Navigation – Plan du site

Luc Boltanski, Enigmes et complots. Une enquête à propos d'enquêtes

Judit Vari
Enigmes et complots
Luc Boltanski, Enigmes et complots. Une enquête à propos d'enquêtes, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2012, 461 p., ISBN : 978-2-07-013629-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Luc Boltanski, De la critique. Précis de sociologie de l'émancipation, Gallimard, Paris, 2009.

1La parution d’un nouvel ouvrage de Luc Boltanski fait figure d’événement dans le champ de la sociologie française, tant ses travaux ont contribué à renouveler et à inspirer la réflexion sociologique. Son dernier ouvrage fait suite à De la Critique paru en 20091, et a pour objectif de lui donner « chair » pour reprendre le terme employé par l’auteur. Il porte sur les figures de l’énigme, du complot et de l’enquête et met en lien le développement de deux genres littéraires particuliers – le roman policier et le récit d’espionnage - avec celui des sciences humaines et en particulier la sociologie.

2Dans le premier chapitre sur les six au total composant l’ouvrage, l’auteur montre que si ces deux genres littéraires se sont développés parallèlement à la sociologie, c’est qu’ils partagent avec elle comme point commun de s’appuyer sur un même instrument d’analyse de la réalité sociale, l’enquête, à partir de laquelle ils ne cessent « de mettre en question la réalité apparente, pour atteindre une réalité qui serait à la fois plus cachée, plus profonde et plus réelle » (p.61). Ces nouvelles manières d’appréhender la réalité sociale, entendues comme « un projet de description du milieu humain en tant que totalité organisée, possédant une logique spécifique et obéissant à des lois qui lui sont propres », ont connu leur essor à la fin du XIXe siècle et ne pouvaient s’inscrire que dans cette nouvelle forme de régime politique qui se mettait alors en place, la démocratie. Ce que manifestent l’émergence de ces nouvelles formes littéraires et le développement de la sociologie est cette « inquiétude portant sur la réalité » et la nouvelle conception du rôle de l’Etat, comme Etat-nation. Le projet étatique qui se met alors en place étant de « résorber l’écart entre la réalité vécue et la réalité instituée, entre les subjectivités et les dispositifs objectifs qui leur servent de cadre » (p.39). Ce nouvel Etat prétend à la fois connaître, contrôler et agencer la réalité, en ayant pour objectif sa stabilisation. Dans le roman policier par exemple, l’Etat est soumis à une épreuve, celle de l’énigme comme anomalie de la réalité (le crime). L’enquêteur (le détective ou le fonctionnaire de police) agit pour rétablir la réalité et son ordonnancement.

3Dans les deux chapitres suivants, Boltanski montre à partir de deux figures emblématiques du récit policier (Sherlock Holmes et Jules Maigret), comment ce genre littéraire interroge un nouveau rapport au monde capitaliste et démocratique, remet en question les anciennes frontières de l’espace privé et public. Le rôle de Sherlock Holmes s’avère ainsi de préserver les maîtres du scandale. Parce qu’il est lui-même un personnage privé, il peut entrer dans l’espace du privé et ainsi éviter, par son intervention, que les affaires basculent dans le public. Et, c’est parce qu’il a un haut sens moral que le détective peut être amené à agir dans l’illégalité et protéger ainsi l’ordre étatique : « Le détective c’est l’Etat en état d’exception » (p.112).

4Dans la tradition française du roman policier, le dédoublement est ce qui caractérise le policier qui lui permet de dissocier l’agent public de l’individu privé, de celui qui assure la permanence de l’ordre administratif, de l’être humain et de ses opinions morales et sentiments personnels. Comme chez Durkheim souligne Boltanski, Simenon opte pour l’apolitisme des fonctionnaires, parce qu’« ils sont l’Etat » (p.133). C’est par son aspect procédurier que l’administration peut prétendre à sa neutralité. Aussi, à la différence de Sherlock Holmes, Jules Maigret est un fonctionnaire et un homme comme les autres, dont les compétences ressemblent à celles du sociologue. Ils possèdent tous deux une compétence sociale ordinaire et une compétence spécifique qui leur permettent de mener à bien des enquêtes, et possèdent une relative indépendance (p.139). Ils partagent également une posture réflexive ; c’est parce qu’il est aussi un être humain que Maigret comprend les autres et ce qui se passe dans d’autres milieux sociaux que le sien, c’est parce qu’on est aussi un être socialement situé et qualifié qu’on peut être un bon sociologue.

5Dans la seconde moitié de l’ouvrage, Boltanski revient sur la question du complot au travers du roman d’espionnage, qui s’est développé à la suite du roman policier. À la différence de ce dernier, où l’Etat est apolitique, les anomalies étant des singularités locales et faisant figures d’événement, le roman d’espionnage est politique, l’Etat est en état de guerre, et a pour objet de lutte un collectif contre un autre collectif. La sociologie implicite présente dans le roman fondateur de John Buchan, Les 39 Marches, est de mettre en exergue ce trouble suscité par l’incertitude qui caractérise les sociétés démocratiques entre le « locus du pouvoir et les fondements de la démocratie » (p.197). La question n’étant pas seulement, souligne Boltanski, de savoir qui détient le pouvoir mais aussi comment identifier les entités pertinentes qui donnent du sens aux événements historiques et sociaux.

  • 2  Nathalie Heinich, Le bêtisier du sociologue, Hourvari, 2009.
  • 3  Conférence prononcée à la séance plénière du 10° Congrès international de philosophie d’Amsterdam, (...)

6Le roman d’espionnage s’empare de la question du complot, et après avoir montré la diffusion du terme de paranoïa et son succès, le dernier chapitre est consacré aux paradigmes du complot et du soupçon qui ont traversé la sociologie au cours de son histoire. À partir de l'ouvrage de Nathalie Heinich2 dans lequel elle pose qu’un des problèmes majeurs de la sociologie est de savoir quelles sont les entités qu’elle doit prendre en compte dans ses descriptions et leur taille, Boltanski montre les liens étroits entre la sociologie et le droit (qui joue un rôle essentiel dans la stabilisation de la réalité) et revient sur la célèbre conférence de Karl Popper3, celle qui pointe justement « cette croyance sociologique naïve dans l’existence de « totalités » traitées comme des sujets de l’action sociale » (p.329). Cette croyance conduit à une seconde dérive, celle de croire en l’existence d’une conspiration. Boltanski revient alors sur les différentes manières de contourner, avec plus ou moins de réussite, cette « malédiction popérienne » qui ont été mises en œuvre par les différents courants sociologiques.

7Si cet ouvrage est sans conteste nourrissant, montrant comment la sociologie s’est développée conjointement à deux genres littéraires, tout en soulignant les points communs et les différentes manières de concevoir l’enquête comme outil d’analyse de la réalité sociale, il n’est pas certain pour autant, comme l’appelle l’auteur de ses vœux dans l’introduction, que les « acteurs sociaux » n’appartenant à aucune discipline universitaire puissent s’en emparer aisément, d’autant plus s’ils n’ont aucune connaissance préalable des travaux de Boltanski.

Haut de page

Notes

1  Luc Boltanski, De la critique. Précis de sociologie de l'émancipation, Gallimard, Paris, 2009.

2  Nathalie Heinich, Le bêtisier du sociologue, Hourvari, 2009.

3  Conférence prononcée à la séance plénière du 10° Congrès international de philosophie d’Amsterdam, en 1948 reprise dans Karl Popper, Conjectures et réfutations, Paris, Payot, 1985 (1963), pp. 491-505

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Judit Vari, « Luc Boltanski, Enigmes et complots. Une enquête à propos d'enquêtes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 12 juin 2012, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8671

Haut de page

Rédacteur

Judit Vari

MCF en Sciences de l'Education, Université de Rouen, IUT Evreux

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page