Skip to navigation – Site map

Vincent Caradec, Sociologie de la vieillesse et du vieillissement. Domaines et approches

Sophie Jumeaux-Bekkouche
Sociologie de la vieillesse et du vieillissement
Vincent Caradec, Sociologie de la vieillesse et du vieillissement. Domaines et approches (3e édition), Armand Colin, series: « 128 », 2012, 128 p., ISBN : 9782200277536.
Top of page

Full text

1Qu’est-ce que la vieillesse ? Quelles situations recouvre-t-elle? Comment les différentes catégories de la vieillesse se sont-elles constituées ? Qui désigne-t-on comme « vieux » et dans quel contexte? Voici quelques-unes des questions auxquelles Vincent Caradec s’attache à répondre dans Sociologie de la vieillesse et du vieillissement.

2L’ouvrage, paru pour la première fois en 2001, propose un large panorama des visages de la vieillesse et permet de penser la grande diversité des situations, des trajectoires et des pratiques qu’elle recouvre. Il s’articule autour de trois chapitres qui correspondent aux trois orientations majeures de la sociologie de la vieillesse, à savoir la construction sociale de la vieillesse, le visage macrosociologique des « personnes âgées » et l’expérience individuelle du vieillir. Cette troisième édition a été actualisée de manière à intégrer les travaux les plus récents.

  • 1  A-M. Peatrik, « Vieillir ailleurs et ici : l’exemple des Meru du Kenya », Retraite et Société, n°3 (...)

3Le premier chapitre retrace la construction sociale de la vieillesse, principalement du point de vue occidental, même s’il effleure d’autres contextes de vieillissement. Faisant référence aux travaux de l’ethnologue Anne-Marie Peatrik1, il explique comment, chez les Meru du Kenya, le vieillissement est considéré comme un mûrissement là où il tend à être envisagé comme déclin dans les sociétés occidentales, ceci pour insister sur le fait que les représentations de la vieillesse sont dépendantes d’un contexte social et culturel donné. De même, celles-ci sont produites historiquement et politiquement et tendent dès lors à se métamorphoser. Les mots eux-mêmes ne sont pas neutres : la grande diversité des termes employés pour nommer la vieillesse s’ancre dans un contexte historico-politique donné. De nouvelles catégories apparaissent, comme celle de « retraité » ou plus récemment de « senior », tandis que d’autres tendent à disparaître.

4Ce chapitre montre aussi comment les représentations occidentales de la vieillesse oscillent entre la figure du « senior indépendant et actif » d’une part, et celle du « vieillard dépendant et apathique» d’autre part. Or, cette polarisation caricaturale toujours prégnante tend à dissimuler la diversité des formes que prend la vieillesse.

5Du second chapitre il ressort essentiellement que l’âge chronologique ne constitue pas un indicateur pertinent. Le regroupement d’individus dans une tranche d’âge donnée cache en effet une grande diversité de situations, de pratiques et de modes de vie, ce que mettent en avant plusieurs enquêtes. Toutefois, la grande hétérogénéité des individus rassemblés sous la casquette de « personnes âgées » ne les empêche pas de « faire corps » ni même de se mobiliser comme le montrent les revendications pour la défense des retraites.

  • 2  Pour une analyse des modalités de refondation d’un « chez-soi » en maison de retraite : I. Mallon, (...)
  • 3  Que l’édition de 2001 évoquait.
  • 4  Caradec explique par exemple qu’« avant même la fin de son activité professionnelle, le futur retr (...)

6Le chapitre trois ouvre les voies d’une approche microsociologique de l’avancée en âge et propose notamment de penser les « transitions du vieillissement » (p. 87) que sont la retraite, le veuvage ou l’entrée en maison de retraite2 comme autant de caps qui contraignent l’individu à une reconfiguration des modalités d’exister et à une renégociation de son identité. Mais au-delà de ces trois « transitions du vieillissement », l’une des ultimes transitions n’est-elle pas la prise de conscience de sa propre mort?3 D’autre part, si ces transitions constituent des situations d’observation privilégiées, l’analyse sociologique ne doit pas se limiter à ces caps biographiques. En effet, ce qu’il importe de saisir, nous semble-t-il, ce sont avant tout les basculements subjectifs qui peuvent être de l’ordre d’une prise de conscience (d’être vieux par exemple), d’un renoncement… Or, ceux-ci ne sont pas mécaniquement superposables avec les changements extérieurs mais peuvent se faire avant, par anticipation4, ou après.

  • 5  D. Martuccelli, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin, (...)

7Caradec passe ensuite en revue les principales théories du vieillissement. S’il critique les théories de l’activité et du désengagement ainsi que la théorie phénoménologique des mondes sociaux, il prend aussi ses distances avec le concept de déprise qui, selon lui, mettrait trop en avant l’idée de pertes et ne rendrait pas compte de la dialectique prise-déprise. Il préfère envisager le vieillissement en termes d’ « épreuve »5 et d’enjeux, afin de mettre en lumière le tiraillement entre « être » et « avoir été », entre éloignement et maintien de prises sur le monde, entre familiarité et étrangeté.

8Il souligne par ailleurs la nécessité d’appréhender le vieillissement comme produit de la trajectoire passée sans toutefois négliger l’importance des situations hic et nunc. Dans le jeu des interactions sociales, se voir proposer une place assise dans le bus ou demander si on possède la carte « senior » au guichet de la gare peut être perçu comme le « signe » que l’on est entré dans la catégorie « personne âgée » dans le regard de l’autre. En outre, l’environnement, l’espace, les objets sont autant d’éléments qui constituent, ou non, des « supports » (p.113) en offrant des « prises matérielles » (p.114) sur le monde.

9Si l’auteur met en évidence les ressources individuelles et collectives mobilisées pour rebondir face aux épreuves du vieillissement, nous regrettons qu’il fasse le silence sur ceux qui ne parviennent pas à garder des « prises » dans l’existence. Il arrive en effet que l’individu perde pied dès lors que ce qui faisait autrefois le sel de sa vie disparaît ou s’altère. La mort de l’être aimé, l’entrée en maison de retraite ou le handicap signent parfois le début d’un renoncement à sa propre vie.

10Par ailleurs, la sociologie de la vieillesse et du vieillissement ne suppose-t-elle pas aussi de se pencher sur la toute fin de vie et ses enjeux particuliers ? Ne doit-elle pas, a minima, évoquer les débats actuels autour d’un droit à mourir ? L’ouvrage occulte le terme final du vieillir à savoir le mourir. Or, le « décloisonnement » (p.118) des différents domaines de la sociologie que l’auteur appelle de ses vœux dans la conclusion suppose de ne pas laisser à la seule sociologie de la mort l’analyse du vécu du mourir.

11En dépit de ces réserves, l’ouvrage réussit parfaitement l’ambition de synthèse qui est celle de la collection 128. De lecture facile, il s’adresse à un large public et ouvre les voies d’une sociologie de la vieillesse et du vieillissement qui se décline au pluriel ; une sociologie des vieillesses et des vieillissements en somme. C’est là l’une des grandes réussites de ce livre que de proposer un éclairage sur la vieillesse sans jamais tomber dans l’écueil de la caricature ou de la simplification abusive.

  • 6  L’auteur renvoie à  l’ouvrage Vivre les âges de la vie. De l’adolescence au grand âge, A. Chamahia (...)

12Pour conclure, l’auteur met en garde contre les dangers de la catégorisation, tant du point de vue théorique que pratique. Il regrette, de plus, le cloisonnement des recherches sociologiques qui tendent à se spécialiser dans l’approche de l’enfance, de l’âge adulte ou de la vieillesse pour en faire des domaines de recherches indépendants et en vase clos là où l’interdépendance et le dialogue devraient être de mise. Nous ne pouvons qu’accueillir avec enthousiasme le projet d’une sociologie de l’avancée en âge capable de penser l’individu de la naissance à la mort6.

Top of page

Notes

1  A-M. Peatrik, « Vieillir ailleurs et ici : l’exemple des Meru du Kenya », Retraite et Société, n°34, 2001, pp. 152-165.

2  Pour une analyse des modalités de refondation d’un « chez-soi » en maison de retraite : I. Mallon, Vivre en maison de retraite. Le dernier chez-soi, Rennes, PUR, 2004. Un compte-rendu est disponible ici: http://lectures.revues.org/269

3  Que l’édition de 2001 évoquait.

4  Caradec explique par exemple qu’« avant même la fin de son activité professionnelle, le futur retraité prend peu à peu ses distances avec elle » (p.90).

5  D. Martuccelli, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin, 2006.

6  L’auteur renvoie à  l’ouvrage Vivre les âges de la vie. De l’adolescence au grand âge, A. Chamahian, C. Lefrançois (éd.), Paris, L’Harmattan, 2012, dont il signe la préface, et qui s’inscrit dans le sens d’un décloisonnement des sociologies spécialisées des âges.

Top of page

References

Electronic reference

Sophie Jumeaux-Bekkouche, « Vincent Caradec, Sociologie de la vieillesse et du vieillissement. Domaines et approches », Lectures [Online], Reviews, 2012, Online since 25 June 2012, connection on 21 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8794

Top of page

About the author

Sophie Jumeaux-Bekkouche

Doctorante en sociologie à l'EHESS Paris, et membre du GSPM (Groupe de Sociologie Politique et Morale)

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page