Navigation – Plan du site

Mélanie Gabe, Accoucher en France. De la Liberation aux années 1960

Maryvonne Dussaux
Accoucher en France
Mélanie Gabe, Accoucher en France. De la Liberation aux années 1960, L'Harmattan, coll. « Historiques », 2012, 81 p., ISBN : 978-2-296-96701-4.
Haut de page

Texte intégral

1Ce petit livre riche en informations présente une enquête réalisée par une élève sage-femme dans le cadre de son mémoire de fin d’étude. Aidée par Françoise Thébaud, historienne et professeur d’université, Mélanie Gabe s’interroge sur les conditions de l’accouchement en France dans la période qui va de la Libération aux années 60. Elle s’intéresse plus particulièrement aux conditions d’exercice des sages-femmes et au ressenti des mères au moment de la naissance de leur enfant.

2La première partie du livre présente longuement l’émergence de la profession de sage-femme dans le contexte de la mise en place d’une politique nataliste et d’une médicalisation de l’accouchement. La France du début du XXe siècle connaît une crise démographique sans précédent : baisse du nombre des naissances, pertes dues à la première guerre mondiale et à l’épidémie de grippe espagnole. Les gouvernements vont donc mettre en œuvre une politique nataliste : 1920, interdiction de la contraception et des méthodes abortives ; 1932, mise en place d’un système d’allocations familiales. Cette politique sera renforcée à partir de 1945 en particulier avec la création des services de protection maternelle et infantile qui vont assurer une meilleure surveillance des grossesses et des nouveaux-nés. Au début du XXe siècle, les femmes accouchent chez elle accompagnées le plus souvent par des proches, parfois par un médecin ou une sage-femme. L’hôpital est alors vu comme un lieu d’accueil des miséreux. Néanmoins, dans les années 40, cette perception évolue. L’hôpital Baudelocque innove en mettant en place une «  maison d’accouchement » avec des chambres individuelles. Mettant l’hygiène au cœur de sa politique, l’hôpital va progressivement s’imposer comme un lieu de consultation pour les femmes enceintes et les nouveaux-nés.

3C’est dans cette période que l’accompagnement de la naissance va se professionnaliser. La sage-femme va devoir avoir un niveau de formation de plus en plus élevé. Avant 1943, il suffisait de faire deux ans d’étude après le brevet élémentaire ou le certificat d’étude. Sous l’occupation, les études passent de deux à trois ans. La première année, commune avec celle des infirmières, les élèves reçoivent des bases de la médecine et des soins. Les deux années suivantes sont consacrées à l’obstétrique, la gynécologie et la pédiatrie. La médicalisation de la profession se concrétise également par le rattachement des écoles de sages-femmes aux facultés de médecine, puis, en 1945 l’instauration d’un code de déontologie et la création d’un conseil de l’ordre.

4L’auteure montre que la médicalisation de la naissance va profondément bouleverser le métier de sage-femme. Jusque dans les années 50, une femme sur deux accouche à domicile et les sages-femmes, exerçant de façon indépendante, réalisent un important travail d’accompagnement auprès des femmes, en particulier en zone rurale et auprès des familles pauvres. Désormais, elles travaillent majoritairement dans les hôpitaux où « elles se retrouvent presque soumises au corps médical et doivent se plier à leurs règles » (p.25).

5La suite de l’ouvrage est consacrée à la présentation de l’enquête. La méthodologie choisie : l’enquête orale, le déroulement de la recherche et les précautions prises sont très minutieusement décrits. Au total cinq entretiens ont été réalisés auprès d’anciennes professionnelles âgées de 77 à 87 ans et quatre entretiens auprès de mères de famille. Des documents photographiques illustrent de façon très instructive le document : promotions de sages-femmes dans leurs uniformes, outils utilisés comme un stéthoscope en bois, planches anatomiques pour les cours d’accouchement sans douleurs.

6À partir des entretiens réalisés, l’auteure montre que choisir le métier de sage-femme dans les années 50 correspondait à une vocation voire un sacerdoce. La disponibilité exigée laissait peu de place à la vie privée. La formation se faisait dans un cadre très strict. Les centres de formation étaient encore majoritairement dirigés par des religieuses qui étaient très exigeantes. Les élèves devaient porter des uniformes et couvrir leurs cheveux d’une coiffe ou d’un voile. Palliant au manque de personnel dans les hôpitaux, elles devaient assurer seules plus de cent accouchements pour obtenir leur diplôme.

7Les conditions de travail étaient très difficiles. Lorsqu’elles travaillaient à domicile, la situation des sages-femmes était inconfortable : manque de place, hygiène défectueuse, équipement rudimentaire. Elles devaient parcourir de grandes distances. A l’hôpital, elles travaillent beaucoup sans le recours à l’anesthésie ni le relais des services de néo-natalité pour la prise en charge des enfants prématurés. L’auteur, qui décrit avec une grande précision les conditions d’un accouchement à l’hôpital, met également en évidence la présence forte de la religion. Il n’était pas rare que la sage-femme, lorsqu’elle sentait l’enfant à naître en danger, le baptise. Une des sages-femmes rencontrées a pu se remémorer la « prière de la sage-femme » publiée en page 55.

8Déplorant une trop grande médicalisation de l’accouchement et la perte d’autonomie des sages-femmes, l’auteure expose en conclusion la revendication actuelle des couples d’une médicalisation raisonnée de la naissance. Elle s’interroge sur les possibilités de créer en France, à l’image des autres pays européens, des maisons de naissance. Il est dommage que ce point n’ait pas été davantage développé. Cela aurait pu aider à mieux problématiser le travail de recherche présenté. On sent ici que le cadre de la formation a pesé sur un travail qui reste d’un grand intérêt et demande à être développé tant est ignorée la façon dont nous accueillons aujourd’hui nos enfants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Dussaux, « Mélanie Gabe, Accoucher en France. De la Liberation aux années 1960 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 11 juin 2012, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8661

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page