Navegación – Mapa del sitio

« Sport à tout prix ? Critique de la socialisation sportive », Le sociographe, n° 38, mai 2012

Igor Martinache
Sport à tout prix ?
« Sport à tout prix ? Critique de la socialisation sportive », Le sociographe, n° 38, mai 2012, 128 p., IRTS-LS, ISBN : 9782918621096.
Inicio de página

Texto completo

  • 1  Déclaration du 26 mai 2010 à Genève. Voir cette brève du Journal du dimanche du 28 mai 2010 : http (...)
  • 2  Sur la violence sur les stades, voir par exemple les travaux de Williams Nuytens, synthétisés dans (...)
  • 3  Voir entre autres le dossier « L'intégration par le sport » dans Sociétés contemporaines, n° 69, 2 (...)
  • 4  Jean-Marie Brohm, Sociologie politique du sport, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1975, p.  (...)
  • 5  Dans Sport et civilisation, Paris, Fayard, 1994 [éd.originale : 1986].
  • 6  Voir Le Savant et le populaire, Paris, Seuil, 1989.

1Le sport fait aujourd'hui l'objet d'une instrumentalisation tous azimuts dont rendent bien compte les récentes évolutions du ministère consacré à ce dernier et de l'administration associée. Pouvoirs publics, associations et entreprises à but lucratif l'érigent ainsi dans leur discours comme un outil au service de la santé, de la cohésion sociale, de l'intégration, voire, pour le précédent président de la République, comme une « solution à la crise » économique1. Autant de vertus supposément intrinsèques qui ne manqueront pas d'étonner celles et ceux qui fréquentent les urgences médicales ou les abords des terrains de football, professionnel comme amateur2, et nombre de travaux ont montré combien l'intégration par le sport constituait davantage une croyance collective qu'une réalité tangible3. Faut-il pour autant considérer à l'opposé le sport comme un instrument par essence délétère ? C'est ce que tendent à avancer les tenants de la « théorie critique radicale du sport » dans le sillage des écrits de Jean-Marie Brohm, lui-même ancien enseignant d'éducation physique et sportive. Ce dernier définit ainsi le sport comme « un système de compétitions physiques généralisées, universelles, ouvertes à tous, qui s'étend dans l'espace (toutes les nations, tous les groupes sociaux, tous les individus peuvent y participer) ou dans le temps (comparaison des records entre diverses générations successives) et dont l'objectif est de mesurer, de comparer les performances du corps humain conçu comme puissance sans cesse perfectible »4, rappelant que le sport se distingue de l'ensemble des activités physiques en ce qu'il repose sur un principe de compétition codifié. Le sport moderne est ainsi né dans les Colleges britanniques de la fin du XIXe siècle, comme l'avaient également montré Norbert Elias et Erich Dunning5, mais en l'insérant dans la théorie du « procès de civilisation » du premier dans la mesure où il participe selon eux de l'auto-contrôle des pulsions humaines. Tout au contraire, les tenants de la théorie critique radicale du sport le tiennent pour un instrument de violence, adjuvant essentiel de la domination capitaliste. Une théorie radicale, comme son nom l'indique, qui là encore pourra heurter nombre de pratiquants et d'éducateurs sportifs. Sans doute sommes-nous là face à des écueils symétriques à l'instar du populisme et du misérabilisme que Claude Grignon et Jean-Claude Passeron avaient repéré vis-à-vis de la figure du « peuple » en littérature comme dans sciences sociales6. Car comme le peuple, auquel il est d'ailleurs souvent un peu vite attaché, le sport cristallise des passions contraires, et partant les prénotions, chacun ayant spontanément son mot à dire sur la question. Ainsi dès l'éditorial Guy-Noël Pasquet réduit-il d'emblée le sport à l'action efficace en écrivant qu' « on ne vient pas dans un stade pour voir des sportifs remuer, bouger, encore moins danser », déniant de fait à celui-ci tout caractère culturel, et même d'activité. Dès lors, on peut se demander si le sport peut avoir un quelconque intérêt pour les travailleurs sociaux. Telle est la question qu'explore ce numéro du Sociographe, revue éditée par un ensemble d'écoles spécialisées et destinée à ces derniers.

  • 7  Voir par exemple le billet que cette dernière a consacré à cette question sur Mediapart le 3 juill (...)
  • 8  Voir par exemple Annick Davisse, « Elles papotent, ils gigotent. L'indésirable différence des sexe (...)

2Le dossier lui-même est structuré en quatre parties aux intitulés explicites : « penser le sport », « Le sport au secours du travail social ? », « le travail social au secours du sport ? » et « des contradictions irréductibles ? ». Ronan David et Nicolas Oblin, tenants de la théorie critique radicale du sport ouvrent ainsi ce dernier, et d'une certaine manière le ferment en opposant la compétition sportive au « jeu libre », qui seul peut permettre l'éducation et l'émancipation selon eux, en s'appuyant notamment sur les travaux du psychanalyste spécialiste de l'enfant Donald Winnicott. Reste qu'à l'instar de la plupart des écrits de leur courant, ils ne s’embarrassent pas d'un travail empirique consistant pour étayer leur thèse. Le texte d'Anaïs Bohuon et Grégory Quin peut sembler de ce fait plus convaincant en s'appuyant notamment sur les travaux de la première s'agissant des tests de féminité7 pour montrer l'entretien d'une subordination des femmes dans la pratique sportive. Mais si les institutions sportives participent bel et bien largement de la domination masculine, on est en droit de ne pas y voir là une fatalité mais un enjeu politique majeur à traiter dès le plus jeune âge8.

  • 9  Voir notamment sa contribution dans Jean-Michel Faure, Sébastien Fleuriel (dir.), Excellences spor (...)

3La deuxième partie rompt largement avec cette tonalité en ramenant davantage d'ambiguïtés : Catherine Tourrilhes livre ainsi l'analyse d'un projet socio-éducatif innovant s'inscrivant dans le cadre de la politique de la ville et consistant à emmener sur un voilier des « jeunes en rupture », opération baptisée « Bateau été 83 ». Après avoir envisagé cette expérience comme un « système d'action » innovant dans une perspective de sociologie des organisations, elle explique notamment que « chacun a cru que l'apport du bateau résidait en lui-même, dans ses vertus pédagogiques et il n'y a pas eu de recherche sur le bateau » (p. 40). Et comment cette expérimentation est finalement, si l'on ose dire, tombée à l'eau, du fait de son caractère innovant, et donc selon elle menaçant pour l'institution. Un cas qui résume d'après l'auteure le fait que le sport soit « convoqué dans l'insertion des jeunes pour pallier le manque de projet éducatif global, fragmentant ainsi l'action socio-éducative qui devient ainsi un ensemble hétérogène de pratiques externalisées » (p. 42). Un diagnostic dur, mais justement pour cette raison même nécessaire à verser au débat. Spécialiste de la socialisation professionnelle des coureurs cyclistes9, Nicolas Lefèvre est également responsable d'une licence professionnelle « Développement social et médiation par le sport ». C'est à ce titre qu'il livre ici une revue de la littérature existant sur la question de la médiation sportive dans l'éducation spécialisée pour montrer justement que la connaissance de ces dispositifs en essor, tant du point de vue de leur construction institutionnelle que de leurs effets concrets sur les publics concernés mériterait d'être encore approfondie.

4Quant à Jérôme Privet, il s'applique dans son article à déconstruire le mythe du football comme « ascenseur social » en montrant que les « élus » sont en fin de compte choisis par l'institution en fonction de leurs dispositions scolaires et physiologiques. Ce sont ainsi davantage les résultats de leur socialisation antérieure qui sont révélés par les tests de sélection et la formation qui s'ensuit, et non leurs seules « performances » sportives qui pourraient leur servir ainsi à accomplir une réussite inespérée. Nicolas Hourcade enfin revient sur ses propres travaux sur le supportérisme pour montrer la construction biaisée et problématique de ce « problème public » au cours des dernières années, qui mettent l'accent sur la seule répression en ignorant pratiquement toute prévention, avant de développer des expériences alternatives d'intervention sociale : le « fan coaching » au Royaume-Uni ou en Belgique, ou de « Fan Projekte » en Allemagne, ainsi que des expériences d'auto-organisation des supporters eux-mêmes qui fleurissent partout en Europe, mais bien peu dans l'Hexagone.

  • 10 Sur ces dernières et leurs « débouchés », voir notamment Léa Lima, Philippe Mossé (dir.), Le sport (...)
  • 11 Voir notamment sur cette question Nicolas Duvoux, Le nouvel âge de la solidarité, Paris, Seuil, 20 (...)
  • 12 La catégorie de l'« urgence » a en effet fait l'objet de vives discussions et réflexions parmi les (...)

5Dans la dernière partie enfin, Marc Falcoz propose un panorama des formations pour l'« insertion sociale » par le sport, non sans insister sur le caractère très ambivalent de ce « mot-valise » apparu au début des années 1980. Il distingue ainsi les formations qu'il qualifie de « passerelles » et qui utilisent ce label comme un « produit d'appel » sans mener nécessairement vers des professions à la croisée de ces deux champs professionnels du sport et de l'intervention sociale, et les formations « socio-sportives » proprement dites menées soit sous l'égide du Ministère des sports, soit dans les filières STAPS de l'Université10. On peut regretter simplement qu'il ne développe pas davantage l'enjeu crucial de la marchandisation de la formation qu'il ne fait qu'évoquer en passant. François Le Yondre propose dans sa contribution l'analyse de deux stages de remise en forme de « chômeurs » s'étendant chacun sur plusieurs mois et montre comment ceux-ci sont pris dans une contradiction entre la logique du soin et celle de l'« activation » de la protection sociale, où les bénéficiaires de cette dernière sont enjoints à se « responsabiliser » et à prendre des initiatives en contrepartie de l'aide reçue11. Enfin Gaëlle Médot propose un court article tiré de son mémoire de DEA de sociologie où elle met en évidence le caractère intégrateur du football associatif pour les migrants polonais venus travailler dans les mines de fer du village de Potigny dans le Calvados entre les deux guerres mondiales. On notera enfin que le dossier est complété par une série de photographies sur l'aide sociale à l'enfance supposée l'illustrer, ainsi que d'une pertinente sélection de textes pour le prolonger effectuée par Marie-Josée Casanvoa. Si le thème de ce dossier apparaît incontestablement pertinent dans le contexte actuel, force est de constater qu'il lance des pistes de réflexion et de recherche bien plus qu'il n'apporte de réponses. On peut regretter enfin un certain manque de cohérence de l'ensemble, qui s'apparente davantage à la mise bout à bout de textes sur une thématique elle-même relativement protéiforme. Une impression que semble appuyer la subsistance d'un nombre assez important de coquilles dans certains articles et qui suggère une relecture sans doute effectuée dans une certaine urgence. Un comble quand il est question de travail social12 !

Inicio de página

Notas

1  Déclaration du 26 mai 2010 à Genève. Voir cette brève du Journal du dimanche du 28 mai 2010 : http://www.lejdd.fr/Sport/Football/Depeches/Euro-2016-Sarkozy-Une-reponse-a-la-crise-196364

2  Sur la violence sur les stades, voir par exemple les travaux de Williams Nuytens, synthétisés dans son habilitation à diriger des recherches : L'épreuve du terrain, Rennes, PUR, 2011 : http://lectures.revues.org/5587

3  Voir entre autres le dossier « L'intégration par le sport » dans Sociétés contemporaines, n° 69, 2008, accessible en ligne à ce lien : http://www.cairn.info/revue-societes-contemporaines-2008-1.htm

4  Jean-Marie Brohm, Sociologie politique du sport, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1975, p. 98.

5  Dans Sport et civilisation, Paris, Fayard, 1994 [éd.originale : 1986].

6  Voir Le Savant et le populaire, Paris, Seuil, 1989.

7  Voir par exemple le billet que cette dernière a consacré à cette question sur Mediapart le 3 juillet dernier : http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/030712/aux-jo-de-londres-une-police-de-la-testosterone

8  Voir par exemple Annick Davisse, « Elles papotent, ils gigotent. L'indésirable différence des sexes », Ville École Intégration, n° 116, 1999, disponible en ligne à ce lien : http://www2.cndp.fr/revueVEI/davisse116.htm

9  Voir notamment sa contribution dans Jean-Michel Faure, Sébastien Fleuriel (dir.), Excellences sportives, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2010 : http://lectures.revues.org/1114

10 Sur ces dernières et leurs « débouchés », voir notamment Léa Lima, Philippe Mossé (dir.), Le sport comme métier ?, Paris, Octarès, 2010 : http://lectures.revues.org/1057

11 Voir notamment sur cette question Nicolas Duvoux, Le nouvel âge de la solidarité, Paris, Seuil, 2012 : http://lectures.revues.org/7557

12 La catégorie de l'« urgence » a en effet fait l'objet de vives discussions et réflexions parmi les travailleurs sociaux au cours de ces dernières années, notamment ceux qui interviennent auprès des publics dits « SDF ». Voir par exemple les écrits de Stéphane Rullac à ce sujet : Critique de l'urgence sociale, Paris, Vuibert, 2006.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Igor Martinache, « « Sport à tout prix ? Critique de la socialisation sportive », Le sociographe, n° 38, mai 2012 », Lectures [En línea], Reseñas, 2012, Publicado el 05 julio 2012, consultado el 20 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8836

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página