Navigation – Plan du site

Jean-François Favreau, Vertiges de l’écriture. Michel Foucault et la littérature (1954-1970)

Eddy Banaré
Vertige de l'écriture
Jean-François Favreau, Vertige de l'écriture. Michel Foucault et la littérature (1954-1970), Lyon, ENS Éditions, coll. « Signes », 2012, 432 p., ISBN : 9782847883039.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir le Portail Michel Foucault dirigé par Philippe Artières. Fondé en 1986, rassemble des documen (...)
  • 2  Cf. Jean-François Bert. Introduction à Michel Foucault, Paris, La Découverte, 2011.

1Il est stimulant d’approcher le mystère de la puissance opératoire des concepts. Qu’ont lu leurs auteurs ? Comment ont-ils abordé les autres domaines du savoir ? Aborder une pensée aussi vaste et féconde que celle de Michel Foucault revient à remonter et dévoiler les itinéraires qu’il a pu tracer pour constituer une œuvre1 philosophique qui nourrit autant les recherches2 en sociologie, en histoire, en sciences politiques, mais aussi, en théorie littéraire. C’est précisément le rapport entretenu par Foucault avec la littérature qu’il analyse, ou plutôt, raconte dans Vertiges de l’écriture (adapté de sa thèse de doctorat). Si le lien de Foucault à la littérature est connu — son œuvre est riche de références littéraires —, jamais il n’avait été étudié en tant que recours théorique. L’ambition de Favreau est donc d’expliciter la nature d’un lien singulier au littéraire. Ainsi, on peut également considérer qu’il s’agit d’un éloge de la littérature en ce qu’elle a pu profondément influencer une pensée majeure du XXsiècle. Le livre est remarquable par les chemins qu’il trace dans l’œuvre de Foucault ; ils permettent autant de reconstituer le paysage intellectuel d’une époque que de prolonger les interrogations sur la littérature.

  • 3  Michel Foucault et ses contemporains, Paris, Fayard, 1994.
  • 4  Voir la présentation de D’après Foucault dirigé par Philippe Artières et Mathieu Potte-Bonneville (...)

2L’auteur dresse un portrait de Foucault en lecteur et critique qui complète avec bonheur la biographie de Dider Eribon3 ou encore, les récents travaux de l’historien Philippe Artières4. On découvre ainsi un Foucault disponible, attentif et vigilant quand il évolue dans l’espace littéraire, mais surtout, un « dramaturge de la pensée qui fait parler les unes contre les autres les autorités du savoir » (pp. 11-12). Il explore plusieurs aspects : le Foucault lecteur, la fiction comme expérience du monde et la rencontre avec la théorie littéraire. Et, dans cette mise à l’épreuve de soi et du réel par la littérature, Favreau analyse également les causes d’une rupture entre cette pensée des pouvoirs et le travail littéraire. Trois œuvres forment l’épicentre de son analyse en ce qu’elles marquent les principaux tournants du rapport de Foucault à la littérature. D’abord,l’Histoire de la folie (1961) où Sade « (…) vient manifester, en creux ou en ombre, ce refus de Foucault de l’illusion » (p. 48) et dans Les mots et les choses (1966), le personnage de Don Quichotte incarne l’effort irraisonné de lier le langage au réel. Le dernier texte du corpus Raymond Roussel (1963), œuvre marginale où Foucault se livre à un exercice d’admiration et détaille ses modes de lectures ; à travers Roussel, il s’intéresse « à la façon de penser par le langage » (p. 278). Favreau montre qu’il y a chez Foucault, une mise à l’épreuve de la littérature qu’il considère comme une manifestation singulière de la confrontation du langage et du réel tout au long de l’histoire occidentale.

  • 5  Gilles Deleuze, Pourparlers, Paris, Minuit, Reprise, (1990), 2003, p. 116.
  • 6  Foucault, Michel. Les mots et les choses, Paris, Gallimard, Collection Tel, (1966), 1990, p. 7.
  • 7  Idem, p. 9.

3« La logique d’une pensée […] ressemble plus à une chaîne volcanique qu’à un système tranquille et proche de l’équilibre »5 disait justement Gilles Deleuze au sujet de Foucault. Favreau en dénoue et explicite de manière rigoureuse les enjeux tels qu’ils sont révélés par la pensée foucaldienne. Quel est ce vertige que Favreau nous propose d’approcher ? Foucault le vit dans sa fréquentation d’œuvres, d’auteurs, de théoriciens tels que Sade, Artaud, Borges, Klossowski, Blanchot ou Bataille. Tous ont créé les séismes, les chocs et les ruptures à l’origine des concepts majeurs. « Foucault rencontra d’abord la littérature comme une sorte de monstre et une ressource, mais aussi comme une formidable résistance qui le dérouta et le fascina » (p. 8) explique Favreau. En préface de Les mots et les choses, Foucault annonçait : « ce livre a son lieu de naissance dans un texte de Borges »6. Dans ce texte, il est question « d’une certaine encyclopédie chinoise » qui consiste en une classification fantasque du règne animal. Foucault confie alors : « ce texte de Borges m’a fait rire longtemps, non sans un malaise certain et difficile à vaincre »7.

4Favreau explique ce « rire et ce malaise » par le fait que la littérature invite Foucault à réévaluer les pouvoirs de la fiction. « Avec la littérature, la fiction est réintroduite dans le grand jeu du vrai et du faux : rien n’empêche de faire mentir la réalité et de raconter des histoires qui disent vrai » (p. 44). Pourtant, bien avant les références directes, c’est par le style que l’on saisit la dimension littéraire de Foucault. Ce style est direct et virtuose : les textes s’écoutent, les phrases sont étudiées. C’est en maître que Foucault use à son tour des charmes du langage. Mais, prévient Favreau, « (…) la grande qualité rhétorique de l’écriture […] et l’éclat de son style ne doivent pas masquer l’authenticité d’une impulsion qui traverse toute son œuvre » (p. 22). Toute l’ambiguïté de son rapport avec la littérature est là : c’est à la fois à travers elle qu’il éprouve la puissance du langage, tout autant que les moyens de le subvertir. Aussi, pour cette traversée de l’œuvre de Foucault, Favreau a su également mettre à profit, une plume enlevée ainsi qu’un esprit de synthèse efficace.

  • 8  Idem, p. 61.
  • 9  Idem.
  • 10  Plus loin, il décrit son approche de la littérature en observant « […] (qu’) il a bien existé dans (...)

5Rien n’est acquis pour Foucault, la notion de littérature — les genres, les œuvres et le statut d’auteur — doivent être interrogés en tant que constructions sociales historiquement situées. Il faut peut-être d’abord nous souvenir du personnage de Don Quichotte tel qu’il est décrit dans Les mots et les choses. Favreau montre que, pour Foucault, Don Quichotte marque une rupture dans le rapport entre le langage et le monde. On peut dire que Foucault expliquait la portée du personnage de Cervantès en deux phrases emblématiques : « Don Quichotte lit le monde pour démontrer les livres »8 et « Don Quichotte dessine le négatif du monde de la Renaissance »9. L’approche foucaldienne de la littérature est donc constamment sous-tendue par une interrogation du langage doublé d’une profonde volonté d’historicisation10.

  • 11  Cf.KatiaGenel. « Le biopouvoir chez Foucault et Agamben », Methodos [En ligne], 4 | 2004, mis en l (...)

6Le langage appartient aux « structures de pouvoir »11 que Foucault a décrites dans son œuvre. La littérature est donc une émergence, une rupture historiquement déterminée. On devine ici ce qui a pu susciter son intérêt, la nature de sa fascination — ce vertige que Favreau appelle de ses vœux. Aussi pouvons-nous penser que Favreau tente de répondre à une seule question : comment Michel Foucault prolongeait-il la littérature ? Favreau a donc saisi une séquence ; celle où la fréquentation de la littérature a été la plus intense au point que, « pour un temps, les tropes de la littérature et le destin des écrivains maudits dont Foucault fait mention auront dessiné l’espace exclusif dans lequel se déroule sa propre vie » (p. 396). Le tour de force accompli dans Vertiges de l’écriture est donc de s’être véritablement fait l’archéologue des inspirations littéraires, de restituer les mouvements et les sursauts d’une pensée, de nous montrer comment la littérature y insuffle la vie. On éprouve, au bout de Vertiges de l’écriture, la joie d’avoir mis à jour de nouveaux modes de lecture où la littérature est célébrée dans son pouvoir de subversion et de réinvention. En fait, Favreau nous montre que la réussite de Foucault est de l’avoir inscrite dans un dialogue permanent avec les grands domaines du savoir et d’en avoir fait un exercice dangereux mais salutaire de la pensée et du langage.

Haut de page

Notes

1  Voir le Portail Michel Foucault dirigé par Philippe Artières. Fondé en 1986, rassemble des documents audio de l’I.N.A, des textes de conférences données par Foucault et propose également des ressources bibliographiques : http://portail-michel-foucault.org/

2  Cf. Jean-François Bert. Introduction à Michel Foucault, Paris, La Découverte, 2011.

Recension de l’ouvrage : Christian Ruby. « Usages de Foucault », Nonfiction, 21/05/2012, http://www.nonfiction.fr/article-5829-usages_de_foucault.htm

Voir également le dossier intitulé « L’archipel Foucault » sur le site de la revue électronique espacestemps.net inauguré à l’occasion du vingtième anniversaire de sa disparition. Il rassemble depuis 2004, les articles rédigés qui reviennent sur les héritages et les prolongements : http://www.espacestemps.net/document1543.html

3  Michel Foucault et ses contemporains, Paris, Fayard, 1994.

Michel Foucault, 1926-1984, nouvelle édition revue et augmentée, Champs-Flammarion, (1989), 2011.

4  Voir la présentation de D’après Foucault dirigé par Philippe Artières et Mathieu Potte-Bonneville paru en avril 2012 sur le site des éditions du Seuil : http://www.seuil.com/livre-9782757827024.htm

5  Gilles Deleuze, Pourparlers, Paris, Minuit, Reprise, (1990), 2003, p. 116.

6  Foucault, Michel. Les mots et les choses, Paris, Gallimard, Collection Tel, (1966), 1990, p. 7.

7  Idem, p. 9.

8  Idem, p. 61.

9  Idem.

10  Plus loin, il décrit son approche de la littérature en observant « […] (qu’) il a bien existé dans le monde occidental une forme de langage que nous autres maintenant appelons “littérature”. Mais (que) le mot est de fraiche date, comme est récent aussi dans notre culture l’isolement d’un langage singulier dont le propre est d’être “littéraire”. C’est qu’au début du XIXsiècle, à l’époque où le langage s’enfonçait dans son épaisseur d’objet et se laissait, de part en part, traverser par un savoir, il se reconstituait ailleurs, sous une forme indépendante, difficile d’accès, repliée sur l’énigme de sa naissance et tout entière référée à l’acte pur d’écrire. » Idem., p. 313.

11  Cf.KatiaGenel. « Le biopouvoir chez Foucault et Agamben », Methodos [En ligne], 4 | 2004, mis en ligne le 20 janvier 2012, consulté le 05 juin 2012. URL : http://methodos.revues.org/131 ; DOI : 10.4000/methodos.131

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eddy Banaré, « Jean-François Favreau, Vertiges de l’écriture. Michel Foucault et la littérature (1954-1970) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8739

Haut de page

Rédacteur

Eddy Banaré

French Lecturer, University of the South Pacific, Suva, Fidji Enseignant à l'Alliance Française de Suva, Fidji

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page