Navigation – Plan du site

Olivier Masclet, Sociologie de la diversité et des discriminations

Eric Keslassy
Sociologie de la diversité et des discriminations
Olivier Masclet, Sociologie de la diversité et des discriminations, Armand Colin, coll. « 128 », 2012, 128 p., ISBN : 9782200276577.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis le milieu des années 2000, le concept de « diversité » a envahi l’espace public. Dès lors, une sociologie de la « diversité » était fortement attendue, ne serait-ce que pour offrir une autre perspective que celle qui est présentée par la sphère médiatico-politique : dans ce cadre, la tendance à se positionner pour ou contre est forte ; les effets d’annonce se multiplient où les procédés rhétoriques nourrissant la confusion sont légions.

2L’un des grands mérites de l’ouvrage d’Olivier Masclet est de tracer l’historique de cette notion de diversité, d’analyser les différents champs où elle est invoquée et ainsi de clarifier le débat. À cet égard, on peut se demander s’il était judicieux d’ajouter, dès le titre, que le travail portait aussi sur les discriminations. Comme l’auteur l’indique lui-même en introduction, il s’agit de deux termes différents qui, s’ils sont évidemment liés, ne doivent pas nécessairement être associés. Il est clair que les problématiques qui se sont nouées autour de la diversité ont permis une plus grande reconnaissance du combat à mener contre les discriminations. Pour autant, le droit français avait admis l’importance des discriminations en 2001, indépendamment de la « pression » organisée postérieurement autour de la diversité. Par ailleurs, selon Olivier Masclet lui-même, les politiques qui se fondent sur la diversité ne réduisent qu’à la marge les discriminations ethniques et, circonstance aggravante, elles ne permettent pas de lutter efficacement contre les inégalités sociales. Au fond, la diversité peut être perçue comme un « nom de code », suffisamment flou pour englober des pratiques très éloignées, qui se donnent pour objectif de faire exister les différences dans l’espace public. Alors qu’il est très souvent question de l’âge, du sexe ou encore du handicap, en même temps que l’origine ethnique, lorsqu’on parle de favoriser la diversité, l’auteur réalise une première et salutaire sélection : sa « diversité » correspond à celle qui est amenée par les populations issues de l’immigration. Par exemple, nous savons que les entreprises qui revendiquent réaliser des efforts en matière de diversité englobent les résultats obtenus sur tous les facteurs de discrimination, alors même que l’opinion publique entend d’abord (voire seulement ?) que les discriminations ethniques se seraient estompées. Un jeu de dupe s’est mis en place dans lequel ce petit livre, extrêmement bien documenté, ne tombe jamais puisqu’il se concentre sur l’aspect « ethnique » de la problématique.

3Le premier chapitre, intitulé « l’invention de la discrimination », rappelle opportunément que la France a pris beaucoup de retard sur ces thématiques par rapport à l’Angleterre. Et ce sont des directives européennes qui imposent dans le droit français, à travers les lois de 2001, la notion de discrimination indirecte et la définition concrète des contours de l’égalité de traitement. La création de la HALDE, aujourd’hui avalée par le Défenseur des droits, est également due à cette impulsion européenne.

4Le second chapitre s’attaque à la délicate question des statistiques ethniques et nous montre bien qu’il est tout à fait possible d’en réaliser en France sous certaines conditions. Reste que le modèle républicain nous conduit souvent à préférer des enquêtes patronymiques ou à utiliser des testings. L’ouvrage d’Olivier Masclet montre bien que la « race » n’est pas une variable statistique comme les autres et qu’il convient de la manier avec une grande précaution.

5Le troisième chapitre porte sur les usages de la diversité au niveau des grandes entreprises et des grandes écoles. Il est vrai que le monde économique est le premier à s’approprier cette question, notamment par le biais des travaux de l’Institut Montaigne qui sont directement à l’origine de la charte de la diversité. Si cette dernière permet sans aucun doute de sensibiliser les chefs d’entreprise – en même temps que l’opinion publique – à la nécessité de lutter contre les discriminations, elle apparaît aujourd’hui davantage comme une arme de communication plutôt qu’une avancée réelle. En grande partie parce qu’elle ne possède pas de volet coercitif, devenant une sorte de « diversité sans droit ». Les passages sur la diversité dans les grandes écoles constituent certainement le point faible de cet ouvrage : l’analyse se porte globalement sur les politiques d’ouverture, considérant ensemble l’initiative de Sciences Po Paris et de l’ESSEC qui n’ont pourtant pas grand-chose à voir. Dès lors, le bilan présenté est plutôt négatif alors qu’il mérite d’être beaucoup plus nuancé.

6Le quatrième chapitre s’interroge sur la percée de la diversité dans le champ politique. La droite s’est longtemps accaparée la question ; aujourd’hui, la gauche semble aller plus loin… L’auteur permet de retracer l’importance prise par cette thématique dans le monde politique.

7Enfin, le cinquième chapitre cherche à comprendre les fractures de la société française au travers de la montée d’un racisme postcolonial et d’une analyse des ressorts de la stigmatisation qui frappe les populations relevant de la « diversité ». Un terme qui reste bien compliqué à employer dans le cadre républicain qui est le nôtre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Olivier Masclet, Sociologie de la diversité et des discriminations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 23 juin 2012, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8767

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page