Navigation – Plan du site

Beate Collet, Emmanuelle Santelli, Couples d'ici, parents d'ailleurs. Parcours de descendants d'immigrés

Christine Rodier
Couples d'ici, parents d'ailleurs
Beate Collet, Emmanuelle Santelli, Couples d'ici, parents d'ailleurs. Parcours de descendants d'immigrés, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2012, 360 p., ISBN : 978-2-13-057773-7.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage présenté ici propose une réflexion stimulante sur les couples formés par les descendants d’immigrés d’origine maghrébine, sahélienne et turque et leurs choix en matière de conjugalité. Comme l’introduisent Beate Collet et Emmanuelle Santelli, « la formation conjugale n’est pas le fruit du hasard, elle connaît un moment initial, la rencontre, et s’affirme progressivement grâce à des choix culturels et sociaux plus ou moins conscients » (p.1). L’intérêt de leur recherche réside dans l’analyse de la confrontation entre deux systèmes normatifs, celui des parents, marqués par les valeurs patriarcales et la tradition musulmane de la société d’origine et celui plus individualiste et sécularisé de la société française. Si le mariage est perçu comme l’aboutissement d’une rencontre basée sur l’amour et le libre choix, les auteures s’intéressent aux différentes manières dont les descendants de migrants conçoivent l’entre-soi conjugal, défini à travers des affiliations collectives choisies permettant d’afficher des préférences et de s’affirmer face aux autres. Ce concept a le mérite de souligner les multiples déclinaisons des configurations conjugales et de ne pas essentialiser les choix conjugaux des descendants de migrants sur des bases uniquement ethniques ou religieuses.

2La première partie de l’ouvrage se concentre sur les liens conjugaux à l’épreuve de l’individualisation et nous rappelle avec pertinence les diverses formes que peuvent revêtir ces derniers à travers des facteurs personnels et collectifs. Les auteures empruntent des approches à la sociologie de la famille et interrogent des notions telles que les conditions sociales et résidentielles, les processus d’individualisation, l’homogamie/hétérogamie, les rapports sociaux de sexe et l’articulation vie/familiale/vie professionnelle. Le concept d’homogamie socio-ethnique est retenu par les auteures pour saisir cette double dimension, à la fois ethnique et sociale du lien conjugal. Se marier dans le groupe social auquel on appartient n’est plus une règle explicite, cette pratique fait l’objet de réinterprétations de la part des acteurs.Ce concept est décliné à travers une typologie de l’entre-soi conjugal et constitue le cœur de l’ouvrage. Les modèles repérés sont au nombre de trois : l’entre-soi déterminé, négocié et émancipé. Cette typologie a le mérite d’articuler à la fois les relations qu’entretiennent les couples avec leur choix personnel, social et leur groupe d’appartenance qu’il soit religieux, familial ou générationnel. Selon que l’on s’insère dans un modèle, le lien conjugal est perçu de manière différente et nous éclaire sur les nouvelles formes de conjugalité à l’œuvre chez les descendants de migrants français.

3Afin d’étudier ces « entre-soi » conjugaux, les auteures ont privilégié une approche qualitative, par le biais de parcours de vie qui permet de rendre compte des événements biographiques et de l’expérience vécue des couples. Une attention particulière a été portée aux phases de transition et de bifurcations des acteurs. La dimension du genre a permis aux auteures d’identifier les assignations sexuées des femmes inscrites dans une formation conjugale. La recherche s’appuie également sur une enquête qualitative intitulée Choix conjugaux des descendants d’immigrés en France, réalisée en 2007 auprès d’une centaine de descendants d’immigrés dans les agglomérations parisiennes et lyonnaises. Les descendants de migrants, participants à cette enquête, avaient entre 18 et 35 ans. Une seconde enquête de type quantitative a été mobilisée, l’enquête Trajectoires et Origine. Enquête sur la diversité des populations en France (INED, INSEE, 2008).

4La seconde et la troisième partie analysent ces trois modèles de l’entre-soi conjugal à travers la socialisation préconjugale et le couple. L’entre-soi déterminé fait apparaître des couples socialisés autour de valeurs liées à la culture d’origine valorisant le groupe d’appartenance. Une crispation identitaire s’avère plus importante dans ce type de figure, sans pour autant être plus pratiquante et croyante que d’autres types de modèle. Le cadre résidentiel de ces couples est marqué par une forte hétérogénéité sociale et ethnique et par le repli sur l’environnement familial. Le choix conjugal peut constituer un marqueur identitaire et engendrer un processus de différenciation par rapport à la société majoritaire. Dans ce modèle, le mariage demeure avant tout une affaire de famille et s’inscrit dans des relations conjugales statutaires.

5L’entre-soi négocié réinterprète certaines normes en vigueur au sein de la famille, comme celle de l’endogamie. Les descendants de migrants se rapprochant de ce modèle choisissent un conjoint de même origine, tout en négociant ou modifiant l’arrangement des unions par les membres de leur famille. À la différence de l’entre-soi déterminé, ce dernier met en avant le libre choix conjugal fondé sur le sentiment amoureux. La majorité de ces couples ont connu des relations exogames avant de se marier et ce n’est qu’à l’heure du mariage que le choix d’une partenaire endogame l’emporte tout en restant acteurs de leur destinée conjugale. Le mariage doit être un mariage d’amour et non arrangé et les différentes étapes de l’alliance matrimoniale sont gérées par le couple et non par les parents. Les rites sont recomposés lors de la célébration du mariage et le couple tend vers une égalité des rôles au sein du ménage. La transmission des valeurs culturelles s’opère en sélectionnant des éléments liés à la fois à la culture des parents et à la culture acquise dans la société française. Les auteures font émerger ce qu’elles appellent le mariage halal, qui désigne une union perçue comme légitime et licite par le groupe d’appartenance. Le mariage halal permet à ces couples à la fois de maintenir le respect de certaines pratiques héritées par les parents et de réinterpréter des normes coutumières au sein de la société d’installation.

6Quant à l’entre-soi émancipé, il participe d’une volonté de rupture avec l’héritage familial. Le sentiment amoureux structure le projet de vie en couple. Dans ce cas de figure, les couples s’installent ensemble avant le mariage. Le rejet de la norme de l’endogamie est ouvertement affirmé, car seule la logique affinitaire prime. Les réactions familiales peuvent être violentes et menées à la rupture et à la séparation avec les familles des descendants de migrants. L’entre-soi émancipé s’avère un objectif plus difficile à atteindre pour les femmes, à cause des attentes et des pressions familiales. Ces couples se caractérisent plus souvent par leur non-croyance sans pour autant dénier l’ensemble des rites hérités par leurs familles respectives. La dimension festive prime sur les autres dimensions des fêtes religieuses. Néanmoins, ce modèle de lien conjugal peut entraîner des tensions comme par exemple la décision ou non de circoncire des garçons. Une des caractéristiques de cet entre-soi émancipé réside dans le choix d’un prénom cosmopolite pour l’enfant. À la différence des autres types d’entre-soi conjugaux, ce dernier apparaît plus fragile, car soumit à des négociations permanentes quant à leurs choix de couple.

7Dans leur conclusion, les auteures soulèvent l’importance des rapports de genre à chacune des étapes des parcours de vie et pour chaque type d’entre-soi conjugal. La pression familiale s’avère plus forte et prégnante même au sein des femmes proches de l’entre-soi émancipé. Les différenciations sexuées supplantent les différenciations culturelles. Cet ouvrage a le mérite de démontrer que le choix conjugal n’est pas simplement une affaire privée, mais relève de rapports sociaux et culturels. Le maintien de l’endogamie, à l’instar d’autres pratiques culturelles, ne participe nullement d’un processus de communautarisation, mais bien d’une participation de ces couples à la société française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Rodier, « Beate Collet, Emmanuelle Santelli, Couples d'ici, parents d'ailleurs. Parcours de descendants d'immigrés », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 20 juin 2012, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8743

Haut de page

Rédacteur

Christine Rodier

Maître-Assistante à l'Unil

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page