Navigation – Plan du site

Michel Voisin, Comprendre la monnaie et les politiques monétaires

Nicolas Méra
Comprendre la monnaie et les politiques monétaires
Michel Voisin, Comprendre la monnaie et les politiques monétaires, Paris, Bréal, coll. « Thèmes et Débats Economie », 2011, 128 p., ISBN : 978-2-7495-3006-2.
Haut de page

Texte intégral

1Dans l'ouvrage Comprendre la monnaie et les politiques monétaires, Michel Voisin, professeur en classes préparatoires, propose une étude détaillée du fonctionnement de la monnaie. Il structure son argumentation autour de neuf questions essentielles, qui touchent tant l'aspect économique de ce « fondement de l'économie de marché » que son impact social, culturel, et historique. S'interrogeant sur les nouveaux enjeux de la planète à l'heure des crises, de l'avènement des nouveaux produits financiers et de la dématérialisation de la monnaie, Michel Voisin se penche sur l'avenir de la zone euro et sur le rôle des institutions qui contribuent à son fonctionnement.

2La monnaie n'est-elle qu'un intermédiaire des échanges ? Michel Voisin répond aux classiques comme Say qui estimait qu'elle n'était qu'un « voile posé sur la réalité des échanges » en reprenant les trois principales fonctions de la monnaie héritées d'Aristote : celle d'unité de compte, pour évaluer les produits par rapport à leur prix ; celle d'instrument des transactions qui facilite les échanges ; et celle de réserve de valeur, qu'il définit comme « convertible instantanément en n'importe quel bien ou service ». M. Voisin décrit l'évolution des différentes formes de monnaie, des « monnaies-marchandises » (blé, orge, métal, etc.) de l'Antiquité au portefeuille électronique dont nous disposons aujourd'hui. Puis il réfléchit sur son rôle social : à partir de l'exemple du peuple Baruyas de Nouvelle-Guinée, qui utilise des barres de sel comme monnaie, il montre à quel point cette dernière joue dans les relations sociales, permettant de « resserrer les liens ou créer des dépendances », ce dont on peut voir l'illustration dans nos sociétés actuelles avec la mode des chèques-cadeaux. Enfin, l'auteur invoque Marx pour qui la monnaie « déguise un rapport social » et ce pour rappeler la nécessité d'une confiance, d'un consentement, et de réglementations pour garantir la stabilité de ce qu'il appelle le "moteur du système capitaliste".

3D'où la monnaie acquiert-elle sa valeur ? Alors qu'au XVIIe siècle, le bimétallisme ou le monométallisme dominent avec l'or et l'argent principalement, l'accroissement de la quantité de monnaie en circulation conduit inévitablement à une dématérialisation progressive. Ces besoins toujours croissants expliquent l'avènement de la monnaie fiduciaire (billets) puis scripturale (dépôts bancaires) ces dernières années ; la convertibilité-or de la monnaie a d'ailleurs soulevé plusieurs débats, notamment du fait que les banques octroyaient des crédits et diffusaient du papier-monnaie « sans limites » et surtout sans avoir les réserves métalliques nécessaires. Michel Voisin propose l'exemple britannique de la fin du XVIIIe siècle, et l'opposition entre les défenseurs du banking principle menés par J.S.Mill, pour qui « les crédits font les dépôts » et qui ne veulent par conséquent aucune limite à l'émission de monnaie, et ceux du currency principle avec Ricardo notamment qui veut limiter son émission pour ne pas mettre en danger la valeur de la monnaie. Le Peel's Act de 1844 tranche en séparant les fonctions d'émission et de refinancement de la monnaie. L'auteur conclut le chapitre par une classification de la masse monétaire en fonction des différents degrés de "liquidité" de la monnaie ou des risques qu'elle présente : pour plus d'informations, consultez les sites de la Banque Centrale Européenne (http://www.ecb.int) ou de la Banque de France (www.banque-france.fr).

4La création monétaire est-elle contrôlable ? Pour une majorité des pays industrialisés, l'intervention d'une banque centrale est devenue « nécessaire » vers le milieu du XIXe siècle. Selon M.Voisin, le développement du crédit est lié au décalage pour les agents économiques entre leurs dépenses et leurs revenus, ce qui les incite à avoir recours aux banques commerciales après évaluation du "risque" par ces dernières.

5D'où l'importance de la monnaie centrale, « acceptée par tous » et illimitée depuis la fin de la convertibilité-or et de référence réelle. La banque centrale joue ainsi un rôle essentiel car elle réglemente son émission de liquidités afin de contrôler l'ensemble du système bancaire : par les réserves obligatoires d'une part, liquidités des banques détenues à la banque centrale en fonction de leurs dépôts (2 % pour la BCE aujourd'hui), et d'autre part par les mécanismes du multiplicateur et du diviseur de crédit.

6Tout cela témoigne de « l'effet régulateur » de la banque centrale sur le système bancaire, où les banques commerciales ne sont « pas totalement libres » de leur création monétaire.

7Les banques centrales utilisent-elles les mêmes stratégies pour définir leur politique monétaire ? Pour contrôler au mieux le système bancaire, tout en le sécurisant afin d'éviter l'inflation, la Banque Centrale peut jouer sur le prix des liquidités ou leur quantité : M.Voisin cite l'exemple de la politique d'open market qui vise au refinancement des banques commerciales. L'auteur ajoute que toute stratégie monétaire s'appuie sur une analyse économique, qui considère les prix, la consommation, la production, la croissance et en tire les conclusions nécessaires quant à leur action ; mais aussi une analyse monétaire, qui vérifie si les taux sont respectés, concernant la masse monétaire, les liquidités, l'endettement.... Ceci pour aboutir à un diagnostic général qui orientera la politique monétaire de la banque centrale, en particulier en jouant sur le taux d'intérêt.

8Toutefois, comme le souligne M.Voisin, la BCE et la FED (banque centrale américaine) adoptent des stratégies "plus ou moins réactives", en témoigne la rapidité de la banque américaine à opter pour une politique contracyclique ces dernières années, à la différence de la banque de la zone euro. Selon lui, il existe une « faiblesse européenne » car la BCE ne dispose que d'un petit budget par rapport à la FED, de plus son indépendance lui donne peu de marge de manœuvre vis-à-vis du patchwork des pays de la zone euro.

9Quels sont les canaux de transmission de la politique monétaire ? Malgré une politique monétaire européenne, il existe de fortes divergences dans chaque pays (inflation, investissement, production, prix...). Michel Voisin montre ici l'effet de la politique monétaire sur tous les plans de l'économie : par exemple, les prix et la production sont inversement proportionnels au taux d'intérêt ; ou encore, les entrepreneurs capitalistes le prennent en compte pour « conduire leurs activités ». De plus, la politique monétaire touche les actifs financiers : si le taux d'intérêt croît, leur valeur chute, et s'il baisse, il se crée un « effet de richesse ». Dans cette logique, il est une variable de spéculation immobilière.

10Enfin, M.Voisin insiste sur le fait que l'internationalisation de l'économie peut influencer la politique monétaire de chacun, comme ce fut le cas dans les années 1960 aux États-Unis, avec l'arrivée des Eurodollars, alors que les Américains ne se souciaient pas de l'extérieur. Je vous invite à consulter le compte-rendu du livre de Denis Rétaillé, Les lieux de la mondialisation en suivant ce lien (http://lectures.revues.org/​8499) pour mieux saisir ce concept et les autres enjeux économiques de la mondialisation.

11De même, la politique monétaire joue sur les taux de change (en attirant les capitaux étrangers), la compétitivité des entreprises (pour leurs exportations) et même les épargnes collectives (retraite dans les pays anglo-saxons par exemple).

12Comment les crises monétaires ou bancaires peuvent-elles être surmontées ? Aujourd'hui, avec le développement de nouveaux produits financiers, la mondialisation des échanges, les dettes dites « souveraines », les institutions bancaires sont d'autant plus fragiles. Pour M.Voisin, tout d'abord, une crise est avant tout une crise de confiance : un simple doute dans la valeur monétaire, et c'est une panique généralisée, en témoignent les faillites de John Law (1720) ou des assignats français (1796). De plus, dans le mécanisme du crédit, prêteur et emprunteur se trouvent dans la même situation dite d' « asymétrie d'information » : aucun ne sait s'il peut faire confiance à l'autre. En cas de crise, la Banque Centrale est sommée d'assumer son rôle de "prêteur en dernier ressort", malgré de faibles capacités d'action, en particulier dans la zone euro actuellement. Alors si des établissements financiers sont confrontés à des difficultés, les États sont mis à contribution, comme ce fut le cas pour le Crédit Lyonnais en France, afin de contrer un climat d'insécurité générale. Progressivement se sont mises en place des politiques d'assouplissement du secteur bancaire, ainsi qu'un contrôle « prudentiel » pour éviter des possibles dérives financières. Suite aux crises économiques d'échelle mondiale, des institutions, telles la BCE ou le FMI, aident à coordonner les politiques budgétaires et financières des États. Mais l'accent est davantage mis, pour Michel Voisin, sur l'action de chaque État au niveau national.

13L'inflation est-elle un mal absolu contre lequel les autorités monétaires doivent combattre sans merci ? Combattre l'inflation est une mission primordiale pour tous, mais les causes et les solutions divergent. Pour les défenseurs de la théorie quantitative, la monnaie n'est qu'un « voile », une marchandise comme une autre : pour eux, les banques jouent un rôle crucial dans l'approvisionnement de monnaie, influençant dès lors le niveau des prix. Les monétaristes, menés par Friedman, ont reformulé cette théorie : ils évoquent un mécanisme plus complexe, et rendent les pouvoirs publics responsables de l'inflation. Pour y échapper, il faudrait soit trouver un nouvel étalon monétaire, soit mettre en place une banque centrale indépendante, soit un dispositif de contrôle de la masse monétaire.

14Mais l'inflation peut être justifiée ailleurs : dans les coûts par exemple, au sein d'une entreprise ; ce qui fait penser aux keynésiens et aux post-keynésiens que la théorie quantitative est "inadéquate", et que la régulation par le crédit est « délicate et peu concluante » car la banque ne sait pas comment l'emprunteur l'utilise. Toutefois, selon certains, l'inflation peut être « créatrice » (production, emploi, etc.).

15Pourquoi une banque centrale doit-elle être crédible ? Michel Voisin insiste sur le fait qu'une banque centrale doit agir indépendamment du pouvoir politique pour répondre à ses deux missions principales : combat de l'inflation, stabilité des prix, ce qui interdit donc la « planche à billets ». Toutefois, les autorités politiques peuvent intervenir dans le choix de ses dirigeants. Ainsi, une banque centrale tire sa crédibilité de la confiance qu'on lui accorde : elle doit donc jouer son rôle de « prêteur en dernier ressort » et annoncer des objectifs plausibles. Mais comme M.Voisin le rappelle dans un second temps, "la crédibilité ne se décrète pas, elle est révélée par des faits" : taux d'intérêt, croissance, tant de résultats qui indiquent si elle est fiable. Cependant, il existe un « paradoxe de la crédibilité » qui fragiliserait l'économie tout en répondant à ses objectifs : voilà les risques d'une économie en perpétuelle mutation.

16Fallait-il constituer la zone euro ? Comme le rappelle Michel Voisin, elle procure de nombreux avantages : plus de résistance aux « chocs » externes, consommation accrue, concurrence, innovation... Le tout dans un marché monétaire élargi, facilitant les échanges, qui peut enfin rivaliser avec le dollar. Toutefois, la remise en cause tient au fait que des pays très hétérogènes ont adopté l'euro, ce qui rend difficile l'application d'une politique monétaire commune. Dans cette zone, on trouve des contraintes budgétaires inégales, des taux d'inflation variables, et des enjeux nationaux divergents... Le tout risquant de compromettre l'action de la BCE.

17Il est vrai que l'euro, en s'affirmant comme une monnaie de taille, s'est trouvé une place de choix sur le plan international ; or, l'entrée dans la zone de pays au poids économique plus faible risque de fragiliser l'euro et de "compliquer la gestion de la BCE" selon M.Voisin.

18Les crises récentes témoignent de faiblesses inhérentes à la zone euro, où la BCE a été contrainte de financer les États malgré un règlement qui l'interdisait. Toutefois, tout le monde s'accorde pour ne pas revenir à la situation antérieure, bien moins préférable.

19Dans cet ouvrage, Michel Voisin pèse non seulement le poids de la monnaie dans les sociétés contemporaines, mais il prend également en compte l'historique des nations en la matière. En s'appuyant sur des théories économiques qui vont d'Aristote à Aglietta, en passant par Marx et Simmel, il cerne le fonctionnement de la monnaie et le rôle des acteurs qui en sont responsables.

20Si ce thème vous intéresse, et pour aller un peu plus loin, je vous invite à consulter le compte-rendu du livre de François Chesnais, intitulé Les dettes illégitimes. Quand les banques font main basse sur les politiques publiques en suivant le lien suivant : http://lectures.revues.org/​8156

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Méra, « Michel Voisin, Comprendre la monnaie et les politiques monétaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 21 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8754

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page