Navigation – Plan du site

Éric Fassin, Démocratie précaire. Chroniques de la déraison d’État

Marine Maurin
Démocratie précaire
Eric Fassin, Démocratie précaire. Chroniques de la déraison d'État, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2012, ISBN : 978-2-7071-7136-8.
Haut de page

Texte intégral

1Dans Démocratie précaire, Chroniques de la déraison d’État, Éric Fassin, sociologue, professeur à Paris VIII, membre de Cette France-là, veut rendre raison de la déraison d’État en retraçant l’histoire du quinquennat de Nicolas Sarkozy à travers un recueil de chroniques. L’objet sociologique de cet ouvrage est le délitement de la démocratie. Pour comprendre cet effritement, l’auteur revient sur un postulat souvent affirmé par les politiques : nous sommes en démocratie. Or, la position de l’auteur est de concevoir la démocratie non pas comme un état, une nature de la société mais bien plutôt comme une construction. La démocratie comme un accomplissement à l’œuvre expose dès lors sa précarité.

  • 1 François Hartog, Régime d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Le Seuil, « La li (...)

2La première partie de l’ouvrage intitulée « autopsie d’un régime » est un essai rétrospectif sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Cette partie commence par le récit d’une conversation téléphonique entre Éric Fassin et Brice Hortefeux. L’ancien ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale souhaitait, avant de quitter ses fonctions, s’expliquer sur les raisons d’un sommet européen portant sur « l’intégration » se déroulant à Vichy, et interpeller le sociologue à propos du contenu critique de son article - « Le nouveau syndrome de Vichy » - paru trois mois plus tard. Le ministre interroge la pertinence de la critique une fois l’actualité passée. Cette anecdote permet à Éric Fassin d’avancer la distinction essentielle entre « les actualités » et « l’actualité », ce qui lui permet de légitimer la reprise dans son ouvrage d’articles publiés entre 2006 et 2011 dans des grands quotidiens nationaux et des revues ou blogs. Alors que les actualités sont marquées par un « présentisme »1, un présent immédiat, propre aux médias et aux politiques, l’actualité, elle, est traversée par d’autres événements, faits, débats d’un passé qui ne passe pas. La démarche du sociologue est alors d’analyser cette actualité comme une temporalité où le passé, le présent et l’avenir s’entrechoquent.

  • 2 En effet, puisque nous ne serions plus dans un régime totalitaire (sous le nazisme), nous serions s (...)

3Éric Fassin montre que précisément, sous la présidence sarkozyste, la démocratie se vit au présent. Paradoxalement, si la démocratie se distingue du passé, c’est par ce passé qu’elle se justifie. En effet, la présence dans l’entourage du président de personnes engagées dans la reconnaissance des droits de l’homme tel que Arno Klarsfeld (fils de Serge et Beate Klarsfeld, combattants du nazisme) pourrait apparaître comme un gage de démocratie. La politique d’immigration ou encore celle d’expulsion des Roms contredit pourtant ces marques d’amitié. Il en est de même lorsqu’il est fait appel, au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, à des représentants, symboles des minorités visibles. Pour l’auteur, c’est donc par ce syllogisme2 et cette mécanique que les mesures engagées par le gouvernement de Nicolas Sarkozy sont considérées dans l’espace public comme républicaines et non comme non-démocratiques. Le présentisme, en tant que présent pétrifié, rend problématique l’expression même de démocratie, quelles que soient les actions engagées par l’État.

4Éric Fassin note également que le fait de vivre dans un présent immédiat permet au président de la République de jouer de cette temporalité et finalement de dire « tout et son contraire » (p. 23). Il prend pour exemple un discours où le chef de l’État célèbre dans le même temps la laïcité et l’héritage chrétien de la France. Ce désordre engage à nouveau d’autres syllogismes concluant à un ordre nouveau neutralisant toute critique. Pour l’auteur, cet art de la confusion, reposant sur le présentisme, contribue à la déraison d’État. Toute l’analyse d’Éric Fassin repose sur une critique de cette temporalité : le présentisme empêche de comprendre ce qui se passe, enferme dans les actualités alors qu’il est nécessaire de penser l’actualité, comme un présent travaillé par le passé.

  • 3 Elles sont au nombre de seize : « Le cœur et la raison d’État », « Ficher », « Identité nationale » (...)

5La deuxième partie de l’ouvrage nommée « Chroniques de la « démocratie irréprochable » » est composée d’articles organisés par thématiques3. L’auteur relève de manière transversale, dans la plupart de ses chroniques, une opération de disjonction livrée dans les discours officiels entre « eux » et « nous » entre « ceux qui arrivent » et « ceux qui accueillent ». Cette opposition entre « eux » et « nous » est une construction qui repose plus spécifiquement sur l’identité nationale elle-même construite autour de ce que l’auteur appelle « la démocratie sexuelle ». Ce serait au nom de la stricte égalité entre les hommes et les femmes que nous ne pourrions accepter ces immigrés qui ne respectent pas cette égalité. « La démocratie sexuelle » délimite alors la frontière entre les membres d’une même société, elle est au cœur de la construction de l’identité nationale. Dans cette perspective, la polygamie et la burqa apparaissent comme des éléments particulièrement vifs qui permettent d’opérer des glissements successifs, sans lien logique, depuis l’identité nationale, l’immigration et enfin la mise en cause d’une religion, l’islam. Celle-ci, tout comme le modèle de l’immigration, est stigmatisée à partir du principe de l’égalité homme/femme. Ce modèle de « la démocratie sexuelle », forme d’instrumentalisation des fondements de l’État démocratique, pose de nombreux problèmes. Éric Fassin le montre très bien sur le registre médiatique par exemple : la politique est également incarnée par des personnages politiques, dont l’image médiatisée, les mises en scène fortement sexuées des corps et des mots, participent d’une sexualisation des rapports sociaux. Éric Fassin propose au lecteur des exemples précis où les plus hautes personnalités de l’État, président ou ministre, mettent en avant leur virilité, leur hétérosexualité, affirment dans l’excès les différenciations sexuelles, pour mieux dessiner des frontières identitaires. Double jeu donc.

6En pointant le « problème de l’immigration » énoncé comme tel dans l’espace public, Éric Fassin décrypte les discours de l’altérité et de la pluralité : l’autre ne serait plus seulement cet étranger qui arrive et qu’il s’agit d’intégrer, mais il est cet « ennemi de l’intérieur », celui dont la croyance en l’islam et, par amalgame, l’origine empêcherait son intégration à la société française. Dans cette perspective, l’intégration ne saurait être effective que si l’immigration est limitée. Ce postulat, partagé tant par l’UMP que par le PS, indique Éric Fassin, conduit à la pérennisation du « problème de l’immigration ». On assisterait alors à une « racialisation » de la nation favorisant un climat de suspicion : les mariages « blancs », les mariages « gris », le regroupement familial artificiel, etc. Finalement, par ses chroniques, l’auteur donne à voir la xénophobie d’en haut, la xénophobie d’État, qui se déploie dans la politique d’immigration de ces années-là.

7En toute fin de l’ouvrage, Éric Fassin engage le lecteur et tous les acteurs politiques à user de la démocratie pour éviter qu’elle ne s’use. Il réaffirme sa conception d’un présent dense où le passé toujours à actualiser, propose des clefs de compréhension et ouvre à l’émergence de nouveaux possibles dans l’espace du débat public ; et invite à en changer les termes, notamment sur la politique d’immigration afin que vive la démocratie.

8Cette posture du sociologue pose également la question de la place et de l’engagement du sociologue dans la société. Le parti pris d’Éric Fassin est très clair : le sociologue du temps présent est, de fait, pris dans les actualités ; il est sollicité pour prendre part au débat public. Ainsi, la publication de cet ouvrage, quelques semaines avant les élections présidentielles n’est pas anodine. Au cœur des actualités, le sociologue nous propose de penser l’actualité. Délaissant le ton de la dénonciation, le sociologue manie celui de l’ironie, de l’humour, voire de la science-fiction, le choix de l’écriture étant sans doute un indice d’une mise à distance de l’événementiel. Par exemple, dans la chronique intitulée « Le fichier Brice », (BRICE signifiant Bureaucrates Responsables de l’Immigration Clandestine et des Expulsions), l’auteur propose de créer un fichier qui ficherait les « ficheurs ». Ces procédés littéraires lui permettent d’inscrire sa réflexion dans la temporalité médiatique et d’en répondre publiquement.

9Au-delà de la position du chercheur, cet ouvrage pose également la question du remaniement éditorial des chroniques : pourquoi publier à nouveau des chroniques écrites dans les médias et quels sont les effets de cet assemblage ? On comprend que publier une nouvelle fois ces chroniques ajoute à la démarche du sociologue, qui se qualifie d’« historien du temps présent » : en sortant des actualités, il peut concevoir l’actualité. De plus, l’agencement de ces chroniques a pour effet d’insister, par la répétition, sur les problématiques arborées durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy comme l’immigration, l’identité nationale, les Roms, l’islam, etc. Mais, dans un deuxième temps et complémentairement, cet effet de répétition a des limites heuristiques : à force de répéter, le lecteur peut ressentir une certaine redondance qui peut sonner et résonner comme une leçon donnée par l’auteur.

Haut de page

Notes

1 François Hartog, Régime d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Le Seuil, « La librairie du XXIe siècle », 2003, p. 28.

2 En effet, puisque nous ne serions plus dans un régime totalitaire (sous le nazisme), nous serions sans discussion en démocratie.

3 Elles sont au nombre de seize : « Le cœur et la raison d’État », « Ficher », « Identité nationale », « L’inconscient et la conscience », « Le corps politique », « Démocratie sexuelle », « Mariage : la préférence nationale », « La famille au cas par cas », « Diversité et minorités », « De l’intégration à l’assimilation », « Roms », « Islam », « Droite et extrême droite », « Les médias, entre populisme et opinion publique », « Quel problème ? » et « Renverser le problème ». Chacune de ces thématiques est introduite par un court texte de l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Maurin, « Éric Fassin, Démocratie précaire. Chroniques de la déraison d’État », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8757

Haut de page

Rédacteur

Marine Maurin

Doctorante en sociologie au Centre Max Weber, Université Jean Monnet.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page