Navigation – Plan du site

Martine Wirthner, Noël Cordonier (dir.), « Les savoirs disciplinaires dans la formation des enseignants de français de l'école primaire », Repères, n° 44, 2011

Ismail Ferhat
Les savoirs disciplinaires dans la formation des enseignants de français de l'école primaire
Martine Wirthner, Noël Cordonier (dir.), « Les savoirs disciplinaires dans la formation des enseignants de français de l'école primaire », Répères, n° 44, 2011, 2012, 224 p., Lyon, ENS Éditions, ISBN : 978-2-84788-338-1.
Haut de page

Texte intégral

1En 1971, le Ministre de l’Éducation nationale Olivier Guichard annonce la création d’une « commission de sages » sur le métier enseignant. Parmi les sujets abordés par celle-ci, la question de la formation et de la place des disciplines a été parmi les plus débattues dans l’opinion. La revue Repères, éditée par l’Institut français de l’Éducation (nouvelle appellation de l’Institut national de la recherche pédagogique, INRP) s’est penchée sur ce thème conflictuel de l’histoire scolaire. Derrière le caractère apparemment technique de la question, se situe un clivage fondamental : faut-il privilégier chez les enseignants du primaire la capacité à enseigner plusieurs matières, ou au contraire, faut-il les spécialiser ? Ce choix a des conséquences fondamentales pour l’organisation de l’enseignement primaire.

2Cet enjeu est souligné par les deux coordinateurs du dossier, Martine Wirthner (IRDP de Neuchâtel, Suisse) et Noël Cordonier (Haute école pédagogique du Canton de Vaud), au travers de l’expérience des enseignants de français en école primaire. En effet, la question des savoirs disciplinaires chez les enseignants du primaire, comme le relèvent ces deux spécialistes, est l’héritière d’une longue histoire, particulièrement en France, mais aussi ailleurs. D’une part, les instituteurs ont longtemps été les porteurs d’une profession définie par l’interdisciplinarité : l’enjeu central de leur métier était d’instruire, dans une série de savoirs fondamentaux, un groupe d’élèves. À cette tradition s’opposait une autre, toute aussi cohérente, celle des professeurs du secondaire. Formés par l’université, ils sont spécialisés dans une ou deux disciplines, et se définissent professionnellement par cette maîtrise d’un savoir universitaire.

3Dans la plupart des pays occidentaux, les conditions de formation et de recrutement des enseignants du primaire se sont rapprochées de ceux de l’enseignement secondaire. C’est ainsi le cas de la « mastérisation » en France, analysé par Élisabeth Nonnon (Université d’Artois) dans son article. L’élévation à bac+5 du niveau de recrutement des enseignants - ceux du primaire inclus - ouvre en effet un débat fondamental sur les méthodes et les contenus à enseigner à l’école primaire. Quel contenu doit être donné aux « masters éducation » des professeurs des écoles ? Cette définition est d’autant plus malaisée que les diplômes universitaires de troisième cycle sont spécialisés : dès lors, la tentation de faire des professeurs des écoles des spécialistes est grande.

4Les expériences suisse et québécoise sont largement décrites dans la suite du dossier. Celles-ci sont étudiées à la fois dans le processus de formation des enseignants du primaire et celui des pratiques de terrain. De ce point de vue, l’équilibre délicat entre exigences disciplinaires (portées par l’institution universitaire, elle-même construite sur cette légitimité) et la nécessité d’une approche multidisciplinaire et globale de l’enfant traverse les frontières. Cette tension est décrite par l’étude de Rakia Laouri (Université du Québec) sur la formation des enseignants de français du primaire au Québec. Au travers d’une série de soixante-dix questionnaires écrits et de quatre entretiens avec des enseignants en formation, elle souligne que le dilemme entre place des savoirs et interdisciplinarité traverse les éducateurs eux-mêmes. Ainsi, certains enseignants regrettent la montée progressive de la part de la pédagogie dans la formation des enseignants de français du primaire, au détriment des connaissances disciplinaires.

5Roxane Gagnon et Marc Surian (Université de Genève) reviennent sur l’expérience des Hautes écoles pédagogiques (HEP) de la Suisse romande en matière de formation des enseignants de français dans un contexte à la fois décentralisé et parfois bilingue. À partir d’une étude des cursus proposés par les HEP, les deux auteurs soulignent les choix différents de chaque institution. Sur un territoire restreint, et dans le cadre d’écoles professionnelles comparables, ils montrent des différences très sensibles dans les contenus de formation.

6Ana Dias-Chiaruttini (Université de Lille III) s’intéresse enfin à la formation aux débats interprétatifs et aux « styles » des enseignants. Si ceux-ci ont longtemps été considérés comme un élément du savoir-faire (acquis sur « le tas » de la pratique professorale), ils intéressent désormais les formateurs des enseignants du primaire. En effet, leur influence sur le travail des élèves s’est révélée particulièrement importante. Dès lors, et l’auteure le souligne, quel équilibre peut exister entre la prise en compte de ces pratiques de débats et les savoirs disciplinaires ?

7Ces tensions entre différentes approches (savoir, pédagogie, pratiques) et attentes (transmission de connaissances, construction du savoir) qui sont faites aux enseignants de français du primaire sont retranscrites dans ce riche dossier. Il souligne que derrière une question apparemment réservée aux spécialistes, il existe des enjeux transnationaux et fondamentaux pour les choix éducatifs contemporains. Il ne s’agit en effet rien de moins que de la forme et du rôle de l’école primaire : doit-elle privilégier - comme certains l’y invitent - les savoirs disciplinaires ou doit-elle maintenir son originalité, à savoir une certaine interdisciplinarité favorisée par des pratiques pédagogiques innovantes ? À cette question toujours d’actualité, le dossier apporte des éclairages originaux et bienvenus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ismail Ferhat, « Martine Wirthner, Noël Cordonier (dir.), « Les savoirs disciplinaires dans la formation des enseignants de français de l'école primaire », Repères, n° 44, 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8750

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page