Navigation – Plan du site

Alexandre Coutant, Internet et politique

Jonathan Chibois
Internet et politique
Alexandre Coutant (dir.), Internet et politique, Paris, CNRS, 2012, 188 p., ISBN : 978-2-271-07342-6.
Haut de page

Texte intégral

1La collection Les Essentiels d'Hermès a vocation à offrir une visibilité renouvelée à des articles choisis de la revue éponyme notoire d'analyse critique de la politique, dans le cadre d'un ouvrage grand public articulé autour d'un dossier thématique. L'élection présidentielle française de ce printemps est ici le prétexte à revenir sur le caractère ambivalent de la communication politique, notamment dans son rapport avec le système démocratique. Pour traiter de cette question, la revue Hermès propose trois volumes distincts, conçus comme un tout cohérent : Médias et opinion publique, Le marketing politique, et celui dont il précisément question ici Internet et politique. Au sein de ce dernier, l'objectif est de montrer le poids limité d'Internet dans le renouvellement des pratiques démocratiques, en interrogeant les limites inhérentes à cet outil, considéré lui-même comme un objet politique à part entière.

2Dans le premier texte, F. Christopher Arterton s'interroge sur les potentialités des TIC à dynamiser un espace public politiquement peu réactif et désabusé. Il constate que la « cyberdémocratie », pour de nombreux partisans est l'occasion d'abandonner un système politique en berne, celui de la représentation, pour revenir à une démocratie pure où le public pourrait lui-même plébisciter les orientations politiques. Sur la base de ses propres analyses empiriques d'expériences étasuniennes de démocratie numérique, l'auteur réfute cette proposition en expliquant que dans la crise de nos institutions, les enjeux entourant les outils de communication sont faibles, au contraire de ceux concernant l'intérêt de la population à participer aux débats et le contrôle exercé par les élites sur les procédures de concertation. « La cyberdémocratie améliore notre démocratie, mais elle ne la transforme pas radicalement, pas plus qu'elle n'en permet l'épanouissement total » (p. 48).

3Frédérick Bastien et Fabienne Greffet questionnent de leur côté le contenu des sites web utilisés par les partis politiques durant les campagnes législatives de 2007 en France et au Québec. À partir d'une analyse comparative il apparaît que les fonctionnalités d'Internet pour dialoguer avec les citoyens tardent à être réellement exploitées. Bien que les partis politiques aient saisi le potentiel de ces outils pour mobiliser leurs soutiens, c'est-à-dire pour diffuser l'information à leurs sympathisants ou pour faciliter les adhésions et les collectes de dons, on remarque qu'il n'y a généralement là de communication qu'à sens unique. Considérant dans une certaine mesure valable la notion nouvelle de « cyber-partis », il faut au moins préciser que ceux-ci ne cessent de se caractériser par un modèle organisationnel vertical, en contradiction avec la nature réticulaire du média Internet. « La logique hiérarchique du top-down n'est pour l'instant pas supplantée par les potentialités de dialogue horizontal du Web, elle peut même à l'occasion être renforcée » (p. 61).

4L'article de Nicolas Benvegnu fait écho aux conclusions précédentes de F. Christopher Arterton, par l'analyse détaillée d'une expérience de démocratie numérique locale. La consultation sur les éoliennes d'une communauté de commune du Pas-de-Calais, scrupuleusement orchestrée à l'aide d'experts tiers et sur l'initiative volontaire des élus locaux, fut moins de délocaliser les débats sur Internet que de tenter d'en exploiter les outils pour mieux animer et organiser les réunions publiques. À l'issue du processus de concertation, le bilan est mitigé quant aux améliorations de l'exercice de la démocratie participative. Ces outils de communication présentent en effet des caractéristiques facilitant la participation des citoyens impliqués, mais ne paraît en revanche pas en mesure de stimuler l'engagement de ceux ne le sont pas. Ainsi, « en offrant de nouvelles possibilités pour l'organisation de procédures participatives, les TIC s'intègrent à la boîte à outils d'une démocratie plus dialogique dont elle ne constitue finalement qu'un élément parmi d'autres »(p. 80).

5Fabien Granjon discute ensuite l'apport du web au débat public, ce média étant vu comme un lieu d'accueil pour des espaces médiatiques alternatifs. Les formes énonciatives que sont le témoignage et la contre-expertise y apparaissant comme prisées, la dimension participative de ces arènes publiques donne surtout à voir des manières de s'exprimer en rupture avec les discours tenus dans les médias dominants. Évoquant notamment les récentes révolutions arabes, l'auteur rappelle à juste titre que les contestations médiatiques échappant à la censure étatique ont existé avant les outils du web participatif, mais aussi que la consommation d'informations propre à chacun relève d'agencements hautement complexes et pluriels. Par conséquent il est inconcevable d’attribuer à un média en particulier la mobilisation politique d'individus, même si ceux-ci « participent pleinement à l’intéressement de nouveaux publics, et sont de ce fait susceptibles de donner naissance à des formes d'association dont les activités peuvent s'incarner dans des pratiques hors-ligne d'expérimentation et de mobilisation » (p. 99).

6Jacques Perriault se penche pour sa part sur l'élaboration des nécessaires normes et standards devant encadrer le marché de l'e-learning, l'apprentissage en ligne. On observe qu'au vu des enjeux d'avenir à l'œuvre, les négociations autour de ces règles ayant vocation à régir Internet confèrent à ces dernières une dimension politique et sociétale. En expliquant le fonctionnement de l'International Standards Organization (ISO) l'auteur montre l'émergence d'une gouvernance de la technologie caractérisée en premier lieu par une domination des pays industrialisés sur les processus décisionnels ; et en second lieu par une procédure de normalisation, produit des réflexions d'acteurs qui ne tiennent leur légitimité non pas d'un mandat électif mais d'une expertise spécifique. Ceci autorise que l'on se « demande à quelles conditions ce dispositif de gouvernance pourrait exercer une régulation fondée sur une base démocratique » (p. 110). En conséquence, la normalisation numérique doit être considérée à la fois comme un objet d'étude et un terrain, qui nécessite une observation attentive et durable, et dont les sciences de l’information et de la communication, en tant que plateforme de collaboration interdisciplinaire, doivent se saisir.

7Le texte de Valérie Schafer est l'occasion de prolonger cette réflexion sur la gouvernance d'Internet, au sein de laquelle la nature décentralisée pose la question de l'articulation du rôle des États, des experts techniques, des acteurs économiques, des groupes impliqués et des utilisateurs en général. En en retraçant l'élaboration progressive, l'auteur montre que les rapports de pouvoir n'y ont jamais été absents, engendrant aujourd'hui une situation où l'illusion d'un monde sans frontières dissimule les enjeux d'une démocratie technique. Concurrencés par des acteurs économiques puissants qui dessinent leurs propres frontières et construisent ainsi des empires, les États sont confrontés à un risque de balkanisation d'Internet, qui bouscule profondément leurs propres frontières, leur rôle et leur souveraineté. La gouvernance d'Internet peinant à trouver un équilibre stable, le multipartisme et la co-régulation voient ici exposées leurs limites, incitant paradoxalement à légiférer pour préserver les fondements d'ouverture et de neutralité. « C'est de la démocratie politique que peut venir la démocratie technique, et non l'inverse. Les enjeux politiques, économiques et sociaux de l'Internet contribuent à rappeler que la technique n'est pas intrinsèquement porteuse de valeurs » (p. 137).

8Enfin, en guise de conclusion de cet ouvrage, Dominique Wolton nous invite pour la lecture de l'ensemble de ces contributions à garder à l'esprit qu'Internet constitue une certaine actualisation socio-technique d'une conception de l'être ensemble. Wolton s'emploie pour cela à faire tomber le masque de l'idéologie technique qui suppose qu'un monde où les informations foisonnent, circulent et interagissent bien, est un monde où les hommes, les cultures et les sociétés se comprennent mieux. Face au progrès technique qui facilite les échanges, aux utopies politiques qui renaissent régulièrement et à l'inclination de l'humanité pour le conflit, le défi est pourtant politique et peut se résumer de la manière suivante : comment apprendre à cohabiter pacifiquement quand, grâce à la performance des systèmes d'information, les différences sont beaucoup plus visibles que les ressemblances ? Du point de vue anthropologique, l'homme et les sociétés paraissent infiniment plus complexes que les techniques et leurs progrès, si bien que « le paradoxe de cette révolution des techniques de communication est de compliquer encore plus le processus de communication humaine et politique qu'elle devait, au contraire, simplifier » (p. 157).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonathan Chibois, « Alexandre Coutant, Internet et politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 12 juin 2012, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8681

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page