Navigation – Plan du site

Marie Cartier, Odile Join-Lambert (dir.), « Promotions et migrations administratives : histoire, ethnographie, approches croisées », Travail et emploi, n°127, Juillet-Septembre 2011

Didier Bastide
Promotions et migrations administratives : histoire, ethnographie, approches croisées
Marie Cartier, Odile Join-Lambert (dir.), « Promotions et migrations administratives : histoire, ethnographie, approches croisées », Travail et emploi, n°127, Juillet-Septembre 2011.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Christin R., « Travail de nuit » in Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Seuil, 1993.

1Dans La misère du monde, Rosine Christin interrogeait Danielle G., originaire de l’Aveyron, factrice dans un centre de tri parisien, rêvant d’un poste de préposée dans son village, découvrant peu à peu qu’il s’agissait « d’un leurre, puisqu’il faudrait attendre dix ans dans le même grade, c'est-à-dire sans avancement ni promotion, pour se rapprocher de son pays »1. Ainsi, cet entretien, abordait-il en filigrane les questions de mobilités géographique et sociale de groupes professionnels subalternes et intermédiaires de la fonction publique. Ce sont précisément ces interrogations qui constituent le thème d’étude de la dernière livraison de la revue Travail et Emploi (juillet-septembre 2011), abordé en croisant les perspectives historiques et sociologiques.

2Les deux coresponsables du numéro, Marie Cartier et Odile Join-Lambert axent la présentation du dossier autour de la loi du 23 juillet 2009 qui entend favoriser les mobilités au sein des administrations afin de « faire face aux cloisonnements de corps accumulés au cours du temps ». Ces cloisonnements « sont souvent plus supposés que démontrés au cas par cas ». Aussi, après un balisage des études statistiques portant sur les fonctionnaires, afin d’en souligner les apports mais également les limites, les auteures plaident pour l’étude de l’interaction entre mobilité sociale, géographique et professionnelle dans les fonctions publiques, à laquelle invitent également les contributions qui suivent.

3Un premier article conçu comme une « étude de cas » visant plus largement à participer à une histoire de la mobilité géographique des fonctionnaires avant 1914, analyse les migrations professionnelles des percepteurs des contributions directes. À cet effet, Jean Le Bihan s’empare de trois cohortes de percepteurs, entrés dans l’administration du Trésor entre 1833 et 1866. Cet échantillon montre un accroissement du nombre de postes occupés, ceci sur une « aire migratoire » de plus en plus étendue. Cette mobilité est à rapprocher de la modernisation de l’administration du Trésor, du recrutement de personnels de plus en plus compétents. Aussi la figure du percepteur notable local enraciné du début du siècle, est peu à peu supplantée par celle des « fils du peuple épris de réussite professionnelle » dont l’avancement passe par le changement de résidence, par la mutation.

4De mutations, il en est également question dans la deuxième contribution, concernant les gendarmes. L’enquête cible plus de trois mille hommes, en 1857 et en 1889. Les données recueillies font apparaître un taux de rotation des effectifs élevé, corroboré par l’analyse des décomptes individuels des mutations, avec en moyenne quatre postes différents pour une carrière courte. À la mobilité géographique principalement liée au changement de grade, s’ajoutent deux autres motifs aux contours fluctuants et subjectifs, « l’intérêt du service » et également « la convenance personnelle » analysés par Arnaud-Dominique Houde.

  • 2 Briand J.-P., Chapoulie J.-M., Les collèges du peuple, ENS Editions, 1992.

5Anne-Sophie Beau et Sylvie Schweitzer étudient les inégalités de mobilité entre les  inspectrices du travail et leurs homologues masculins de 1878 à 1974. Cette troisième contribution distingue deux périodes. Dans un premier temps, les inspectrices connaissent une double limitation de leurs attributions, à la fois géographique et administrative, puisqu’elles exercent dans le seul département de la Seine, en étant cantonnées à la surveillance du seul travail des enfants. Ces restrictions « enracinées dans l’histoire des inégalités » sont rapprochées des inégalités d’accès à l’enseignement secondaire. En l’absence de lycées de jeunes filles, seuls les « collèges du peuple »2, (autrement dit les rares Ecoles primaires supérieures) permettent d’accéder au brevet supérieur, requis pour passer les concours de l’inspection du travail et rendent possibles de « fermes mobilités sociales ». Une seconde période voit l’instauration en droit des conditions de la mixité, sans que dans les faits une réelle égalité s’installe entre les femmes et les hommes, comme le donnent à voir différentes sources mises en perspectives, notamment des dossiers individuels des personnels d’inspection.

6C’est également grâce à l’analyse des dossiers d’agents, mais aussi des discours et des textes juridiques les concernant, qu’Emilie Biland analyse la mobilité dans la fonction publique territoriale. L’inflexion en faveur de la mobilité spatiale intervenue depuis une trentaine d’années, ne se retrouve guère dans l’étude monographique d’une commune de 15 000 habitants, où l’administration municipale reste majoritairement composée « d’agents du cru ». Ces derniers connaissent néanmoins une mobilité professionnelle, essentiellement dans la catégorie C par l’avancement et les concours internes.

7Les concours, dont la place et le rôle émergent dans chacune des contributions, font l’objet d’un développement spécifique. Cédric Hugrée examine les nouveaux usages des concours concernant la catégorie B de la fonction publique. Les entretiens approfondis conduits sur une longue période permettent de reconstituer des « carrières concourantes », autrement dit des trajectoires contrariées d’accès à l’emploi public qualifié, et des replis vers des concours paraissant plus faciles.

8Au final, ce numéro de Travail et Emploi réussit à saisir l’articulation entre les mobilités, géographique et professionnelle d’agents de l’Etat en tenant compte des perceptions subjectives, « des petits déplacements sociaux dont la fonction publique demeure le support ».

Haut de page

Notes

1  Christin R., « Travail de nuit » in Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Seuil, 1993.

2 Briand J.-P., Chapoulie J.-M., Les collèges du peuple, ENS Editions, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Bastide, « Marie Cartier, Odile Join-Lambert (dir.), « Promotions et migrations administratives : histoire, ethnographie, approches croisées », Travail et emploi, n°127, Juillet-Septembre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 juillet 2012, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8830

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page