Navigation – Plan du site

Marie-Thérèse Têtu-Delage, Clandestins au pays des papiers. Expériences et parcours de sans-papiers algériens

Jessie Dubief
Clandestins au pays des papiers
Marie-Thérèse Têtu-Delage, Clandestins au pays des papiers. Expériences et parcours de sans-papiers algériens, La Découverte, coll. « Alternatives sociales », 2009, 244 p., EAN : 9782707158659.
Haut de page

Texte intégral

1La problématique migratoire est un sujet récurrent dans la grande majorité des États-Nations modernes. Marie-Thérèse Têtu-Delage, socio-anthropologue, propose de la traiter en s'intéressant à la façon dont cette situation est vécue par les migrants eux-mêmes, ici, des migrants algériens sans-papiers qui viennent s'installer en France. Grâce à un travail d'exploration de quatre ans, durant lesquels elle s'est inscrite dans une association iséroise de soutien aux sans-papiers, elle a pu recueillir les discours des sans-papiers qu'elle a accompagnés dans les différents endroits jalonnant leur parcours : squat, tribunal, lors du retour au bled, ... En adoptant cette démarche, elle a cherché à mettre en évidence les marges de manœuvre dont disposent les sans-papiers et les personnes qui les entourent et les accompagnent (militants, policier municipal, élus, ...), plus que les contraintes, notamment légales, qui encadrent leur vie.

2Pour ce faire, elle s'appuie sur une sociologie interactionniste qui lui permet de montrer quelles sont les stratégies de présentation de soi élaborées par les sans-papiers en vue d'obtenir des papiers, de trouver un logement ou du travail. En outre, à la suite d'Abdelmalek Sayad, l'auteure a tenu à prendre en compte l'« émigré-immigré », c'est-à-dire les raisons qui peuvent pousser quelqu'un à émigrer et à aller dans un pays plutôt qu'un autre. Il apparaît alors que les candidats au départ n'ont pas forcément de profil social ou familial spécifique, mais ce sont davantage « des profils qui correspondraient à des familles ou des individus se sentant les plus touchés par les blocages de la société algérienne, ayant les moyens de partir et adhérant à la perspective que la vie est meilleure ailleurs. Les plus touchés ne sont pas forcément les plus pauvres mais ceux qui se sentent le plus en insécurité » [p. 53]. Elle présente donc quatre profils : les « déclassés du passage à l'économie de marché », les « femmes en quête d'un mari ou d'autonomie », les « "revenus" du retour » et les « jeunes en quête d'avenir ».

3L'utilisation de la notion beckerienne de mondes sociaux lui permet de percevoir la liberté d'action des sans-papiers, sans pour autant occulter les contraintes auxquelles ils doivent faire face. Ainsi, ils peuvent jongler entre les faces légales et illégales (qui ne sont pas toujours aussi étanches qu'on pourrait le penser), notamment pour trouver un squat ou demander à un médecin de leur fournir des certificats médicaux qui leur permettent de rester plus longtemps dans un centre d'hébergement. L'auteure se penche également sur le travail des sans-papiers, ceux-ci acceptent de réaliser des travaux qu'ils considèrent comme dévalorisants et qu'ils n'auraient jamais acceptés en Algérie (travaux agricoles, dans les abattoirs ou dans la propreté publique). L'irrégularité de leur situation semble jouer davantage sur la nature des travaux qu'ils acceptent que sur leurs conditions de travail, qui se caractérisent par la flexibilité et la précarité et qui dénotent, selon l'auteure, d'une évolution de l'emploi en général. Cette irrégularité est considérée comme une étape pour accumuler de l'argent, notamment dans le but de se payer une voiture (synonyme d'une plus grande autonomie), avant d'obtenir leurs papiers et un travail régulier.

4Le mariage est ainsi devenu la façon la plus courante (bien que la plus contrôlée) d'obtenir des papiers. Il peut alors être blanc, factice, et permettre non seulement d'obtenir des papiers, mais aussi de s'affranchir des pressions familiales (et ainsi de pouvoir choisir celui ou celle avec qui ils se marient, après avoir obtenu leurs papiers et divorcé). La pratique du mariage blanc a deux conséquences principales : elle marque une évolution dans la signification des usages et des pratiques du mariage - au même titre que les mariages pour des questions fiscales ou patrimoniales - et elle marque l'intervention des autorités françaises dans les coutumes et la vie privée des individus, pour vérifier la « sincérité » du mariage. Cela peut aussi entraîner des dissymétries au sein du couple, lorsque l'ancien sans-papiers est placé dans une situation d'infériorité face au conjoint, du fait qu'il lui doit l'obtention de ses papiers.

5Une fois les papiers obtenus, l'une des premières choses qui est généralement entreprise est un voyage au bled : « les algériens sans-papiers sont habités continuellement par la perspective du retour, sous la triple forme du rêve, de la hantise et de l'hypothèse » [page 189]. En effet, le retour peut être choisi, c'est alors le signe que l'on n'a pas oublié ceux du bled, l'occasion de renouer des liens avec la famille et les amis que l'on n'a pas vus depuis des années, et celle de retirer une certaine reconnaissance sociale en revenant avec des papiers français. Mais le retour peut aussi être forcé, et ressenti comme un échec en cas d'expulsion. La seule pensée qui habite alors les expulsés est de repartir, dès qu'ils obtiennent un nouveau visa, pour retenter leur chance dans l'Europe qui les a rejetés. Le retour peut encore être différé, quand il y a un sentiment d'abandon envers la famille, qui n'a pas aidé lors du départ et à qui l'on considère ne rien devoir. Cependant, tous n'obtiennent pas de papiers, et ils peuvent alors s'habituer à l'idée de s'installer dans une situation d'illégalité qu'ils concevaient à l'origine comme provisoire. L'auteure observe que le durcissement des lois ne les a pas conduits à abandonner l'idée de s'installer dans le pays ; malgré les lois, les sans-papiers restent en France coûte que coûte (un retour au bled sans papiers ou sans argent serait un synonyme d'échec). Depuis « la quasi impossibilité d'obtenir un visa et de demander en Europe à bénéficier d'un statut » [page 222], l'auteure indique qu'il y a une explosion du nombre d'Algériens qui tentent de traverser collectivement la Méditerranée, entassés sur des Zodiacs peu fiables. Cela semble alors être une réaction à l'interdiction de circuler librement : c'est le défi qui motive leur départ, lequel n'est toutefois pas irraisonné, puisqu'ils connaissent généralement la situation vieillissante de l'Europe et son besoin en travailleurs.

6L'ouvrage de Marie-Thérèse Têtu-Delage est clair et bien écrit. Accessible, il permet d'appréhender l'univers des sans-papiers, fait de débrouillardise, d'ajustements, et qui laisse toute sa place à la créativité des acteurs. C'est en tout cas ce que permet de mettre en évidence l'approche interactionniste choisie, qui est utile pour compléter une connaissance des normes et des contraintes légales qui peuvent astreindre leurs actes dans différentes dimensions de leur vie (liberté de circulation, vie familiale, vie professionnelle, ...). Ni justification ni dénonciation, il montre leur désir de faire valoir leur « liberté de choisir ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jessie Dubief, « Marie-Thérèse Têtu-Delage, Clandestins au pays des papiers. Expériences et parcours de sans-papiers algériens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 11 décembre 2009, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/858

Haut de page

Rédacteur

Jessie Dubief

étudiante en Master 2 recherche de sociologie à l'Université Lumière Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page