Navigation – Plan du site

Au-delà des champs

À propos de : Bernard Lahire, Monde pluriel. Penser l'unité des sciences sociales, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 2012.
Michel Grossetti
Monde pluriel
Bernard Lahire, Monde pluriel. Penser l'unité des sciences sociales, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 2012, 393 p., ISBN : 978-2-02-106459-9.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous avons été en quelque sorte des « bourdieusiens autodidactes » …
  • 2 Principalement dans le deuxième et troisième chapitre de Sociologie de l’imprévisible. Dynamiques d (...)

1C’est toujours un plaisir de lire les ouvrages de Bernard Lahire, à cause de la clarté de l’écriture, de l’indépendance d’esprit et de l’honnêteté de la démarche, toutes qualités que l’on retrouve dans ce Monde pluriel. A ces qualités s’ajoute pour moi une sorte de familiarité due à ce que l’auteur appellerait « la fréquentation passée de contextes d’action » : comme lui, j’ai appris la sociologie dans une université de province, je me suis formé à la pensée de Bourdieu par la lecture de ses livres plus que par des cours ou la fréquentation de ses collaborateurs1, et j’ai été un temps très séduit par les thèses qui y sont défendues, avant de prendre de la distance avec elles. Ces aspects communs de nos parcours expliquent que je me suis posé à peu près les mêmes questions que celles qui sont traitées dans ce livre2. Les conclusions auxquelles je suis parvenu sont parfois similaires à celles de Bernard Lahire, parfois assez différentes. Cette situation me complique un peu la tâche pour commenter son livre. Il m’est en effet difficile de raisonner autrement que par différence, au risque de trop ramener ce commentaire vers mes propres travaux et de laisser de côté des aspects que je n’avais pas abordés, au risque aussi de mettre en avant les désaccords plus que les convergences, alors que ces dernières sont importantes. Je vais essayer de tenir compte de ces risques et de les limiter, mais je crois tout de même plus intéressant d’approfondir les points de discussion que de m’étendre très longuement sur les qualités, très réelles, de ce livre.

2Pour moi, il y a deux livres dans ce volume. Le premier s’intitule Penser l’unité des sciences sociales et comprend une grande partie de l’introduction, le quatrième chapitre (« Contextualiser : l’échelle, le niveau et l’objet ») et la conclusion (« Repenser la division sociale du travail scientifique »). Il présente de façon synthétique et contribue à approfondir la réflexion épistémologique que Bernard Lahire mène depuis longtemps sur les contextes d’analyse. Le second livre s’intitule Monde pluriel et inclut une partie de l’introduction, les trois premiers chapitres (« Une formule scientifique unificatrice » ; « Penser la différenciation sociale » ; « Les limites du champ »), ainsi que l’addendum « L’espace social global et ses subdivisions »). Bernard Lahire y reprend son dialogue avec l’œuvre de Pierre Bourdieu autour du concept de champ et expose dans les dernières pages sa propre conception de l’espace social. Naturellement, il y a des liens entre les deux livres, mais ils auraient pu sans difficulté être publiés séparément. Je les commenterai donc d’abord séparément avant de revenir sur la question de leur articulation, qui se fonde sur la notion de contexte.

1. L’unité des sciences sociales

  • 3 Italiques dans le texte.

3Penser l’unité des sciences sociales défend à nouveau des positions que Bernard Lahire a souvent présentées dans ses textes précédents. Il y a d’abord ce qu’il appelle le « réalisme nominaliste » : « je suis à la fois profondément convaincu que le réel sociohistorique existe indépendamment des savants qui l’étudient, qu’il n’est pas informe, qu’il n’attend pas “sagement” l’éclairage des chercheurs pour structurer objectivement les comportements humains et qu’il résiste même à certains essais (malheureux) d’interprétations scientifiques, et3 que les modèles théoriques qui entendent en rendre raison sont toujours des constructions qui peuvent varier en fonction des intérêts de connaissance, des échelles d’observation et des niveaux de réalité sociale visés. » (page 13). La variété des théories du monde social est donc en grande partie une question d’échelle d’analyse et de type de problématisation. Critiquant les revendications d’hégémonie présentées par des auteurs qui considèrent qu’il « existe un “contexte universellement pertinent” en pensant, du même coup, que toutes les autres sortes de contextualisation sont des “erreurs” » (page 212), Bernard Lahire milite pour l’unité de la sociologie : « Une partie de cet ouvrage avait pour objectif de retisser des liens invisible entre les différentes manières de faire de la sociologie » (page 320). La théorisation des échelles d’analyse est un outil pour dépasser certaines contradictions apparentes : « De l’observation d’interactions en cours à l’analyse de données statistiques sur des échantillons de populations nationales, en passant par l’entretien biographique ou le récit de pratiques et l’analyse documentaire, on change aussi la nature des séquences temporelles (de quelques secondes ou quelques minutes pour certaines interactions à plusieurs dizaines ou même centaines d’années quand il est question de trajectoires individuelles, de champs, de mondes ou de classes) et le nombre d’acteurs (du cas unique à des entités sociales comptant parfois jusqu’à plusieurs millions de membres) considérés. Taille des entités étudiées, nombre d’acteurs concernés, longueur des séquences temporelles prises en compte, tout cela pèse sur la nature des contextes et du passé incorporé qu’il est nécessaire, souhaitable, ou parfois tout simplement possible de reconstruire. Les résultats scientifiques ne peuvent sérieusement se discuter et se contester sans prendre en compte cette variation des niveaux de réalité sociale, des échelles d’observation et des intérêts de connaissance » (page 288). Il plaide par ailleurs contre « la trop grande division du travail scientifique, et l’hyperspécialisation des connaissances qui en découle » qui sont « un obstacle au développement de toute vue d’ensemble sur le monde social » (page 340) et pour que les chercheurs connaissent mieux les autres disciplines de sciences sociales.

  • 4 Bernard Lahire, 1996, « La variation des contextes en sciences sociales. Remarques épistémologiques (...)
  • 5 Voir par exemple Michel Grossetti, 2011, « L’espace à trois dimensions des phénomènes sociaux. Eche (...)

4Ce texte présente de façon très claire et synthétique les conceptions épistémologiques de son auteur, conceptions dont certaines sont anciennes chez lui4. Ma propre position épistémologique est la même que celle de Bernard Lahire (une position réaliste et « objectivante ») et je partage très largement ses positions que sur les sciences sociales, qu’il s’agisse de la méfiance vis-à-vis des prétentions de certains courants théoriques à l’hégémonie, de sa critique de la trop grande segmentation thématique, de l’intérêt de s’ouvrir aux autres disciplines, ou de la nécessité de prendre en compte les échelles d’analyse. J’ai donc une grande sympathie pour ce qu’il écrit dans ce texte. Le seul reproche que je lui ferais est de ne pas toujours pousser ses analyses suffisamment loin. Par exemple, il serait utile d’établir une sorte de liste des aspects de leur travail sur lesquels se fondent les divergences entre les sociologues. Les échelles d’observation en sont une mais il y a aussi la posture épistémologique (le « réalisme nominaliste » de Lahire n’est qu’une position parmi d’autres), le type d’engagement (posture critique, ingénierie sociale, posture analytique), le type d’ontologie utilisé, le centrage sur l’ordre social ou le changement, etc. Mais c’est surtout sur la question des échelles qu’il serait nécessaire d’approfondir la réflexion. Bernard Lahire distingue à juste titre les dimensions de la masse (« le nombre d’acteurs ») et de la durée (la « longueur des séquences temporelles »). Il faudrait à mon sens d’abord préciser que ces deux dimensions ne varient pas nécessairement ensemble : des entités sociales de faible masse peuvent être saisies dans la durée (un parcours biographique peut être long) et d’autres plus massives peuvent être analysées sur de courtes durées (une manifestation, un événement médiatique). Ensuite, je crois qu’il est nécessaire d’introduire une troisième dimension, que j’ai appelée dans divers textes la généralité5. Si l’on prend par exemple les « contextes » historiquement construits, que Bernard Lahire décrit dans le deuxième chapitre (« Penser la différenciation sociale »), on peut définir une échelle fondée sur le nombre de ces contextes concernés par la situation étudiée, qui varie ainsi d’une spécialisation maximale (le type d’étude « hyperspécialisée » qu’il dénonce dans sa conclusion) à la plus grande généralité. On se rend compte au passage que l’usage que fait Bernard Lahire du terme de contexte est un peu ambigu. Dans le deuxième chapitre ce sont des sphères d’activité historiquement construites (l’économique, le politique, la littérature, etc.), dont l’existence est indépendante des choix d’échelle alors que dans le quatrième chapitre, ils sont le fruit d’un travail de contextualisation réalisé par l’analyste, et dépendent donc de ses choix de découpage de la réalité sociale. Articulons les deux : supposons qu’un travail de contextualisation au sens du quatrième chapitre ait défini des contextes au sens du deuxième chapitre (appelons les « sphères d’activité » pour simplifier), alors il est possible de situer ce qui est étudié à l’intersection de plusieurs sphères d’activité et donc de définir un niveau de généralité, indépendamment de la masse et de la durée. Cette troisième dimension est très importante, notamment lorsqu’on s’intéresse à des processus et non à des situations statiques, parce que l’imprévisibilité des situations sociales est souvent liée au fait qu’elles « débordent » d’une sphère d’activité donnée. Concevoir analytiquement ces trois dimensions permet ensuite de mettre en évidence leurs articulations et leurs dynamiques dans des processus sociaux concrets. Je reviendrai plus loin sur la question des contextes, mais, au-delà de la discussion sur le nombre de dimensions des processus sociaux à prendre en considération, l’important est de poser clairement la question des échelles et de ce qu’elles impliquent pour l’analyse en sciences sociales. Sur ce point, il faut saluer le travail de Bernard Lahire. Lorsque les sociologues se décideront à reprendre collectivement la réflexion sur cette question en allant au-delà de la sempiternelle opposition micro-macro, le travail de clarification réalisé dans ce livre constituera à mon sens une source précieuse.

2. Monde Pluriel

  • 6 Italiques d’origine.

5L’homme pluriel vit dans un monde pluriel. L’ouvrage L’homme pluriel était en grande partie une discussion de la notion d’habitus et défendait la thèse d’une hétérogénéité des dispositions individuelles. Monde pluriel s’efforce de dépasser la notion de champ et propose une conceptualisation des « contextes » dont les champs ne constituent qu’un type particulier. L’articulation des dispositions et des contextes est au cœur de la « formule scientifique unificatrice » dont Bernard Lahire considère qu’elle devrait régir toute bonne recherche en science sociale : « Produits intériorisés de la fréquentation passée de contextes d’action + contexte présent = Pratiques observables » (page 26). On reconnait naturellement l’« équation » que Pierre Bourdieu formulait dans La distinction qui est rappelée ici page 40 « [(habitus)(capital)] + champ = pratique ». Une fois cette « formule unificatrice » définie dans le premier chapitre, ce sont les contextes qui font l’objet de la réflexion conduite dans les deuxième et troisième chapitres. Bernard Lahire commence par examiner la façon dont différents auteurs ont pensé la différenciation sociale (entre autres Durkheim, Weber, Simmel, Luhmann et bien sûr Bourdieu). Il opère en particulier une distinction entre l’autonomisation des domaines d’activités comme spécificité et l’autonomisation comme indépendance « à l’égard des logiques de pouvoirs qui leur sont extérieurs » (page 63). Cette revue de l’autonomisation des domaines d’activité aboutit à la conclusion que « le long mouvement historique de différenciation des fonctions et de constitution de microcosmes relativement autonomes (au sens de spécifiques) a des conséquences importantes en matière de fabrication sociale des individus6. (…) La socialisation multiple des individus dans des sociétés différenciées est ce qui rend raison tout d’abord de la variation interindividuelle de leurs comportements sociaux. (…) Par ailleurs, le constat de l’existence de variations intra-individuelles des comportements sociaux enregistre donc les effets de la différenciation sociale et de la pluralité des cadres de socialisation » (page 139). C’est donc la diversité des microcosmes qui explique l’hétérogénéité des dispositions. Il se concentre ensuite sur la notion de champ, dont il refuse de faire le seul contexte pertinent. Pour lui, « les champs sont des univers propres aux classes dominantes ou aux élites » (page 146), un champ étant « un microcosme social qui s’est historiquement différencié des autres microcosmes existants et où se jouent des luttes pour l’appropriation d’un ‘pouvoir’ spécifique » (page 147). Le champ réunit donc des personnes en situation de relative équivalence (les écrivains par rapport à des publics par exemple) en lutte pour le pouvoir. Ceux qui pratiquent la même activité sans entrer dans la compétition pour le pouvoir, parce que cette activité est secondaire pour eux, ou qu’ils sont dans une situation marginale ou très dominée, définissent l’ensemble plus large du « jeu ». Le champ devient donc une sorte de partie émergée et compétitive d’un ensemble plus vaste qui ressemble plutôt aux « mondes » d’Howard Becker. Assez curieusement, Bernard Lahire expose sa vision de « L’espace social et ses subdivisions », soit à mon sens la principale valeur ajoutée de son livre, dans un addendum d’une dizaine de pages, dont quatre sont consacrées à des graphiques. Le monde social y est divisé en domaines (littéraire, scientifique, économique, politique, etc.) qui sont croisés avec les classes sociales (selon la division classique supérieures/moyennes/populaires), les champs apparaissant à l’intersection de chaque domaine et des classes supérieures. Apparaissent aussi d’autres « institutions » ou « microgroupes » qui comprennent « les familles, les réseaux de sociabilité, les institutions culturelles, sportives, etc. » (page 358), les interactions pouvant se produire dans le contexte de ces institutions et microgroupes ou en dehors d’eux. Si l’interaction apparaît dans l’espace social, c’est parce qu’elle peut constituer un contexte éphémère qui a sa logique propre (page 235, page 363), et il est de même de l’individu comme niveau de réalité (page 363).

Bourdieu

  • 7 Voir à titre d’illustration un comptage réalisé par un sociologue américain des œuvres les plus cit (...)

6Par quoi commencer pour discuter cette théorie des contextes ? Par Bourdieu peut-être. La bibliographie comprend, si j’ai bien compté, 34 références à ses travaux (contre 19 à l’auteur du livre) et l’index nous indique qu’il est cité presque dans une page sur trois (sauf erreur, 109 pages sur 363), la plupart concentrées sur les chapitres qui portent sur les contextes. Le dialogue serré avec l’œuvre de Bourdieu est une constante des travaux de Bernard Lahire et pour ma part je trouve que c’est une de leurs qualités. En effet, les sociologues français ont un problème avec le plus reconnu d’entre eux7. Comme quelques autres penseurs auparavant (Marx par exemple), Pierre Bourdieu a construit une œuvre si dense et un système théorique si complet que la lecture de ses ouvrages produit ce que l’on pourrait appeler un « effet de paradigme » : le lecteur qui adhère à sa pensée y trouve des grilles de lecture pour tous les phénomènes sociaux et peut à la limite se considérer comme sociologue en n’ayant lu que ses livres. Par ailleurs, comme chez d’autres intellectuels critiques, la dimension analytique est intimement entremêlée avec la dimension normative, de telle sorte que l’adhésion aux propositions théoriques se double d’une adhésion à des valeurs morales et politiques. Le texte peut alors avoir chez le lecteur un effet de « pression morale » qui se conjugue avec « l’effet de paradigme » pour procurer l’impression que mettre en doute le moindre aspect de l’analyse impliquerait une trahison morale. Celui qui critique n’est pas seulement dans l’erreur, il est aussi moralement coupable et politiquement ennemi. L’œuvre exerce ainsi une attraction si forte que beaucoup de lecteurs adhèrent totalement aux thèses qu’elle contient ou au contraire les rejettent radicalement. Il existe cependant des sociologues, moins nombreux, qui sont capables de conserver certaines idées de Bourdieu et d’en laisser d’autres de côté, sans chercher systématiquement à clarifier totalement leur rapport à son œuvre. C’est le cas actuellement de jeunes chercheurs qui se concentrent sur un travail de terrain minutieux et font un usage prudent des concepts, qu’ils associent à l’occasion à d’autres influences (principalement interactionnistes). Bernard Lahire est à ma connaissance le seul à discuter point par point tous les aspects du cadre théorique élaboré par Bourdieu sans se laisser le moins du monde influencer par l’effet de pression morale. Il s’amuse ainsi dans le troisième chapitre de ce livre à intervertir les analyses que fait Bourdieu du champ littéraire et du champ politique pour mettre en évidence les effets sur l’analyse des positions normatives du théoricien des champs. Il faut du courage et de la persévérance pour effectuer ce travail ardu, pas forcément très rémunérateur symboliquement dans le champ sociologique français, mais à mon sens d’une considérable utilité. Peut-être ce travail est-il plus facile pour le sociologue lyonnais, un peu outsider dans ce champ très parisien, mais pleinement investi dans le jeu de la sociologie.

Dispositions

7Extrapolant la théorie de Bourdieu, Bernard Lahire a défini une sociologie « dispositionnaliste » qu’il résume par la formule « dispositions + contexte = pratique » (page 24). Il y a quelques années, à l’occasion d’un commentaire sur un autre de ses livres, j’avais exprimé mon scepticisme à l’égard des analyses faisant usage de la notion de disposition. L’hypothèse de l’existence d’une dimension cognitive non réflexive me semble tout à fait plausible et je trouve légitime que des sociologues cherchent à objectiver cette dimension pour expliquer des comportements sociaux. Simplement je ne suis pas convaincu par la façon dont ils s’y prennent. Bourdieu a principalement introduit les dispositions pour rendre compte de corrélations entre des positions sociales et des pratiques, corrélations que l’on peut très bien expliquer autrement. Bernard Lahire s’est efforcé de les déduire de régularités dans des pratiques et des discours qui apparaissent au cours d’entretiens biographiques, mais, là encore, je pense que l’on peut expliquer ces régularités sans faire appel à la notion de disposition telle qu’il l’utilise. Bref, pour moi, les dispositions désignent plus un problème qu’un outil d’analyse, et ceux qui en font usage courent sans cesse le risque de la surinterprétation.

Formule

8Comme Bernard Lahire est conscient que tous les sociologues n’adhèrent pas à la sociologie « dispositionnaliste », il propose une « formule scientifique unificatrice » plus générale : « Produits intériorisés de la fréquentation passée de contextes d’action + Contexte présent = Pratiques observables ». Cette formule est-elle si unificatrice ? J’en demande pardon au lecteur, mais par facilité je l’ai testée sur mon propre cas. Si l’on fait abstraction du problème méthodologique de l’objectivation des « Produits intériorisés de la fréquentation passée de contextes d’action » et que l’on reste sur un plan théorique cette formule me semble très correcte. Sauf qu’en réfléchissant à mes propres recherches, je constate qu’elle ne rend pas du tout compte de ma façon de travailler. En me rapprochant au plus près des termes de Bernard Lahire, ma formule personnelle, nullement originale et très classiquement interactionniste, serait plutôt la suivante :

  • 8 Dans l’un de mes tous premiers articles, en 1986, une époque où j’étais encore très influencé par l (...)

9Acteurs et contextes au temps 1  interactions  acteurs et contextes au temps 2  etc.8

  • 9 Christophe Beslay, Michel Grossetti, Denis Salles, François Taulèlle, Régis Guillaume et Michel Day (...)

10Je m’intéresse aux processus dans lesquels sont engagés les personnes et les collectifs qu’elles constituent plutôt qu’à des pratiques ponctuelles. Et la plupart du temps, je n’ai pas besoin de faire état de « produits intériorisés de la fréquentation passée de contextes d’action ». Il m’est arrivé d’analyser des allant de soi, des mythes, notamment dans les discours et les actions politiques9, mais sans nécessairement statuer sur leur caractère plus ou moins réflexif. Ce sont pour moi des « ressources cognitives » qui viennent s’ajouter aux autres ressources que les personnes mobilisent, subissent ou s’efforcent de contrôler (au fait, où sont les ressources matérielles dans la formule de Bernard Lahire ? Où est passé le « capital » de Bourdieu ? Dans le contexte ?). Est-ce que ma propre formule s’appliquerait à des problèmes traités par Bernard Lahire, les pratiques culturelles par exemple, et que produirait-elle comme différence ? Il me semble qu’elle m’amènerait à mettre l’accent sur la construction des goûts comme ressources cognitives s’autonomisant au fil des pratiques des contextes initiaux de leur émergence. Comment traduirais-je la formule de Bernard Lahire dans mon propre langage ? Cela donnerait quelque chose comme : « ressources cognitives + ressources matérielles + autres acteurs = activité d’un acteur ». Le « = » me gène s’il indique un déterminisme. Je crois en effet que les activités sociales (les actions, pratiques, etc.) comportent toujours une part imprévisible, et même que, parfois, les contextes (la configuration des acteurs et des ressources) organisent cette imprévisibilité. J’aurais donc tendance à écrire « les ressources cognitives et les ressources matérielles sont des ingrédients de l’activité. Leur configuration rend certaines activités plus probables ». Ou encore, dit autrement, si l’on traduit « = » par « influe sur », alors les deux formules deviennent compatibles.

Champs

  • 10 Dans les analyses de réseaux sociaux, deux personnes en situation d’équivalence structurelle sont e (...)
  • 11 De son côté White fait correspondre les champs à ce qu’il appelle des « styles » (Identité et contr (...)

11Le cœur du livre est la théorie de l’espace social et de ses divisions, qui me semble constituer son principal intérêt et que je voudrais discuter à présent. Il me semble que la classification qui est présentée dans l’addendum est globalement juste, mais qu’elle présente aussi quelques manques, sur lesquels je me pencherai plus particulièrement. Mais avant de passer à ces aspects plus critiques, je voudrais insister sur la façon dont Bernard Lahire articule la théorie des champs et celle des mondes. Je crois qu’il a raison de faire des champs une affaire qui concerne les « élites » plus que la masse des pratiquants d’une activité. Ceci dit, je ne suis pas certain que l’élite d’une pratique donnée appartienne nécessairement à la classe supérieure. Le point important me semble être la compétition entre les participants, leur équivalence structurelle10, ce qui rapproche la notion de champ de celle de marché telle que la définit le théoricien des réseaux sociaux Harrison White. Bourdieu avait d’ailleurs lui-même opéré ce rapprochement dans Les structures sociales de l’économie.11 De la même façon, la distinction qu’opère Bernard Lahire entre les deux types d’autonomie (indépendance et spécificité) est aussi très intéressante car elle retrouve deux des trois dimensions de l’encastrement dans son environnement de ce que White appelle une discipline (ces dimensions sont la dépendance, la différenciation interne, et l’involution appelée aussi spécialisation).

Réseaux

  • 12 Alain Degenne et Michel Forsé, 2004, Les réseaux sociaux, Paris, Armand Colin.
  • 13 Catherine Goldstein, 1989, « Le métier des nombres au 17e et 19e siècles », in Éléments d'Histoire (...)
  • 14 Henk Flap, Bert Bulder et Beate Völker, 1998, « Intra-organizationnal networks and performance : a (...)
  • 15 Catherine Bonvalet et Eva Lelièvre, 1995, « Du concept de ménage à celui d’entourage : une redéfini (...)
  • 16 Claire Bidart, Alain Degenne, Michel Grossetti, 2011, La vie en réseau. Dynamique des relations soc (...)

12Dans la description des divisions de l’espace social apparaissent des domaines, des champs, ainsi que des « microgroupes », qui comprennent des institutions, des familles, des organisations et des réseaux de sociabilité. Les réseaux sont évoqués très brièvement, mais on a l’impression que pour Bernard Lahire, ils se limitent à un petit nombre de relations directes proches, une partie de ce que les analystes de réseaux appellent des « réseaux personnels ». C’est la raison pour laquelle Bernard Lahire les fait figurer parmi les « microgroupes ». Mais les réseaux ne sont pas des groupes, pas plus d’ailleurs que des domaines ou des champs. Contrairement à toutes ces formes sociales, ils n’ont pas de frontière, pas de membres, pas de désignation collective. Ce sont simplement des ensembles de relations interpersonnelles (pour s’en tenir aux réseaux de personnes, mais la même définition se transpose aux réseaux d’organisations ou d’autres collectifs sociaux). Les réseaux sont une structure très simple, mais ils irriguent tout le monde social. On estime que, en moyenne, chaque personne connaît — au sens d’avoir déjà rencontré et de connaître le nom — plusieurs milliers de personnes12. Si l’on prend en compte les personnes que connaissent ceux que nous connaissons (donc des chaînes relationnelles de longueur 2) selon le même critère, cela fait plusieurs millions. Si l’on prend un critère relationnel plus exigeant comme par exemple les personnes à qui nous pouvons demander de nous présenter à quelqu’un, cela fait 100 à 200 personnes en moyenne. Utiliser ces relations directes comme intermédiaires permet d’atteindre 10 000 à 40 000 personnes. Avec deux intermédiaires (chaînes de longueur 3), on dépasse à nouveau le million. Les réseaux sont une structure importante de l’activité économique, de la diffusion des informations, des mobilisations politiques, qu’il serait erroné de cantonner au niveau « micro » et de réduire un simple groupe de proches. Une description de l’espace social devrait à mon sens prendre en compte à la fois les réseaux et les collectifs, et surtout être capable de rendre compte de la façon dont ces deux types canoniques de formes sociales interagissent. Les réseaux sociaux contribuent à produire et reproduire les hiérarchies et les inégalités, donc les classes sociales auxquelles se réfère Bernard Lahire. J’ai esquissé plus haut l’idée selon laquelle les champs peuvent être vus comme émergeant de réseaux polarisés. Les domaines peuvent aussi émerger sur la base de réseaux : la science moderne par exemple a d’abord été au XVIIe siècle un réseau de savants correspondants intensément les uns avec les autres13. Il existe une montagne de travaux sur la façon dont les réseaux structurent les organisations14. Les familles sont de moins en moins analysées comme un bloc de rôles complémentaires et de plus en plus comme des réseaux15. Réciproquement, les relations dyadiques et les réseaux sont influencés en permanence par les collectifs dans lesquels les personnes sont engagées16. Autrement dit, si l’on donne aux réseaux une place plus réaliste, on ne peut pas limiter l’espace social à un empilement de collectifs de tailles et de structures diverses. On le perçoit alors comme un entrelacement de collectifs, de relations dyadiques formant des réseaux, et également de ressources (des objets matériels ou des lieux par exemple) sur lesquelles les personnes peuvent s’appuyer pour se coordonner et interagir et qui ne sont pas toujours référables à des relations, des domaines, des champs, ou des « microgroupes » constitués.

Dynamique

  • 17 Nicolas Dodier, 1993, « Les appuis conventionnels de l’action. Eléments de pragmatique sociologique (...)

13La conception des divisions de l’espace social exposée dans ce livre reste trop statique. En dehors du deuxième chapitre consacré aux processus historiques de constitution des domaines et des champs, on ne sait rien sur les processus d’émergence ou de dissolution des domaines, des champs ou des « microgroupes ». Au fond, comme je l’indiquais plus haut à propos des échelles, le cadre théorique énoncé par Bernard Lahire (comme celui de Bourdieu dans beaucoup de ses travaux) est adapté à des analyses où l’on cherche à expliquer des pratiques individuelles ponctuelles par des contextes stables, et où on ne se préoccupe pas de la dynamique des contextes ou de celle des interactions. Les interactions apparaissent comme contextes spécifiques dans le quatrième chapitre (page 286) et dans l’addendum (pages 360 et 361), mais le cadre principal de raisonnement reste l’explication des pratiques individuelles par des contextes statiques (mondes, champs, etc.), passés ou présents. Mais ne faudrait-il pas envisager aussi des contextes dynamiques, par exemple des « contextes historiques » (une période de crise, de croissance économique, d’incertitude générale, etc.) ? Ce schéma de pensée centré sur des contextes statiques explique peut-être la façon dont Bernard Lahire critique une citation de Nicolas Dodier ([le social tient par] « les ajustements incessants des acteurs les uns avec les autres dans le cours de leurs actions concrètes »)17, qu’il oppose à « la préexistence de nombre d’institutions ou de structures sociales » (page 240). Je ne vois pas en quoi le fait de penser que des institutions ou des structures sociales « tiennent » par des « ajustements incessants des acteurs les uns avec les autres dans le cours de leurs actions concrètes » empêcherait de les considérer comme plus durables que des interactions. Pour utiliser une métaphore physiologique très durkheimienne, le fait que je sois maintenu en vie (jusqu’ici) par de très nombreux processus biologiques ne m’empêche nullement de survivre à chacun de ces processus pris isolément. Le point important est que l’activité qui fait changer les institutions ou les structures est souvent différente de celle qui les fait seulement « tenir ». Les ajustements qui produisent l’émergence de formes sociales, leur évolution ou leur dissolution ne sont pas forcément similaires à ceux qui les maintiennent en équilibre.

3. Contextes

14La notion de contexte est ce qui articule ce que j’ai considéré dans ce commentaire comme deux livres différents. J’ai signalé plus haut qu’elle a dans le texte deux significations distinctes. En effet, dans la réflexion sur les échelles d’analyse, le contexte est le découpage du réel effectué par l’analyste en fonction des questions qu’il veut traiter, alors que dans la théorie des divisions de l’espace social, c’est plutôt une forme sociale produite par l’activité sociale. Les deux significations s’articulent sans problème : le travail de contextualisation de l’analyste consiste à choisir les contextes sociaux pertinents pour traiter les questions qu’il se pose. Mais dans cette articulation, la dynamique apparaît seulement du côté de l’analyste : celui-ci règle la focale sur des masses et des durées plus ou moins importantes et fait donc entrer dans le cadre certains domaines, champs et microgroupes. Mais ceux-ci sont considérés comme stables. Cette différence est ce qui rend le lien entre les deux aspects un peu ténu. Ce lien serait bien plus solide si l’on s’intéressait au travail de contextualisation des acteurs sociaux. Ce travail n’est pas seulement leurs efforts pour imposer des catégories d’appréhension et une définition la situation. Cela fait partie de la contextualisation, mais celle-ci est aussi faite de toute l’activité consistant à construire ou défaire des collectifs, des règles, ou des cadres matériels. Les phénomènes de différenciation que Bernard Lahire décrit dans le deuxième chapitre ne se produisent pas seulement sur des durées longues pour des masses importantes, on les trouve à tous les niveaux et ils représentent une préoccupation constante pour les acteurs sociaux. Et naturellement, le travail de contextualisation des sociologues contribue aussi à fabriquer les contextes sociaux.

Monde

15Comme je l’ai indiqué en introduction, j’ai surtout discuté les questions sur lesquelles mes propres réponses s’écartent plus ou moins fortement de celles que Bernard Lahire expose dans ce livre. J’ai signalé plus brièvement les nombreux points sur lesquels je ne vois pas de divergence majeure avec ses thèses. Mais le plus important est peut-être que nous nous posons assez souvent les mêmes questions. A l’issue de la lecture de ce livre, je me dis que nous sommes peut-être un certain nombre à avoir été influencés à un moment ou un autre par l’œuvre de Bourdieu, à avoir pris de la distance par rapport au cadre théorique que l’on y trouve, et à nous interroger sur l’espace social, les échelles d’analyse, les effets de contexte. Peut-être ne sommes-nous pas suffisamment nombreux, ni suffisamment en compétition, pour constituer un champ, mais je suis persuadé que nous partageons un même « monde ».

Haut de page

Notes

1 Nous avons été en quelque sorte des « bourdieusiens autodidactes » …

2 Principalement dans le deuxième et troisième chapitre de Sociologie de l’imprévisible. Dynamiques de l’activité et des formes sociales, Paris, Presses Universitaires de France, 2004.

3 Italiques dans le texte.

4 Bernard Lahire, 1996, « La variation des contextes en sciences sociales. Remarques épistémologiques. » (Annales Histoire et Sciences Sociales, n° 2, pp.381-407.

5 Voir par exemple Michel Grossetti, 2011, « L’espace à trois dimensions des phénomènes sociaux. Echelles d’action et d’analyse », SociologieS, http://sociologies.revues.org/index3466.html.

6 Italiques d’origine.

7 Voir à titre d’illustration un comptage réalisé par un sociologue américain des œuvres les plus citées dans les revues anglophones durant les 5 dernières années (http://nealcaren.web.unc.edu/the-102-most-cited-works-in-sociology-2008-2012/).

8 Dans l’un de mes tous premiers articles, en 1986, une époque où j’étais encore très influencé par les œuvres de Bourdieu, j’avais écrit cette formule « Acteur + champ  pratique  acteur’ + champ’ » (« Métaphore économique et économie des pratiques", Recherches Sociologiques, Vol XVII, n°2, 1986, page 243), ce qui ne témoigne pas d’une grande évolution de la pensée en 26 ans …

9 Christophe Beslay, Michel Grossetti, Denis Salles, François Taulèlle, Régis Guillaume et Michel Daynac, 1998, La construction des politiques publiques locales. Le cas des reconversions industrielles, L'harmattan, coll. « Logiques politiques ».

10 Dans les analyses de réseaux sociaux, deux personnes en situation d’équivalence structurelle sont en relation avec les mêmes acteurs. Les écrivains sont en situation d’équivalence structurelle vis-à-vis des lecteurs, des critiques, des maisons d’éditions, etc.

11 De son côté White fait correspondre les champs à ce qu’il appelle des « styles » (Identité et contrôle. Une théorie des formes sociales émergentes, Paris, Presses de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2011). L’interprétation de Bernard Lahire me semble donner raison à Bourdieu sur ce rapprochement. Dans le langage de White, on peut voir le repli sur soi du champ littéraire (lorsque les auteurs deviennent les principaux lecteurs), qui est pris pour exemple dans les deuxième et troisième chapitres, comme le passage d’une « interface » (en simplifiant, un ensemble d’acteurs structuré relativement à un extérieur, un ensemble dont la valeur dominante est l’efficacité) à une « arène » (de façon tout aussi simplifiée, un ensemble d’acteurs opérant en interne des appariements et des regroupements, et dont la valeur dominante est la pureté).

12 Alain Degenne et Michel Forsé, 2004, Les réseaux sociaux, Paris, Armand Colin.

13 Catherine Goldstein, 1989, « Le métier des nombres au 17e et 19e siècles », in Éléments d'Histoire des Sciences, sous la direction de Michel Serres, Bordas, Paris, pp. 274-295.

14 Henk Flap, Bert Bulder et Beate Völker, 1998, « Intra-organizationnal networks and performance : a review », Computational & Mathematical Organisation Theory, vol. 4, n°2, pp.1-39.

15 Catherine Bonvalet et Eva Lelièvre, 1995, « Du concept de ménage à celui d’entourage : une redéfinition de l’espace familial, Sociologie et sociétés, Vol. XXVII, n°2, pp.177-190.

16 Claire Bidart, Alain Degenne, Michel Grossetti, 2011, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, Presses Universitaires de France.

17 Nicolas Dodier, 1993, « Les appuis conventionnels de l’action. Eléments de pragmatique sociologique », Réseaux, vol. 11, n° 62, p. 65, cité dans l’ouvrage page 240.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Grossetti, « Au-delà des champs », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2012, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8751

Haut de page

Rédacteur

Michel Grossetti

Sociologue, directeur de recherches au CNRS (LISST)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page