Navigation – Plan du site

Marion Blatgé, Apprendre la déficience visuelle. Une socialisation

Michaël Segon
Apprendre la déficience visuelle
Marion Blatgé, Apprendre la déficience visuelle. Une socialisation, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Handicap Vieillissement Sociét », 2012, 206 p., ISBN : 978-2-7061-1721-3.
Haut de page

Texte intégral

1Dans son ouvrage, la sociologue Marion Blatgé analyse l’expérience vécue de la prise en charge et de l’accompagnement professionnel des personnes déficientes visuelles à partir d’un travail majoritairement ethnographique. Elle exploite notamment une longue observation du déroulement quotidien de trois centres spécialisés dans la formation professionnelle et l’aide à la recherche d’emploi, et des entretiens réalisés auprès des bénéficiaires et des professionnels. L’auteure révèle la fonction normative de ces espaces sociaux quant aux parcours des individus handicapés. De véritables carrières se dessinent en ces lieux. Loin d’un unique apprentissage professionnel, ce sont des rapports à soi et aux autres qui se reconstruisent. La fréquentation de ces lieux plonge l’individu dans un espace interprété comme une « communauté contraignante » offrant à tous des ressources sociales nécessaires, mais dont le bénéfice optimal, qui serait extérieur au lieu de formation, concernerait plutôt ceux déjà socialement favorisés.

2L’analyse des expériences des déficients visuels est précédée d’une présentation des deux acteurs dont est étudiée la relation conjointe. D’un côté, les structures associatives offrant des formations professionnelles spécialisées dans le champ de la déficience visuelle. Celles-ci sont porteuses d’une double posture auprès des pouvoirs publics : entre organe de représentation et prestataire de service. De l’autre côté, une population nombreuse mais dont on sait qu’elle se resserre très nettement quand on ne regarde que les individus pris en charge par des institutions. En effet, ce n’est qu’une faible part de cette population, et surtout non représentative car nettement plus jeune, qui se retrouve au sein des associations spécialisées étudiées.

3L’auteure nous invite alors à saisir en quoi la fréquentation de ces associations modifie le rapport au temps des individus. La carrière commence par une période plus ou moins longue d’acceptation de la déficience, de sa reconnaissance administrative, de basculement vers un nouveau rythme de vie, d’apprentissage et d’appropriation des techniques de compensation (braille, canne blanche…). Ce temps d’ « initiation » différera donc selon l’âge d’apparition de la déficience. Dès lors, c’est le corps qui se normalise. D’une part, s’opère un apprentissage objectif des moyens de compensation : la question pratique du déplacement par exemple. D’autre part, une réflexion et des prises de position : rendre visible ou non la déficience. Par la suite, les associations mettent en œuvre des formations qui vont professionnaliser le nouveau corps. Il devient un « outil de travail », la formation professionnelle jouant particulièrement sur « le principe de suppléance sensorielle » provoqué par la déficience. Elle délimite ainsi le périmètre d’une communauté professionnelle spécifique.

4La carrière se développe dans un espace social structuré et englobant. L’apprentissage corporel s’accompagne d’une invitation, diffuse, à adhérer à un système de valeurs qui va généraliser et faire exercer un principe de solidarité entre les membres mais aussi leur permettre de se positionner par rapport à autrui (déficients ou non). On relève la présence de leaders d’opinion (les individus les plus avancés dans la carrière) dans cette organisation. Pour la personne déficiente visuelle, on observe une relative « mise à distance » des valides (propre au milieu fermé) et des siens (rupture biographique et reconfiguration sociale générée par un déménagement souvent nécessaire pour se rapprocher du lieu de formation). Au sein de ces associations, elle trouve généralement de nombreuses ressources sociales (dont les relations amicales et amoureuses…) voire professionnelles (activité salariée future au sein de l’association, entraide administrative…).

5Les aidants extérieurs (famille, bénévoles associatifs, voisins…), ayant tous développé une expertise, exercent une activité d’accompagnement des individus, en parallèle de l’action institutionnelle. Ainsi, ils élargissent les réseaux de connaissances des bénéficiaires et influencent leur trajectoire. Ils peuvent aussi bien prolonger le discours et la normalisation induite par les associations spécialisées que promouvoir d’autres modes de fonctionnement et de représentations.

6Marion Blatgé livre une analyse saisissante de ce que les associations spécialisées produisent collectivement et de leur impact sur les parcours individuels. Celles-ci permettent aux personnes déficientes visuelles d’accepter et de compenser (en partie) leur handicap, d’évoluer dans un environnement où l’expérience est centrale (elle se partage et s’apprend) et de se former socialement et professionnellement. Certaines personnes seront, de plus, en mesure d’apporter une lecture critique de ces associations et ainsi, sans rompre avec elles, de commenter leur cloisonnement. Celles ayant un réseau d’aidants extérieurs, ainsi que celles à même de convoquer des expériences passées en milieu ouvert, arriveront à s’émanciper des carrières fixées par les institutions, tout en conservant une place dans celles-ci. Elles mobiliseront pour ceci un ensemble de compétences décrites finement par l’auteure. Le bénéfice ultime, caractérisé par le fait d’avoir la capacité de prolonger sa carrière de personne déficiente visuelle vers les milieux ouverts et vers un champ des possibles plus large, tout en « rentabilisant » sa fréquentation des associations spécialisées, est ainsi discriminant : les personnes socialement les plus isolées rencontreront ici un échec et resteront alors attachées dans cette communauté solidaire.

7En outre, deux éléments fondent, à nos yeux, l’intérêt plus général de cet ouvrage. D’abord, l’auteure livre un exercice d’articulation théorique de la majorité des thèmes qui permettent de situer la question du handicap (mobilisation, rapport au corps, visibilité, recours aux dispositifs, notion de dépendance, activité des aidants…). Ensuite, « Apprendre la déficience visuelle » se pose comme un ouvrage à l’analyse extensive, invitant le lecteur à une réflexion plus large sur les formes et contenus des socialisations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michaël Segon, « Marion Blatgé, Apprendre la déficience visuelle. Une socialisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 07 juin 2012, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8629

Haut de page

Rédacteur

Michaël Segon

Ingénieur d'études et doctorant en sociologie au sein du laboratoire Santesih (Santé, Éducation et Situations de Handicap) à l'Université Montpellier 1

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page