Navigation – Plan du site

Pierre Fournier, Travailler dans le nucléaire. Enquête au cœur d'un site à risque

Marc Loriol
Travailler dans le nucléaire
Pierre Fournier, Travailler dans le nucléaire. Enquête au coeur d'un site à risque, Paris, Armand Colin, 2012, 230 p., ISBN : 978-2-200-27650-8.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage part d’un paradoxe : la place du nucléaire fait l’objet, dans notre pays comme dans d’autres, d’un débat politique et social important, régulièrement relancé par des catastrophes majeures (Tchernobyl, Fukishima), mais le travail dans ce secteur, l’activité quotidienne des travailleurs du nucléaire reste peu connu, en dehors de quelques travaux qui dénoncent l’utilisation de salariés en sous-traitance ou en intérim pour effectuer les tâches les plus pénibles ou dangereuses et réguler ainsi à bon compte les doses maximales de radiation par travailleur. Fort d’une observation participante menée dans la première partie des années 1990, Pierre Fournier est à même de donner une vision plus précise, fondée sur la description fine de séquences d’activité lors de « plongées », c’est-à-dire d’interventions dans des zones potentiellement ou réellement contaminées ou à risque d’irradiation (« zone rouges »).

2Si les tâches réalisées sont banales (réparation, entretien et maintenance des installations), l’environnement dans lequel elles doivent être effectuées est exceptionnel et particulièrement complexe à saisir. Les risques liés aux radiations, nous rappelle l’auteur, sont de trois ordres : l’irradiation quand le corps est directement exposé, sans la protection de larges murs de plomb ou de béton, aux rayonnements ; la contamination si des substances (poussières, liquides, etc.) rendues radioactives par leur proximité avec la source de radiation adhèrent à la peau ou sont ingérées, libérant ainsi un rayonnement faible mais continu ; l’accident de criticité quand l’accumulation dans un même lieu de matières radioactives conduit à une réaction en chaine non maitrisée, provoquant des radiations mortelles et des explosions. De plus, sauf accidents très graves et exceptionnels, ces risques ne peuvent être appréhendés de façon sensible par les travailleurs qui y sont éventuellement soumis. Ils restent donc théoriques, abstraits, ce qui peut être particulièrement problématique pour des opérateurs plus habitués à aborder leur environnement avec leurs sens et leur expérience intime des choses (odeurs, bruits, chaleur, aspects extérieurs, aspérités, vibrations, etc.) qu’à travers un savoir scolaire et conceptuel. Ces dangers non sensibles imposent par contre des contraintes bien plus immédiatement perçues pour s’en protéger : tout d’abord, le port d’une tenue complexe faite de la superposition de plusieurs couches de gants, de sur-bottes, de vêtements de différentes matières (coton, vinyle, etc.), de masques, etc., et rendue hermétique par des bandes adhésives. Cette tenue protège des risques de contamination (mais pas d’irradiation), tout en rendant l’activité physique rapidement pénible (chaleur, difficulté à respirer, mouvements entravés). Ensuite, l’activité doit parfois être faite à distance (à l’aide de robots, de perches, etc.) et en se dépêchant pour limiter au maximum les expositions aux radiations.

3A l’aide d’études de cas d’incidents de faible gravité (mais qui auraient pu avoir des conséquences beaucoup plus dramatiques), présentées de façon claire et pédagogique, Pierre Fournier cherche à conduire le lecteur néophyte à dépasser une double lecture simplificatrice : celle le « l’erreur humaine » tout d’abord, généralement portée par les directions et selon laquelle l’accident ne peut s’expliquer que par la non application par un opérateur, mal formé ou insuffisamment consciencieux, des règlements et procédures censées tout prévoir et encadrer ; celle de « l’exploitation économique » expliquant les erreurs et les mises en danger par la pression productiviste, la course au rendement et le chantage à l’emploi (notamment pour les sous-traitants). Si ces pressions existent dans certains cas et si elles peuvent être intériorisées par les opérateurs, elles sont loin d’expliquer tous les comportements observés par l’auteur. L’écart entre le prescrit et le réel, bien connu des ergonomes, est responsable d’une partie des déviances par rapports aux règles officielles comme des innovations mises en œuvres dans le travail. Mais cela ne rend pas compte de l’intégralité des choix et attitudes développés en situation. Il faut donc entrer dans le détail des conditions de travail, de leur perception par les agents, des relations sociales qui se nouent dans chacun des services et entre services au sein de chaque établissement, pour pouvoir comprendre un peu ce qui se passe et ce qui se joue lors des « plongées ».

4La première étude de cas porte sur une plongée au cours de laquelle un ouvrier est contaminé en recevant sur la jambe un liquide acide et radioactif. Cet épisode illustre tout d’abord la difficulté à gérer simultanément plusieurs risques : de peur d’un accident de criticité dont les opérateurs ont du mal à évaluer le risque effectif, ils sont conduits à évacuer de façon non optimale des flacons ayant recueilli des résidus de liquides, dans des quantités non anticipées, suite au percement d’un tuyau sur lequel ils intervenaient. Si erreurs il y a, elles sont ici clairement collectives et impliquent plusieurs services distincts et insuffisamment coordonnés ainsi qu’un enchainement de micro-incidents dont la régulation doit se faire en situation et dans la précipitation. Cet exemple illustre ensuite la forte solidarité et entraide collective entre opérateurs : vérifications mutuelles de l’habillage/déshabillage, de la préparation en amont (hors « zone rouge ») comme des interventions, soutien en situation difficile, etc. Indispensable et rassurant, cet impératif de solidarité peut toutefois conduire à prendre des risques mal considérés au nom de l’aide à un collègue en difficulté ; il peut aussi conduire à contourner des protocoles trop stricts et pesants. Ainsi, le collègue contaminé, dans cet exemple, n’est pas envoyé au service médical (où il risquerait d’être immobilisé et soumis à une mise en quarantaine sévère et intrusive), mais traité sur place, par ses collègues, jusqu’à ce que le niveau de rayonnement de sa cuisse contaminée soit ramené à un niveau « acceptable ».

5Une autre étude de cas relate une intervention en zone rouge pour réparer une caméra de guidage défectueuse. Elle montre bien comment les relations sociales, les micros enjeux de pouvoir, toujours spécifiques à un lieu et à une époque, pèsent sur les comportements : un technicien, pour imposer son autorité et son expertise et du fait du contexte particulier de l’action (absence des chefs habituels, rivalité latente entre deux intervenants, plongée un peu précipitée du fait de l’heure, etc.) est conduit à agir de façon apparemment non totalement rationnelle (réalisation de soudures qu’il maîtrise moins bien qu’un autre opérateur présent, absence de tâches à réaliser pour certains des agents entrés en zone rouge, etc.). Cet incident est l’occasion d’une montée en généralité de la réflexion : prise en compte des différentes générations de salariés, de leurs parcours professionnels propres à chaque époques et à chaque lieu dans la dynamique des rapports sociaux, du poids différentiels et évolutifs des enjeux professionnels et économiques suivant les catégories ou les périodes, etc.

6L’avant dernier chapitre est alors consacré à une socio-histoire des métiers de la radioprotection (service chargé d’édicter et de faire appliquer les normes et procédures de protection contre les radiations) et à leur professionnalisation (création à la fin des années 1980 d’un diplôme spécifique d’ingénieur). Alors que les premiers techniciens étaient issus du terrain et de la formation continue, les plus récents sont de plus en plus souvent des ingénieurs qui le sont devenus par une formation scolaire initiale. Le résultat est, entre autres, de les tenir de plus en plus éloignés du terrain et de favoriser, chez les opérateurs, des pratiques de gestion des risques entre soi, par l’autocontrôle ; d’autant plus que les nouveaux appareils de mesure de la radioactivité sont de moins en moins difficiles à utiliser.

7Le dernier chapitre interroge l’usage indigène du terme « kamikaze » mobilisé pour désigner celui qui s’expose à des risques ou à des doses de rayonnements jugés « excessifs » par le collectif. L’appellation stigmatisante et négative de « kamikaze » participe donc de la régulation collective, par le groupe de collègues, des risques. Mais cette régulation peut prendre des formes différentes, malgré l’usage d’un même terme, au cours du temps. Ainsi, dans le site étudié, parler de « kamikazes » dans les années 1960 était une façon de critiquer ces ouvriers peu éduqués et mal formés développant une attitude de déni viril face à un risque radioactif difficile à percevoir pour eux. Dans les années 1970, la dénonciation portait plutôt sur les pratiques des sous-traitants qui poussaient leurs salariés à mettre en danger leur santé pour obtenir des contrats, les transformant ainsi en « viande à rem » (exposés aux radiations jusqu’à ce que le quota légal soit atteint, puis rejetés).

8Cet ouvrage est donc d’une grande richesse qu’une simple note de lecture ne saurait rendre totalement. Si l’étude de terrain est maintenant ancienne et très localisée (dans le site de Marcoule), des éléments de comparaison avec d’autres sites et d’autres époques sont mobilisés à travers des témoignages et des écrits de différents acteurs du nucléaire. Pierre Fournier a su, au prix de quelques simplifications mineures, faire entrer le lecteur dans un univers complexe et assez ésotérique. Partant de quelques cas concrets et présentés de façon particulièrement fouillée, il propose une montée en en généralité et une conceptualisation progressive des situations tout à fait stimulante. On peut toutefois regretter à ce propos, le choix d’aborder la question du collectif sous l’angle d’un exemple de professionnalisation d’un métier en voie de construction – entrée intéressante, mais déjà très largement traitée en sociologie du travail –, alors que le travail collectif, présent dans les exemples, aurait pu donner lieu à des réflexions théoriques plus innovantes. La solidarité en acte et en situation, l’équilibre entre coopération et coordination, la constitution de répertoires collectifs d’action, de routines de groupes, de communautés de coping, le rôle des échanges informels dans le travail, des pratiques prudentielles et d’inférence, etc. ont fait l’objet de recherches récentes d’ergonomes, de psychologues et de sociologues qui auraient pu éclairer les situation décrites et être enrichies par les belles études de cas présentées dans ce livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Loriol, « Pierre Fournier, Travailler dans le nucléaire. Enquête au cœur d'un site à risque », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 juin 2012, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8608

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page