Navigation – Plan du site

Christian Martin, Signifiances de l'art. Définir l'artistique ?

Pauline Adenot
Signifiances de l'art
Christian Martin, Signifiances de l'art. Définir l'artistique ?, Montréal, Editions Liber, 2012, 190 p., ISBN : 978-2-89578-309-1.
Haut de page

Texte intégral

1Dans l’ouvrage Signifiances de l’art. Définir l'artistique ?, Christian Martin s’attelle à l’ambitieuse problématique de la définition de l’art, en proposant un intéressant glissement théorique : il déplace en effet la querelle épistémologique de la définition de l’objet d’art (qui renvoie à un système de valeurs éminemment instable) à la définition de la nature de l’œuvre d’art (permettant d’englober le processus artistique et social à l’œuvre dans la qualification de l’objet).

2Dans la première partie de cet essai, l’auteur met à l’épreuve de l’exclusivité et/ou de la constitution différentes propriétés généralement attribuées à l’œuvre d’art : le beau, le bien fait, le vrai, etc., dont aucune ne se révèle exclusive et très peu (telles l’artificialité ou l’originalité) constitutives de l’œuvre d’art.

3Ce constat lui permet, dans un deuxième temps, d’effectuer un déplacement méthodologique et théorique de la nature de l’objet d’art à la nature du fonctionnement de l’objet d’art. Il montre ainsi que si tout objet, concret ou abstrait, peut en venir à fonctionner en tant qu’objet signalétique, la véritable problématique réside alors dans la transformation et la reconnaissance de l’objet signalétique commun en objet signalétique artistique, qui ne peut avoir lieu qu’à trois conditions : une organisation intentionnelle des phénomènes, leur contextualisation dans un univers prédéfini régi par des codes reconnaissables ou au contraire leur décontextualisation dans un univers alors incongru, et la création d’un métalangage explicatif.

4Après un long détour sémiologique, donnant lieu à de nombreuses réflexions théoriques judicieusement transposées au domaine artistique et qui permettront d’asseoir l’idée de l’art comme fait de communication, Christian Martin s’attache à montrer la spécificité de la communication artistique au regard de la communication à visée pratique.

5Parce qu’il est axé sur le pôle poétique de la communication, l’objet d’art provoque une perception ambiguë en sa présence, qui s’attache autant à sa nature d’objet phénoménal qu’à sa fonction signalétique, c’est-à-dire à l’ensemble des sens qu’il peut induire. Cette polysémie fait alors entrer de l’aléatoire dans l’interprétation, c’est-à-dire une ambiguïté à la base de la création poétique, des jeux de langage qui sont autant de sens potentiels. Christian Martin emprunte à Roland Barthes le concept de signifiance, qui devient ici un outil méthodologique opératoire, pour désigner ces faisceaux de sens qui font l’une des particularités de la communication artistique et qui invitent le récepteur à devenir un pôle re-créateur de l’œuvre. Mais pour que les signifiances soient à l’œuvre, encore faut-il que l’objet d’art fonctionne et soit perçu symboliquement. Martin emprunte ici un second concept essentiel à sa démonstration chez Goodman : l’implémentation, qui désigne le processus d’activation qui va faire fonctionner l’objet signalétique en objet support de l’œuvre d’art. L’implémentation va permettre de rendre compte de l’inscription de l’œuvre d’art dans un contexte interactif, aussi bien culturel qu’historique et social. Les faisceaux de signifiance et l’implémentation font de l’œuvre artistique un fait de communication dynamique, un échange entre le pôle créateur de l’émetteur et le pôle créateur du récepteur, dont l’objet d’art n’est que l’intermédiaire plastique.

6La dernière partie de l’ouvrage travaille d’une façon plus philosophique la notion de fin historique de l’art. De façon très succincte (moins de dix pages), l’auteur propose de lier les grandes étapes de la pensée artistique à certaines découvertes de la sémiologie. Il propose ainsi un découpage arbitraire de l’histoire de l’art (plus méthodologique que classificatoire) en fonction de trois révolutions qui ont bouleversé les univers artistiques et donné lieu à différentes positions des créateurs. L’auteur fait ici l’hypothèse, intéressante mais trop peu étayée, que ces trois temps de l’art correspondent à trois temps de prise de conscience des artistes du fonctionnement du signe, aboutissant à une liberté dans la création jamais atteinte mais qui paradoxalement crée un métalangage extrêmement complexe que doit apprendre le récepteur pour implémenter l’œuvre.

7L’ouvrage de Christian Martin propose un glissement théorique fort intéressant et qui fait écho à certains travaux récents de Jean-Paul Fourmentraux quant à l’appréhension de l’objet artistique. Il propose aussi bien à la philosophie de l’art qu’à la sociologie des œuvres artistiques un décentrement de l’objet à l’œuvre et une prise en compte singulière de l’univers social dans lequel s’insèrent art et artistes. Renonçant à définir l’objet d’art en lui-même, Christian Martin apporte finalement une définition de la nature de l’œuvre d’art, un « système complexe de communication à l’aide d’objets signalétiques qui doivent être implémentés, mis en action d’une certaine manière, pour que ce système arrive à fonctionner socialement en tant qu’art» (p. 179) et qui ouvre la porte à un croisement interdisciplinaire dans la réflexion sur cet objet complexe qu’est l’art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Adenot, « Christian Martin, Signifiances de l'art. Définir l'artistique ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 12 juin 2012, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8682

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page