est nécessaire de distinguer des autres types de squats, regroupe des militants qui choisissent d’habiter ensemble en s’organisant autour de principes et d’idéaux spécifiques, dans l’espoir de contribuer à un changement radical de notre modèle de société ; dans leur cas, cela revient à lutter contre le système capitaliste. Florence Bouillon distingue deux types de squats : « d'un côté les squats d'habitation adoptés par nécessité et révélateurs d'un « problème social », de l'autre les squats d'activités adoptés par conviction et vécus comme moyen d'émancipation »3. Le squat politique n’entre pas dans ces catégories en tant que tel ; y vivre relève plus de l’acte politique que de la nécessité de disposer d’un toit. Un certain nombre de militants ont d’ailleurs quitté une vie rangée, « normale », pour cette vie militante, en marge du système, ce qui n’est pas toujours bien perçu par leurs proches et par la société qui voient en eux, d’après les mots d’une squatteuse, des « ratés ».

  • 4  Sur l’émergence, la composition et l’évolution des mouvements sociaux défendant le droit au logeme (...)
  • 5  Mathieu Van Criekingen, « Comment la gentrification est devenue, de phénomène marginal, un projet (...)

5L’objectif principal de ces squatteurs est de protester contre la spéculation immobilière et les expulsions. Ils souhaitent se réapproprier les logements que des propriétaires privés, les promoteurs immobiliers et « les banques » ont vidés de leurs occupants pour en augmenter le standing et ainsi permettre le renouvellement de la population et attirer des classes plus aisées et donc plus rentables. Le collectif s’inscrit dans un mouvement plus large qui milite pour la reconnaissance et l’application du droit au logement4 ; il dénonce les conflits d’intérêt entre le privé et le public qui facilitent l’extension de la spéculation de quartier en quartier. Les pouvoirs publics qui encouragent ou impulsent cette « rénovation » des quartiers, endossant « autant que faire se peut le costume de représentants de commerce de « leur » ville »5 sont également la cible des squatteurs.

6Les rapports que les squatteurs entretiennent avec la justice et la police sont difficiles, étant donné l’illégalité de leur démarche, depuis l’entrée par effraction jusqu’au refus d’exécuter les décisions de justice les pressant de quitter les lieux. Les tensions, résistances et affrontements face à la police sont récurrents, mais cela ne les empêche pas d’ « ouvrir » un nouveau squat après avoir été expulsés. Ils resteront deux ans et demi dans une ancienne caserne désaffectée de la Guardia Civile, s’intégrant au quartier, nouant des liens avec certains voisins qui continueront à lutter pour défendre leur quartier et leurs logements malgré l’expulsion et la destruction du squat qui sonnèrent le glas de « Miles de Viviendas ».

7À l’issue de cette expérience, les acteurs de ce squat ont dû s’adapter à leur nouvelle situation et un certain nombre d’entre eux se sont lancés dans de nouvelles actions. Parmi lesquelles motiver et conseiller d’autres groupes susceptibles de se lancer dans une pareille aventure, dispenser des cours de catalan à des sans-papiers, soutenir des comités de quartier, etc. Le documentaire se termine en mai 2011 sur des images de l’émergence du mouvement des Indignés qui se répand progressivement dans des villes du monde entier et auquel nos anciens squatteurs n’auront pas manqué de participer. Leur mobilisation aura, sans doute, d’une certaine façon, contribué à poser quelques-unes des pierres nécessaires à l’édification de ce large mouvement.

8On peut regretter que ce film qui nous raconte le parcours militant d’un collectif, en papillonnant d’un sujet à un autre, ne nous donne pas suffisamment de clés pour en appréhender le contexte. On ne sait rien, en effet, des parcours personnels des militants, de leurs histoires et de leurs motivations. Le contexte dans lequel s’inscrit cette lutte n’est pas non plus abordé (spéculation, pouvoirs publics, crise du logement, etc.). De plus, on ne nous présente pas le point de vue d’autres acteurs tels que les propriétaires, les pouvoirs publics, etc. Néanmoins, la démarche de ce documentaire reste intéressante et les images qui ont été filmées mais coupées au montage pourraient sûrement constituer un matériau sociologique extrêmement riche. La démarche de ce cinéaste qui a suivi l’évolution de ce collectif sur une longue période pourrait inspirer des travaux de sociologues et d’anthropologues soucieux de comprendre plus en détails les mécanismes à l’œuvre et les interactions qui s’établissent.

Haut de page

Notes

1  Pour une étude nuancée du processus de gentrification en œuvre dans le district de la Ciutat Vella à Barcelone qui se trouve au cœur de ce documentaire, voyez Hovig Ter Minassian, « Y a-t-il une gentrification à Barcelone ? Le district Ciutat Vella entre 1991 et 2005 », Géocarrefour [En ligne], vol. 84/1-2 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2012.URL : http://geocarrefour.revues.org/index7270.html

2  Parmi les films produits par C-P Productions, on trouve notamment La sociologie est un sport de combat, un documentaire qui a suivi Pierre Bourdieu dans ses activités quotidiennes, ainsi qu’une série de critiques des médias et du capitalisme.

3  Pierre Cordonianu-Thibault, « Florence Bouillon, Le squat : problème social ou lieu d'émancipation ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 08 mai 2011. URL : http://lectures.revues.org/5259

4  Sur l’émergence, la composition et l’évolution des mouvements sociaux défendant le droit au logement, ainsi que sur la contestation qui s’exprime à travers le squat politique, il est intéressant de se référer aux ouvrages suivants de Cécile Péchu : Droit Au Logement, genèse et sociologie d’une mobilisation, Paris, Dalloz (coll. Nouvelle Bibliothèque de thèses, Sciences politiques), 2006, 540 p. et Les squats, Paris, Presses de Sciences Po, 2010, 127 p.

5  Mathieu Van Criekingen, « Comment la gentrification est devenue, de phénomène marginal, un projet politique global », in revue Agone, n° 38-39, 2008, [En ligne], mis en ligne le 23 mai 2010. URL : http://revueagone.revues.org/201

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Christophe Coello, Squat. La ville est à nous », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 04 juin 2012, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8554

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page