Navigation – Plan du site

Pascal Lardellier, Les réseaux du coeur. Sexe, amour et séduction sur Internet

Michèle Pagès
Les réseaux du coeur
Pascal Lardellier, Les réseaux du coeur. Sexe, amour et séduction sur Internet, François Bourin Éditeur, 2012, 176 p., ISBN : 978-2-84941-322-7.
Haut de page

Texte intégral

1Auteur en 2004 de l’ouvrage Le cœur net. Célibat et amours sur le Web, Pascal Lardellier s’attache encore une fois, dans ce nouvel ouvrage, à la question de la rencontre amoureuse sur Internet et de la relation qui s’établit sur les sites de rencontre entre des personnes à la recherche de nouvelles expériences, se situant entre celle du « sexe rapide » ou celle de l’histoire d’amour débouchant sur une mise en couple. Cet ouvrage est le fruit d’une enquête par questionnaire menée depuis plusieurs années sur trois sites spécialisés dans ce type de transactions.

2L’auteur met en évidence, dans une première partie, les deux spécificités paradoxales de la rencontre sentimentale et/ou sexuelle par la médiation d’Internet : d’une part, le fait qu’on ne sait jamais à qui on s’adresse malgré l’existence de nouveaux indicateurs de positionnement d’autrui (ton des messages, style général des profils etc.) et d’autre part, que le statut partenarial des personnes est théoriquement connu : des célibataires ouverts à toutes propositions. Pour autant malgré ces spécificités, le marché de la rencontre sur le net sentimental se réalise sur un fond de narcissisme dans ce que l’on donne à voir de soi et dans ce que l’on reçoit de l’autre, selon un principe endogamique toujours en vigueur comme « dans la vraie vie » et constitue enfin une machine de production et de circulation de fantasmes. Marché très concurrentiel et lucratif, la rencontre amoureuse et/ou sexuelle internautique connaît depuis dix ans des évolutions notables : mobilisant de plus en plus de techniques (webcams, applications, géolocalisation etc.), elle se psychologise par la mise en place de test de personnalité, de compatibilité visant à assurer le succès de la relation potentiellement nouée et elle se segmente en jouant l’endogamie programmée à partir de la création de sites spécialisés (en fonction de la religion, des opinions politiques, et de particularismes multiples) pour garantir en quelque sorte la construction des affinités et d’un certain esprit communautaire. Dans ce contexte, la rencontre hétérosexuelle virtuelle et le rapport aux sites qui la proposent sont toujours marqués par les stéréotypes de genre et la non-mixité sociale.

3La seconde partie est consacrée aux métamorphoses de l’identité que la rencontre virtuelle permet. Cet outil relationnel, que sont les sites de rencontre, favorise d’abord, selon l’auteur, une incontestable centration sur soi. Le récit de soi, de ses avis, de ses opinions, accompagné de l’exhibition de ses photographies constitue une théâtralisation de l’intimité et autorise une comptabilité possible des capacités et pouvoirs d’attraction. Le marché de la rencontre avec ses réseaux sociaux (Facebook, copainsd’avant etc.), ses sites spécialisés (Meetic, Attractive world, etc.) favorise l’expression d’une mosaïque d’identités sans la présence des corps. Le jeu relationnel permis entre les partenaires potentiels mais virtuels se déroule dans un contexte de flexibilité des identités et de puissance expressive. Les multiples arrangements que les personnes fréquentant les sites de rencontre mettent en œuvre lorsqu’il s’agit de se décrire et de brosser le tableau de ce qu’elles sont, montrent simultanément le statut et l’enjeu de la séduction dans les relations sentimentales et/ou sexuelles et les rapports aux normes qu’induit, dans ce type de situation, la présentation de soi. Les rencontres par Internet semblent être un des lieux de la fabrication contemporaine des couples mais également de leur décomposition par la diversité des occasions d’adultère qu’elles offrent au point que des sites spécialisés dans les rencontres de personnes recherchant des relations extra-conjugales se sont développés. Mais elles sont également le lieu où se trouvent expérimentées des pratiques sexuelles parfois prohibées ou moralement réprouvées (l’exhibition des organes génitaux ou des zones considérées comme érogènes, la masturbation filmée, etc.).

4La troisième partie est consacrée aux différentes étapes qui composent la construction de la relation sentimentale et/ou sexuelle par l’intermédiaire des sites de rencontre et aux raisons du succès de ces rencontres et de la fréquentation de ces sites. Comment à un moment donné, peut-on passer du statut de prétendant(e) anonyme à celui d’élu(e) ? Echange ludique et non forcément impliquant, la communication sentimentale des internautes est exempte de l’embarras que peut susciter la co-présence dans la vie réelle. Les masques des pseudos, des arrangements avec la réalité permettent aux « timides »d’établir des relations où ils ne perdent pas la face. Le fonctionnement de ces sites autorise également l’idée que chacun a un certain contrôle de la relation par la maîtrise de l’image qu’il donne, par l’imposition éventuelle du rythme et de la progression de la relation, par l’usage des outils de l’humour, de la séduction et de la confidence. Des liens parviennent à se créer et à perdurer, selon Pascal Lardellier, par et - pourrait-on ajouter malgré - l’opportunité qu’offrent les sites de rencontre à s’imaginer autre que ce que l’on est et à se raconter des histoires en idéalisant une relation potentielle.

  • 1 Voir à ce propos les analyses de Michel Bozon

5Enfin la dernière partie de l’ouvrage a l’ambition d’offrir un cadre théorique aidant à  penser la production des relations amoureuses numérisées. La logique consumériste de l’époque associée à une idéologie technique promouvant l’image d’individus communicants exacerbe l’exigence du lien dans les sociétés qualifiées par l’auteur d’individualistes et les formes de conformisme qu’elles ne manquent pas d’induire. Liées au libéralisme par la marchandisation des rapports sociaux qu’elles provoquent, les relations numérisées sont majoritairement instrumentales et utilitaristes. Même si elles sont libérées, ces relations sont le reflet des grands principes de l’économie de marché : marquées par l’efficacité et l’attractivité, la performance et la rentabilité, l’offre et la demande en matière de relations amoureuses numérisées s’inscrivent pleinement, selon l’auteur, dans l’idéologie libérale par ce qu’elles engendrent : économie de temps, économie d’argent, économie émotionnelle. Il y a derrière le fonctionnement et l’organisation de ces sites et leurs usages comme une rationalisation de l’économie sentimentale consacrant l’association de la consommation affectivo-sexuelle et des techniques du marketing. L’auteur affirme à l’issue de son analyse l’émergence d’un nouveau modèle sentimental qui capitalise les apports de la révolution sexuelle (dont on peut mettre en question l’existence1) des années 1970 qui a permis la dissociation du sexe et de l’amour aussi bien pour les hommes (elle existait précédemment) que pour les femmes (qui sont censées la découvrir). La représentation de l’existence d’un nouveau code amoureux n’est pas forcément partagée par l’ensemble des internautes participant à ces sites, et des variations, déterminées par l’origine sociale, le capital culturel et social des individus concernés, auraient pu ainsi être mises au jour si elles avaient été recherchées.

6Malgré cette limite, cet ouvrage a le mérite de montrer comment le modèle du couple est interrogé et « travaillé » par les technologies de la communication virtuelle. Le passage par les sites de rencontre sur Internet, s’il permet la construction du couple, engendre également les modalités de sa décomposition par les occasions qu’il offre en cas de déconvenue, de déception, ou simplement d’incertitude et contribue à complexifier l’ordre sentimental et sexuel contemporain.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos les analyses de Michel Bozon

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Pagès, « Pascal Lardellier, Les réseaux du coeur. Sexe, amour et séduction sur Internet », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 25 juin 2012, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8797

Haut de page

Rédacteur

Michèle Pagès

Maître de conférences de sociologie à l'Université Aix-Marseille (AMU), et membre du Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES) Maison Méditerranéenne des Sciences Humaines

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page