Navigation – Plan du site

Stéphanie Grousset-Charrière, La face cachée de Harvard. La socialisation de l'élite dans les sociétés secrètes étudiantes

Pierre Bataille
La face cachée de Harvard
Stéphanie Grousset-Charrière, La face cachée de Harvard. La socialisation de l'élite dans les sociétés secrètes étudiantes, Paris, La Documentation Française, coll. « Etudes & recherche », 2012, 232 p., ISBN : 978-2-11-008857-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hout, Michael et DiPrete, Thomas. 2006. "Whatwe have learned: RC28's contributions to knowledge abo (...)
  • 2 Erikson, Robert et Goldthorpe, John. 1992. "The CASMIN project and the American dream." EuropeanSoc (...)
  • 3  Le plus connu de ces clubs est sans conteste le fameux « Skull and Bones » qui est notamment au ce (...)

1Pour de nombreux analystes de la mobilité sociale, à la différence des pays du vieux continent, la société américaine se caractériserait par « l’absence d’un héritage aristocratique1 ». Cette spécificité pourrait en partie expliquer la force de l’implantation de « l’American Dream » et des promesses de reconnaissance des qualités et mérites individuels qu’il sous-tend au sein de la population états-unienne2.Ce sont à ces présupposés, encore aujourd’hui largement partagés comme le souligne E. Suleiman dans la préface, auxquels le travail mené par S. Grousset-Charrière tente de s’attaquer en s’intéressant à la face sombre de l’élitisme à l’américaine à travers les finals clubs d’Harvard3. Issu d’un travail ethnographique auprès de ces clubs très selects, le livre relate des mécanismes de (re)production nichés au cœur de l’une des institutions les plus prestigieuses de l’enseignement supérieur états-unien.

2Comme le souligne d’entrée l’auteure, « pénétrer des sociétés secrètes ne se fait pas facilement. » Et à la lecture du premier chapitre relatant la longue et périlleuse approche de l’enceinte de ces clubs et de leurs membres, on peut bien se rendre compte du courage et de la persuasion dont elle a dû faire preuve pour accéder à son terrain. Une fois la porte du club franchie, commence pour le lecteur la présentation successive des trois « piliers » de la socialisation de cette « élite des élites » que constituent les membres des clubs en question: l’élitisme (ch.2), le maniement du secret (ch.3) et l’apprentissage des relations de pouvoir (ch.4). Concernant la trame générale du livre, on regrettera peut-être qu’au fil du livre la place laissée à la présentation des données de terrain, entretiens mais surtout carnet de terrain, diminue sensiblement, faisant parfois regretter les détails croustillants de la vie sur le campus d’Harvard qui émaillent les premiers chapitres.

3Le principal apport de l’ouvrage est la levée de voile qu’il contribue à effectuer sur ce processus de sélection au sein de la population des étudiants d’Harvard, pointant indirectement les failles du système de sélection de la prestigieuse université, qui se targue pourtant d’être exemplaire en la matière. En effet, comme le souligne l’auteure, dès lors que l’on objective les critères de sélection qui informent les décisions qui jalonnent le parcours des futurs membres des finals clubs (p.106-111), force est de constater le poids important des critères informels de sélection, en matière de « race », de religion, d’origine sociale et bien évidemment de sexe (à l’exception d’un seul, plus récent et moins influent, l’adhésion à ces clubs est réservé aux hommes). La persistance de cette sélection « informelle » trouve son origine dans les présupposés et représentations des sélecteurs, mais aussi dans le système de fonctionnement de ces clubs eux-mêmes, voire dans celui de l’université.

4En effet, c’est entre autre parce que le financement d’Harvard dépend des donations de certains de ses prestigieux anciens étudiants, bien souvent eux-mêmes membres de ces clubs, que les autorités ne bénéficient pas de tous les éléments pour interdire ou au moins réduire le champ d’action de ces organisations secrètes, ainsi que le montre l’analyse des relations ambiguës qu’ils entretiennent avec les autorités d’Harvard (p.150-159). En décrivant et replaçant le mode de sélection et les piliers de la socialisation des futurs membres des clubs dans l’environnement harvardien, l’auteure montre ainsi comment le système de fonctionnement de l’université entretient paradoxalement la survivance de cette instance de sélection d’une élite de prééminence aux contours flous et gardés jalousement secrets en son sein, contrevenant en partie à l’établissement de purs critères d’excellence auquel aspire (officiellement au moins) la prestigieuse institution universitaire.

  • 4 Godelier, Maurice. 1982. La production des Grands Hommes. Pouvoir et domination masculine chez les (...)
  • 5  http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/05/12/viol-presume-chez-les-pompiers-douze-mises-en-exa (...)

5Bien que le très ardu travail de récolte et de décryptage des données effectué par l’auteure soit remarquable, le ou la lec.teur.trice pourra néanmoins avoir quelques regrets à la lecture de l’ouvrage. C’est notamment le cas, à notre sens, en ce qui concerne la relative sous-exploitation de la dimension genrée du processus de sélection. Comme l’auteure le rappelle, ces clubs sont quasi uniquement masculins. Bien qu’elle analyse cette différence à plusieurs reprises (p.85-90, p.99-106 et p.150-153) et pose son caractère structurant quant à la matrice de socialisation des futurs « gentlemen dominateurs » que sont les impétrants des clubs, l’analyse en termes de genre tend à se réduire à une opposition entre homme vs femme. Or, si l’on suit M. Godelier4, le rôle des « maisons des hommes » (dans lesquels s’inscrivent indubitablement les finals clubs), n’est pas seulement de marquer d’une ligne claire les différences entre hommes et femmes, mais bien plus de célébrer et conforter la place de certains hommes, « grands hommes », par rapport à l’ensemble de la communauté. Ce système opère ainsi une sélection non seulement entre hommes et femmes mais aussi entre masculinités. Au premier rang de ces critères, on trouvera évidemment l’hétérosexisme, que certains des sévices sexuels infligés aux impétrants de ces « fabriques des grands hommes » dont se dotent de nombreuses sociétés rappellent avec force. Plus près de nos longitudes que les clubs secrets d’Harvard, on pourra à titre d’exemple penser ici à la récente inculpation de recrues des pompiers pour viol sur l’un de leur congénère5. Les évènements rapportés subrepticement par l’auteure sur ces questions (p.128-138) nous semblent indiquer que le traitement de la socialisation sous l’angle du genre aurait mérité d’être approfondi, pour faire apparaître des variations entre différents types de masculinités sanctionnés ou célébrés, malgré le fait que nous aillons bien conscience qu’en raison du caractère délictueux et secret de certains aspects du processus de socialisation au sein de ces sociétés estudiantines, ils soient difficiles à accéder plus en détail.

  • 6 Bourdieu, Pierre. 1980. "Le capital social." Actes de la recherche en sciences sociales, 31(1980):2 (...)

6L’intégration d’un final club est difficile… mais ensuite ? Est-elle garante d’une même communauté de destin pour tous leurs alumni ? Au contraire, dans la perspective esquissée par P. Bourdieu6, le capital social qu’ils permettent d’accumuler n’est-il opérant uniquement s’il se combine avec d’autres sortes de capitaux (culturels et économiques), familialement hérités ? C’est sur ces questions que se clôt l’ouvrage de S. Grousset-Charrère. Et il ne fait nul doute qu’elles constituent des pistes d’investigations novatrices et fécondes pour parachever ce premier éclairage salutaire sur les processus scolaires de socialisation des élites américaines.

Haut de page

Notes

1 Hout, Michael et DiPrete, Thomas. 2006. "Whatwe have learned: RC28's contributions to knowledge about social stratification." Research in Social Stratification and Mobility, 24(1):1-20.

2 Erikson, Robert et Goldthorpe, John. 1992. "The CASMIN project and the American dream." EuropeanSociologicalReview, 8(3):283-305.

3  Le plus connu de ces clubs est sans conteste le fameux « Skull and Bones » qui est notamment au centre du film The Skulls de Rob Cohen (2000), auquel ont entre autre participés les Georges Bush fils et père ou encore John Kerry pour la période récente.

4 Godelier, Maurice. 1982. La production des Grands Hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruya de Nouvelle-Guinée. Paris: Fayard.

5  http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/05/12/viol-presume-chez-les-pompiers-douze-mises-en-examen-une-incarceration_1700272_3224.html

6 Bourdieu, Pierre. 1980. "Le capital social." Actes de la recherche en sciences sociales, 31(1980):2-3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bataille, « Stéphanie Grousset-Charrière, La face cachée de Harvard. La socialisation de l'élite dans les sociétés secrètes étudiantes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8714

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page