Navigation – Plan du site

Graeme Hayes, Sylvie Ollitrault, La désobéissance civile

Aurélien Raynaud
La désobéissance civile
Graeme Hayes, Sylvie Ollitrault, La désobéissance civile, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Contester », 2012, 171 p., ISBN : 9782724612455.
Haut de page

Texte intégral

1Le présent ouvrage, dernier paru dans la collection « Contester » aux Presses de Science Po, est consacré à un mode spécifique de contestation politique : la désobéissance civile. Travaillée par différentes disciplines, notamment le droit, c’est ici en tant que comportement politique, « avec les outils de la sociologie politique et tout particulièrement celui de la sociologie des mobilisations (p. 11) », que la désobéissance civile est abordée. L’ouvrage est divisé en quatre chapitres consacrés successivement à la caractérisation et l’histoire du phénomène, son actualité dans les luttes contemporaines, ses spécificités comme répertoire d’action protestataire et enfin ses rapports ambigus avec la violence.

  • 1  John Rawls, Théorie de la justice, Paris, Seuil, 1987.

2Dans un premier chapitre, Graeme Hayes et Sylvie Ollitrault s’attachent tout d’abord à définir la désobéissance civile en s’appuyant sur quelques théoriciens en philosophie politique, en particulier le philosophe américain John Rawls1. Plusieurs critères se dégagent au final permettant de caractériser un acte comme relevant de la désobéissance civile : il faut que cet acte soit réalisé publiquement, qu’il soit non-violent, contraire à la loi, qu’il résulte d’une « délibération en conscience (p. 14) » de la part de son auteur et enfin, qu’il soit motivé par des buts politiques. La désobéissance se distingue ainsi de la délinquance, en ceci que le désobéissant n’agit pas pour satisfaire son intérêt personnel mais justifie son action par l’intérêt commun, et de la lutte clandestine, dans la mesure où l’activiste agit publiquement et ne cherche pas à se soustraire à la répression.

3L’illégalité et la non-violence constituent les piliers de la désobéissance civile. S’il s’agit d’enfreindre la loi, cela doit se faire – théoriquement – sans causer de dommages physiques. Les convictions religieuses à l’origine des premiers mouvements désobéissants permettent de comprendre la prégnance des principes pacifistes qui caractérisent ce mode d’action. De la protestation des Quakers américains contre l’esclavagisme au XVIIsiècle au mouvement des droits civiques des années 1950-1960 aux États-Unis, en passant par le satyagraha de Gandhi, la foi religieuse est toujours un référent guidant l’action des protestataires. En France, « c’est l’objection de conscience qui va créer la dynamique désobéissante (p. 35) », la guerre d’Algérie constituant un point de référence. Des pratiques telles que le refus du service militaire et la désertion sont employées pour contester la guerre coloniale. Dans les années 1970, le mouvement désobéissant issu du pacifisme s’étend, et prend désormais position sur les questions écologiques, comme le nucléaire ; tandis que le mouvement féministe fait de la désobéissance civile l’un de ses moyens d’action privilégiés.

4Les décennies 1950-1960-1970 voient l’usage croissant des pratiques désobéissantes dans le mouvement social. Après une période de reflux dans les années 1980, la désobéissance civile connaît un regain dans les années 1990 et 2000. Nombreuses sont aujourd’hui les mobilisations puisant dans le répertoire désobéissant (Faucheurs volontaires, Greenpeace, RESF, Déboulonneurs, enseignants refusant d’appliquer les réformes, etc.), la nouveauté étant que celles-ci se construisent moins que par le passé « sur des demandes de correction d’injustices perpétrées par l’État (défaillance dans l’octroi ou la garantie de droits collectifs, et principe d’égalité), mais plutôt par opposition à des intérêts privés, souvent transnationaux, par la demande d’une intervention accrue de l’État afin de mieux garantir l’intérêt général. (p. 67) ».

  • 2  L’acceptation des peines judiciaires, auxquelles les désobéissants ne cherchent pas à se soustrair (...)

5À l’heure actuelle, le registre de la désobéissance civile est bien intégré au répertoire d’action de la contestation dans les pays occidentaux. Bien que forme d’action spécifique, il n’est cependant pas indépendant et isolé des autres manières d’agir collectivement. Devenue une « tactique transversale, mobilisable par l’ensemble des mouvements sociaux (p. 88) », son usage s’adapte aux causes, aux contextes, à la dynamique des luttes, au jeu des coups et contre-coups entre les adversaires, etc. Bref, la désobéissance civile s’inscrit dans un continuum des modes de contestation. Celle-ci tient cependant une place variable selon les  organisations et mouvements. Si elle est un mode d’action central des Faucheurs volontaires ou de RESF par exemple, d’autres l’emploient de manière plus occasionnelle. La désobéissance reste une forme radicale de contestation, impliquant un engagement physique et des risques, notamment judiciaires2, relativement importants. Elle est en conséquence plutôt l’apanage d’activistes confirmés au long passé militant, ayant fait l’apprentissage du registre désobéissant. Le troisième chapitre de l’ouvrage est consacré à l’étude du fonctionnement des mouvements désobéissants, leurs causes, leur composition, leurs manières d’agir, en particulier la façon dont ils utilisent les médias comme caisse de résonnance de leurs actions et les procès comme « arènes militantes ».

6Le quatrième et dernier chapitre de l’ouvrage propose enfin une stimulante réflexion sur les rapports ambivalents entretenus par la désobéissance civile avec la violence. Si les mouvements désobéissants revendiquent une idéologie de la non-violence, certaines de leurs actions peuvent néanmoins être perçues comme violentes, notamment d’un point de vue judiciaire. Ainsi en est-il des actes portant atteinte aux biens et à la propriété privée, tels que le fauchage de plantations d’OGM. Les cibles de ces actions (le propriétaire d’un champ d’OGM par exemple) ont tôt fait de les stigmatiser comme violentes afin de délégitimer leurs auteurs et leur lutte. Il faut bien voir ici que la « distinction entre violence et non-violence relève d’une frontière morale tout autant qu’analytique ou juridique (p. 134) ». La violence d’un acte, non une essence de celui-ci, est en fait un enjeu de la confrontation et le produit d’une lutte de définition et de classement entre les différents protagonistes. Tandis que les activistes doivent s’efforcer de justifier leurs actes pour les légitimer, notamment en niant ou en minimisant leur dimension violente, leurs adversaires ont intérêt à diffuser une image inverse et à imposer un étiquetage violent. Dans leur ouvrage, les auteurs qualifient utilement les combats désobéissants de « conflit de légitimité (p. 135) » ou de « lutte de légitimité (p. 145) ». Il s’agit pour les militants de parvenir à légitimer la cause défendue en même temps que les moyens employés, lesquels, en passant par le canal de l’illégalité, sont en quelque sorte frappés a priori d’illégitimité.

7En conclusion, l’ouvrage remplit parfaitement les objectifs de la collection « Contester », qui sont de proposer pour chaque mode de contestation une synthèse claire, mais documentée, argumentée et cadrée théoriquement. S’il n’apprendra sans doute rien de très nouveau aux spécialistes de la question, La Désobéissance civile parvient en revanche, en un nombre limité de pages (170), à être accessible aux non-spécialistes, auxquels il fournira une bonne introduction, tout en conservant rigueur et exigence. Les renvois bibliographiques permettront en outre d’aller plus avant sur le sujet. Un petit livre bienvenu en somme.

Haut de page

Notes

1  John Rawls, Théorie de la justice, Paris, Seuil, 1987.

2  L’acceptation des peines judiciaires, auxquelles les désobéissants ne cherchent pas à se soustraire, est au fondement de la désobéissance civile. Cette attitude a notamment pour fonction de faire la démonstration de l’intégrité morale des militants. Ceux-ci contestent la loi tout en se soumettant à son jugement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Raynaud, « Graeme Hayes, Sylvie Ollitrault, La désobéissance civile », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 juillet 2012, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8840

Haut de page

Rédacteur

Aurélien Raynaud

Doctorant au Centre Max Weber, équipe "Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations", CNRS-UMR 5283

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page