Navigation – Plan du site

Benoît Auclerc, Yannick Chevalier, Lire Monique Wittig aujourd'hui

Joachim Benet
Lire Monique Wittig aujourd'hui
Benoît Auclerc, Yannick Chevalier (dir.), Lire Monique Wittig aujourd'hui, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Des deux sexes et autres », 2012, 310 p., ISBN : 978-2-7297-0846-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  1964 : L'Opoponax, Minuit ; 1969 : Les Guérillères, Minuit ; 1973 : Le Corps lesbien, Minuit ; 197 (...)
  • 2  L'ouvrage de Judith Butler paru aux Etats-Unis en 1990 n'a été publié en France qu'en 2005 chez la (...)
  • 3  Deux colloques ont été consacrés à Monique Wittig, le premier est organisé par Suzette Robichon (f (...)
  • 4  Monique Wittig a participé au séminaire gay et lesbien de Didier Eribon
  • 5  Marie-Jo Bonnet, historienne, était aussi militante au MLF, au FHAR et chez les gouines rouges. El (...)
  • 6  Marie-Hélène BOURCIER, Queer Zones, Paris, Éditions Amsterdam, 2007
  • 7  On peut lire notamment l'ouvrage collectif MLF, textes premiers
  • 8  Deux exemples sur internet de groupes concernés : http://tidibi.wordpress.com/ et http://www.lespa (...)

1L’ouvrage Lire Monique Wittig aujourd’hui participe de la (re) découverte des écrits politiques et littéraires de Monique Wittig1 au cours des années 2000 en France, de la nouvelle publication de La pensée straight, de la nouvelle publication du Brouillon pour un dictionnaire des amantes (avec Sande Zeig), à la traduction de Gender Trouble de Judith Butler2, dont un chapitre est consacré à Monique Wittig, des colloques3 au séminaire gay et lesbien4, aux travaux de Marie-Jo Bonnet5 et Marie-Hélène Bourcier6. L’œuvre de Monique Wittig a été appropriée par plusieurs générations de militantes, d’abord au MLF7 (Mouvement de Libération des Femmes) et au FHAR (Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire) puis dans les groupes queer et transpédégouine8. Monique Wittig était militante au MLF, au FHAR et dans différents groupes lesbiens. Son œuvre permettait aux lesbiennes de s’apercevoir qu’elles n’étaient plus seules et qu’elles pouvaient renverser le paradigme hétérosexuel : « Il serait impropre de dire que les lesbiennes vivent, s’associent, font l’amour avec des femmes car la-femme n’a de sens que dans les systèmes de pensée et les systèmes économiques hétérosexuels. Les lesbiennes ne sont pas des femmes » (La pensée straight, p. 61), « La société hétérosexuelle n’est pas la société qui opprime seulement les lesbiennes et les hommes homosexuels, […] elle opprime toutes les femmes et de nombreuses catégories d’hommes, tous ceux qui sont dans la situation de dominés » (La pensée straight, p. 36). Les lesbiennes, parce qu’elles ne sont pas des femmes et qu’elles sont indépendantes des hommes, montrent qu’une société sans sexes est possible. Le lesbianisme politique de Monique Wittig vise à lutter contre le régime patriarcal de l’hétérosexualité qui sépare le monde en deux sexes, il s’agit donc d’une posture lesbienne comme mode de résistance aux théories androcentrées, mode de résistance que l’on retrouve à la fois dans ses pratiques militantes et ses procédés d’écriture. Penser le lesbianisme non pas comme une pratique sexuelle mais comme une posture politique implique la destruction des catégories sexe/genre (échapper à la catégorisation de sexe femme) par une nouvelle intelligibilité du corps et l’exploration des désirs lesbiens (le corps lesbien), la désactivation des mythes au fondement de la domination (la féminisation des légendes grecques par exemple), le renversement du langage patriarcal (comme l’universalisation du « elles » dans son ouvrage Les Guerillères), la lesbianisation de personnage « masculin » et le mélange des genres littéraires (roman d’apprentissage, épopée, poésie, parabole, satire, théâtre, dictionnaire).

  • 9  Colette GUILLAUMIN., Sexe, Race et Pratique du pouvoir. Paris, Côté- femmes, 1992, 239 p.
  • 10  Christine DELPHY, L’Ennemi principal 1, Économie politique du patriarcat, Syllepse, Nouvelles Ques (...)
  • 11  Kate MILLETT, Sexual politics, 1969 ; 1ère édition française : Stock, 1971 (La politique du mâle) (...)

2Cet ouvrage rassemble des contributions qui mettent au jour ce travail de fabrication des écrits par Monique Wittig, des inventions lexicales et des détournements sémantiques qui suppriment la catégorie de sexes : « L’humanité doit se trouver un autre nom pour elle-même, et une autre grammaire qui en finirait avec les genres » (La pensée straight, p. 83) ; « Quand je pose le terme hétérosexualité je me trouve en face d’un objet non existant, un fétiche, une forme idéologique massive qu’on ne peut pas saisir dans sa réalité, sauf dans ses effets, et dont l’existence réside dans l’esprit des gens d’une façon qui affecte leur vie tout entière, la façon dont ils agissent, leur manière de bouger, leur mode de penser. Donc j’ai affaire à un objet à la fois réel et imaginaire » (« À propos du contrat social », La pensée Straight, p. 67). Les expérimentations d’écriture reposent, pour Monique Wittig, sur une volonté de détruire la marque du genre dans la langue (Anne Garréta). Noura Wedell rappelle qu’il s’agit d’une stratégie politique : « Wittig pense qu’il est possible d’avoir un impact sur la structuration symbolique du social à travers l’évolution des formes littéraires » (p. 36). Les livres de Monique Wittig doivent aussi s’échanger dans les groupes de militantes lesbiennes : « Nous sommes à ce point des êtres sociaux que même notre physique est transformé (ou plutôt formé) par le discours – par la somme des mots qui s’accumulent en nous […] le souci de ces effets des mots, l’économie des transformations qu’ils sont à même d’opérer, font partie des travaux qui se mènent dans le chantier littéraire » (« La marque du genre », La pensée straight, p. 108). Merete Stistrup Jensen, qui compare les procédés d’écriture de Monique Wittig et Annie Ernaux, rappelle que le projet d’écriture de l’Opoponax, l'un des ouvrages de Monique Wittig, « était un moyen de contourner les contraintes discursives obligeant le locuteur qui parle à la première personne à signaler son sexe » (p. 90). Les femmes hétérosexualisées n’apparaissent pas dans la plupart des écrits littéraires de Monique Wittig. Lorsque Monique Wittig dresse les portraits de « personnages féminins hétérosexuels », elle utilise la parabole de l’enfer (la société hétérosexuelle) et des âmes damnées (les femmes hétérosexuelles), cette allégorie vise à produire un effet de distanciation chez le lectorat. Comme l'explique Merete Stistrup Jensen : « Les âmes damnées ont la peau marquée, leur corps est le support d’inscriptions mutilantes : pieds découpés, puis bandés, « cou étiré en hauteur par une série d’anneaux superposés » ; elles portent des voiles ou des œillères. Transformées en signes vivants représentant une marque de bière, de voiture ou de réfrigérateur, les âmes damnées sont passablement muettes ; ou elles ont les « bouches déformées pour en faire des plateaux » (pp.100-101). « Les récits dans lesquels elles sont les victimes désignées, se multiplient et se diversifient […] Elles racontent perçage, dépeçage, découpage, entaillage ou criblage à balles et, quel que soit leur état, elles n’hésitent pas à le redoubler de leurs dires ». (Virgile, non, pp.121-122). Cette parabole de l’enfer renvoie à l’oppression genrée et de classe : le sexage de Collette Guillaumin9, le patriarcat de Christine Delphy10 et Kate Millett11, oppression que les lesbiennes refusent puisqu’elles ne sont pas des femmes : la classe des hommes ne peut pas s’approprier les lesbiennes car elles échappent à la classe des femmes. L’hétérosexualité construit donc des rapports de domination de la classe des hommes et d’oppression de la classe des femmes. Les lesbiennes sont des « fugitives » : « Dans une situation désespérée comparable à celle des serfs et des esclaves, les femmes ont le « choix » entre être des fugitives et essayer d’échapper à leur classe (comme le font les lesbiennes), et/ou de renégocier quotidiennement, terme à terme, le contrat social […] La seule chose à faire est donc de se considérer ici même comme une fugitive, une esclave en fuite, une lesbienne » (La pensée straight, p. 13). Les outils d’analyse des féministes matérialistes se sont rendus compréhensibles dans l’œuvre de Monique Wittig par cette parabole de l’enfer et par les nombreuses stratégies de renversement du genre. Alexandra Brousse montre que ces opérations de déconstruction/recréation sont employées par de nombreuses féministes radicales, en particulier chez la poétesse Gloria Anzaldùa.

  • 12  Le titre original indiquait « les femmes » contrairement au titre paru dans l'Idiot International.
  • 13  Monique Wittig se trouvait aux côtés de Emmanuèle de Lesseps, Cathy Bernheim, Christine Delphy, Ch (...)
  • 14  La réédition de l’intégralité des huit numéros de Questions féministes offre la possibilité de (re (...)
  • 15  Catherine ROGNON-ECARNOT, « Poétique et politique du travestissement dans les fictions de Wittig » (...)
  • 16  Le site sur Monique Wittig : http://www.moniquewittig.com/
  • 17  Adrienne Rich, morte en mars 2012, est une poétesse américaine. Ses écrits ont été publiés en Fran (...)
  • 18  Gayle Rubin est anthropologue, elle a notamment écrit Surveiller et jouir. Anthropologie politique (...)

3L’œuvre de Monique Wittig est collective parce que ses écrits, parfois anonymes (on pense en particulier aux textes publiés dans Le torchon brûle), se sont diffusés chez les groupes de militantes lesbiennes et féministes. Dans les années 1970, elle a participé à plusieurs groupes dont elle fut l’une des principales initiatrices : les Petites Marguerites, les Gouines Rouges et les Féministes Révolutionnaires. Elle publie le texte fondateur sous le titre « Combat pour la libération de la femme » dans l’Idiot International12 et participe à la manifestation devant l’Arc de Triomphe, le dépôt de la gerbe à la femme du soldat inconnu13. Elle est militante avec sa sœur, Gille Wittig qui dessina quelques couvertures du journal Le torchon brûle. Ces premiers livres connaissent un certain succès en France, elle reçoit le Prix Médicis en 1964 pour son premier roman L’Opoponax (paru aux éditions de Minuit comme la plupart de ses écrits) avec le soutien de Nathalie Sarraute. Elle intègre le collectif qui publie Questions Féministes, elle publiera plusieurs articles majeurs dans cette revue14. Des tensions apparaissent au sein du comité de rédaction et en raison de l'orientation prise par le groupe Psychanalyse et Politique Monique Wittig migre aux États-Unis où elle participe à la revue Feminist Issues (qui traduisait les articles publiés dans Questions Féministes). Elle deviendra professeur à l’Université de l’Arizona à Tucson. La (re) lecture des écrits de Monique Wittig est particulièrement enrichissante pour les militantes lesbiennes et les militant(e) s transpédégouine, et elle rappelle aussi Le désir homosexuel de Guy Hocquenghem paru en 1972. Les écrits de Monique Wittig comme les travaux qui les prolongent sont pourtant accessibles, mais relativement peu étudiés à l’Université en raison du faible développement des queer studies en France d’une part, et de l’occultation de l’histoire des mouvements lesbiens et pédérastiques par les sociologues « de l’engagement » et « du militantisme ». Mais que peut-il y avoir de si « rebutant » dans les théories lesbiennes radicales ? Ces chercheurs ont-ils peur que la poésie wittigienne renverse leur réalité ?15 Cet ouvrage, issu du colloque « Lire Monique Wittig aujourd'hui » en 2009 à Lyon, regroupe différentes contributions relatant les débats et les liens entre la posture politique de Monique Wittig16 et ses pratiques d'écriture, elles sont autant d'incitations à se (re) plonger dans la lecture de ses textes ou à (re) lire ses contemporaines, comme Adrienne Rich17 et Gayle Rubin18.

Haut de page

Notes

1  1964 : L'Opoponax, Minuit ; 1969 : Les Guérillères, Minuit ; 1973 : Le Corps lesbien, Minuit ; 1976 : Brouillon pour un dictionnaire des amantes (avec Sande Zeig), Grasset - rééd. 2010 ; 1985 : Virgile, non, Minuit ; 1985 : Le Voyage sans fin, Vlasta n° 4 ; 1992 : La Pensée straight, Balland « Le Rayon » - rééd. éditions Amsterdam ; 1999 : Paris-la-Politique, P.O.L ; 2010 : Le Chantier littéraire, Presses universitaires de Lyon

2  L'ouvrage de Judith Butler paru aux Etats-Unis en 1990 n'a été publié en France qu'en 2005 chez la Découverte. Judith BUTLER., 1990, Gender Trouble : Feminism and Theory, New York, Routledge, Chapman and Hall.

3  Deux colloques ont été consacrés à Monique Wittig, le premier est organisé par Suzette Robichon (fondatrice avec Michèle Causse de Vlasta (1983-1985), revue des fictions et utopies amazoniennes) et Marie-Hélène Bourcier (traductrice de Monique Wittig et Teresa de Lauretis en France). 2001, Autour de l’œuvre politique, théorique et littéraire de Monique Wittig, Actes du colloque des 16-17 juin 2001, Marie-Hélène BOURCIER, Suzette ROBICHON (dir), Columbia University, Paris, Editions Gaies et lesbiennes/Université de Nanterre X. L'autre colloque, dont est issu cet ouvrage, « Ce colloque est l’occasion d’aborder les articulations internes de l’œuvre (les rapports entre versants théoriques et littéraires de l’écriture, notamment ». Le programme du colloque est en ligne : http://www.bm-lyon.fr/lepointg/Programme_colloque_Wittig.pdf

4  Monique Wittig a participé au séminaire gay et lesbien de Didier Eribon

5  Marie-Jo Bonnet, historienne, était aussi militante au MLF, au FHAR et chez les gouines rouges. Elle a notamment publié Les relations amoureuses entre les femmes, XVIe-XXe en 2001 chez Odile Jacob.

6  Marie-Hélène BOURCIER, Queer Zones, Paris, Éditions Amsterdam, 2007

7  On peut lire notamment l'ouvrage collectif MLF, textes premiers

(http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?article3442)

8  Deux exemples sur internet de groupes concernés : http://tidibi.wordpress.com/ et http://www.lespantheresroses.org/accueil.html

9  Colette GUILLAUMIN., Sexe, Race et Pratique du pouvoir. Paris, Côté- femmes, 1992, 239 p.

10  Christine DELPHY, L’Ennemi principal 1, Économie politique du patriarcat, Syllepse, Nouvelles Questions féministes, 1998. (Réédité en 2009 par Syllepse) et L’Ennemi principal 2, Penser le genre, Syllepse, Nouvelles Questions féministes, 2001. (Réédité en 2009 par Syllepse)

11  Kate MILLETT, Sexual politics, 1969 ; 1ère édition française : Stock, 1971 (La politique du mâle) Voir aussi : http://www.ina.fr/art-et-culture/litterature/video/CPF11000084/kate-millett-et-la-condition-de-la-femme.fr.html

12  Le titre original indiquait « les femmes » contrairement au titre paru dans l'Idiot International.

13  Monique Wittig se trouvait aux côtés de Emmanuèle de Lesseps, Cathy Bernheim, Christine Delphy, Christiane Rochefort, Janine Sert, Anne Zelensky, Monique Bourroux, Frédérique Daber.

14  La réédition de l’intégralité des huit numéros de Questions féministes offre la possibilité de (re) lire les textes fondateurs de Colette Guillaumin, Monique Wittig, Monique Plaza, Nicole Claude Mathieu, Christine Delphy ou encore Emmanuèle de Lesseps. Préfacé par Sabine Lambert, ce numéro hors série est paru en mars 2012 aux Editions Syllepse http://www.syllepse.net/lng_FR_srub_37_iprod_502-Questions-feministes-1977-1980-.html

15  Catherine ROGNON-ECARNOT, « Poétique et politique du travestissement dans les fictions de Wittig », CLIO. Histoire, femmes et sociétés, 10 | 1999, mis en ligne le 22 mai 2006, http://clio.revues.org/261 Catherine ROGNON-ECARNOT a également publié un ouvrage sur Monique Wittig, issu de sa thèse L'écriture de Monique Wittig à la couleur de sapho, L'Harmattan, 2002.

16  Le site sur Monique Wittig : http://www.moniquewittig.com/

17  Adrienne Rich, morte en mars 2012, est une poétesse américaine. Ses écrits ont été publiés en France dans un recueil La contrainte à l’hétérosexualité et autres essais, Genève-Lausanne, Mamamélis-Nouvelles Questions Féministes, 2010. Voir : http://gss.revues.org/index1938.html

18  Gayle Rubin est anthropologue, elle a notamment écrit Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, textes rassemblés et édités par Rostom Mesli, traductions françaises de Flora Bolter, Christophe Broqua, Nicole-Claude Mathieu et Rostom Mesli, EPEL, 2010 ; Marché au sexe, avec Judith Butler, EPEL, Paris, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joachim Benet, « Benoît Auclerc, Yannick Chevalier, Lire Monique Wittig aujourd'hui », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 07 juin 2012, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8628

Haut de page

Rédacteur

Joachim Benet

Doctorant en sociologie à l'Université de Poitiers, allocataire de recherche au GRESCO (Groupe de Recherches et d'Etudes en Sociologie du Centre-Ouest EA 3815

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page