Navigation – Plan du site

François Laplantine, Une autre Chine. Gens de Pékin, observateurs et passeurs des temps

Jérémy Damian
Une autre Chine
François Laplantine, Une autre Chine. Gens de Pékin, observateurs et passeurs des temps, De l'incidence éditeur, 2012, 202 p., ISBN : 978-2-918193-13-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Barthes R., « L’empire du signe », Œuvres Complètes III, Paris, Seuil, 2002(1970), p.351
  • 2  Laplantine F., Tokyo, ville flottante — scène urbaine, mises en scène, Paris, Stock, 2010

1Qu’il ait été visité, étudié, fantasmé, recomposé, l’Orient a souvent suscité chez les intellectuels occidentaux une réelle fascination pour ce qu’il rendait pensable : la « possibilité d’une différence1». Après le Japon2, l’anthropologue François Laplantine explore une autre Chine dans les pages de son dernier livre. Plutôt que d’y étudierles transformations macro-économiques et macro-sociales dans un pays où capitalisme et socialisme ne s’opposent plus, « devenus une seule et même plante » (p. 13), il propose de décrire des « corps en mouvement, des gestes, des attitudes, de décrire une ambiance urbaine ». Cette autre Chine n’a alors rien d’un Autre, d’un « ailleurs ». Rien qui n’empêcherait que nous la comprenions. Le livre travaille aux « résonances », aux « relations étroites et précises » dans le domaine de la pensée, de la création littéraire, qui creusent l’écart par lequel l’Europe et la Chine sont invitées à correspondre : Lu Xun et Kafka, Shen CongWen et Jean-Jacques Rousseau. Jeu de résonances, sans équivalences, intéressant, même si l’auteur peut passer pour être à lui-même la caisse de résonance qu’il projette entre l’Europe et cette autre Chine. Comme on en fit naguère le reproche à Lévi-Strauss: les mythes se pensent entre eux surtout dans la tête de celui qui les pensent se pensant…

2Après un prologue et un premier chapitre consacré à ces résonances, le livre se poursuit par une petite visite guidée de Pékin ; on y entre par l’aéroport, puis on chemine à la découverte d’un Pékin en chantier détruisant sans vergogne son patrimoine matériel, à l’image d’une Chine « obsédée de mémoire - mais pas toute sa mémoire ». La ville est décrite comme « animée » et « affairée » en contraste avec les capitales européennes, « agitées » et « énervées ». Le lecteur est invité à traverser alternativement de nombreux parcs où se pratique aux aurores le Qi Gong, les différents marchés de la ville, lieux d’« effervescence ». La description des étals du marché aux fruits et légumes, ses couleurs nuancées changeant au rythme des saisons, la liste rêveuse de ce qu’on y trouve, font écho à la logique des qualités sensibles à l’œuvre dans Tristes Tropiques de Claude Lévi-Strauss : les petites mandarines d’or (jingu), les fruits roses du Dragon (huo long), le poivre du Sichuan, les fleurs de Lys séchées…

  • 3  Debaene V., L’adieu au voyage — L'ethnologie française entre science et littérature, NRF Gallimard (...)

3La tradition est longue, en ethnographie et en anthropologie de l’hésitation oscillatoire à écrire soit un document ethnographique répondant des exigences d’un « faire science », soit à produire ce que Vincent Debaene nomme le « deuxième livre » visant à rendre compte d’une atmosphère vécue3. Tristes Tropiques réussissait précisément sur ce terrain, en méditant dans l’entre de ces deux styles de récit, pour en dénoncer les illusions respectives.

  • 4  Bazin J., Des clous dans la joconde, Bordeaux, Anacharsis, 2008, p.48
  • 5  Voir à ce sujet — et pour un bel exemple d’une anthropologie sous influence deleuzienne — le bel é (...)

4François Laplantine, bien que désormais universitaire retraité, n’abandonne pas l’ambition d’être anthropologue. Il en conserve par exemple les réflexes lorsqu’il s’en prend avec vigueur, au détour d’une page, au discours « culturaliste » condamné pour sa manière de produire lui-même l’opacité entre les cultures qu’il érige ensuite en différences, créant de surcroit la fiction d’une homogénéité interne à chaque culture. Jean Bazin défendait l’idée que le travail anthropologique ne consiste pas à promouvoir l’altérité mais à la réduire4, sans bien sûr tout ramener au même mais en rapportant des différences. Les connexions entre l’univers culturel de Laplantine et celui de son autre Chine ne peuvent être que partielles et éventuellement équivoques5. Autant que possible éviter la figure du « chinois » qui, de toute façon, n’existe pas.

5Malgré cette déclaration d’intention, il n’évite pas quelques généralités : évoquant tour à tour « la rue pékinoise » - on ne saura pas laquelle - « les parcs de Pékin », ces « Chinois qui ne disent jamais non ». On a beau être un ethnologue chevronné, on n’en est pas moins exposé aux naïvetés du mauvais récit de voyage, tendance baroudeur Lonely Planet. C’est la partie la plus décevante du livre. Fermons donc les yeux sur elle pour en venir à la plus intéressante.

  • 6  Laplantine F., Le social et le sensible — Introduction à une anthropologie modale, Paris, Téraèdre (...)

6« Ce que nous apprenons, écrit Laplantine, au contact de la civilisation des Han : le rapport au réel est processuel, circonstanciel, conjoncturel, situationnel et saisonnier ». Ce qui le fascine de cette autre Chine, c’est cette différence possible d’attitude à l’égard du réel. Il retrouve dans cette pensée faite de flexibilité, « particulièrement vigilante devant les risques de fixation, de sédimentation et d’hyper-sémantisation » (p. 81), l’attitude intellectuelle et existentielle qui était au cœur de son ouvrage Le social et le sensible6, valant devant la réalité, la prétention à la connaître et à en rendre compte. Soit la mise en avant d’un mode de connaissance, une « approche en yin de la réalité » (p. 184), reposant plus sur des affects et des percepts que sur des concepts, une épistémologie du rythme contre une épistémologie du signe. Une pensée capable de rendre au réel son mouvement, non plus dans sa seule dimension cinétique — le déplacement — mais également dans son indissociable relation au changement. Celle qui ne capture ni ne fixe, ne saisie ni n’oppose, mais qui cultive un art de l’attention et — comme le dirait I. Stengers à propos de ses sorcières noé-païennes— un « art de faire attention ».

7Ici Laplantine s’engage par rapport à l’alternative infernale qui ronge la pratique ethnographique depuis ses débuts, hésitant entre le « document » et « l’atmosphère »: désengagement, objectivité, expertise dans un cas ; « prise », subjectivité, sensibilité dans l’autre. Saluons le fait qu’un universitaire participe à la reconnaissance ainsi qu’à renouveler l’intérêt pour une telle modalité de connaissance, et invite ses lecteurs à la pratiquer dans un monde académique sclérosé par des normes d’écritures rejouant jusqu’à l’illusion un scientisme qui le protège autant qu’il ne le décrédibilise.

8Engagement que l’on retrouve dans l’œuvre du cinéaste Jia ZhangKe, auquel il consacre les plus belles pages du livre, et plus particulièrement au commentaire de son film Useless (2007). Laplantine décrit sa manière de filmer autrement la mondialisation à l’aide d’une étoffe de tissu circulant de mains en mains, connectant partiellement ceux qui vivent la mondialisation, reliés par tout le discontinu d’un monde sauvage et indifférent. Il fait de la mondialisation le lieu et l’occasion de toutes petites histoires. Et ce sont ces histoires-là qui valent d’être montrées, qui lui permettent de s’engager en faveur d’un monde qui résiste à la frénésie capitaliste chinoise.

9On comprend et partage la fascination de Laplantine pour Jia ZhangKe qui conçoit sa pratique de cinéaste comme l’exigence d’une « observation sincère » afin de rendre compte du vécu personnel, des sensations physiques de ceux qu’il filme sans déroger à la conception d’un « réalisme » que nous comprenons mal : respecter la « nature fragmentaire et composite » (p. 18) de la réalité. On saisit le métissageà l’œuvre dans l’observation du réel telle qu’elle se pratique chez lui et telle que Laplantine la défend. L’évocation des films de Jia ZhangKe sonne juste, peut-être même contre le livre de Laplantine lui-même, au sens où le cinéaste réalise le travail d’ethnographe que n’accomplit pas l’anthropologue dans ce livre. L’autre Chine de Laplantine souffre de se voir mise en parallèle avec celle dont nous faisons l’expérience dans les films de Jia ZhangKe. Ceux qui ont vu Still Life (2006) connaissent la force évocatrice du film et sa maitrise dans le rendu d’une « atmosphère ».

10De plus, si le livre s’interroge sur comment une société s’organise pour vivre en évitant ce qui la dérange et l’inquiète, l’épilogue du livre exige du lecteur qu’il lise entre les lignes et les intentions de l’auteur. Car on se demande parfois si l’auteur ne s’applique pas à lui-même les recettes du pays en évitant la plupart du temps tout ce qui serait susceptible de ternir l’image de cette autre Chine. Le malaise grandit à mesure que les pages éludent la question tibétaine, la censure des artistes chinois, le non respect des droits de l’homme. Laplantine se défend d’adopter la position de l’Occidental « donneur de leçon ». Il note justement que nous avons tendance à nous représenter la Chine sur le seul mode de l’excès, ce qui y est brutal, bruyant, frontal. Lui sent sur place un art délicat de la conciliation qui articule une monolithique du pouvoir, une économie cannibale et une étrange décontraction populaire. Son parti pris relève d’un engagement en faveur de « l’énergie discrète du yin ». Attitude politiquepar son refus d’opposer, de dénoncer, d’entrer dans les paradigmes, par son « art de l’attention ». L’exercice est périlleux, et fâche parfois. Un exemple significatif : en ne disant pas un mot de l’artiste dissident Wei-Wei - certainement trop occidental à son goût, trop yang par ses manières de dénoncer, d’affronter, de défier…- Laplantine prend le risque de renoncer aux cris de ceux qui n’ont d’autres choix que celui de l’indignation et qui luttent, à leur manière, pour une autre Chine.

Haut de page

Notes

1  Barthes R., « L’empire du signe », Œuvres Complètes III, Paris, Seuil, 2002(1970), p.351

2  Laplantine F., Tokyo, ville flottante — scène urbaine, mises en scène, Paris, Stock, 2010

3  Debaene V., L’adieu au voyage — L'ethnologie française entre science et littérature, NRF Gallimard, Paris, 2010

4  Bazin J., Des clous dans la joconde, Bordeaux, Anacharsis, 2008, p.48

5  Voir à ce sujet — et pour un bel exemple d’une anthropologie sous influence deleuzienne — le bel éloge de l’équivoque chez Eduardo Viveiros de Castro, Métaphysique Cannibale, Paris, MétaphysiqueS PUF, 2009

6  Laplantine F., Le social et le sensible — Introduction à une anthropologie modale, Paris, Téraèdre, 2005

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Damian, « François Laplantine, Une autre Chine. Gens de Pékin, observateurs et passeurs des temps », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 juillet 2012, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8832

Haut de page

Rédacteur

Jérémy Damian

Doctorant en sociologie à l'Université Pierre Mendès France, Laboratoire EMC2-LSG

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page