Navigation – Plan du site

Arno Münster, Pour un socialisme vert. Contribution à la critique de l’écologie politique

Renaud Bécot
Pour un socialisme vert
Arno Münster, Pour un socialisme vert. Contribution à la critique de l’écologie politique, Éditions Lignes, 2012, 144 p., ISBN : 978-2-35526-103-9.
Haut de page

Texte intégral

1Avec Pour un socialisme vert, Arno Munster signe un ouvrage qu'il inscrit d'emblée dans le débat politique contemporain, en notifiant sa volonté de nourrir une critique écologiste de l'alternance politique en France. Aspirant à lier luttes sociales et écologistes, l'ouvrage se présente comme une contribution à cette convergence. En sept courts chapitres, l'auteur entend dresser une généalogie des pensées et des polémiques intellectuelles constitutives du courant écosocialiste.

  • 1  Voir notamment Arno Munster, Principe responsabilité ou principe espérance ? Paris, Le Bord de l'e (...)

2En reprenant le fil de ses travaux précédents1, l'auteur entend proposer la formalisation d'une éthique de l'écologie. Pour cela, il propose de croiser le « Principe Espérance » de Ernst Bloch et le « Principe Responsabilité » de Hans Jonas. Le premier apparaît comme le véhicule des aspirations séculaires des luttes pour la justice sociale, quand le second se présente comme un outil transversal visant à inscrire l'impératif moral de protection de l'environnement dans l'ordonnancement de la vie sociale et politique. Une éthique écologiste se fonderait sur ces deux principes, tout en assurant une démocratisation des structures politiques et sociales.

3Toutefois, la réflexion sur la constitution d'une éthique écologiste est renforcée par les références théoriques (parfois inattendues) mobilisées par les auteurs étudiés. Au début de la décennie 1990, le sociologue David Pepper faisait ainsi appel à la pensée du socialiste William Morris qui, au XIXe siècle, développait une critique de l'industrialisation. En redonnant corps à la pensée de ces théoriciens socialistes, les premiers penseurs de l'écosocialisme rompent deux lieux communs : d'une part, celui qui consiste à présenter l'écologie comme une « idéologie sans passé », d'autre part, celui qui consiste à affirmer mettre en œuvre une politique de l'environnement sans tenir compte de sa dimension sociale.

4Les penseurs présentés par A. Munster partagent donc un diagnostic commun sur l'analyse des dynamiques productivistes. Au-delà d'une vulgate marxiste qui postulerait une transformation sociale par la simple transformation des rapports sociaux de production, les penseurs de l'écosocialisme attirent d'abord notre attention sur les modalités de production. La crise écologique, comme la solution à celle-ci, trouve donc leurs racines dans un bouleversement des modes de production. Il en résulte une discussion stimulante sur les outils permettant de remettre au cœur des dynamiques économiques la valeur d'usage des produits, afin de répondre aux besoins des populations.

5Toutefois, ces réflexions se heurtent aux conflits récurrents qui émaillent l'histoire de l'écologie politique. En premier lieu, plusieurs disputes portent sur l'échelle pertinente de réponse à la crise écologique. Arno Munster se propose ainsi de rendre compte des formes prises par ce débat aussi bien dans la France de la décennie 1970, au sein des Verts allemands que dans le contexte américain, qui voit s'opposer le tenant d'une écologie sociale d'héritage libertaire (avec la figure de proue de Murray Bookchin) à un premier courant écosocialiste d'inspiration plus marxiste (autour des travaux de Joel Kovel).

  • 2  Voir la recension de l'ouvrage par Fabrice Flipo, « Qu'est ce que l'écosocialisme », Contretemps, (...)

6En rendant compte de l'originalité de ces pensées, l'auteur met en lumière une seconde source de disputes, opposant les tenants d'une rupture anticapitaliste « immédiate » à ceux qui prônent une rupture dans la durée. Face à ces tensions, le dernier chapitre de l'ouvrage suggère la possibilité d'une voie intermédiaire, en se fondant sur les travaux du sociologue Michael Lowy2. Ce dernier, en proposant un projet de planification écologique démocratique opérerait ainsi une synthèse des acquis théoriques issus des disputes passées, en proposant d'inventer des structures sociales démocratiques visant à réorienter la production. Ce projet formaliserait un cadre global de résolution de la crise écologique, tout en se fondant sur une forme de coordination qui laisserait la place aux initiatives locales.

  • 3  Voir Laurence Harang, « Compte-rendu de Emilie Hache, Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une (...)

7Au final, cet ouvrage présente les défauts inhérents aux projets similaires : vouloir dresser le bilan de quatre décennies de disputes intellectuelles en 130 pages implique d'opérer un tri. La clarté de l'ouvrage se construit au prix d'une présentation sélective, ordonnée pour aboutir aux travaux du réseau écosocialiste (qui se structure au cours des années 2000). D'un point de vue historique, la linéarité proposée semble discutable. De la même manière, il est regrettable que les contributions collectives soient totalement absentes du panorama, contribuant à mettre au second plan les mouvements sociaux qui ont permis l'éclosion des pensées présentées. Enfin, le format de l'ouvrage conduit malheureusement à empêcher la mise en débat des influences écosocialistes avec d'autres courants. Les discussions portant sur une éthique écologiste, ou encore sur les clivages stratégiques, auraient ainsi pu être l'occasion pour Arno Munster d'engager un débat avec le travail « d'écologie pragmatique » d'Émilie Hache3.

  • 4  Razmig Keucheyan, Hémisphère gauche. Cartographie des nouvelles pensées critiques, Paris, Zones/La (...)
  • 5  Une autre contribution à cette cartographie pourrait être identifiée dans l'ouvrage de Stéphane La (...)

8En concluant sa « cartographie des nouvelles pensées critiques », Razmig Keucheyan indiquait ne pas avoir « accordé à [la] question [écologique] l'importance qu'elle mérite ». Il attribuait cette carence au fait que les penseurs écologistes ne seraient par parvenus à rendre leurs « pensées politiquement opérantes, c’est-à-dire (…) qu'elles s'incarnent dans des mouvements sociaux et politiques réels »4. Si l'ouvrage d'Arno Munster offre donc une contribution heureuse et bienvenue pour combler ce point aveugle5, il révèle aussi la nécessité de poursuivre les recherches, notamment afin de mieux éclairer les articulations entre les réflexions en germe dans les mouvements sociaux et leur formalisation simultanée par les différents courants des pensées critiques.

Haut de page

Notes

1  Voir notamment Arno Munster, Principe responsabilité ou principe espérance ? Paris, Le Bord de l'eau, 2010 ; ainsi que le compte-rendu par François Thoreau « Compte-rendu d’Arno Munster, Principe responsabilité ou principe espérance ? », Lectures, en ligne : http://lectures.revues.org/6086 (consulté le 4 juillet 2012)

2  Voir la recension de l'ouvrage par Fabrice Flipo, « Qu'est ce que l'écosocialisme », Contretemps, en ligne : http://www.contretemps.eu/fr/interventions/quest-ce-que-l%C2%AB%C2%A0%C3%A9cosocialisme%C2%A0%C2%BB (consulté le 4 juillet 2012)

3  Voir Laurence Harang, « Compte-rendu de Emilie Hache, Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique », Lectures, en ligne http://lectures.revues.org/1262 (consulté le 4 juillet 2012).

4  Razmig Keucheyan, Hémisphère gauche. Cartographie des nouvelles pensées critiques, Paris, Zones/La Découverte, 2010, p. 308-309.

5  Une autre contribution à cette cartographie pourrait être identifiée dans l'ouvrage de Stéphane Lavignotte, portant sur l'examen du corpus théorique et des disputes dans les mouvements se revendiquant de la décroissance. Voir Stéphane Lavignotte, La décroissance est-elle souhaitable ? Paris, Textuel, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Bécot, « Arno Münster, Pour un socialisme vert. Contribution à la critique de l’écologie politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 juillet 2012, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8841

Haut de page

Rédacteur

Renaud Bécot

Doctorant en histoire environnementale au Centre Maurice Halbwachs (EHESS) et allocataire du R2DS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page