Navigation – Plan du site

Gaël Giraud, Cécile Renouard, Le facteur 12. Pourquoi il faut plafonner les revenus

Fabrice Hourlier
Le facteur 12
Gaël Giraud, Cécile Renouard, Le facteur 12. Pourquoi il faut plafonner les revenus, Paris, Carnets Nord, 2012, 224 p., ISBN : 978-2-355-36060-2.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre est un essai sur la justification du plafonnement des revenus. La thèse défendue est que le plus haut revenu ne devrait pas être plus de 12 fois supérieur au plus faible dans la société.

2Pour ce faire, les auteurs ont mobilisé de multiples ouvrages et théories économiques dont ils extraient les éléments utiles à leur démonstration. En lisant le facteur 12, on a droit à une très bonne revue de littérature économique. La présentation souvent très claire et imagée sera appréciée par les néophytes.

3Toutefois, les éléments théoriques s’accumulent parfois et négligent l’idée directrice initiale, cela oblige parfois le lecteur à retrouver seul le fil de l’argumentation. On aura ainsi de nombreux passages sur le fonctionnement de la finance, la crise financière, la crise écologique ou la déglobalisation. Ces détours restent toujours instructifs si on se laisse prendre. Que trouve-t-on dans ce vaste tour d’horizon que proposent Gaël Giraud et Cécile Renouard ?

4Premièrement, on trouve une critique du niveau des plus hauts salaires avec une contestation de leur efficacité économique. Il y a un décrochage entre rémunération et valeur véritable du travailleur. Les conseils d’administration fixant les salaires des PDG (tout comme les marchés financiers) marchent pour une bonne part à la croyance et dans une relative opacité : si on croit que les dirigeants disposent de qualités exceptionnelles et méritent d’être payés grassement, cela devient une prophétie auto-réalisatrice dans les pratiques de rémunération. C’est la même chose dans le monde footbalistique. Mais un footballeur produit-il 1000 fois plus de valeur ajoutée qu’un plombier ?

5Le marché des dirigeants est par ailleurs un marché fermé où la concurrence est faible. Invoquer la loi du marché comme principe de fixation des rémunérations nécessiterait d’abord une réintroduction de la concurrence sur ce marché bien imparfait par rapport aux canons libéraux.

6Les hautes rémunérations auraient également pour but de s’assurer que les dirigeants aillent bien dans le sens des actionnaires, mais il est impossible d’entrer dans la tête d’un dirigeant et ses décisions se révéleront peut-être sous-optimales pour le développement et la pérennité de l’entreprise à long terme.

7Deuxièmement, on trouve une justification d’un relèvement des salaires les plus faibles. Les auteurs montrent que les pays émergents s’autosuffisent de plus en plus et que leur enrichissement ne profitera pas dans le futur aux exportations européennes. Par conséquent, il est grand temps de revaloriser la demande intérieure européenne comme relais de croissance. Une redistribution via les administrations publiques serait également possible, chiffres à l’appui (pp. 60-61).

8Troisièmement, les plus riches sont les détenteurs des titres de la dette publique. Il est temps de les imposer davantage après les avoir transformés en prescripteurs concernant la gestion des Etats. Les auteurs militent par ailleurs pour que les Banques Centrales puissent de nouveau prêter aux Etats pour tarir la rente que permet la détention d’obligations d’Etat. Les fondamentaux économiques de l’Union Européenne doivent être révisés.

9Les auteurs font un petit détour démonstratif plutôt stimulant. Selon eux, le remboursement des emprunts est compromis par la plus faible productivité de l’appareil productif. La productivité s’est appuyée jusqu’ici sur le progrès technique et la quantité d’énergie toujours plus importante qui était mobilisée. Or, les énergies fossiles étant de plus en plus rares, cette productivité ne pourra plus décoller comme du temps des Trente Glorieuses. Il est donc urgent de passer à une production décarbonée, en mettant en place des barrières douanières écologiques et en revalorisant les salaires européens pour développer un nouveau modèle de croissance.

10Quatrièmement, il faut limiter les revenus des plus riches parce qu’ils ont un mode de vie qui impacte fortement l’environnement (émissions de carbone et empreinte écologique). Une partie importante du reste de la société cherchant à imiter ce mode de vie, il est urgent d’agir au nom du développement durable.

11Cinquièmement, limiter l’écart des salaires a une relation avec le bonheur et le bien-être dans la société. Cela réduirait la frustration et l’envie. Aujourd’hui, disposer de hauts revenus permet d’accéder à d’autres dimensions que la seule consommation marchande : la réussite éducative, l’accès à l’art et au voyage et génère des logiques de cumul. Ce premier point d’appui doit être amoindri et d’autres modes d’accès doivent être développés afin que cela profite à un nombre plus large d’individus.

12Enfin, les auteurs présentent les modalités pratiques d’application de ce facteur 12 à la société française. Dans une période où les écarts au contraire se creusent, la thèse d’une limitation de l’écart des revenus est audacieuse et prend tout son sens. Le livre est foisonnant et donne à voir une version de la pensée critique contemporaine en économie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Hourlier, « Gaël Giraud, Cécile Renouard, Le facteur 12. Pourquoi il faut plafonner les revenus », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 04 juin 2012, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8583

Haut de page

Rédacteur

Fabrice Hourlier

Professeur de sciences économiques et sociales au lycée français de Varsovie

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page