Navigation – Plan du site

Annette Leibing, Virginie Tournay, Les technologies de l'espoir. La fabrique d'une histoire à accomplir

Jean Lukinson
Les technologies de l'espoir
Annette Leibing, Virginie Tournay (dir.), Les technologies de l'espoir. La fabrique d'une histoire à accomplir, Presses de l'Université Laval, coll. « Sociétés, cultures et santé », 2010, 302 p., EAN : 9782763789958.
Haut de page

Texte intégral

1L’espérance, en tant qu’expérience psychique et rapport spécifique au temps et aux choses, est une dimension constitutive de l’existence humaine. Voici donc un ouvrage cohérent qui entend en rendre compte dans ses multiples aspects et dont l’ambition théorique relève manifestement du work in progress.

2Dans l’introduction (qui constitue en même temps, la première partie de l’ouvrage), les auteures exposent en trois temps le cadre d’analyse (qui se veut inédit) à ce qu’elles appellent les technologies de l’espoir. Par là, il faut entendre, non pas des « assemblages matériels ou de substances » qui seraient dotés de vertus thérapeutiques efficaces, mais à la fois des assemblages biotechnologiques innovants et constituant un « cadre » et un « horizon » d’espoir et d’avenir constitutivement marqués par l’incertain, avec pour projet l’amélioration des qualités de la vie. L’espérance n’est pas inhérente aux technologies de l’espoir, pas plus qu’elle ne relève nécessairement du projet conscient. Elle suppose l’incertitude, voire parfois le risque et constitue une source d’angoisse et d’appréhension susceptible de pousser les acteurs à l’action.

3La deuxième partie de l’ouvrage comporte sept chapitres. Le premier article décrit la forme prise par le tourisme médical dans le domaine de la thérapie cellulaire, domaine en expansion au niveau mondial et qui suscite beaucoup d’espoir. Les auteurs y examinent deux cas de thérapies cellulaires aux Pays-Bas et en Chine pour montrer que la promesse et, partant, l’espoir de régénération suscité par les cellules souches en ce qui concerne différentes pathologies (Parkinson, sclérose en plaque, etc.) se fondent sur deux choses : prolonger la vie, mais surtout améliorer la qualité de vie de patients venus de partout : Angleterre, Amérique, Suisse, Hongrie, etc.

4À l’inverse, le chapitre suivant donne à voir l’espoir suscité par les nanotechnologies, non pas du côté des patients ou des usages, mais de celui des chercheurs eux-mêmes. Les auteures analysent brillamment l’évolution de ces technologies de l’infiniment petit ainsi que les espoirs qu’elles suscitent. Adossées à une vision informationnelle de l’humain, ces recherches nourrissent l’idée de perfectibilité et promettent d’accomplir des « miracles » dans le domaine médical : détection précoce du cancer, contrôle de l’insuline, etc., avec tout ce que tout cela implique de désubjectivation du corps et de désincarnation du sujet. En même temps, l’idée de perfectibilité ainsi que la promesse d’accomplir des miracles se trouvent aussi au cœur des neurosciences, non sans susciter moult d’inquiétudes, comme l’analyse l’avant-dernière contribution sur la pratique lucrative qu’est la neuroascèse et la réflexion universitaire que constitue la neuroéthique, les deux ayant pour postulat idéologique commun le sujet cérébral.

5Les chapitres cinq et six ont une thématique commune : le cadavre et l’espoir « post-mortel ». D’une part, l’analyse empirique de la thanatopraxie en tant que technique d’embaumement et de conservation du cadavre montre comment celle-ci, non seulement empêche la putréfaction cadavérique, mais apporte, par sa fonction réparatrice, esthétique et symbolique de l’habillage du mort, une réponse face au deuil et à la souffrance, semblable à celle que proposent, dans le contexte de l’échec de la biomédecine face à la mort, les aumôneries dans les hôpitaux, comme le montre le chapitre huit. D’autre part, la réflexion sur la plastination permet de saisir l’espoir d’une « existence corporelle post-mortelle » que cette technologie suscite chez certains donneurs. Le plastinat constitue ainsi une sorte de résurrection du cadavre et limage corps parfait esthétique. Ainsi, l’espoir naît-il de lier l’euthanasie à cette nouvelle technique, celle-là entendue cette fois en tant que paradis scientifiquement et esthétiquement fondé pour le sujet.

6Dans un tout autre domaine, le septième chapitre fait une analyse ethnographique de l’espoir ambigu suscité par la technologie de l’échographie appliquée à l’obstétrique dans le cadre du diagnostic prénatal. Ces attentes sont ambiguës pour deux raisons : il s’agit d’anticiper par l’échographie, la connaissance d’éventuelles anomalies avant l’accouchement, sous peine d’être surprise, tout en continuant de croire que l’espoir sera confirmé de mettre au jour un bébé parfait. Le recours à cette technologie a pour but, au mieux, de dissiper les doutes et les incertitudes et de rassurer les mamans, même dans le cas d’éventuelles anomalies révélées. D’où le fait que la technologie de l’échographie constitue en même temps, au-delà de la médicalisation, un objet de consommation pour les clientes.

  • 1  P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, Editions du Seuil, 1997, p. 302

7Les deux articles, indissociables dans l’ouvrage, de J. Gaudillère et d’I. Löwy montrent clairement et respectivement la spécificité, d’une part, du nouveau régime biotechnologique et l’économie de la promesse corrélative par rapport à la promesse biomédicale de la chimiothéraphie depuis le début des années soixante-dix, ainsi que les multiples péripéties des chercheurs et des industriels dans la quête d’une molécule préventive idéale face au cancer du sein. L’analyse des incertitudes et du décalage entre les « espérances subjectives et les chances objectives1 » concernant le déroulement de l’essai STAR lancé, entre autres, par le NCI afin d’évaluer les mérites comparés du tamoxifène et du raloxifène doit être comprise comme l’exemplification empirique de ce dont J.-P. Gaudillère a décrit le cadre conceptuel et historique dans l’article précédent : à savoir comment l’économie de la promesse du nouveau régime biotechnologique est une économie qui, obéissant à « une logique industrielle et commerciale » et fondée sur une vision particulière « des rapports entre marché, autonomie des personnes et santé publique », se situe entre « pratiques préventives (pour anticiper) et interventions répétées », comme le montre l’exemple de l’essai STAR concernant la chimioprévention. Notons que l’espoir incarné par cette technologie n’est pas sans rappeler celui suscité par le Prozac (présenté par l’industrie pharmaceutique comme un médicament-miracle) chez les femmes souffrant de maladie mentale aux Etats-Unis, alors qu’il s’agissait d’une fausse promesse, dont le mécanisme d’action restait le même que celui de la psychanalyse, comme le montre le psychiatre J. M. Metzl au chapitre quatre.

  • 2  Id. P. 308

8La dernière contribution pourrait se lire, pour qui a un esprit de suite, après celle d’I. Löwy. L’auteure s’est attachée à montrer les conditions ainsi que les processus de gestion, par les pouvoirs publics et les professionnels, des risques liés à l’ESB ovine – dissimulés par des cas de tremblante. La sélection génétique entreprise par les pouvoirs publics en vue d’améliorer les performances animales et d’éradiquer une maladie animale impliquant des enjeux de santé publique doit être comprise comme un investissement2 associé à une incertitude limitée et réglée. « L’action génétique », menée selon les chances objectives de réussir, participe directement et à la fois de la montée d’une promesse et d’une demande de précaution et d’une volonté de valoriser et de défendre la filière.

9L’aspect le plus intéressant de cet ouvrage est d’avoir mis la question de l’espérance et de la temporalité au cœur de l’analyse des technologies. Toutefois l’ambition totalisante affichée par le travail n’en reste pas moins ce qui fait sa faiblesse d’un point de vue théorique. Car, à y regarder de près, les technologies de l’espoir semblent difficilement constituer un cadre d’analyse spécifique stricto sensu du réel biotechnologique et biomédical. L’espérance étant, par définition, coextensive à toute l’existence sociale et psychique de l’individu, tout ou presque dans le monde social, des dispositifs biotechnologiques à l’aumônerie ou la salle de fitness en passant le protocole de recherche dont toutes les données ne sont pas encore exploitées, peut être source d’espoir et d’attache, marquée par l’incertitude tant pour les professionnels que pour les usagers. Derrière le mot « espoir » cité dans toutes contributions de ce livre, se cache la diversité incommensurable des manières de construire l’objet, en l’absence de toute unité théorique effective.

Haut de page

Notes

1  P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, Editions du Seuil, 1997, p. 302

2  Id. P. 308

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Lukinson, « Annette Leibing, Virginie Tournay, Les technologies de l'espoir. La fabrique d'une histoire à accomplir », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 05 juin 2012, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8597

Haut de page

Rédacteur

Jean Lukinson

Allocataire-moniteur, doctorant en sociologie de la santé et du travail médical à l'université de Limoges, et membre du GRESCO (Groupe de recherches et d'études sociologiques du Centre Ouest, Limoges-Poitiers)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page