Skip to navigation – Site map

Ivan Sainsaulieu, Muriel Surdez (dir.), Sens politiques du travail

Matthieu Marcinkowski
Sens politiques du travail
Ivan Sainsaulieu, Muriel Surdez (dir.), Sens politiques du travail, Paris, Armand Colin, series: « Recherches », 2012, 365 p., ISBN : 978-2-200-27433-7.
Top of page

Full text

1Si de nombreux travaux se sont intéressés aux relations entre travail et politique, la littérature sur cet objet restait jusqu’alors dispersée entre des approches focalisées sur la politisation des pratiques professionnelles, sur les incidences politiques du travail – notamment sur les pratiques d’engagement – ou encore sur les échanges et conversions de ressources entre sphère militante et sphère professionnelle. En somme, des approches axées sur « l’articulation entre pratiques professionnelles et pratiques d’engagement » comme le souligne Olivier Fillieule (p.345). L’ouvrage Sens politiques du travail dirigé par Ivan Sainsaulieu et Muriel Surdez entend non seulement dresser une synthèse de ces différentes directions, mais également initier de nouvelles et stimulantes pistes de recherche. En effet, l’originalité de l’ouvrage est de questionner le sens politique du travail à partir de la dimension anthropologique de celui-ci : en partant du constat que les univers du travail sont des univers socialisateurs, les auteurs s’intéressent aux mécanismes de socialisation politique mis en œuvre au et par le travail.

  • 1  Si Ivan Sainsaulieu et Muriel Surdez sont tout deux membres du groupe de recherche TAPAS (Transfor (...)

2Cette publication, coordonnée par Ivan Sainsaulieu et Muriel Surdez1, réunit des chercheurs de différentes disciplines, dont les contributions s’organisent tel un corpus d’articles (bibliographies propres, présentation des conditions et résultats d’enquêtes de terrain,…) autour de deux grands axes thématiques : la question de la définition de la politisation au et par le travail comme processus de socialisation politique et la nécessaire complémentarité du « hors-travail » comme amplification des formes de socialisation et de rapports au politique. Les trois parties de l’ouvrage s’articulent autour de ces deux problématiques. Soulignons la riche diversité des terrains d’enquête, à la fois dans l’espace (citons, par exemple, F. Gutiérrez Crocco sur le syndicalisme chilien ; K. Talin, C. Didier sur la socialisation politique des ingénieurs du Nord-Pas-de-Calais ; A. Kernen sur les mobilisations ouvrières en Chine, etc.) et dans le temps (exemples : A. Saint-Martin sur les observatoires astronomiques sous la Troisième République ; A. Allal, Y. El Chazli sur les situations révolutionnaires égyptienne et tunisienne en 2011, etc.), sur lesquels se base l’analyse qui se donnait pour objectif de ne pas « être emprisonné dans une configuration historique et nationale particulière pour donner à voir plusieurs logiques d’articulation entre travail et politique » (p.14).

3La première partie de l’ouvrage revient sur une interrogation classique à savoir les potentiels rapports de politisation qui peuvent émerger dans des situations et des contextes de travail. Il apparaît à la lecture de cet ouvrage, que l’on retrouve rarement dans l’espace du travail des « compétences politiques articulées à une maîtrise conventionnelle des codes symboliques de la politique et à une grille de lecture de la réalité univoque » (p.340), soit des éléments de politisation dans son acception classique. Néanmoins, ces non-prises de position politiques explicites ne signifient pas qu’il n’existe pour autant aucun travail symbolique à l’œuvre. En effet, qu’il s’agisse de principes de justice ou de jugements moraux locaux attachés à des contextes de travail spécifiques, registre qualifié d’« infrapolitique » (par exemple, les employés de banque ont des jugements moraux sur la crise financière, mais ils n’en tirent pas pour autant des conséquences politiques, C. Magnin, p.43-54) ou une mise en forme des clivages et un positionnement collectif, registre qualifié d’« autopoiétique » (exemple : l’état latent des salariés en termes de « capacité collective » ne signifie pas leur dépolitisation, mais une situation de politisation non organisée, I. Ferreras, p.71-86), le travail reste un élément structurant de la socialisation politique (p.341).

4La seconde partie s’intéresse aux contextes et conditions de la politisation entendue comme processus. Ainsi, certaines contributions soulignent l’adhésion, à l’échelle collective, à « des visions politiques du monde à travers des activités professionnelles spécifiques ou sectorielles (F. Champy ; A. Saint-Martin ; I. Ferreras ; M-C. Bureau, F. Plomb et I. Sainsaulieu) ou du fait de l’appartenance à une génération (A. Kernen ; F. Guttiérez Crocco ; A. Lambelet) » (p.16). Cette approche collective ne supplante pas pour autant l’exploration au niveau individuel – notamment des situations matrimoniales et familiales – des changements d’attitudes politiques induites par le travail (A. Sévilla ; L. Arslan ; P. Gottraux et C. Péchu ; F. Poglia Mileti, I. Sainsaulieu et E. Zufferey). Les auteurs plaident également pour l’utilisation de la notion de « contexte de travail », celle-ci permettant une meilleure prise en compte de la pluralité et de la complexité des mondes du travail. En effet, c’est dans « ces univers d’échelle plus réduite que se construit la socialisation politique dans ses diverses orientations plutôt qu’à travers une  référence globalisante au travail » (p.18).

  • 2  D. GAXIE, « Appréhensions du politique et mobilisations des expériences sociales », Revue français (...)

5La troisième partie de l’ouvrage insiste sur le fait que le rôle du travail dans la socialisation politique n’est pas exclusif, le recours à la notion de « hors travail », compris comme des « espaces temps » sociaux de socialisation, permet de replacer la socialisation politique dans un contexte qui tient compte des autres sphères de vie. Notons que la notion de « hors travail » n’inclut pas la socialisation primaire qui joue un rôle important dans la formation des opinions politiques (par exemple, le rôle des institutions scolaires pour les enfants d’immigrés musulmans, L. Arslan, p.173-184). Mais c’est parce qu’il existe une réelle dépendance entre la dynamique de politisation au travail et le hors travail que la socialisation politique doit être considérée « comme un processus global coextensif à chaque histoire de vie » (Gaxie, 20022).

6Au final, Sens politiques du travail présente non seulement une riche synthèse aux solides fondements empiriques, mais a également le mérite d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche autour de questions sur le processus de socialisation politique au travail : une approche basée sur une définition moins stricte de la politisation et articulée avec les contextes du « hors travail ». Enfin, nous partageons peut-être le regret des auteurs de ne pas avoir inclus dans l’analyse certains types de travail, tels que le travail domestique ou bénévole (p.14) ou encore de ne pas avoir de terrain d’enquête couvrant des situations de travail créatrices d’opinions « favorables à l’ordre établi » (p.341). Néanmoins, ces remarques à la marge n’enlèvent rien à une étonnante et dynamique démarche sur un objet au fort potentiel.

Top of page

Notes

1  Si Ivan Sainsaulieu et Muriel Surdez sont tout deux membres du groupe de recherche TAPAS (Transformations des appartenances professionnelles et des affiliations socio-politiques) à l’Université de Fribourg, l’ensemble des auteurs de l’ouvrage provient d’horizons institutionnels et disciplinaires variés.

2  D. GAXIE, « Appréhensions du politique et mobilisations des expériences sociales », Revue française de science politique, 2002, vol 52, n°2-3, p.145-178.

Top of page

References

Electronic reference

Matthieu Marcinkowski, « Ivan Sainsaulieu, Muriel Surdez (dir.), Sens politiques du travail », Lectures [Online], Reviews, 2012, Online since 22 June 2012, connection on 21 July 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8761

Top of page

About the author

Matthieu Marcinkowski

Doctorant en science politique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et membre du CESSP (Centre européen de sociologie et de science politique, UMR 8209)

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page