Navigation – Plan du site

Martine Barthélémy, Claude Dargent, Guy Groux, Henri Rey, Le réformisme assumé de la CFDT

Lilian Mathieu
Le réformisme assumé de la CFDT
Martine Barthélemy, Claude Dargent, Guy Groux, Henri Rey, Le réformisme assumé de la CFDT. Enquête auprès des adhérents, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Fait politique », 2012, 271 p., ISBN : 978-2-7246-1255-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. Albert O. Hirschman, Défection et prise de parole, Paris, Fayard, 1995.

1Issue en 1964 de la déconfessionnalisation de la CFTC (Confédération française des travailleurs chrétiens) et devenue l’une des plus puissantes centrales de notre pays, la CFDT (Confédération française démocratique du travail) occupe aujourd’hui une position particulière dans le champ syndical. Celle qui a su exprimer dans l’immédiat après-Mai 68 une conception radicale des luttes du monde du travail, porteuse d’une critique renouvelée du capitalisme — via notamment la défense de l’autogestion — et au sein de laquelle se sont rassemblés de nombreux militants issus ou proches de l’extrême gauche, apparaît aujourd’hui comme une organisation particulièrement modérée, voire prête à toutes les concessions devant les exigences patronales ou gouvernementales. Plusieurs épisodes, donnant lieu à de vives polémiques au sein du monde du travail, ont consolidé cette représentation, comme en 1995 le soutien de sa secrétaire générale Nicole Notat au « plan Juppé » de réforme de la Sécurité sociale ou celui, en 2003, de son successeur François Chérèque à la réforme dite « Fillon » du système de retraite des fonctionnaires ou à celle du régime d’indemnisation des intermittents du spectacle. Initié dès les années 1970 sous la direction d’Edmond Maire, le « recentrage » de la CFDT a été vivement contesté en interne et a donné lieu à des départs répétés de militants comme de fédérations entières et, après 2003, c’est 10 % des effectifs qui ont rejoint d’autres organisations (Solidaires et la CGT en premier lieu). Qu’elle se traduise par la prise de parole en interne ou par la défection1, cette contestation n’a pas ébranlé l’orientation réformiste de la direction cédétiste. Plus encore, elle semble avoir favorisé une nette homogénéisation de ses effectifs, spécialement en termes de conceptions de l’action syndicale, de valeurs et de rapport au politique ou à l’action associative.

  • 2  Centre d’étude de la vie politique française.

2C’est ce qui ressort de cette étude menée par quatre politistes (dont trois sont rattachés au Cevipof2 de Sciences Po), spécialistes de longue date du syndicalisme et plus largement de l’action collective. Conduite en 2008 et 2009, la recherche associe un volet qualitatif (69 entretiens conduits auprès militants exerçant un mandat syndical) et une enquête par questionnaire auprès de 1503 adhérents. Son principal intérêt tient à l’adoption d’une démarche « par le bas » : l’orientation de la CFDT n’est pas appréhendée au travers des prises de position publiques de ses dirigeants ou des motions adoptées lors de ses congrès, mais en étudiant les représentations et attitudes de ses militants « de base ». Le portrait qui en résulte apparaît à la fois clair et nuancé : les cédétistes adhèrent très majoritairement à la démarche réformiste de leur confédération et privilégient la négociation au rapport de force et au conflit, mais leur pragmatisme reste toujours soucieux de résultats concrets pour les travailleurs. En d’autres termes, s’ils sont convaincus qu’obtenir des avancées tangibles passe en premier lieu par un sens du réalisme et l’acceptation du compromis, même insatisfaisant, les militants de la CFDT n’ont pas pour autant remisé la grève au magasin des antiquités, ainsi qu’en témoigne le taux important de ceux qui ont à plusieurs reprises recouru à cette instrument de lutte. Simplement, la grève est à leurs yeux un « dernier recours », à ne mobiliser que lorsque l’action juridique et la négociation ont échoué.

3L’ouvrage est organisé en quatre chapitres, précédés par un utile rappel historique de l’évolution de la CFDT qui permet de contextualiser la situation actuelle. Guy Groux y suggère que la phase de radicalité des années 1970 pourrait bien n’avoir été qu’une brève parenthèse, puisque l’attachement à la négociation collective est une caractéristique majeure du syndicalisme chrétien dont la CFDT est issue. Le premier chapitre aborde les motivations des cédétistes, en se centrant sur les circonstances de leur ralliement et sur les éventuels arbitrages au sein de l’offre syndicale, conduisant le futur syndiqué à privilégier une forme de « centrisme syndical », soucieux de défendre les travailleurs sans être « jusqu’au-boutiste ». La pleine adhésion à ce pragmatisme syndical est étudiée dans le deuxième chapitre. Elle apparaît spécialement dans l’objectif de défense immédiate des salariés (au niveau tant collectif qu’individuel) aux dépens d’une volonté davantage idéologique de transformation sociale, largement minoritaire (sans être totalement absente, notamment chez les plus anciens) parmi les adhérents. Elle apparaît également dans les perceptions du monde de l’entreprise, puisqu’une majorité considère que le profit est inhérent et nécessaire à l’activité économique, et se déclare favorable à l’économie de marché. Ce « réalisme économique » et le « sens du compromis » qui l’accompagne n’empêchent pas, comme le montre le troisième chapitre, la persistance du sentiment d’appartenance à une classe (pour deux tiers à la classe moyenne, pour un tiers à la classe ouvrière), ainsi que la prégnance d’une vision de la société marquée par la lutte des classes. De fait, c’est d’une « appréhension clairement non marxiste d’une société de classe en conflit » (p. 124) que témoigneraient les adhérents de la CFDT, que vient conforter un net « libéralisme culturel » : les cédétistes témoignent d’une « vision égalitaire de la société débouchant sur un universalisme globalement fort, un libéralisme des mœurs élevé et un refus délibéré de l’autoritarisme » (p. 154). Le quatrième chapitre, consacré au rapport au politique, relève une majorité de sympathies (et pour une minorité d’engagements) pour le Parti socialiste, loin devant les inclinations pour les Verts ou le Modem. Mais ce que cette étude du rapport au politique permet surtout d’aborder est le travail pratique de délimitation des frontières du syndical et du politique auquel se livrent les cédétistes. Les thèmes ou enjeux définis comme « politiques » sont ainsi davantage conçus comme du ressort du « national » (la direction confédérale) et sont distingués du niveau le plus immédiat de l’action dans l’entreprise. Plus globalement, c’est en termes de « complémentarité », excluant toute forme de dépendance du second envers les premiers, que sont présentés les rapports souhaités entre partis politiques et syndicat.

4L’ouvrage livre ainsi un portrait détaillé d’une organisation syndicale toujours puissante, dont la contestation n’est jamais parvenue à remettre en cause la démarche réformiste dessinée dès la fin des années 1970. À ce titre, il représente un apport de connaissances nouvelles particulièrement appréciable. On pourra cependant regretter certains choix de méthode et une absence de mise en perspective des résultats de l’enquête. Les éléments sociographiques sur les enquêtés (origine sociale, niveau de diplôme, carrière professionnelle…) sont rares et abordés de manière trop allusive. Surtout, les troisième et quatrième chapitres comparent les représentations et les attitudes politiques des cédétistes avec celles de la population française, telles qu’elles ressortent notamment du European value surveys. Il aurait été intéressant, et sans doute plus fructueux, de plutôt les comparer avec celles d’autres syndicats, ce qui aurait permis de mieux situer la CFDT au sein du champ syndical français. On peut notamment faire l’hypothèse qu’une comparaison avec Solidaires ou la CGT conduirait à pondérer l’ancrage à gauche ou l’adhésion à la lutte des classes des effectifs cédétistes. Ainsi trop centrée sur son objet, l’étude perd en capacité d’éclairage des recompositions du monde syndical et ne permet pas de penser relationnellement, dans ses rapports avec les syndicats concurrents, les évolutions de la CFDT. Reste que s’il n’accomplit pas lui-même ce travail comparatif, Le Réformisme assumé de la CFDT livre aux autres observateurs du monde syndical français des ressources documentaires précieuses pour le faire.

Haut de page

Notes

1  Cf. Albert O. Hirschman, Défection et prise de parole, Paris, Fayard, 1995.

2  Centre d’étude de la vie politique française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Martine Barthélémy, Claude Dargent, Guy Groux, Henri Rey, Le réformisme assumé de la CFDT », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 05 juin 2012, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8584

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page