Navigation – Plan du site

Eric Keslassy, Citations politiques expliquées

David Descamps et Agathe Foudi
Citations politiques expliquées
Eric Keslassy, Citations politiques expliquées, Eyrolles, coll. « Eyrolles Pratique », 2012, 140 p., ISBN : 978-2-212-55374-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Fayard, 1982.

1Dans La représentation politique1, Pierre Bourdieu insistait sur la place du langage dans le champ politique. La maîtrise d’un « certain langage » constitue en effet une caractéristique incontournable de « l’habitus du politicien ». Et pour cause ! Pour les professionnels de la politique, le verbe s’avère être tout à la fois un instrument de communication et une arme de conviction. Par les mots qu’ils choisissent, ceux-ci contribuent en effet à construire une vision particulière du monde social qui s’impose à nous.

2Le glissement sémantique qui s’opère par exemple lorsque les bénéficiaires de l’assistance publique deviennent, dans les propos de certaines personnalités politiques, des « assistés » influence en effet les jugements portés par les individus sur cette catégorie de population, et plus largement sur la réalité sociale. Si le langage sert à communiquer, il met donc aussi en jeu nos représentations de la réalité, en lien avec celles qu’il véhicule.

3C’est à cette aune que l’ouvrage d’Eric Keslassy est intéressant. L’auteur s’est en effet attaché à « faire le tour des citations politiques les plus marquantes de ces 150 dernières années », et à les décortiquer. Ce faisant, il nous invite implicitement à confronter nos représentations à celles-ci et à comprendre pourquoi elles ont imposé leur marque au cours de l’Histoire.

4L’auteur s’en est tenu aux propos émis par ceux qu’il nomme « entrepreneurs politiques » et qui incarnent la « figure moderne du politique ». C’est d’ailleurs en vertu de ce critère que la période choisie débute avec la IIIe République, quand naît pour Eric Keslassy la professionnalisation du monde politique, pour se terminer en 2012, en pleine campagne présidentielle. C’est aussi pour cela que le lecteur, prévient-il, ne pourra trouver dans cet ouvrage un certain nombre de citations célèbres telles que « Soyons réalistes, exigeons l’impossible » ou encore « I have a dream » ; leurs auteurs n’étant pas considérés comme des « entrepreneurs politiques ».

  • 2  La France de la IIIe et IV République, Les relations internationales de la fin du XIXe siècle jusq (...)

5L’ouvrage est divisé en cinq parties2 au sein desquelles chaque page est consacrée à l’analyse d’une citation. La logique choisie consiste à replacer le propos tenu dans son contexte afin d’en offrir des clés de compréhension au lecteur. Une place importante est ainsi offerte aux faits et évènements historiques auxquels Eric Keslassy se réfère avec précision.

  • 3  On peut noter que l’ouvrage d’Eric Keslassy comporte une nouvelle analyse d’une petite vingtaine d (...)

6L’auteur a volontairement cherché à donner un aspect ludique à son livre, ce qui le rend accessible au grand public. Les étudiants et les lycéens pourront trouver là un instrument leur permettant d’agrémenter leurs copies de dissertation de citations devenues célèbres. L’ouvrage a donc un caractère pratique évident, même si on peut regretter à ce propos l’absence d’une table des matières. Celle-ci figurait pourtant dans l’ouvrage de Jean Paul Roig, Citations historiques expliquées, Des origines à nos jours3, publié par la même maison d’édition en 2008.

  • 4  Cela étant, les lecteurs pourront toujours se référer à l’ouvrage de Jean Paul Roig où elles figur (...)

7Malgré l’intérêt que présente le travail d’Eric Keslassy, on peut regretter l’absence de certains propos politiques qui semblaient incontournables. Les lecteurs s’étonneront par exemple de ne pas trouver les célèbres « Ich bin ein Berliner » ou encore « une fracture sociale se creuse »4. On se doit aussi de constater le caractère inégal des citations analysées ; le « Je vous ai compris ! » formulé par Charles de Gaulle côtoyant la « faute morale dont je ne suis pas fier » de Dominique Strauss Kahn.

8De plus, on peut considérer que la place allouée à la présidentielle de 2012 est excessive eu égard aux autres périodes étudiées par l’auteur. Parmi les quatorze citations qui s’y réfèrent sur les cent que compte l’ouvrage, combien traverseront en effet l’épreuve du temps ? Toujours au sujet de la présidentielle, il est d’ailleurs dommage que le bouclage du livre ait eu lieu avant qu’elle ne se soit achevée car certains propos délivrés à la fin de la campagne auraient été intéressants à analyser. On pense plus particulièrement au fameux « Je dis aux syndicalistes : posez le drapeau rouge et servez la France », prononcé par Nicolas Sarkozy au Trocadéro le 1er mai 2012.

9Enfin, il aurait été souhaitable, ne serait-ce qu’en liminaire, qu’Eric Keslassy fasse figurer une mise en garde sociologique à l’attention de ses lecteurs. Car, se focaliser sur les citations de ces « entrepreneurs politiques », connus et reconnus, n’est-ce par renforcer le pouvoir symbolique dont ils bénéficient ? Et ré-imposer, ce faisant, l’ordre de l’ordre politique ?

Haut de page

Notes

1  Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Fayard, 1982.

2  La France de la IIIe et IV République, Les relations internationales de la fin du XIXe siècle jusqu’en 1958, La France de la Ve République, Les relations internationales (1958-2012), Présidentielle 2012.

3  On peut noter que l’ouvrage d’Eric Keslassy comporte une nouvelle analyse d’une petite vingtaine de citations déjà présentes dans l’ouvrage de Jean Paul Roig.

4  Cela étant, les lecteurs pourront toujours se référer à l’ouvrage de Jean Paul Roig où elles figurent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Descamps et Agathe Foudi, « Eric Keslassy, Citations politiques expliquées », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 23 juin 2012, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8765

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page