Navigation – Plan du site

Rodrigo Garcia, Albert Nobbs

Karine Duplan

Texte intégral

  • 1  Le scénario du film est adapté de la nouvelle The Singular Life of Albert Nobbs de George Moore, p (...)

1Dublin, fin du XIXesiècle. Un domestique trébuche sur le perron enneigé d’un hôtel et bouscule malencontreusement le client dont il portait les bagages. L’homme bourgeois se montre offensé et exige le renvoi immédiat du jeune homme, le condamnant à errer en quête d’une nouvelle place. Cette séquence d’ouverture illustre la violence des rapports sociaux au sein d’une Irlande en proie à l’exode rural et où l’Amérique représente le rêve ultime d’une classe prolétaire soumise aux caprices et abus de la bourgeoisie et du patronat. Salué par la critique internationale quant au jeu des actrices — Glenn Close dans le rôle titre et Janet McTeer dans celui d’Hubert Page, Albert Nobbs1, dernier film du Colombien Rodrigo Garcia, dépeint l’histoire d’une femme qui endosse quotidiennement depuis trente ans le costume d’un majordome afin de gagner sa vie dans un hôtel de Dublin et de survivre au sein d’un univers où les femmes, prolétaires de surcroit, n’ont que peu de liberté de mouvement.

2D’une retenue et d’une discrétion exemplaires et économisant chaque shilling en vue d’acquérir un jour un commerce de tabac, Albert Nobbs semble vivre dans un temps suspendu de toute réalité sociale. Ce quotidien métronomique est bousculé lorsque, contraint par sa patronne de partager sa chambre avec un homme, Nobbs révèle malencontreusement sa double identité. Mais l’homme en question, Page, s’avère lui aussi être une femme et ce secret partagé fonde la relation d’amitié qui va unir nos deux protagonistes. Le récit que brosse alors Page de sa vie conjugale avec une partenaire de sexe féminin offre à Nobbs de nouvelles perspectives. Déployant maints efforts devant lui permettre de sortir de sa relégation sociale et de son isolement par le mariage, il courtise une servante de l’hôtel, Helen, envers et contre tout, et ce fantasme aveuglant lui sera, au final, fatal.

3En dépit de la présence de couples de femmes et de phénomènes de travestissement, ce film ne peut pas être vu comme un film lesbien. Il favorise en effet une mise en scène de type hollywoodien faisant la part belle aux reconstitutions historiques au détriment d’un parti-pris plus clairement énoncé quant aux questionnements identitaires qui traversent de façon poignante ses personnages. Il tend ainsi à euphémiser voire à occulter la dimension érotique et sexuelle des relations entre ses personnages de sexe féminin. Or, au-delà de seules considérations économiques et sociales, le travestissement de Nobbs aurait pu être révélé au fur et à mesure du film comme une véritable démarche d’affirmation transidentitaire. Ce film semble ainsi déplacer son objectif de la question de l’existence queer à une critique des rapports sociaux et de leur imbrication.

  • 2  Elle est en cela à rapprocher du personnage de Stephen Gordon, mythique lesbienne masculine du rom (...)

4L’oppression liée aux rapports de genre est incarnée de façon exemplaire par le personnage d’Helen, que Nobbs convoite en mariage. Du fait de son assignation sexuelle, Helen demeure reléguée à l’univers domestique et ne sort qu’accompagnée d’un homme la courtisant. Sa place de servante la contraint à vivre dans une chambre partagée, dépourvue d’intimité, tout en subissant la pression d’un.e patron.e, jusqu’à ce qu’elle trouve un homme qui acceptera de l’épouser. Celui qu’elle fréquente, manifestement intéressé par les ressources financières de Nobbs, la pousse à être courtisée par l’étrange majordome, et la dépossède ainsi de son désir et de sa sexualité propres. Enfin, Helen ne dispose pas non plus des produits de son corps puisque, la fin du récit le montrera, l’enfant qu’elle mettra au monde, hors mariage, est destiné à lui être retiré. La force du film est de mettre en évidence les différentes stratégies utilisées par les personnages féminins face à leur instrumentalisation par ce système capitalo-patriarcal. Qu’il faille se battre pour accéder à des privilèges masculins, quitte à reporter l’oppression sur plus faible que soi (la tenancière de l’hôtel), se travestir de façon à résister à l’objectivation sexuelle des hommes, accéder à un meilleur moyen de subsistance économique et à une forme de liberté de mouvement dans la ville (Nobbs) ou mimer doublement la masculinité et la conjugalité hétérosexuelle (Page), ces différentes stratégies passent par l’incarnation de la masculinité hégémonique. La figure de Page mérite un intérêt particulier : elle peut être vue à la fois comme une rébellion contre l’ordre masculin du monde, une façon d’accéder aux privilèges réservés aux hommes et une bataille désespérée de la lesbienne pour affirmer son soi propre2. Ainsi, ce film élude totalement la dimension sexuelle de la relation lesbienne, présentée avant tout comme une forme de sororité au sein duquel la solidarité entre femmes prime, véritable refuge vis-à-vis des violences masculines et patriarcales.

  • 3   Au sens de la définition de Butler quant à l’identité de genre dans Trouble dans le genre, Paris, (...)

5Ce film peut se lire comme une discrète critique du dispositif d’hétérosexualité, système obligatoire et institution contraignant la femme à s’unir avec un homme pour exister socialement. Il montre en effet comment cette norme coercitive peut être appropriée en tant que véritable outil d’émancipation. En soulignant le pastiche de l’hétérosexualité, puisque deux femmes peuvent la « jouer » et en acquérir les mêmes avantages, Albert Nobbs contribue à renvoyer la naturalité de l’hétérosexualité à une fiction régulatrice3. En mettant l’accent sur la fluidité des identités sexuelles, il permet de questionner tout un chacun quant à la multiplicité des rôles et identifications endossés au jour le jour, intentionnellement ou non. Et c’est ce que vient souligner cette scène de bal costumé : le médecin de l’hôtel, après qu’il a demandé à Nobbs pourquoi il n’est pas costumé et que celui-ci lui a répondu qu’il est un serveur conclut par un « Nous sommes tous deux déguisés en nous-mêmes ».

Haut de page

Notes

1  Le scénario du film est adapté de la nouvelle The Singular Life of Albert Nobbs de George Moore, parue en 1918.

2  Elle est en cela à rapprocher du personnage de Stephen Gordon, mythique lesbienne masculine du roman de Marguerite Radclyffe Hall, Le puits de solitude, Paris, Galllimard 1946 (1928). Voir également à ce sujet l’article d’Esther Newton « The Mythic Mannish Lesbian », Signs, 1984.

3   Au sens de la définition de Butler quant à l’identité de genre dans Trouble dans le genre, Paris, La Découverte, 2005 (1990).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Duplan, « Rodrigo Garcia, Albert Nobbs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 12 juin 2012, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8685

Haut de page

Rédacteur

Karine Duplan

Doctorante en Géographie, Paris IV-Sorbonne, Laboratoire ENeC

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page