Navigation – Plan du site

Thierry Rogel, Sociologie des super-héros

Patrick Cotelette
Sociologie des super-héros
Thierry Rogel, Sociologie des super-héros, Hermann, coll. « Sociétés et pensées », 2012, 254 p., ISBN : 9782705682590.
Haut de page

Texte intégral

1Superman. Batman. Daredevil. La Torche. Le Surfer d’Argent. Professeur Xavier. Spiderman. Autant de noms figurant fréquemment dans les rayons de bande dessinée, et introduits ici par Thierry Rogel parmi les ouvrages de sociologie. Professeur Agrégé de Sciences Economiques et Sociales, et spécialisé dans la vulgarisation des sciences sociales comme en atteste son très riche blog, Thierry Rogel entreprend ici un travail de sociologue au sens plein du terme, en prenant pour objet un des types de « récits » (« compensatoires » ou non) par lesquels « les hommes se parlent à eux-mêmes et parlent de leur société ou de ce qu’ils en imaginent » (p. 13).

2La méthode adoptée est alors celle de l’analyse des contenus : il s’agit de prendre les histoires pour elles-mêmes et d’y chercher ce qu’elles racontent de la société, sans tenir systématiquement compte des caractéristiques sociales, des interprétations subjectives et des interactions entre les auteurs, les lecteurs, et les autres membres de la société dans laquelle les histoires furent publiées. Un tel type d’analyse appelle à la prudence, ne serait-ce qu’en raison du poids de la subjectivité de l’auteur dans l’interprétation et du risque d’y voir « trop » de choses, ce que ne manque de rappeler Thierry Rogel : « notre optique sera modeste : ces récits ne reflètent que partiellement [la société] et prescrivent encore moins ; tout au plus, pouvons nous considérer que ce qui est raconté est susceptible de ne pas être rejeté, donc de ne pas enfreindre de tabous sociaux » (p. 16).

3En raison de cette très grande liberté donnée par la méthode, l’auteur prend le parti – réaliste quand on connaît la diversité des « super héros » visible ne serait-ce que dans les magasins de comics – de restreindre l’analyse à l’image des « super héros » donnée dans les aventures parues du temps de « L’Age d’Argent ». Ce nom désigne les « super héros » développés essentiellement par l’entreprise Marvel de 1961 au milieu des années 1970 (1973 ou 1975 selon les classifications), sous la plume et le crayon de trois auteurs principaux : Stan Lee, Jack Kirby et Steve Ditko. Les plus commentés par Thierry Rogel sont les X-Men, les Quatre Fantastiques, Daredevil, Ironman, Le Surfer d’Argent et surtout Spiderman.

4Ainsi circonscrite, la démarche de Thierry Rogel consiste à partir des « super héros » Marvel de « L’Age d’Argent » pour « saisir, au moins en partie, la société dans laquelle vit le lecteur, ou, plus précisément, l’imaginaire de cette société » (p. 17). Cet angle d’attaque est globalement tenu de deux manières différentes, d’un côté en développant différentes théories classiques en sociologie auxquelles les « super héros » font penser, d’un autre côté en réalisant une étude comparative des « super héros » permettant d’obtenir leur « espace » (pour ne pas parler abusivement de « champ ») et ce que sa structure révèle de l’imaginaire de la société.

5Trois temps scandent alors le propos de l’auteur : une première partie analyse les grandes conceptions culturelles sensibles dans les aventures de « super héros » (définition du super héros, conception du bien et du mal et de ses correspondances, conception des relations sociales, conception des caractéristiques, des proximités et des différences entre magie, religion, science et technique, implicites politiques des conceptions scientifiques), une deuxième partie s’intéresse au mode de narration des aventures de « super héros » et de son rapport aux formes classiques de narration et de ce qu’elles disent de la société (analyse de la proximité entre les structures narratives des comics et des mythes, des contes, des légendes, ainsi que de leurs temporalités, et questionnement sur l’existence d’un folklore populaire en la forme des comics) et une troisième partie porte directement sur ce que les aventures de « super héros » disent de la construction sociale du corps et de l’individu dans la société (analyse des caractéristiques corporelles des « super héros », de leurs relations familiales, de la motivation de leurs comportements et de leur gestion des relations sociales).

6C’est surtout dans les commentaires sociologiques portant directement sur les « super héros » plutôt que dans les références tirées à partir de leurs aventures que le livre est le plus intéressant. Deux exemples sont à ce titre très probants. Premier exemple, Thierry Rogel fait un parallèle éclairant entre la série des X-Men et le traitement politique de la différence dans les sociétés occidentales modernes. Dans le cas des X-Men, c’est une évolution génétique soudaine qui les a rendus « étrangers » au reste de la société. Face au risque de rejet social, trois positions politiques s’opposent : celle du Professeur Xavier, désirant l’intégration des mutants malgré leur différence ; celle de Magneto, prônant la domination des mutants sur le reste de l’humanité ; et enfin celle des Inhumains, choisissant la réclusion dans une communauté reculée éloignée du reste de la société. On retrouve ici les trois grandes positions politiques qui déchiraient le mouvement noir dans les États-Unis des années 1960 : la politique d’intégration du NAACP et de Martin Luther King, la tentation de l’action violente et du suprémacisme d’une partie de Nation of Islam, et la politique du séparatisme de Malcolm X. Deuxième exemple, l’auteur prend le temps d’analyser sociologiquement ce que la vie sociale des « super héros » nous apprend de la construction des identités dans la « seconde modernité ». En repartant des analyses de Goffman sur la gestion du stigmate, et surtout des stigmates invisibles comme le fait d’être un « super héros » masqué sous une identité secrète, Thierry Rogel montre que les « super héros » sont l’incarnation parfaite des contradictions des individus dès lors que l’on ne va plus « les définir prioritairement par [leurs] appartenances communautaires ou par le travail des institutions mais aussi à partir de [leur] parcours et de [leurs] expériences particulières ainsi que des objectifs qu’ils s’attribuent ou qu’on leur attribue » (p. 213).

7Reste que, malgré une lecture riche et agréable et quelques réflexions sociologiques pleinement menées à partir d’un matériau restreint, on pourrait reprocher à Thierry Rogel le flou qui entoure un des prérequis de sa méthode. S’il s’agit en effet de dévoiler « l’imaginaire de la société » à partir des aventures de « super héros », il serait important de mieux délimiter de quelle « société » parle le livre. Même si l’auteur évoque les États-Unis, la France, ou plus simplement les lecteurs de comics, on peut malgré tout regretter ce manque de précision. Cela dit, une telle imprécision ne pourrait être levée qu’à partir d’une longue enquête s’inspirant de la sociologie de la réception des œuvres culturelles, ce qui appelle un autre ouvrage.

8Ainsi, par ses différents aspects, la Sociologie des Super Héros proposée par Thierry Rogel constitue un bon livre d’initiation aux théories sociologiques et à la réflexion sociologique à partir d’un objet peu commun dans le monde des sciences sociales. Comme dirait Norrin Radd avant sa transformation en Surfeur d’Argent : « Plutôt échouer… que de n’avoir pas essayé du tout ! ». Sauf qu’ici, c’est plutôt réussi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Thierry Rogel, Sociologie des super-héros », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 07 juin 2012, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8611

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page