Navigation – Plan du site

Francis Farrugia, Sociologies. Histoires et théories

Sophie Maunier
Sociologies
Francis Farrugia, Sociologies. Histoires et théories, Paris, CNRS, coll. « Biblis », 2012, 335 p., ISBN : 978-2-271-07388-4.
Haut de page

Texte intégral

1Sous le titre Sociologies. Histoires et théories, Francis Farrugia ne nous invite pas à lire un manuel classique d'histoire des théories en sociologie. Il nous amène à (re)visiter les fondements de la socio-anthropologie, au cours de la période qui s’étire de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle, sans en omettre les racines philosophiques. Ainsi, Francis Farrugia se revendique d’une socio-anthropologie de la connaissance, en suivant la conception de la socio-anthropologie tirée de Marcel Mauss : « total des sciences qui considèrent l'homme comme être vivant, conscient et sociable » (p.51), qui vise aussi bien les discours, pratiques du monde commun que ceux du monde savant.

2Ce livre constitue un parti pris contre le cloisonnement disciplinaire et pour une vision croisant les disciplines (p.51), tout en développant des interrogations sur ce qu'est la sociologie, sur ce qui la différencie de l’idéologie et sur les racines philosophiques communes entre sociologie française et allemande. Ainsi, Francis Farrugia commence-t-il par évoquer Ferdinand Tönnies parce que ce dernier a établi des catégories fondamentales de la sociologie : communauté et société. Suite à une lecture attentive et érudite des textes de Tönnies, Francis Farrugia montre les fondements philosophiques de la pensée de Tönnies, et l'influence de ce dernier sur d'autres sociologues, tant Français comme Émile Durkheim, qu'allemands, tel Max Weber.

3Ensuite, Francis Farrugia analyse la portée et l'originalité de la théorie de Maurice Halbwachs sur la mémoire. La théorie de Maurice Halbwachs se révèle anti-conservatrice, car son approche critique, comme le rappelle Farrugia (p.109) : « part du groupe et non de l'individu; du présent et du passé; de l'activité et non de la passivité de l'esprit, de l'extériorité-intériorisée du social et non de l'intériorité close de la conscience ». L'être humain ne saurait se construire et se souvenir seul : « on n'échappe pas à la société » (p.123). Et la société est une construction continue, une combinaison des mémoires, des consciences et remémorations, tant individuelles que collectives. Le temps, cadre social et moral, devient un objet sociologique à part entière, qui inclut la société. La sociologie de la connaissance, par l'analyse de la multitude des temps sociaux, permet ainsi l'étude de la complexité sociale. Et c'est parce que la sociologie de la connaissance prend en compte « la dimension dialectique des phénomènes sociaux », mais également « le rapport dialectique qu'entretient la sociologie avec ses propres cadres sociaux », dont elle construit la théorie, qu'elle ne peut être réduite à une idéologie.

4Avec Georges Gurvitch, Francis Farrugia revient sur la construction de la sociologie comme science et discipline, notamment face à l'influence grandissante de la sociologie américaine. Et, au travers de Gurvitch, Farrugia met en garde contre une conception techniciste de la sociologie, où les sociologues seraient réduits à n'être que des experts-techniciens du social face à une sociologie comme vocation anthropologique et scientifique pure, où la dimension critique a toute sa place. C'est pour cela que Francis Farrugia insiste sur l'origine philosophique de la sociologie; si elle perdait son ancrage philosophique, la sociologie ne serait plus qu'une technique.

5De Gurvitch, l'auteur rappelle l'importance, par les ruptures que ce sociologue opère face aux « trois écoles classiques » que sont l’empirisme, le rationalisme et criticisme et par son approche « d'expérience intégrale de l'immédiat » ou « hyperempirisme radical ».

6Ainsi, l’auteur revient sur les fondements de la socio-anthropologie et montre les convergences qu'il peut y avoir entre des auteurs aussi différents que Gurvitch, Aron et Lévi-Strauss; nouvelle occasion de rappeler l'importance de la philosophie allemande dans la formation intellectuelle de ces auteurs.

7La socio-anthropologie a pour objet le fait social total, qui comprend les différentes dimensions de l'activité sociale (juridique, économique, religieuse...), différents moment de l'histoire individuelle (naissance, enfance, éducation, mariage...) et différentes formes d'expression (représentations individuelles, collectives, phénomènes physiologiques...). Et comme l'énonce Claude Lévi-Strauss, « après avoir forcément un peu trop divisé et abstrait, il faut que les sociologues s'efforcent de recomposer le tout » (p.227). Sans oublier que l'observateur est certes sujet de l'observation mais également son objet, d'autant que le sociologue est également porteur, [s'il] « ne s'enferme pas dans des questionnaires et des pourcentages » (Raymond Aron, p.231) d'une conception de la société, des rapports sociaux, des rapports de la personne au groupe et de l'homme.

8Tout le long de cet ouvrage, riche et dense, courent ces paroles de Durkheim, qui auraient pu clore cette étude : « La sociologie ne vaudrait pas une heure de peine si elle n'aidait pas à résoudre les problèmes sociaux » (p.283).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Maunier, « Francis Farrugia, Sociologies. Histoires et théories », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 14 juin 2012, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8702

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page