Navigation – Plan du site

Hannah Bradby, Medicine, Health and Society

Yannick Le Hénaff
Medicine, Health and Society
Hannah Bradby, Medicine, Health and Society, Thousand Oaks, Calif., Sage, 2012, eng, ISBN : 9781412920735.
Haut de page

Texte intégral

1Hannah Bradly propose un tour d’horizon de la sociologie de la santé, essentiellement américaine et britannique. L’économie de cet ouvrage de synthèse (moins de 190 pages) se décompose en 7 chapitres. Ceux-ci peuvent sommairement être regroupés en trois pôles : les inégalités de santé ; l’expérience de la maladie, du handicap ou de la douleur ; et l’organisation du système de santé, principalement du Royaume-Uni.

  • 1 Herzlich C., Pierret J., (2010), Au croisement de plusieurs mondes : la constitution de la sociolog (...)

2Le prologue et le premier chapitre constituent une introduction réflexive sur ce champ de la sociologie, sur laquelle Bradby reviendra par touches successives tout au long de l’écriture. Pour cela, elle ne propose pas simplement une accumulation de faits, mais offre, par l’utilisation d’auteurs comme Cockerham (2001), Armstrong (2003) ou bien encore Gerhardt (1989), une stimulante perspective socio-historique, comme ont pu le faire Herzlich et Pierret1 pour le cas français. Elle y relève en particulier les difficultés de la sociologie de la santé à produire de la théorie – au moins selon ses détracteurs – privilégiant des recherches appliquées, en répondant aux demandes des organismes chargés des politiques publics. Derrière cette opinion, la posture même des chercheurs appartenant à ce champ est remise en cause, soupçonnés de manquer de distance critique vis-à-vis de leur objet. Ce que l’auteure veut partiellement battre en brèche : les modèles théoriques seraient en fait davantage implicites.

3Dans le deuxième chapitre, Social theory and the sociology of health and medicine, Bradby s’attarde sur les théories et les auteurs ayant marqué le champ, en commençant classiquement par Parsons, dont elle rappelle non moins classiquement les différentes critiques dont il a pu faire l’objet. L’intérêt est toutefois de proposer des perspectives originales ou moins connues. C'est notamment le cas pour l’analyse de Gerhardt pour qui les préoccupations du fonctionnaliste pour la déviance sont à réinscrire dans le contexte historique de l’après deuxième guerre mondiale où les frontières entre le normal et le pathologique ont été floutées par les atrocités nazies. Pour Camic, également cité, ces travaux sont davantage à lire comme une volonté de défendre une discipline au futur incertain, la sociologie, en constituant une « charter laying claim to the science of the socio-cultural realm » (25). Ce chapitre se poursuit avec les travaux de Freidson, de l’économie politique, de l’interactionnisme et de la phénoménologie.

  • 2 Ichiro Kawachi I., Berkman L.F., (2000), Cohésion sociale et santé, In Leclerc A., Fassin D., Grand (...)

4Le troisième chapitre porte sur les inégalités de santé, intérêt marqué de la sociologue – c'est un de ses thèmes de recherche – et qui traverse à plusieurs reprises son ouvrage. Après avoir rappelé toutes les difficultés à mesurer la santé, elle souligne que ces inégalités s’aggravent, au mieux stagnent. Ici, on notera, entre autres, le travail de Wilkinson (2000) qui met en évidence que, passé un certain niveau de développement économique, le revenu relatif et le statut social sont déterminants pour la santé. Les Grecs ont par exemple des revenus deux fois moins importants que les Américains, et pourtant bénéficient d’une meilleure santé, ce qui s’expliquerait par des inégalités sociales plus marquées chez les seconds. Selon lui, les effets psychologiques de ces inégalités sont importants, notamment sur l’estime de soi. L’inégalité matérielle génère en effet de la division sociale, de l’anxiété, du conflit, etc., dommageable à l’état de santé général, tout comme les expériences de honte et d’irrespect. Plus largement, les travaux assez mal connus en France portant sur les aspects cohésifs d’une société vont également dans ce sens2.

5Le quatrième chapitre, women, gender and feminism, rappelle tout l’intérêt d’investiguer le monde médical au travers ce prisme, la biomédecine contribuant largement à construire le masculin et le féminin, en tant qu’essence de l’homme et de la femme. Malgré le déterminisme biologique dont elle peut parfois faire preuve, la biomédecine ne peut pour autant pas mesurer la différence de sexe de façon claire, insiste l’auteure. Cette incertitude justifierait d’ailleurs les positions déterministes et sexistes, qui utilisent le rôle de la femme dans la reproduction pour construire ces différences, et avec l’aide de la notion de maternité. La partie sur la visibilité genrée (gendered visibility) rend compte de l’invisibilité des femmes dans le monde médical, qui peut être lue comme une vision de la « fragilité féminine » (female frailty), qui contrevient entre autres à la possibilité d’être soignant. Plusieurs cas de ségrégation manifeste sont enfin évoqués, parmi lesquels un exemple est pour cela éclairant : au lieu d’être vues comme de potentielles victimes du SIDA, elles ont, par moments, été identifiées comme des vecteurs de sa transmission, en tant que travailleuses du sexe. Elles ont ainsi été la cible de certaines politiques de santé publique qui leur demandaient de prendre leurs responsabilités. Définies de la sorte, elles étaient appréhendées comme des partenaires passives des relations hétérosexuelles.

  • 3 Kaw E., (1993), “Medicalization of Racial Features: Asian American Women and Cosmetic Surgery”, Med (...)

6Dans ethnicity, racism and difference, son cinquième chapitre, Bradby évoque une série de problématiques largement absentes des travaux français, tout en prenant soin de les réinscrire préalablement dans les différentes traditions d’immigration américaine et anglaise. En portant sa critique sur les recherches effectuées Outre-Atlantique, pour laquelle l’assimilation est première, l’auteure souligne qu’elle implique la comparaison. Ainsi produites, les descriptions des minorités s’engagent dans un rapport à une norme statistique, qui renforcent l’idée d’une minorité culturelle et/ou d’un déficit génétique, et donc de patients ayant des besoins spécifiques. D’une certaine manière, ils construisent un modèle dont la norme est implicitement blanche3. Or, ces recherches sur un « deficit model of minority culture » n’ont pas appréhendé les relations complexes de cette minorité avec une plus large diaspora, ou bien encore quant à l’usage de médecines plus hétérodoxes, qui a été interprété comme un refus de s’assimiler. Parmi les différents cas de figure proposés, l’exemple des maladies mentales auprès des populations originaires d’Asie du Sud est particulièrement éloquent : dans les années 1970/1980, des chercheurs ont affirmé qu’ils étaient moins touchés, le nombre d’admission à l’hôpital étant peu nombreux. La protection que permettaient les structures familiales a alors été invoquée comme modèle explicatif, avant que des travaux plus élaborés ne mettent en évidence un inégal accès aux soins.

7La partie la plus importante de l’ouvrage en termes de volume, The workings of medicine, porte sur la médecine en activité, et en particulier sur l’impact des différentes politiques de santé dans le temps. Ici, c'est essentiellement le Royaume-Uni, avec le National Health Service, qui est au centre de l’attention. Malgré les tentatives, tardives, de réguler ce travail, et notamment les relations médecins patients, en accentuant la distribution de l’information entre autres, la plupart des recherches indique que les comportements évoluent sans pour autant se transformer. Les quelques pages portant sur la façon dont est gérée l’erreur médicale, même si elle porte sur des auteurs classiques comme Freidson ou Bosk, n’en reste pas moins séduisante.

8L’attrait principal de l’ouvrage réside dans le point de vue global qu’il porte sur les travaux anglo-saxons en sociologie de la santé, permettant ainsi de mettre en évidence toutes nos différences, sur les questions de l’ethnicité ou des analyses statistiques par exemple. La découverte, la redécouverte pour certains, d’auteurs est très stimulante. Malgré cela, cette publication rappelle, avec insistance par moments, que les ouvrages de synthèse montrent tout autant qu’ils excluent, comme l’indique d’ailleurs très justement l’auteure, qui a fait le choix d’une perspective plutôt critique. Au-delà, et même si l’on peut toujours regretter quelques absences, la frustration est essentiellement induite par des développements souvent rapides. La synthèse est parfois brutale, ne permettant pas au lecteur d’appréhender l’argumentaire des travaux cités. On relèvera entre autres – la liste est loin d’être exhaustive – le manque de développement à l’égard des travaux sur la judiciarisation, dont le principal moteur serait le consumérisme, à peine défini, sur les praticiens hétérodoxes ou sur le tourisme médical, résumés à quelques lignes, etc.

Haut de page

Notes

1 Herzlich C., Pierret J., (2010), Au croisement de plusieurs mondes : la constitution de la sociologie de la santé en France (1950-1985), Revue Française de Sociologie, p.121-148

2 Ichiro Kawachi I., Berkman L.F., (2000), Cohésion sociale et santé, In Leclerc A., Fassin D., Grandjean H., Kaminski M., Lang T. (dir.), Les inégalités sociales de santé, Paris, Editions La découverte.

3 Kaw E., (1993), “Medicalization of Racial Features: Asian American Women and Cosmetic Surgery”, Medical Anthropology Quarterly, 7, 1, pp.74-89

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Le Hénaff, « Hannah Bradby, Medicine, Health and Society », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8748

Haut de page

Rédacteur

Yannick Le Hénaff

DYSOLA, Université de Rouen

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page