Navigation – Plan du site

Francis Affergan, Erwan Dianteill (dir.), « Sociologie et anthropologie. Convergences, croisements et dissonances », L'année sociologique, volume 62 / 2012 - n°1, 2012

Khadija Kerroum
Sociologie et anthropologie
Francis Affergan, Erwan Dianteill (dir.), « Sociologie et anthropologie. Convergences, croisements et dissonances », L'année sociologique, volume 62 / 2012 - n°1, 2012, 256 p., Paris, PUF, ISBN : 978-2-13-059333-1.
Haut de page

Texte intégral

1Sociologie et anthropologie ont connu des parcours similaires dans leur quête de scientificité. Ces deux disciplines ont souvent été assimilées dans la mesure où elles adoptent des méthodes d’analyse presque identiques. Ce numéro de la revue L’Année sociologique tente de montrer les convergences et les différences voire les croisements de ces disciplines.

  • 1  Benedict va faire une étude sans faire d’enquête de terrain et adopter une double approche : inter (...)

2Dans le premier article « Le Japon à fronts renversés», Affergan montre comment le Japon d’après-guerre, société traditionnelle basée sur les valeurs d’ordre, de hiérarchie et d’autorité, pourrait accueillir les normes démocratiques. Il insiste sur le fait que l’effort devait être porté sur la jeunesse en raison de leur faible ou non participation à la guerre : les jeunes n’ont pas encore fortement intériorisé le poids des traditions. Pour cela, il confronte l’analyse de l’anthropologue américaine R. Benedict à celle du français J. Stoetzel. Il soulève deux principaux points d’opposition entre les auteurs. D’une part, l’un faisant une étude sans aller sur le terrain alors que l’autre se rend plusieurs fois sur place1 et d’autre part, les motivations de l’enquête : Benedict veut démontrer que la science est en mesure de contrebalancer l’opinion publique sur le Japon alors que Stoetzel se demande si « le chrysanthème était encore l’emblème de la maison impériale et si le sabre, blason de l’honneur, du courage et de la guerre, imprégnait encore les mentalités des jeunes Japonais ». L’auteur met en avant les critiques apportées par Stoetzel sur l’étude faite par Benedict notamment que la jeunesse japonaise est absente de son analyse alors que dans l’étude du français, elle est omniprésente et tente de donner les caractéristiques principales de cette jeunesse.

3Dans le second article « Impact de Bergson sur la sociologie et l’ethnologie française», Delitz retrace l’influence d’H. Bergson sur la sociologie et l’ethnologie française. Les idées de cet auteur, qui a une place marginale dans la pensée française, ont essuyé de nombreuses attaques à son époque notamment par l’école de Durkheim. Delitz retrace l’animosité entre Bergson et Durkheim, et fait connaître les critiques parfois virulentes de certains auteurs durkheimiens à l’encontre du premier.

  • 2  Voir la notion de neutralité axiologique développé par Weber.

4Dans « L’interprétation des terrains et le recours à des propositions théoriques », Demeulenaere tente de démontrer que sociologie et anthropologie adoptent des méthodes similaires dans l’analyse d’un objet. Ces deus disciplines abordent une approche commune : l’enquête de terrain. L’auteur fait un retour en arrière en rappelant les trois principales tâches assignées aux études ethnographiques selon Malinowski : décrire à la fois les pratiques, les normes et les institutions qui encadrent ces pratiques ainsi que les écarts à la norme. Il insiste sur la difficulté de neutralité des objets d’étude du chercheur2.

5Dans « Anthropologie culturelle ou anthropologie sociale ?», Diantells’intéresse àune opposition entre une approche française (anthropologie sociale) et une approche anglo-saxonne (anthropologie culturelle). En France, ce débat est porté par Lévi-Strauss, père fondateur de l’anthropologie structurale. L’auteur refait l’historique du développement de l’anthropologie culturelle en revenant à ses origines avec la célèbre définition de la culture de Tylor. Mais c’est surtout dans les années 1930-1940 que le débat entre anthropologues est très vif, débat porté par Murdock à travers ses travaux sur les fonctionnalistes et structuro-fonctionnalistes. Mais c’est dans les années 1950 que ce débat va être porté au sommet lors du symposium de New York. L’auteur reprend les principaux arguments abordés lors de ce colloque pour démontrer qu’anthropologie sociale et anthropologie culturelle sont bien distinctes. L’auteur en arrive à la conclusion que l’approche culturelle de l’anthropologie était dominante outre-Atlantique alors qu’en France, l’anthropologie sociale ou structurale va s’imposer par le travail acharné de Lévi-Strauss.

6Dans « Weber : l’anthropologue », Lowy montre que les écrits de Weber portent des traces d’analyses anthropologiques même s’il n’est pas identifié comme tel. En effet, plusieurs concepts développés par Weber peuvent être à la fois développés par la sociologie et l’anthropologie comme le concept de magie ou de charisme. Il retrace l’œuvre de Weber et la place de l’anthropologie à son époque. Il montre que Weber fait implicitement référence à l’anthropologie et qu’il a une parfaite connaissance des travaux anthropologiques de son époque (Economie et Société, 1922) : il reprend quelques exemples pour illustrer ses propos comme par exemple la violence masculine aux origines des communautés politiques ou encore sur les tabous. Ce fut un réel plaisir de connaître un nouvel aspect de Weber ce qui montre qu’encore aujourd’hui, on peut découvrir certaines facettes cachées de certains précurseurs de la sociologie.

  • 3  A. Jellab, A. Giglio-Jacquemot, « Les jurés populaires et les épreuves de la cour d’assises : entr (...)
  • 4  C. Guibet Lafaye, A. Kieffer, « Interprétation de la cohésion sociale et perception du rôle des in (...)
  • 5  European Social Survey (2008), étude de la France
  • 6  Sociologie des réseaux sociaux, Pierre Mercklé (2011)

7Dans la partie Varia, on découvre deux articles très intéressants. A. Jellab, A. Giglio-Jacquemot étudient les jurés des cours d’assises3. A travers une approche ethnographique par enquête et entretien, ils se sont intéressés aux interactions entre jurés et magistrats professionnels et modélisent leurs relations grâce à la distinction entre savant et profane. Les citoyens tirés au sort pour participer à une cour d’assises doivent intérioriser un certain nombre de règles. Les auteurs insistent sur les stratégies à adopter pour la conquête d’une légitimité et de pouvoir. C. Guibet Lafaye, A. Kieffer4, à travers une enquête européenne5, mettent en place une approche compréhensive de la cohésion sociale afin de prendre en compte la nature et l’intensité des réseaux sociaux6 auxquels participent les individus pour déterminer les différents facteurs permettant de consolider ou non la cohésion sociale. Ils mettent en évidence cinq catégories de perception des institutions de l’Etat social allant des groupes d’individus très favorables à une solidarité institutionnalisée (solidaristes maximalistes) aux libéraux fervents défenseurs d’une solidarité minimale. Les auteurs rattachent à chaque idéal-type la représentation caractéristique de la cohésion sociale.

8En définitive, ce volume 62 synthétise les débats qui ont traversé la sociologie et l’anthropologie dans leur institutionnalisation et nous permet de découvrir ou redécouvrir des facettes des auteurs classiques ou même des auteurs méconnus.

Haut de page

Notes

1  Benedict va faire une étude sans faire d’enquête de terrain et adopter une double approche : interroger les Japonais vivant sur le territoire américain et consulter les bibliothèques spécialisées sans maîtriser la langue.

2  Voir la notion de neutralité axiologique développé par Weber.

3  A. Jellab, A. Giglio-Jacquemot, « Les jurés populaires et les épreuves de la cour d’assises : entre légitimité d’un regard profane et interpellation du pouvoir des juges »

4  C. Guibet Lafaye, A. Kieffer, « Interprétation de la cohésion sociale et perception du rôle des institutions de l’Etat social »

5  European Social Survey (2008), étude de la France

6  Sociologie des réseaux sociaux, Pierre Mercklé (2011)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Khadija Kerroum, « Francis Affergan, Erwan Dianteill (dir.), « Sociologie et anthropologie. Convergences, croisements et dissonances », L'année sociologique, volume 62 / 2012 - n°1, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 26 juin 2012, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8799

Haut de page

Rédacteur

Khadija Kerroum

Professeure de SES dans l'académie de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page