Navigation – Plan du site

Françoise Le Borgne-Uguen, Muriel Rebourg, L'Entraide familiale : régulations juridiques et sociales

Caroline Touraut
L'Entraide familiale : régulations juridiques et sociales
Françoise Le Borgne-Uguen, Muriel Rebourg (dir.), L'Entraide familiale : régulations juridiques et sociales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Sociétés », 2012, 326 p., ISBN : 978-2-7535-1791-2.
Haut de page

Texte intégral

1La richesse de l’ouvrage collectif, L’entraide familiale : régulations juridiques et sociales, codirigé par Françoise Le Borgne-Uguen et Muriel Rebourg, réside dans l’interrogation des aspects moraux et juridiques de la solidarité au sein de la famille. L’ensemble des travaux rend compte de la polysémie de la notion d’ « entraide familiale » qui renvoie à des registres de soutiens pluriels nécessitant des ressources multiples. La force des contributions, trop nombreuses pour être toutes présentées, est aussi de mener une réflexion commune sur le rôle de l’Etat à l’égard de la famille. En effet, l’entraide familiale est traitée tant au niveau des valeurs qu’elle engage que des régulations étatiques qui l’encadrent, l’incitent, la soutiennent ou la substituent. Les politiques publiques sont aujourd’hui mises à mal par la hausse constante des situations de dépendance et le coût de plus en plus problématique des dispositifs publics. Face à ces nouveaux défis, comment se conjuguent les dimensions familiales et sociales des solidarités ? Chaque texte montre comment l’ajustement de ces deux niveaux de l’aide à autrui sont indissociables et se redéfinit continuellement selon le contexte socio-historique. Les solidarités sont socialement organisées par le droit et les politiques publiques suivent des orientations distinctes selon les territoires nationaux. À travers leur présentation, les auteurs interrogent plus largement ce qui fait famille. Ils témoignent et discutent de l’emboîtement des dimensions statutaires et électives des liens familiaux. Ils questionnent aussi la responsabilité de l’Etat, dont les arbitrages contribuent à l’institutionnalisation des solidarités familiales.

2Le regard pluridisciplinaire constitue l’un des grands intérêts de cet ouvrage. Les spécialistes aux orientations très différentes (sociologues, juristes, socio-économiste, politistes, diplômés ou travaillant dans un département de service social) étudient les processus de production des dispositifs législatifs et leur mise en œuvre effective en analysant leurs effets en situation. Le style varie beaucoup d’un texte à l’autre, et, selon la spécialité du lecteur, certains paraîtront plus familiers que d’autres, mais tous développent une argumentation très explicite. La diversité des objets abordés, la multiplicité des dispositifs étudiés et la dimension comparative de certains textes sont d’autres qualités du livre. Celui-ci a aussi le mérite d’aborder l’entraide familiale en considérant la variété des liens constituant la parenté. En effet, il traite de l’entraide telle qu’elle s’observe dans les liens intergénérationnels (les liens de filiation étant entendus dans leur double dimension), de fratrie et d’alliance.

3L’introduction possède de grandes vertus de synthèse en proposant aux lecteurs les principales thèses défendues par chacun des contributeurs. Ensuite, Michel Messu s’attache à démontrer l’absence de contenu du terme de « solidarités familiales » dans le sens où tout ce qui lui est rattaché est inclus dans la notion même de famille. Pour lui, les solidarités familiales n’apparaissent qu’empiriquement. Puis l’ouvrage se structure en trois parties.

4La première, « Contextes culturels et politiques nationales en direction des familles », regroupe quatre contributions. Celles-ci montrent, avec des perspectives variées et dans des contextes nationaux différents, le renforcement de la dynamique d’encadrement des responsabilités familiales. Les législations sont toujours plus étoffées, les politiques publiques (familiales, sociales et de santé) s’ajoutant les unes aux autres. Si les auteurs font le constat d’un affaiblissement des obligations réciproques, le droit témoigne de la normalisation et de la forte valorisation des solidarités familiales.

5La seconde partie intitulée « Des solidarités publiques subsidiaires des soutiens familiaux », est consacrée à l’analyse des pratiques d’entraide familiale. Les textes explorent comment elles sont soutenues par des dispositifs législatifs qui mettent en exergue le principe de subsidiarité familiale selon lequel les échanges familiaux doivent primer sur toutes formes d’interventions étatiques. Ce principe valorise les obligations familiales attachées à chaque membre de la parenté selon la place occupée en son sein. Par-là même, les politiques familiales, et plus largement les politiques sociales, renforcent une conception morale de la famille. En effet, elles s’attachent à soutenir une entraide entre les membres de la parenté au nom d’une solidarité familiale qu’elles naturalisent par là même. Autrement dit, en se référant à des affects qui seraient inhérents aux relations familiales, les politiques publiques les essentialisent. Ainsi, les évolutions législatives marquent un renforcement de l’engagement familial contraint au nom d’une solidarité familiale présumée. Pour Isabelle Sayn, « la conception subsidiaire des prestations sociales légitime une conception autoritaire des solidarités familiales ».

6« Responsabilisation au sein des parentés et soutiens sous contraintes », troisième partie de l’ouvrage, regroupe six papiers qui ouvrent la réflexion sur l’articulation entre l’aide familiale et le soutien assuré par des professionnels du care. Une lecture transversale de ce livre permet de mettre en avant quatre principales lignes directrices qui le traversent.

7L’articulation complexe entre famille et Etat est une des grandes tensions au cœur de toutes les présentations. L’État doit-il encadrer, soutenir ou se substituer à la famille ? Comment l’Etat peut-il à la fois s’assurer du développement de l’entraide familiale sans pour autant faire peser sur les acteurs des contraintes dont la légitimité basée sur la référence à des valeurs pose question ? À travers quelles politiques l’Etat peut-il préserver la famille et simultanément protéger les libertés individuelles contre l’institution familiale, parfois véritable entrave à l’indépendance de chacun de ses membres ? La répartition de la responsabilité de l’entraide est ici interrogée. Plusieurs auteurs montrent qu’aujourd’hui la solidarité publique ne se substitue pas à la solidarité privée mais qu’elle entend, au contraire, favoriser son déploiement. Selon Gilles Séraphin « l’une ne pallie pas à l’autre : l’une féconde l’autre ».

8La question particulière de l’indemnisation ou de la rémunération des aidants familiaux traitée par Vivien Zalewski est à ce propos particulièrement éclairante. Derrière cette interrogation, la problématique suivante est posée : qu’est-ce que la société entend définir comme ce qui relève d’un engagement moral, d’une obligation familiale, d’un devoir entre membres d’une parenté ? Qu’est-ce qui, à l’inverse, doit être reconnu comme un travail à part entière de la part d’une personne sur un de ses parents ? Jusqu’où va le devoir de famille ? La professionnalisation des aidants familiaux apparaît particulièrement délicate. Les textes montrent que la place laissée aux autres membres de la famille et les redéfinitions potentielles des relations entre l’aidant et l’aidé sont à considérer. Et puis, une telle professionnalisation ne risque-t-elle pas de (re) produire des effets en terme d’inégalités sexuelles quand on sait que ces tâches sont essentiellement assurées par des femmes ?

9Ce livre invite troisièmement à se pencher sur les relations entre professionnels et les aidants familiaux. L’intervention des professionnels s’ajoute souvent à la présence des membres de la famille. Ils organisent leurs actions et restent malgré tout très actifs dans le soutien à la personne dans le besoin. Partant de là, les textes pointent la complexité des relations qui se tissent au quotidien entre professionnels et profanes. À ce propos les contributions de Simone Pennec et de Guillaume Fernandez sont particulièrement éclairantes. Les tensions sont nombreuses, la répartition des différentes interventions et la définition de leur place respective étant toujours en négociation. La légitimité de la parole des uns et des autres est un autre facteur générateur de conflits qui questionne plus largement la hiérarchie de l’autorité de chacun. La précarisation de ces professions est aussi au cœur des propos de plusieurs contributions.

10Associées à une perspective souvent critique adoptée par les auteurs, l’ouvrage a également le mérite de donner à voir les inégalités qui transparaissent au travers de l’entraide familiale. Les dispositifs étatiques de soutien de la solidarité familiale sont à géométrie variable, l’égalité est purement formelle et l’équité reste problématique. Les inégalités persistantes entre couples mariés et couples non mariés au moment de la succession (Raymond Le Guidec) témoignent de la normalisation à l’œuvre dans les régulations étatiques. La législation tend à protéger et à favoriser les modèles familiaux les plus traditionnels. Loin d’être neutres, les droits de succession sont aussi défavorables aux personnes ayant les plus faibles revenus (Evelyne Serverin). Les politiques familiales apparaissent ici discriminatoires. Outre la mise au jour des effets produits par les régulations publiques des solidarités familiales selon l’âge, les parcours personnels et sociaux des acteurs, les rapports d’ethnicité (Michèle Kérisit), ce sont surtout les inégalités de sexe qui sont mises en exergue au fil des contributions. En montrant les effets différenciés des dispositifs selon l’appartenance de genre, les textes de Simone Pennec et Geneviève Cresson particulièrement, et l’ouvrage dans son ensemble, apportent une contribution importante à l’analyse des rapports sociaux de sexe.

11On regrette néanmoins que la place accordée à d’autres formes de soutiens comme les associations ne soit pas plus explorée. Au final, la lecture de ce riche ouvrage est particulièrement stimulante. Au-delà des apports de chaque texte et des thèses qui les traversent, c’est dans le prolongement des réflexions qui sont ici soulevées que se situe enfin son intérêt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Touraut, « Françoise Le Borgne-Uguen, Muriel Rebourg, L'Entraide familiale : régulations juridiques et sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 juillet 2012, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8837

Haut de page

Rédacteur

Caroline Touraut

Docteur en sociologie. Membre du Centre Max Weber

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page